Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle et Mme Agnès Maltais, porte-parole de l’opposition officielle en matière de laïcité

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle et Mme Agnès Maltais, porte-parole de l’opposition officielle en matière de laïcité

Version finale

Le jeudi 24 août 2017, 13 h

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Treize heures)

M. Lisée : Bonjour. Je suis avec ma collègue Agnès Maltais qui est porte-parole en matière de laïcité, qui est très occupée en ce moment avec le projet de loi n° 62. On veut aujourd'hui réagir et faire une proposition concernant le visage couvert ou découvert dans l'espace public au Québec.   Pourquoi? Bien, d'abord, parce que le projet de loi n° 62, avec ses nouveaux amendements, crée une situation d'interdiction partielle du visage couvert en ayant inclus les municipalités et les services de transport. Et donc, si le projet de loi était adopté aujourd'hui, le Québec se joindrait à un certain nombre de nations qui ont décidé d'une interdiction partielle du visage couvert, en particulier des niqabs et des burqas.

Évidemment, la façon dont le projet de loi est écrit est inapplicable. On a vu le maire de Montréal dire avec raison : Bien, qu'est-ce qui va se passer si une personne en burqa arrive dans l'autobus? Est-ce qu'on va lui demander de montrer son visage ou non? Est-ce que c'est le trajet? Est-ce que la prestation de service, qui sont les termes, est-ce que le service, c'est le trajet ou le service, c'est seulement l'identification? Donc, ce projet de loi est mal ficelé, mais, en tout cas, le fait est qu'ils ont introduit cette notion-là.

Deuxièmement, dimanche dernier, le débat sur le port de masques dans des manifestations s'est réimposé à la société québécoise, et on a vu des images de manifestants masqués qui intimidaient une manifestante non masquée, et il y a eu des agressions envers des policiers. Et le maire Labeaume, cette semaine, a eu le cran de lever le tabou sur une discussion que le Québec doit avoir comme d'autres sociétés sur l'opportunité de réglementer le visage couvert ou découvert dans l'espace public. Alors, déjà, dans le monde, ces derniers 10 ans, un très grand nombre de sociétés ont eu ce débat et en ont donné des réponses différentes : interdiction partielle du voile aux Pays-Bas, en Norvège, en Allemagne, au Maroc; interdiction totale en France, en Belgique, en Suisse, en Afrique de l'Ouest, au Cameroun, en Bulgarie, en Autriche. Et donc ce sont des sociétés où le tabou a été levé, la discussion a eu lieu, et nous pensons que le Québec doit en être.

Nous avions pris une position déjà là-dessus lorsque nous avons annoncé, en novembre dernier, notre position sur les questions identitaires en disant que le gouvernement du Parti québécois créerait un groupe d'experts pour voir les expériences étrangères et proposer, à la fin de ce processus, une mesure qui pourrait s'appliquer au Québec. Le débat étant en accéléré ces jours derniers et puisqu'on débat d'un projet de loi qui touche en partie ces questions, nous pensons que les Québécois sont prêts à avoir cette discussion maintenant et donc nous allons introduire une proposition. Je laisse la parole à Agnès.

Mme Maltais : Nous proposons au gouvernement de faire une pause dans l'étude du projet de loi n° 62. À l'évidence, le gouvernement actuellement, et je pense particulièrement à la ministre de la Justice, n'est pas capable d'expliquer, je pense même ne comprend pas totalement l'impact, sur les citoyens et citoyennes, sur les Québécois et Québécoises, de sa loi. Nous proposons donc qu'on prenne une pause et qu'on entende des experts internationaux, qu'on aille chercher, dans ces sociétés où il y a eu interdiction partielle ou totale des visages couverts ou du voile intégral, de les entendre et puis de mieux comprendre comment cela peut s'appliquer. La difficulté qu'on a, c'est l'application. Et d'autant que nous sommes dans un pays nordique, nous aurons donc intérêt à bien, bien, bien cibler comment on va travailler avec cette situation.

Cette pause s'impose d'autant plus que je vous dirais que, sur trois articles que nous avons étudiés jusqu'ici, deux sont suspendus parce qu'on n'arrive pas à comprendre l'application. Donc, ce matin, exemple, on a compris que les élus de l'Assemblée nationale étaient couverts par le projet de loi sur la neutralité religieuse, donc que ça restreignait leur liberté politique, leur liberté d'action et leur liberté de parole et même la façon de gérer leurs bureaux de comté, leur agenda et que même cela... et même la ministre était incapable d'expliquer et a même amené de fausses explications sur la manière dont cela devait être géré.

Alors, il faut, de toute façon, prendre une pause pour cette loi. On vient de le décider ce matin, on prend une pause encore jusqu'à au moins 10, 15 jours. Il faut absolument prendre une pause pour aller sur le fond des choses, comme nous l'a demandé d'ailleurs le maire de Québec. Sur le fond des choses, sur l'application de cette loi en pays nordique, il faut entendre des experts. On ne peut pas se contenter des explications confuses de la ministre de la Justice actuellement.

Mme Prince (Véronique) : Est-ce que vous dites que, par exemple, le gouvernement Couillard est responsable de la progression de certains groupes comme des groupes qui sont plus liés à l'extrême droite?

M. Lisée : Les gens qui posent... qui ont des propos racistes ou haineux ou les gens qui posent des gestes antidémocratiques, comme les gens d'extrême gauche, sont responsables individuellement de leurs actes. Ce sont des adultes qui posent des gestes qui ne sont pas acceptables. Il y a des conditions qui sont créées, et lorsqu'un premier ministre vous dit à répétition depuis trois ans que, si vous êtes en désaccord avec lui, vous êtes raciste et xénophobe, bien, il y a du monde que ça braque. Et M. Couillard a, sur des positions où l'immense majorité des Québécois sont en désaccord avec lui, comme l'interdiction des signes religieux pour les gardiens de prison et les policiers, il leur a dit : si vous pensez ça, vous pavez la voie à la xénophobie. Alors, qu'il y ait des gens qui se braquent dans une situation où le premier ministre leur manque de respect, ce n'est pas étonnant.

Mme Prince (Véronique) : Vous le tenez indirectement responsable?

M. Lisée : Il a créé une situation où il a manqué de respect à des gens qui n'avaient pas son opinion. Lorsqu'il a dit que ça prenait 60 000 immigrants par année et que ça a été mis en question, il a répondu que ceux qui n'étaient pas d'accord soufflaient sur les braises de l'intolérance. C'est, de sa part, une forme d'intolérance.

M. Salvet (Jean-Marc) : Qu'est-ce que signifie l'interdiction du port du voile intégral dans l'espace public? C'est la rue, c'est les commerces?

M. Lisée : Bien, c'est pour ça qu'on veut poser la question à l'Autriche, à la Suisse, à la France, aux Pays-Bas. Par exemple, les Pays-Bas ont décidé seulement les édifices publics et le transport en commun. J'aimerais demander à un représentant des Pays-Bas : Pourquoi vous avez décidé ça? Pourquoi, vous, l'espace public, la rue, les commerces, ça ne vous intéressait pas? Puis aux Français : Pourquoi vous êtes allés jusqu'à la rue et aux commerces? Et à tous les deux : Bien, comment vous avez appliqué ça? Puis aux Autrichiens puis aux Suisses, je dirais : Il fait froid, des fois, chez vous. Comment vous appliquez ça dans une situation nordique? On peut...

M. Salvet (Jean-Marc) : Mais l'espace public, pardon, n'est pas déjà défini dans votre esprit, là. Ça aussi, il faudrait le définir, là.

M. Lisée : Bien, l'espace public, par exemple, en France, c'est lorsqu'on est à l'extérieur, selon ma compréhension. O.K.? Maintenant, il y a beaucoup de variables. Il y a des pays qui ont donné des positions différentes. On est déjà, ce que les gens ne se rendent pas compte... Le projet de loi n° 62 institue une interdiction partielle. On a franchi un pas... Elle est inapplicable en ce moment, de la façon dont c'est écrit. Alors, puisque les libéraux nous ont amenés là, faisons correctement ce débat-là et apprenons des expériences étrangères.

Mme Lamontagne (Kathryne) : Ça fait des années, quand même, là, que ce débat-là se déroule au Québec. Vous êtes conscients que ça étire encore le processus?

M. Lisée : Bien, je veux avoir une bonne loi. Je veux qu'on le fasse correctement. Et là, hier, le premier ministre a dit, a réaffirmé le tabou, finalement. Il a donné raison à Régis Labeaume en disant : Moi, je ne veux pas qu'on discute de ça. Notre position, elle est arrêtée.

Bien, il faudrait peut-être écouter les autres Québécois, qui sont bien représentés par Régis Labeaume, et par nous aujourd'hui, et par plein de gens qui disent : Arrêtez de nous dire qu'on ne peut pas débattre de ces choses-là. Au moins, ayons l'information. Ça se passe dans d'autres grandes démocraties occidentales. Pourquoi, nous, on n'aurait pas le droit d'avoir cette discussion-là?

M. Dion (Mathieu) : Il me semble qu'il y a un peu moins d'un an vous avez dit : Adoptons ce projet de loi là, réglons ça, puis, après ça, on parlera de d'autres choses puis on remettra ça à... Non, ça, c'est M. Couillard qui a dit ça, on remettra ça à l'élection. Mais vous n'aviez pas dit : Adoptons ça puis, après ça, on verra, au moins pour qu'on puisse enfin avancer?

M. Lisée : Alors, il y a deux étapes. En novembre dernier, quand on a annoncé notre position sur l'identité, les accommodements religieux et tout ça, on a élaboré l'ensemble de notre position et on s'est dit : On verra ce qu'il y a dans le projet de loi n° 62. On a déposé des amendements...

Mme Maltais : Et eux devaient déposer des amendements. On attendait les amendements.

M. Lisée : Et on attendait les leurs, on avait les nôtres. On disait : Écoutez, s'ils adoptent les nôtres, on va voter pour. Pour l'instant, on ne voit pas très bien ce qui va se passer. Mais aussi, après l'attentat de la mosquée de Québec, il y a eu un moment de grâce où on a dit... même François Legault était prêt, ce qui était rare pour lui, de mettre de l'eau dans son vin, puis on a dit : On pourrait adopter quelque chose unanimement puis chacun fera un pas en avant. La seule personne qui a refusé de faire le pas, c'est le premier ministre. C'est pour ça que la loi n'est pas adoptée.

Alors, cette fois-ci, on est à un an de l'élection. Évidemment, la vraie solution, c'est un gouvernement du Parti québécois qui pourra correctement légiférer là-dessus, mais notre position depuis trois ans, c'est : on essaie de faire le maximum pour le Québec en attendant notre élection où on pourra vraiment agir.

Mme Lévesque (Catherine) : Qu'est-ce que vous suggérez pour entendre ces experts-là? Est-ce qu'on parle de consultations? Est-ce qu'on parle d'une commission? C'est quoi que vous suggérez?

M. Lisée : Il y a une commission parlementaire en cours. Il y a des députés qui sont devenus des experts de ces questions-là.

Mme Lévesque (Catherine) : Vous suggérez de prendre une pause.

M. Lisée : Alors, j'ai dit : On prend une pause dans l'étude article par article du projet de loi, on fait venir des experts, des experts locaux, mais aussi des experts étrangers qui viennent nous expliquer comment ça s'est passé dans d'autres pays, pourquoi ils ont pris une interdiction partielle ou totale, comment ça s'est appliqué, quelles sont les difficultés, quelles sont les leçons qu'on pourrait en tirer. Et là on serait éclairés par ces expériences-là et on pourrait proposer une façon québécoise de faire les choses.

M. Salvet (Jean-Marc) : Le gouvernement de Pauline Marois avait décidé de ne pas aller dans cette direction-là, celle de l'interdiction du port du voile intégral. Pourquoi, dans un premier temps... ou peut-être n'avait-il pas pris de décision à ce sujet-là, peut-être que le sujet n'est simplement pas tombé sur la table du Conseil des ministres à l'époque. Donc, ça n'a pas été retenu. En tout cas, on n'a jamais vu ça dans la charte des valeurs.

M. Lisée : Effectivement, bien, sauf le visage découvert pour la prestation et...

M. Salvet (Jean-Marc) : ...du voile intégral dans la rue.

M. Lisée : Oui, pour la prestation et la réception de services, c'était déjà là. Mais moi, j'en ai parlé dans ma course au leadership, et c'est maintenant la position du Parti québécois, et donc on est cohérents dans notre volonté d'action.

M. Dutrisac (Robert) : Maintenant, si je comprends bien l'économie, si on veut, du projet de loi n° 62, c'est un projet de loi où les accommodements raisonnables s'appliqueraient à cette défense-là de recevoir les services à visage découvert, des services publics à visage découvert.

Est-ce que ce n'est pas ce qu'il faut comprendre? Est-ce qu'il faut comprendre que la démarche du gouvernement, c'est de dire : Ça va être permis de toute façon puisque ça va faire l'objet d'accommodements raisonnables qui sont supposément du cas par cas? Mais on sait que, dans le cas d'une société de transport, par exemple, ce serait quelque chose qui serait généralisé. On n'aurait pas besoin de demander un accommodement à chaque fois, on se comprend. Est-ce que ce n'est pas ça qu'il faut comprendre du projet de loi n° 62?

M. Lisée : Écoutez, on peut critiquer pendant une demi-heure la façon dont le projet de loi est conçu et rédigé, et donc c'est pour ça qu'il y a beaucoup de travail à faire. Nous, on pense que, sur les accommodements religieux qui pourraient être invoqués, il faut que le législateur québécois, dans le projet de loi, indique beaucoup plus clairement les conditions dans lesquelles ce serait accepté et que ça ne peut pas être pour un motif religieux. On dit : Le législateur québécois considère qu'on ne peut pas demander à avoir le visage couvert pour un motif religieux. Alors, déjà, on balise, là, très strictement. Là, on vient d'enlever une capacité. Ensuite, les juges en débattront, puis on ira débattre avec eux puis on ira plaider, mais le législateur devrait être clair dans la façon dont il veut que les choses se passent. Pour l'instant, il ne l'est pas.

M. Dutrisac (Robert) : La question des élus, moi, j'ai été un peu surpris de voir ça dans les amendements, là, parce que, bon, vous connaissez très bien la cause qui a opposé Québecor à l'Assemblée nationale. L'Assemblée nationale, les élus ne sont pas soumis à la charte des droits, et il y a eu un jugement de la Cour suprême là-dessus en Nouvelle-Écosse.

Où est-ce qu'on s'en va, là, avec ça, là? Parce que, là, on leur impose un devoir de neutralité religieuse qui... bon, je pensais aux budgets discrétionnaires, par exemple, ou des choses comme ça. Où est-ce qu'on s'en va avec ça, là, avec les élus?

Mme Maltais : Je pense que ce n'est pas pour rien que c'est à la demande du président même de l'Assemblée nationale, qui est président de la Commission des institutions, Guy Ouellette, qu'on a... qu'il a demandé une pause. C'est lui qui a demandé qu'il y ait une pause. Pourquoi? Parce que, depuis un an, nous étudions le rapport du Commissaire à l'éthique et à la déontologie, et que nous avons fait des recommandations, et que, pendant cette année-là, jamais il n'a été question de soumettre les élus de l'Assemblée nationale ou les élus municipaux, parce que ça couvre aussi les élus municipaux, au devoir de neutralité religieuse.

Je pense qu'il y a un sérieux problème et que la ministre, encore une fois, comme dans le cas des sociétés de transport, n'avait pas du tout évalué l'impact de sa loi. Je lui ai posé la question mardi dernier à la toute fin de la commission : Si je refuse de rencontrer Raël ou l'équipe de raëliens, ce que j'ai déjà fait... On n'est pas dans un cas de figure, là, je ne suis pas dans une hypothèse. Je le dis, je l'ai déjà fait parce que c'est une secte. Bien, elle m'a dit : Je suis couverte par la loi.

Donc, la liberté politique, la liberté de déclaration devient touchée, et je suis non pas blâmable — moi, j'accepte d'être blâmée — mais je suis poursuivable.

M. Lisée : C'est-à-dire elle serait en infraction pour ne pas rencontrer...

Mme Maltais : Avec une loi et non plus avec le code d'éthique et de déontologie parce qu'on est en train de modifier le code d'éthique et de déontologie sous le couvert d'une autre loi en donnant des obligations d'un devoir de neutralité à des élus qui ont le devoir parfois de prendre position.

Alors, c'est terrible, ce qui est en train de se passer, croyez-moi. Ce n'est pas pour rien qu'il faut prendre une pause sur cette loi-là. Elle est actuellement non seulement inapplicable, la ministre ne la comprend pas. Elle n'a pas vu venir ça. Elle ne la comprend pas. Elle m'a même répondu, puis là je reprends des choses à Jean-François, à M. Lisée, il y a eu... Je lui ai demandé : Devant qui serais-je poursuivable comme élue? Elle a dit : Devant le Commissaire à l'éthique. Le Commissaire à l'éthique ne prend pas les plaintes des citoyens, donc elle erre, et le Commissaire à l'éthique n'applique que le code d'éthique, il l'a dit maintes fois. Donc, elle erre deux fois.

Il faut que ça arrête. Il faut qu'on prenne une pause dans cette loi-là. Elle est incompréhensible pour la ministre de la Justice.

M. Bergeron (Patrice) : Mais on comprend que les libéraux veulent quand même faire adopter leur menu législatif. S'ils veulent continuer l'étude du projet de loi, vous allez quand même continuer à collaborer à la commission parlementaire, là.

M. Lisée : Bien oui. On est convoqués, on est présents.

M. Bergeron (Patrice) : Donc, ça serait un cul-de-sac, votre proposition, là.

M. Lisée : Bien, nous, on essaie... Des fois, ce qu'on propose est appliqué. Par exemple, pour les demandeurs d'asile, on a dit : Ça prend un permis de travail le plus vite possible. Hier, le premier ministre du Canada a dit la même chose que nous. Donc, nous, on se lève le matin puis on dit : Ça va être difficile de travailler pour le bien des Québécois, mais, des fois, ça marche : pour Parents jusqu'au bout!, pour toutes sortes de causes, pour le 500 $ de crédit d'impôt pour les aînés.

Mme Maltais : La liberté d'expression, 59, scinder la loi.

M. Lisée : Scinder la loi pour cette loi incroyable. Donc, on a des victoires. Alors, on se bat tous les jours. Il y en a qu'on n'aura pas, il y en a qu'on aura, mais on se dit : Quel est l'intérêt des Québécois sur cette question? Voici ce qu'on propose.

Mme Lévesque (Catherine) : Pardonnez ma mince expérience politique, mais est-ce que ça s'est vu souvent, ça, des projets de loi suspendus en pleine étude détaillée?

M. Lisée : Oui. J'étais porte-parole des services sociaux, et avec une commission parlementaire de M. Barrette, avec Diane Lamarrre, on trouvait qu'on manquait d'information sur une entente qui était intervenue avec la Fédération des médecins omnipraticiens et on a demandé une pause pour entendre, donc retourner en consultations sur ce sujet-là. Il nous l'a accordée. On a pu interroger ces témoins-là puis recommencer le... Voilà.

Mme Lamontagne (Kathryne) : Mais il reste qu'aujourd'hui, là, ça reprend quand même cet après-midi, là.

Mme Maltais : Ça reprend cet après-midi, mais on fait le point de presse. Il est 1 h 15, peut-être, on a jusqu'à 3 heures. D'autre part, on espère que la demande sera... étant donné les récents événements aussi, que la demande sera étudiée sérieusement, et peut-être que la loi sera mise en pause demain.

Écoutez, on n'avance pas vite parce qu'on découvre des incongruités et des choses incroyables dans cette loi-là, là. Il n'y a que 18 articles, puis on est déjà dans le trouble depuis deux jours.

M. Lisée : Puis il faut prendre le temps d'identifier les experts, de les inviter, de les faire venir. Je veux dire, sur les modalités, là, on est très, très flexibles, là. On pense qu'on a un intérêt national québécois à avoir ces informations-là, voir si on veut introduire, dans cette loi-là, des dispositions qui la rendraient meilleure. Si les libéraux disent non, bien, comme d'habitude, on dit : Quand ils disent non, la seule solution, c'est d'élire un gouvernement du Parti québécois, puis on va attendre un an pour le faire.

M. Dion (Mathieu) : Sur les demandeurs d'asile, les chèques d'aide sociale seront remis, dans une courte période de temps, au Palais des congrès. Donc, on utilise le Palais des congrès qui est une institution reconnue. On a utilisé le Stade olympique.

Est-ce qu'en utilisant des édifices comme ça, qui sont symboliques, on ne contribue pas à créer un événement au sujet de ces demandeurs d'asile?

M. Lisée : J'ai l'impression que les personnes qui ont proposé ça sont les mêmes qui ont choisi Eric Tetrault comme candidat dans Louis-Hébert. Il y a un problème de gestion des symboles et des relations publiques qui commence à être catastrophique au gouvernement Couillard.

Le Modérateur : D'autres questions?

Mme Lévesque (Catherine) : ...revenir sur le Commissaire à l'éthique, là. Vous avez dit que Mme Vallée s'est trompée. Finalement, est-ce que vous l'accusez d'être incompétente, de ne pas connaître son projet de loi?

Mme Maltais : Non, non, non. Je dis qu'elle n'a pas fouillé son projet de loi et qu'elle n'en a pas vu les impacts. Elle a découvert qu'elle était en train... par mes questions et mes interventions, celles du Parti québécois, mon ami Maka Kotto qui est là, Marc Bourcier qui est là, on lui a demandé par qui on était poursuivables, puis elle a répondu des choses qui, d'après les déclarations du Commissaire à l'éthique comme tel, sont deux erreurs.

Mme Lévesque (Catherine) : Et c'est pour ça que vous avez pris une pause.

Mme Maltais : On a pris une pause, certainement, parce qu'on est en train de modifier le code d'éthique et de déontologie et on est en train d'attaquer la liberté de parole et la liberté de gestion décisionnelle des élus sans qu'on le sache.

M. Bergeron (Patrice) : Vous dites que c'est un projet de loi qui est éminemment perfectible, vous dites que vous vouliez faire de l'amélioration, mais que les libéraux, bon, peuvent faire la sourde oreille. Pour ne pas reprendre un euphémisme qu'on peut entendre des fois dans l'opposition, est-ce que vous êtes prêts même à faire un travail parlementaire d'opposition pour qu'éventuellement la loi ne soit peut-être pas adoptée ou que votre travail s'étire dans ce qu'on appelle l'obstruction ou...

M. Lisée : On n'est pas là-dedans. On n'est pas là-dedans. On est dans le bien commun. On est dans le bien du Québec. Dans le cas de la loi sur les discours haineux, il était essentiel pour la liberté d'expression au Québec qu'on fasse tout en notre pouvoir pour que jamais cette loi ne soit adoptée. O.K.? Alors là, la loi n° 62, c'est trop tôt pour le dire. On attend les amendements, on attend... Est-ce que nos amendements vont être... C'est trop tôt pour le dire. Est-ce qu'à la fin ça serait pire avec cette loi-là que sans cette loi-là? C'est possible. C'est trop tôt pour le dire.

Mme Prince (Véronique) : Si vous êtes porté au pouvoir, est-ce que vous pourriez ramener, par exemple, la charte des valeurs? Je sais que ce qui vous dérangeait, c'était la clause des droits acquis puis tout ça, mais est-ce que, dans le fond, dans tout ce débat-là, vous finissez par vous dire : Eh! on avait une maudite bonne idée puis on pourrait la ramener?

M. Lisée : La proposition qu'on a faite en novembre dernier, la proposition qui sera débattue et, j'espère bien, adoptée au congrès du Parti québécois est plus équilibrée. Elle est plus graduelle, elle est plus respectueuse. Elle a plus de chances d'être couronnée de succès dans le réel, et donc c'est la position que nous avons. Nous la préférons à la position antérieure. On a appris de tout le débat. Il y a des aménagements qui ont été faits et aussi il y a tout un volet aussi important que l'affirmation de nos valeurs et des repères, c'est des mesures concrètes pour assurer le succès d'intégration des néo-Québécois, des Québécois d'adoption, et ça, ce n'était pas visible lors du débat précédent, et cette fois-ci, c'est très visible.

Les gens dans la diversité, les gens dans l'immigration savent que, si on était au pouvoir, on aurait déjà pris des mesures concrètes pour aider leur intégration au travail. Les libéraux refusent nos propositions sur les C.V. anonymes, sur l'expérience de travail antérieure qui doit être au Québec plutôt qu'ailleurs dans le monde. Nous avons des mesures, nous y tenons et nous allons faire ces choses-là de concert, pour avoir des règles du vivre-ensemble, mais assurer le succès du vivre-ensemble, et ça, c'est une approche à laquelle je tiens, Agnès, tout le caucus, tout le Parti québécois, très, très fort, qui est assez distincte de la tonalité, en tout cas, la perception qui avait été celle de la dernière fois.

M. Dion (Mathieu) : Juste pour revenir sur les demandeurs d'asile, très rapidement. M. Legault a indiqué ce matin que les Québécois sont inquiets quant à la capacité financière de recevoir tous ces demandeurs d'asile là. Avec tout ce qui s'est passé au cours des dernières semaines, vous, êtes-vous inquiet aussi de la capacité financière de l'État à donner tout cet argent, notamment avec les chèques qui seront donnés, là, au Palais des congrès?

M. Lisée : Bien, écoutez, le gouvernement nous dit qu'il est incapable de donner un deuxième bain dans les CHSLD, et ça, ça coûte 30 millions de dollars. Alors, combien ça va coûter, 8 000, 10 000, 15 000 demandeurs d'asile qui restent au Québec pendant trois ans? C'est sûr que c'est plus que 30 millions. Est-ce qu'on a collectivement les moyens? Oui, on a un budget de 100 milliards, mais, pour l'instant, le gouvernement nous dit qu'on n'a pas les moyens de donner un deuxième bain. Alors, c'est sûr que cet argent-là, on le prend ailleurs. Où? Ils ne veulent pas nous le dire.

M. Authier (Philip) : There's a... I thought you say that you were bringing the charter back and that would have been a good lead.

M. Lisée : That would have been, yes. Don't hold your breath.

M. Authier (Philip) : There's a body of knowledge... First of all, on your proposal to ban covered faces in public, did I understand you correct that if you propose such an... if this went through, you would not base it on the grounds of religion? Is that what you're saying, for all face coverings in public, right?

M. Lisée : First, we didn't say that we absolutely want the ban. We say that we want to debate about it. We want a debate...

M. Authier (Philip) : That's what I mean.

M. Lisée :OK. Well, that's not the same thing. We're not announcing today that we propose the ban. OK. We see today that the partial ban is proposed by the Liberal Government. OK. That's a fact, and since we're in this debate, let's have it and let's look at what democracies in Europe have done, some partial, some total, how did it go about, what were the reasons to do it the way they did it. And of course the reasons to do it go from an extreme symbol of repression of women on religious grounds that, you know, Islamic extremists, jihads… not jihad, Islamic extremists Imams are saying that God wants that, so that's a part of the problem. There is the question of identity, civility and, for demonstrations, it's also a question of identity of showing your identity and being…

M. Authier (Philip) : But there's a body of law people have commented in the last few days that this is a danger in mixing up hoodlums wearing hoods to throw tear gas and rob banks, which is what you do when you're covering your face, and people wearing face coverings for other reasons.

M. Lisée : That's right.

M. Authier (Philip) : And that such a mix is dangerous and confusing for the average mortal. So how would this work? I mean, how would you counter that? Because a number of professors have said it's confusing and you can't mix the two.

M. Lisée : Well, they say that. They are different cases. They are different cases, but they have a link, it's the decision of the individual not to show his or her face in public. The link is there, and we could decide that, as a nation, we want people to show their faces in public or in certain areas and not other. It's a decision we can take and that would apply. You have a number of people who wear masks in demonstrations who say that they are not hoodlums, that they are not throwing rocks, but they want to be anonymous for professional reasons or others. Those are arguments that were made at the Superior Court on the Montreal regulation.

So, you know, a society can make this decision that it wants people to show the face… see the faces of people in society or it can make the decision that only in public transports or when you receive a public service. Other societies have had this debate, and I think Quebeckers are worthy of it.

Des voix : Merci.

(Fin à 13 h 27)

Participants


Document(s) associé(s)