Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Version finale

Le mercredi 3 mai 2017, 8 h 45

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Huit heures cinquante-cinq minutes)

Mme Ouellet : Oui. Donc, bonjour. Je sais qu'en cette période très troublée avec l'éthique, des fois, le dossier des paradis fiscaux peut peut-être paraître un peu moins important, mais je crois que c'est un dossier extrêmement important. Et on a été témoins hier, avec le président de la Caisse de dépôt et placement, qui gère des centaines de milliards de dollars, ce n'est quand même pas rien, Michael Sabia qui se défile complètement de ses responsabilités. Il pourrait agir, et c'est clair qu'il peut en faire plus, mais il décide de défendre la finance mondiale au détriment de la justice fiscale.

Hier, on a appris, pendant la période des crédits, que Michael Sabia a refusé aux parlementaires un rapport unanime de l'Assemblée nationale, a refusé de s'engager à désinvestir dans les entreprises qui utilisent les paradis fiscaux. Il a refusé également de s'engager à ne pas investir de nouveau dans les nouvelles entreprises qui utilisent les paradis fiscaux. Donc, ça, ça veut dire, là, que le 26,2 milliards d'investissements de la Caisse de dépôt et de placement dans les paradis fiscaux pourrait grossir. Et ces réponses-là sont totalement inacceptables, et moi, ça ne me rend pas très fière de la Caisse de dépôt et de placement de voir que la Caisse de dépôt et de placement n'est pas prête à agir au niveau de l'éthique, au niveau des paradis fiscaux, qui est le cancer de l'économie mondiale.

Et, lorsqu'il invoque la double imposition et qu'il ne veut pas imposer la double imposition aux entreprises dans lesquelles il fait des investissements, ce sont des arguments qui sont fallacieux, parce que les paradis fiscaux, c'est justement leur objectif, c'est de n'avoir pas ou peu d'impôts. Ça fait que ce n'est pas une question de double imposition. Il ne peut pas s'en remettre à l'OCDE avant d'agir. Ce que les parlementaires lui demandent, c'est d'agir maintenant.

J'aurai donc une motion que je déposerai ce matin et j'espère avoir l'appui de tous les partis pour faire en sorte de demander à la Caisse de dépôt et de placement d'appliquer la recommandation n° 19, mais plus que ça, de ne pas investir de nouvel argent dans des entreprises qui utilisent les paradis fiscaux.

Sur le deuxième sujet, je reviendrai aussi sur Mme Murphy, la DPCP. Oui, elle a lancé une enquête criminelle hier, suite aux allégations d'Yves Francoeur, mais son inaction pendant cinq jours puis, pire que son inaction, son refus, en commission parlementaire, de faire le travail nécessaire pour faire les validations — elle a même dit qu'elle ne les ferait pas, qu'elle n'avait pas l'intention de les faire avant d'annoncer l'enquête — ça la décrédibilise totalement.

En fait, elle a fait exactement ce qu'Yves Francoeur dénonçait. Elle n'a pas fait son travail, elle a refusé de faire son travail. Et donc, à ce titre-là, elle n'a plus la crédibilité parce que la DPCP doit être au-dessus de tout. Elle doit tout mettre en oeuvre pour bloquer la corruption, la collusion et là elle a fait exactement le contraire. Les allégations extrêmement graves d'Yves Francoeur, Yves Francoeur qui n'est quand même pas n'importe qui, qui est président de la Fraternité des policiers, qui est quelqu'un de crédible, et elle a plutôt décidé d'accuser le sonneur d'alarme plutôt que d'agir. Quant à moi, elle doit donc démissionner de son poste. Elle n'a plus la crédibilité nécessaire pour agir.

La Modératrice : Est-ce qu'il y a des questions? M. Boivin.

M. Boivin (Simon) : Autant M. Lisée que M. Caire, tout à l'heure, ont dit qu'ils avaient une belle ouverture à une candidature de M. Francoeur dans leurs partis. Est-ce que M. Francoeur ferait un bon candidat bloquiste?

Mme Ouellet : Écoutez, je pense que M. Francoeur, actuellement... je pense que c'est important ce qui est en train de se passer. Et, s'il est intéressé, parce que ça prend toujours un intérêt, c'est très clair que j'aurais un intérêt à discuter politique avec lui.

La Modératrice : Est-ce qu'il y a d'autres questions? Merci.

Mme Ouellet : Merci beaucoup.

(Fin à 8 h 59)

Participants


Document(s) associé(s)