Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Amir Khadir, député de Mercier

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Amir Khadir, député de Mercier

Version finale

Le mardi 4 avril 2017, 15 h 18

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Quinze heures vingt et une minutes)

M. Khadir : Nous avons présenté une motion à l'Assemblée nationale, qui n'a pas obtenu l'appui de mes collègues de l'opposition. Je le trouve un peu désolant. Je le trouve un peu désolant parce qu'en dehors de la députée de Vachon, ma collègue Martine Ouellet, les partis d'opposition officielle semblent traduire la même mollesse qu'eux-mêmes reprochent au gouvernement.

M. Lisée se lève en Chambre, M. François Legault se lève en Chambre pour demander à M. Couillard d'agir avec un peu plus de fermeté et de traduire la colère de la population. Or, la colère de la population ne concerne pas la rémunération des dirigeants de Bombardier pour l'année 2016 uniquement. Ce qu'ils disent, c'est que cette entente-là doit être rouverte, cette entente-là est injuste, cette entente-là donne trop de pouvoir aux dirigeants incompétents, insouciants et inconscients parce qu'il faut un minimum de conscience de l'argent public et des fonds publics, ce que, de toute évidence, ils n'ont pas et qui a fait qu'ils ont mis tout cet argent-là dans leurs poches.

Alors, la motion se voulait ainsi, la motion demandait, pressait le gouvernement de rendre toute aide financière accordée aux grandes entreprises privées conditionnelle au plafonnement de la rémunération des dirigeants. Je voudrais demander à Jean-François Lisée, je voudrais demander à François Legault : Qu'ont ils contre cette règle de base pourtant appliquée par un ministre conservateur à Ottawa quand il s'agissait d'Air Canada, quand ça a été appliqué de manière très drastique par le gouvernement Obama quand il a sauvé les grandes entreprises automobiles de la faillite financière en leur imposant un plafond très strict, 500 000 $ par année?

Moi, je pense qu'il y a quelque chose d'indécent dans le fait que l'élite politique du Québec, qui fraye depuis trop longtemps avec les barons de la finance et les capitaines de l'industrie, sont gênés d'avoir des positions un tant soit peu claires, un tant soit peu fermes avec ces très riches. Jean-François Lisée parle des 1 % des 1 %, bien, en quoi est-il gêné de demander à ce 1 % des 1 % de rendre conditionnelle leur rémunération lorsqu'ils bénéficient de l'aide gouvernementale?

Le Modérateur : Des questions?

M. Authier (Philip) : Êtes-vous déçu? Aujourd'hui ou demain, le PQ dit qu'il va revenir à la charge.

M. Khadir : Bien, j'espère. Mais c'est parce que... Pourquoi on prend ce retard? Là, le PQ agit un peu comme M. Couillard, avec un délai, avec un retard, avec de la difficulté à saisir l'ampleur du dégât et du problème. La population est bien plus loin que la motion déposée par le PQ. La motion de la CAQ, bon, on peut en penser... bon, c'est des voeux pieux.

Là, ce qu'on demande, c'est que le cas Bombardier ne se reproduise plus, et on ne veut pas juste s'employer à limiter pour 2016. Il faut qu'il y ait des règles qui s'appliquent de manière générale pour être justes et équitables, et ces règles-là, ça ne peut pas être juste : Ah! il faut empêcher la... il faut même que la rémunération totale de ces dirigeants soit revue. L'exemple d'Obama, apporté par Jean-François Lisée lui-même, devrait l'éclairer.

Donc, on ne devrait pas se gêner, et toute la remise en question du pouvoir excessif des banques, du secteur financier, qui ont plombé l'économie depuis 10 ans avec la stagnation qu'on connaît en Europe, demande qu'aujourd'hui on en tire des bilans et une conclusion. Puis la première chose à faire, c'est de revoir les écarts extravagants entre les salaires que se paient les dirigeants d'entreprises, des grandes entreprises et le salaire qu'ils paient à leurs employés.

M. Croteau (Martin) : Je comprends qu'il y a des divergences sur le détail, mais, de manière générale, voyez-vous un consensus émerger contre le gouvernement Couillard là-dessus?

M. Khadir : Mais c'est parce que ce consensus, si le consensus est mou, ça ne mènera nulle part. Jean-François Lisée n'était pas là en 2011. François Legault avait déjà donné sa démission et il n'était pas là non plus. Mais lorsque nous avons fait front commun avec Mme Marois, avec Éric Caire, avec Picard, le député indépendant… Pardon?

Une voix : Jocelyn Picard?

M. Khadir : Non, non…

Une voix : Marc.

M. Khadir : Marc Picard, mon collègue Marc Picard, avec d'autres députés, avec Sylvie Roy, dans une espèce de front commun, avec, si vous vous rappelez, les foulards blancs, insisté pour des demandes claires et qui représentent véritablement la volonté de la population.

Là, j'ai l'impression que François Legault et Jean-François Lisée, dans une moindre mesure, essaient d'apaiser la colère populaire. La population, ce n'est pas 2016 qui les intéresse uniquement, c'est le tableau global de dirigeants cupides qui utilisent les fonds publics pour s'enrichir alors que leur entreprise va encore mal puis qu'ils ont coupé dans les emplois et dans les conditions de leurs travailleurs. C'est ça qui les choque et c'est ça qu'on veut revoir.

Une voix : Thank you, sir.

M. Khadir : Thank you for your attention.

(Fin à 15 h 26)

Participants


Document(s) associé(s)