Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Dominique Anglade, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’immigration

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Dominique Anglade, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’immigration

Version finale

Le mercredi 5 décembre 2018, 9 h 48

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Neuf heures quarante-huit minutes)

Mme Anglade : Alors, bonjour. Alors, aujourd'hui, je viens ici pour parler de la motion que nous allons présenter aujourd'hui en Chambre, et je vais vous la lire.

Alors : «Que l'Assemblée nationale demande au gouvernement caquiste de s'engager formellement à soumettre la décision de baisser les seuils d'immigration à un vote aux deux tiers des membres de l'Assemblée nationale, comme le proposait l'actuel premier ministre le 15 mars 2016.»

Alors, nous, ce que nous voulons, ce que nous souhaitons, c'est qu'il y ait un minimum de cohérence. Jusqu'à présent, on a vu une Coalition avenir Québec qui se comporte d'une certaine manière quand elle est dans l'opposition, d'une autre manière quand elle est au gouvernement. Et étant donné l'ampleur des changements, on souhaite qu'il y ait un vote aux deux tiers qui soit pris sur ce sujet, d'autant plus que la proposition qu'ils font aujourd'hui ne prend aucunement en considération le contexte qui a grandement changé depuis l'émergence de cette idée-là il y a déjà plusieurs années, donc ne prend pas en considération les problèmes de pénurie de main-d'oeuvre, ne prend pas en considération le taux d'intégration de nos immigrants. Et tout ça fait en sorte que, nous, ce que l'on souhaite avoir, c'est un vote aux deux tiers sur cette question, et c'est la motion que nous allons déposer aujourd'hui. Voilà.

Mme Biron (Martine) : Mme Anglade, pourquoi est-ce que vous déposez une motion alors que vous avez toujours refusé de soumettre les seuils d'immigration aux deux tiers de l'approbation de l'Assemblée nationale?

Mme Anglade : Bien, en fait, ça a été proposé par la Coalition avenir Québec. C'est elle qui disait que c'était tellement important. On se retrouve aujourd'hui dans l'opposition, on est en droit de demander au gouvernement, maintenant, la cohérence qu'ils nous ont toujours demandée par le passé, et c'est la raison pour laquelle on le soumet.

Puis j'aimerais souligner également que, dans la proposition qu'ils font, c'est sur un plan sur un an, ce qui empêche d'avoir réellement un débat de fond. En faisant un plan juste sur un an et pas un plan triennal, on n'est pas obligés de tenir les débats, et, nous, ce que nous voulons, c'est renforcer ce message-là avec le gouvernement.

Mme Biron (Martine) : Mais pourquoi est-ce qu'à l'époque vous vous opposiez à cette façon de procéder?

Mme Anglade : Je pense qu'à l'époque c'était le maintien des seuils, hein, qui était proposé. Il n'y avait pas de changement drastique qui était proposé, on avait des seuils qui étaient maintenus. Aujourd'hui, le message qui est lancé par la CAQ, ce n'est pas des seuils qui sont maintenus, et on demande un vote aux deux tiers, c'est des seuils qui changent de manière importante. Alors, c'est ça, la grande différence qu'il y a par rapport à lorsqu'on était au gouvernement.

Mme Biron (Martine) : Alors, vous voteriez contre, j'imagine, cette baisse de seuils là?

Mme Anglade : Nous voterions contre la baisse des seuils, définitivement, définitivement, pour toutes les raisons qui ont été énoncées par le passé. Et même, je vous dirais, même depuis l'élection, on continue de voir les enjeux de pénurie de main-d'oeuvre. Puis j'aimerais rappeler des faits, les chiffres : 84 % des immigrants au Québec restent au Québec après cinq ans. Ce n'est pas les 10 000 qui partent par année, les chiffres vont dans toutes les directions. C'est 84 % des gens qui restent. C'est 8,7 %, le taux de chômage des immigrants aujourd'hui au Québec, ce n'est pas 12,4 %, comme ça l'était par le passé. On ne prend pas en considération ce qui existe aujourd'hui dans le contexte actuel. Voilà.

La Modératrice : Merci.

(Fin à 9 h 51)

Participants


Document(s) associé(s)