Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Version finale

Le mercredi 26 avril 2017, 11 h 23

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Onze heures vingt-quatre minutes)

Mme Ouellet : Oui, bien bonjour. Je pense que c'est une première aujourd'hui, donc, une motion adoptée à l'unanimité, que j'ai déposée comme députée indépendante, et je suis chef du Bloc québécois, donc une motion demandant au gouvernement canadien de faire en sorte que la gestion de l'offre soit non négociable dans la réouverture pour la négociation de l'ALENA. C'est important que le Québec fasse entendre sa voix parce que, très clairement, le gouvernement canadien reste les bras croisés et n'agit pas pour les producteurs de lait du Québec, actuellement.

On le voit, dans tout le dossier de la réouverture de l'ALENA, les Américains sont vraiment, là, en train de faire exploser les enchères. La semaine passée, c'était le lait. Hier, c'était le bois d'oeuvre. Et, pendant ce temps-là, le gouvernement canadien, Justin Trudeau, parle, parle, jase, jase, et on voit que c'est l'inertie qui mène le Canada. Et donc il faut que le Québec fasse entendre sa voix parce que, tant que le Québec ne sera pas indépendant, c'est le Canada qui négocie à notre place.

Et donc dans la question du lait, très important que la gestion de l'offre soit non négociable, que ce soit dans le béton pour la négociation de l'ALENA. Et du côté du bois d'oeuvre, bien là ce qui est en train de se passer, une surtaxe, qui est un coup de poing économique épouvantable, en bas de la ceinture, pour notre industrie forestière. Ce n'est pas acceptable. Et ça fait déjà un an qu'on voit venir, et le gouvernement de Justin Trudeau n'a rien fait, il se traîne les pieds dans ce dossier-là, et c'est encore les forestières du Québec qui vont en payer le prix.

J'inviterais, en terminant, les citoyens et les citoyennes du Québec à signer la pétition pour le lait québécois sur le site du Bloc québécois, pour venir appuyer nos agriculteurs québécois. C'est important. Parce que le pouvoir citoyen, ça existe, et plus nous serons nombreux à l'exercer, bien nous pourrons faire une différence politique. Ça s'est fait dans plusieurs autres dossiers, et je suis convaincue que, dans le dossier du lait, nous serons capables de pouvoir appuyer nos producteurs laitiers au Québec. Merci.

(Fin à 11 h 26)

Participants


Document(s) associé(s)