Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle, Mme Véronique Hivon, porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice, et M. Alexandre Cloutier, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation, de recherche, de persévérance scolaire et d’alphabétisation

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle, Mme Véronique Hivon, porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice, et M. Alexandre Cloutier, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation, de recherche, de persévérance scolaire et d’alphabétisation

Version finale

Le jeudi 13 avril 2017, 11 h 07

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Onze heures sept minutes)

M. Lisée : Il vient de se passer quelque chose d'assez décevant à l'Assemblée nationale. Lundi qui vient, ce sera la 35e année d'une constitution imposée au Québec sans son consentement. Tous les cinq ans, l'Assemblée nationale, unanimement, réitère sa position que cette loi constitutionnelle, qui a réduit les pouvoirs du Québec, a été faite sans le consentement du Québec et qu'on considère toujours cela inacceptable. Ça fait partie du rapport de force du Québec aussi face à Ottawa de régulièrement réitérer unanimement cette position-là. Ça a été fait par Jean Charest; ça a été fait par Philippe Couillard il y a cinq ans, quand il était chef de l'opposition libérale.

Aujourd'hui, le premier ministre Couillard a décidé de ne pas réitérer cette condamnation. Le premier ministre Couillard a décidé que l'Assemblée nationale n'était plus unanime à dire que la loi de 1982 avait réduit nos pouvoirs et qu'elle était inacceptable.

On sait que le gouvernement québécois actuel est le plus fédéraliste de l'histoire du Parti libéral du Québec, mais il ne l'avait jamais affirmé avec autant de clarté. Ce refus net de réitérer un libellé avec lequel ils étaient d'accord il y a cinq ans est une indication extrêmement parlante de l'affaiblissement que le Québec subit dans la fédération à cause de l'idéologie de M. Couillard, qui finalement s'accommode des reculs du Québec, perd toutes ses batailles avec Ottawa, que ce soient celle sur les transferts sociaux en santé, celle sur l'investissement dans Bombardier, celle sur une compensation pour Muskrat Falls. Il perd toutes ses batailles et pourtant, au moment où il faut réaffirmer la position historique du Québec, il se défile et même au sens propre puisqu'il a quitté l'Assemblée avant que la motion ne soit déposée et il savait qu'elle allait être déposée.

Alors, nous, au Parti québécois, nous avons toujours, dans ces moments, voulu respecter des libellés rassembleurs. Et c'est pourquoi nous avons voulu réitérer mot à mot ce qui avait été jugé acceptable par les chefs libéraux antérieurs. Et donc, force est de constater que le Parti libéral est aujourd'hui dirigé par des gens qui ne défendent pas ce que défendaient les directions précédentes du Parti libéral du Québec.

M. Salvet (Jean-Marc) : ...surpris, c'est ce qu'il faut comprendre?

M. Lisée : Évidemment, M. Couillard nous habitue à être déçus, nous habitue aux reculs, nous habitue à la mollesse, nous habitue à limer la force du Québec à l'intérieur de la fédération, mais chaque nouveau recul est une déception supplémentaire.

M. Salvet (Jean-Marc) : Il a pourtant déjà dit qu'il voulait aller plus loin, qu'il voulait réparer la blessure de 1982. C'est des mots qu'il a déjà employés. Cette motion... je veux dire, ce refus de motion ne fait pas foi de tout non plus, hein?

M. Lisée : Bien, il faut lui demander où est sa cohérence, hein? D'abord, ils ont essayé de proposer un amendement, et on était prêts à regarder des amendements, mais l'amendement qu'il voulait mettre était un amendement qui était inacceptable, parce qu'il voulait qu'on applaudisse le fédéralisme canadien. On dit : Écoutez, on en a un, libellé, qui faisait l'unanimité il y a cinq ans. Si vous nous proposez quelque chose... on ne voit pas pourquoi le changer, mais c'est clair que leur volonté de changer, c'était pour qu'il n'y ait pas d'entente. Donc, ils se sont organisés pour ne pas avoir à réitérer leur position.

Et effectivement on peut aussi souligner le quatrième anniversaire, cette année, de la déclaration de M. Couillard, qui, en campagne électorale, avait déclaré que ce serait sa priorité, lorsqu'il serait premier ministre, d'essayer de réparer le tort de 1982 et, à l'occasion du 150e anniversaire du Canada cette année, disait-il, de renégocier la Constitution pour pouvoir faire entrer le Québec.

Alors, est-ce que vous avez vu ce qu'il a fait, ces trois dernières années, pour essayer de remplir cette promesse? Évidemment, absolument rien. Donc, il est résigné à un ordre constitutionnel imposé au Québec contre sa volonté. Et même cette semaine, on a vu, sur le débat sur la clause dérogatoire, comment la camisole de force de cette constitution qui nous a été imposée limite notre capacité d'agir quand on a une très grave crise de confiance dans notre système de justice.

Mme Lajoie (Geneviève) : Mais comment vous expliquez son changement de position? Justement, au début, il voulait régler ça; maintenant, il ne fait plus rien?

M. Lisée : C'est une très bonne question à lui poser. Je pense qu'il a conclu, comme nous, que le Canada n'est pas réformable et donc il a fait le deuil, comme beaucoup de fédéralistes, du rêve historique d'essayer de réformer le Canada. Mais ce deuil-là ne doit se traduire par des reculs de la place du Québec dans le Canada, et le recul qu'il indique aujourd'hui, il est grave. Il est grave parce qu'on est en cour en ce moment sur la loi n° 99. On maintient constamment nos positions.

Je vais donner un contre-exemple. Hier, le gouvernement québécois a célébré la doctrine Gérin-Lajoie. Cette doctrine n'a jamais été reconnue par aucun premier ministre canadien, aucun ministre des Affaires extérieures canadien, et pourtant on la réaffirme constamment parce que c'est une façon d'affirmer notre détermination à agir. C'était la même chose aujourd'hui. Il fallait réaffirmer ça pour dire : Il y a un problème structurel avec le Canada. Vous n'avez pas notre consentement, vous ne l'avez toujours pas et donc écoutez-nous quand on parle. Et là ce qu'il a dit aujourd'hui, c'est : Bien, arrêtez de nous écouter.

M. Bélair-Cirino (Marco) : Il y a, aujourd'hui, le dépôt d'un projet de loi à Ottawa pour légaliser la marijuana; ici, à Québec, un projet de loi pour interdire les chiens dangereux qui a été déposé. En quoi le refus du gouvernement libéral d'appuyer une motion pour souligner l'imposition unilatérale de la loi constitutionnelle de 1992 devrait intéresser les Québécois? Pourquoi c'est pertinent?

M. Lisée : Bien, écoutez, si personne ne s'intéresse à la loi fondamentale qui détermine ce qu'on peut ou ne peut pas faire, bien, rentrons tous chez nous, hein, parce que c'est la loi des lois et c'est la loi qui dit si le Québec peut ou non diriger son système de justice, peut ou non voter des lois linguistiques, peut ou non avoir le contrôle sur son éducation, si ce sont les juges qui ont le dernier mot ou si ce sont les législateurs qui ont le dernier mot. Cette loi structure l'ensemble de notre vie démocratique et elle a été votée sans notre consentement.

Alors, si M. Couillard veut dire que finalement il consent à la loi de 1982, qu'il le dise, mais il n'a pas le mandat de le faire sans un mandat clair de la population québécoise. Alors donc, c'est très signifiant, ce qui a été fait aujourd'hui.

M. Robitaille (Antoine) : Est-ce que, comment dire, l'opposition à 1982, ça ne devient pas un peu comme la contestation du jugement sur le Labrador, c'est-à-dire une vieille revendication qui est toujours là, mais qui devient comme caduque, tranquillement?

M. Lisée : C'est ce que les fédéralistes veulent, c'est ce que les trudeauistes veulent, la victoire finale par épuisement des combattants. Alors, est-ce que c'est Philippe Couillard qui va donner cette victoire? Il n'a pas le mandat de le faire de la part des Québécois.

Le Modérateur : Merci.

(Fin à 11 h 15)