Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Martin Ouellet, leader parlementaire du deuxième groupe d’opposition

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Martin Ouellet, leader parlementaire du deuxième groupe d’opposition

Version finale

Le lundi 3 décembre 2018, 13 h 15

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Treize heures vingt minutes)

M. Ouellet : Alors, bonjour à tous. Merci d'être là. Donc, aujourd'hui, le premier ministre donnait son point de vue économique sur la situation, ses priorités, son sentiment d'urgence. Bref, tout ça pour ça! Pour nous, c'est un grand point d'exclamation sur cette mise à jour économique.     Absolument rien pour investir dans les services aux citoyens. Pendant la campagne électorale, la CAQ nous disait qu'elle voulait réduire, et de un, le fardeau fiscal des gens, et de réinvestir dans les services. Rien, dans cette mise à jour, n'apparaît pour un réinvestissement dans les services.

En éducation, la priorité des priorités du premier ministre Legault, aucun investissement annoncé pour améliorer les services aux enfants, aucune embauche supplémentaire pour donner des professionnels dans nos écoles, rien pour combler le manque à gagner de 1 000 professionnels dans toutes les écoles du Québec. Pire que cela, la mise à jour économique préélectorale, on remarque que les dépenses en éducation vont subir une baisse, une baisse de 52 millions en 2019‑2020, et une baisse de 95 millions en 2020‑2021. Bref, encore une fois, le projet de loi privé du Parti québécois, la loi bouclier pour protéger une fois pour toutes le budget de l'éducation, on invite M. Legault à s'en inspirer.

Santé. Rien pour l'embauche des infirmières, préposés aux bénéficiaires, rien pour améliorer le sort des travailleurs et des travailleuses dans le secteur de la santé, et rien pour améliorer le sort de nos patients dans le réseau.

CPE. Encore une fois, rien pour les nouvelles places en garderie. 30 000 familles sont toujours en attente d'une place sur le guichet unique et, pire que ça, on maintient la taxe famille libérale pour le 1er enfant, et donc, au final, là, M. et Mme Tout-le-monde qui ont des enfants dans des CPE, bien, ce que M. Legault leur annonce, c'est une augmentation de leur tarif pour la prochaine année.

Pour ce qui est des aînés, rien pour les centres d'hébergement, même pas un deuxième bain, même pas pour améliorer le sort de ceux et celles qui devraient obtenir de meilleurs services. On l'a vu avec le rapport de la Protectrice du citoyen la semaine passée, des conditions accablantes dans nos CHSLD. Rien. M. Legault est muet à ce sujet-là.

Donc, les priorités de M. Legault, c'est de baisser le fardeau fiscal. Mais ses mesures d'urgence, sa façon d'adresser les services pour les Québécois et Québécoises, malheureusement, le point de M. Legault, c'est un poing en plein visage pour les citoyens et les citoyennes du Québec.

M. Cormier (François) : Les 500 $ supplémentaires pour une famille de deux enfants, puis 1 000 $ pour une famille de trois enfants, est-ce que ça va aider les familles québécoises, selon vous?

M. Ouellet : Bien, déjà, c'est un net recul sur l'engagement électoral de M. Legault, hein? On promettait 2 400 $ pour ces familles. Alors, quand on fait le calcul ce matin, il va manquer 737 $ pour le deuxième enfant et 737 $ pour le troisième enfant. Donc, sur quatre ans, le gouvernement Legault vient de nous annoncer qu'il va économiser 800 millions sur sa promesse. Donc, on voit qu'il recule. À votre question : Est-ce que ça peut améliorer le sort?, assurément, si les gens ont plus de moyens. Mais, nous, ce qu'on voulait tout d'abord, c'est améliorer le sort de tous les enfants du Québec, et ça, c'est par les services éducatifs et c'est par l'école, et malheureusement, dans la mise à jour économique, on est encore muet à ce sujet.

M. Pilon-Larose (Hugo) : Mais vous dites : Tout ça pour ça. En même temps, aujourd'hui, ce n'est pas un budget qu'on a déposé, c'est une mise à jour économique. Est-ce que ce n'est pas un peu prématuré? Il y a d'autres choses qui peuvent être annoncées dans quelques mois à peine.

M. Ouellet : M. Legault vient d'être premier ministre, et c'est son premier geste fort : Voici ce à quoi je m'engage devant les Québécois et les Québécoises. Voici ce qui est important pour moi pour la suite des choses. Ce que M. Legault nous dit dans son point aujourd'hui, c'est : Bien, les mesures d'austérité qui ont été mises en place par les libéraux, bien, je vais tout simplement les continuer, je ne veux pas les corriger tout de suite. Alors, c'est ça, notre plus grande surprise.

Il y a urgence dans la demeure pour améliorer les services en éducation, il y a urgence dans la demeure pour les patients dans le secteur de la santé, il y a urgence dans nos CHSLD, et là, M. Legault, ce qu'il nous dit : Mesures fiscales pour les familles, mesures fiscales pour les entreprises, mesures fiscales pour les aînés, mais absolument rien pour améliorer la qualité de services des citoyens et citoyennes du Québec, et c'est là le grand oublié.

Mme Prince (Véronique) : Mais lui nous dit, effectivement pour poursuivre là-dessus, là, il nous dit : Soyez patients, c'est progressif, ce qu'on met en place, et donc tout va culminer à partir du budget, là, c'est progressif. Vous ne le voyez pas comme ça?

M. Ouellet : Oui, dites ça aux familles qui n'ont pas eu d'orthopédagogues pendant deux ans, s'ils veulent encore attendre. Dites ça aux aînés, qui ont de la misère d'avoir leur deuxième bain et même leur premier bain, qui doivent encore attendre. Dites ça aux millions de Québécois qui s'attendent à de meilleurs services de qualité, qui devront encore attendre. C'est ça, le message de M. Legault : On verra.

M. Pilon-Larose (Hugo) : Sur les familles, là, vous avez mentionné la contribution annuelle dans les... ce qui est demandé et qui est maintenu, pour l'instant, dans les CPE. Pour le prochain budget, est-ce que vous vous attendez à ce que cette contribution soit abolie entièrement?

M. Ouellet : Bien j'espère! C'était l'engagement fort que M. Legault a pris. Je veux dire, il voulait effectivement réduire les tarifs et retourner au tarif unique. On se serait attendus aujourd'hui de donner du souffle aux familles du Québec en enlevant effectivement cette taxe libérale, la taxe famille, et en donnant le tarif unique à tout le monde. Là, on gèle la compensation supplémentaire, mais on garde l'indexation du tarif unique. Alors, demain matin, les familles du Québec, ce qu'ils vont comprendre, en 2019, ils vont payer plus cher pour leurs services de garde. Ça, c'est un fait réel. Merci à vous.

(Fin à 13 h 26)

Participants


Document(s) associé(s)