Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Harold LeBel, porte-parole du troisième groupe d’opposition pour les aînés et les proches aidants, et M. Martin Ouellet, leader parlementaire du troisième groupe d’opposition

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Harold LeBel, porte-parole du troisième groupe d’opposition pour les aînés et les proches aidants, et M. Martin Ouellet, leader parlementaire du troisième groupe d’opposition

Version finale

Le mercredi 27 mai 2020, 8 h 30

Salle Louis-Hippolyte-La Fontaine (RC.184), hôtel du Parlement

(Huit heures trente-six minutes)

M. LeBel : Bonjour, tout le monde. Une autre grosse belle journée. Il fait chaud, ça fait qu'on va parler de climatisation.

Aujourd'hui, je m'étais préparé pour parler… Entre parenthèses, je voulais parler de ceux qui font du maintien à domicile parce que ce n'est pas tout le monde qui demeure dans les CHSLD. Mais les nouvelles d'aujourd'hui, de M. Despatie, qui avait averti le gouvernement, depuis le 7 avril, qu'il allait y avoir des problèmes, puis qu'il était prêt à bouger rapidement pour climatiser, ça me vire à l'envers encore parce que, je le répétais hier, moi, je suis porte-parole des aînés depuis quelques années déjà, et, à chaque mois de mai, je suis revenu... On a sorti des questions que j'ai posées en 2018. Je me rappelle de l'année passée, aussi, j'avais posé la question. Ça nous revient à chaque année, cette affaire-là, la canicule. À chaque année, il y a des nouvelles qui sortent à chaque été.

Ça fait que je ne peux pas croire que... Tu sais, déjà, je me posais des questions. Bien, comment ça se fait que le gouvernement n'a pas bougé? Il savait, là... Tu sais, la COVID, on ne le savait pas, mais la canicule, on sait ça depuis longtemps, que ça arrive l'été puis qu'il faut faire quelque chose. Le gouvernement n'a rien fait. Et là on apprend que, le 7 avril, c'était avancé pour déjà faire des choses puis s'assurer que les chambres soient climatisées. Les dernières années, on disait qu'on allait climatiser des aires communes. On voit bien que les aires communes, aujourd'hui, là, ce n'est pas ça qu'il faut, c'est des chambres, puis il y a une chambre sur quatre qui est climatisée.

Ça fait qu'aujourd'hui, là, je m'en venais à pied. J'ai choisi ma journée pour m'en venir à pied. Il faisait chaud. J'imagine les aînés puis j'imagine les travailleurs, les préposés aux bénéficiaires, les infirmières, c'est l'enfer, là, qu'ils doivent vivre, là, dans cette chaleur-là. Puis, avec la pression de la COVID, je pense à eux autres puis je me dis... Tu sais, je ne peux pas... On parle du 7 avril, là. La ministre, elle ne peut pas reculer à Duplessis, là, c'est le 7 avril, c'était elle, là, qui est responsable. Là, c'est assez de dire que c'est la faute des autres. Le 7 avril…

Ça fait que, là, comment ça se fait qu'on n'a pas bougé? Et là il faut bouger rapidement. Hier j'ai posé la question : Est-ce qu'elle a nommé quelqu'un? Est-ce qu'il y a quelqu'un dans son ministère qui va être responsable de quelque chose un jour? Puis c'est qui, la personne, dans le ministère, qui a été mandatée pour coordonner ça puis s'assurer qu'on ait de la climatisation? On a encore parlé hier des génératrices. En tout cas, les mêmes réponses que j'ai depuis des années. Bref, ça, c'est sûr qu'aujourd'hui on va revenir là-dessus, là. C'est les aînés, c'est notre monde, c'est nos travailleurs qu'on appelle des anges, là, qui sont en train de travailler dans des situations complètement catastrophiques.

Mais je vais dire quand même un mot sur les EESAD. Les aînés ne sont pas, tout le monde, en CHSLD. Il y a des préposés aux bénéficiaires qui travaillent pour des entreprises d'économie sociale, qui ont vu... ces entreprises-là ont vu leurs préposés partir dans le réseau à cause des primes, et tout ça. Ça fait que quelqu'un m'a appelé, m'a expliqué que, dans son réseau, il faisait du maintien à domicile, il avait une centaine d'employés, maintenant, ils sont 22, à Montréal. Ça fait que c'est sûr qu'il y a des aînés qui demeurent chez eux, probablement dans des petits appartements pas climatisés non plus, qu'on ne connaît pas parce qu'ils ne sont pas en CHSLD, mais qui vivent aussi tout ça. Et là il n'y a pas de préposés aux bénéficiaires pour aller les voir. Il y en a qui n'ont pas vu personne depuis 20 jours. C'est des gens qui sont tout seuls, qui avaient besoin de ces gens-là. Ça aussi, peut-être pas aujourd'hui, mais on va revenir là-dessus. Là, c'est un sujet qui est important. C'est sûr qu'on fait le focus sur les CHSLD. Mais il faut comprendre qu'au Québec 80 % des aînés vivent à domicile, puis il y a, là aussi, des besoins, et on a vidé les ressources de préposés aux bénéficiaires qui travaillaient auprès d'eux.

Bref, on va revenir sur ce dossier-là. Je vais vous dire, au début, quand on m'avait donné, il y a quelques années, le dossier des aînés, moi, je disais : Ah! c'est facile, le dossier des aînés, ce n'est pas... Mais jamais je n'aurais pensé vivre quelque chose comme on vit aujourd'hui. Voilà pour moi. Des questions?

M. Laforest (Alain) : Qu'est-ce que ça dit sur la gestion du ministère quand quelqu'un — puis on a vu les images hier, là, des entrepôts pleins de climatiseurs — il y a un mois, a avisé tout le monde, puis que la note de service a été envoyée il y a deux jours, alors que ça fait un mois qu'il y a quelqu'un qui a levé le bras en disant au ministère : Youhou! y a-tu quelqu'un au bout de la ligne?

M. LeBel : Ah! ça na pas de sens. Puis souvent on le voit, là, les... L'autre jour, j'avais posé une question à la ministre, sur les proches aidants qui vont aller dans les hôpitaux, en commission parlementaire virtuelle. Elle m'a dit : Oui, oui, il n'y a pas de trouble. Mais j'ai appris que la consigne avait parti quelques heures après mon intervention, et les hôpitaux ont bougé une journée ou deux après. Ça fait que c'est un ministère qui est comme ça, là. Il envoie des consignes à la dernière minute. Ils sont débordés. Les gens comprennent mal les consignes. Et ça nous donne des situations comme ça. Et, je le dis, au bout de la ligne, c'est un ministère qui est complètement désorganisé. Les aînés, là, depuis que je suis ça, il s'est promené du ministère de la Famille, au ministère de la Santé, au ministère... Le secrétariat des aînés s'ajuste à chaque fois. On fait du changement de fonctionnaires. On essaie de se replacer. Et on voit que c'est un ministère qui n'est pas capable de bouger vite, puis aujourd'hui c'est ça qu'on aurait de besoin.

Mme Crête (Mylène) : Le gouvernement a en main le rapport de l'armée canadienne sur la situation dans les CHSLD. On ne connaît pas le contenu encore. On a vu ce qu'il y avait dans celui de l'Ontario. J'aimerais vous entendre là-dessus. Est-ce qu'on devrait y avoir accès plus tôt que tard?

M. LeBel : Oui. Bien, c'est sûr qu'avoir accès à toutes ces informations le plus vite possible, c'est ça qu'il faut. Mais, comme je le disais hier aussi à la ministre, chaque député, on a des histoires, là, on est... Tu sais, je vais vous dire que, dans nos bureaux de députés, on entend... Les gens nous appellent, là, que ce soient de gens en CHSLD, ou dans les HLM, ou des... Ça fait qu'on sait exactement la situation, ce que vivent les aînés en CHSLD. Et je ne comprends pas que le... On n'a pas besoin d'attendre après un rapport de l'armée pour bouger.

Mme Crête (Mylène) : Qu'est-ce que vous pensez du fait que l'armée fasse un rapport…

M. LeBel : Actuellement, là, les sources d'information qui vont venir de partout, moi, je vais les prendre, puis, entre autres, les sources d'information qui viennent des gens qui travaillent dans le réseau. Tu sais, on a appris hier… La question de Pascal était claire. On a appris que, dans le réseau, il y a encore la loi de l'omerta. On ne peut pas dénoncer. On ne peut pas... Moi, là, ce que j'aimerais mieux entendre... Bon, l'armée peut bien faire son rapport, mais ce que je veux entendre aussi, c'est les gens qui vivent... Les infirmières, les préposés, ceux qui vivent la situation, là, j'aimerais les entendre puis j'aimerais que le gouvernement leur permette de parler. Actuellement, là, ce n'est pas le cas.

M. Bergeron (Patrice) : M. LeBel, est-ce que vous estimez que la ministre responsable des Aînés est encore à sa place?

M. LeBel : La question, ce n'est pas de savoir si elle est à sa place pendant la crise, là, c'est de savoir… qu'elle fasse sa job. Et actuellement on a besoin de ça.

M. Bergeron (Patrice) : Est-ce qu'elle fait sa job actuellement?

M. LeBel : Ce que je veux, c'est qu'elle la fasse. Puis ce qu'on vit aujourd'hui, là, ce n'est pas acceptable.

M. Bergeron (Patrice) : ...que vous ne compreniez pas la situation.

M. LeBel : Hier, la question que j'ai posée, c'était qu'elle me nomme quelqu'un dans son ministère qui est responsable de ce dossier-là des climatiseurs. Elle ne l'a pas fait. Ça fait que ce que je veux, aujourd'hui, là, c'est que ça soit très clair. Ce n'est pas le temps de demander la démission de la ministre ou dire qu'elle ne fasse pas sa job, là. Actuellement, en temps de crise, c'est qu'elle la fasse, sa job, qu'elle me nomme quelqu'un qui, dans son ministère, est responsable de ça, puis qu'il fasse juste ça, qu'il règle cette situation-là le plus vite possible. On ne peut pas accepter que... Récemment, tout récemment, on leur avait offert de régler ça, puis, encore là, je vous dis, là, 7 avril cette année, ça fait que qu'elle ne me revienne pas avec… du temps de Duplessis pour savoir que c'est la faute des autres.

M. Bellerose (Patrick) : M. LeBel, vous avez peut-être vu des résidences pour aînés qui n'arrivent plus à s'assurer, qui n'arrivent pas à renouveler leur assurance. Est-ce que ça vous inquiète? Et qu'est-ce que Québec peut faire pour aider les résidences ou les assureurs?

M. LeBel : Moi, je pense que Québec a… Le gouvernement a une grande réflexion à faire sur la gestion de tout ça, là. M. Legault, je pense qu'il s'en est aperçu. Ce que j'ai de la misère à comprendre, c'est que la ministre a fait une centaine de visites dans les CHSLD, puis là on s'aperçoit aujourd'hui qu'ils ne savaient pas comment ça fonctionnait, là. Mais ce dossier-là, comme d'autres dossiers... Tu sais, on parle de nationaliser les CHSLD privés, ça poppe de partout, là, les idées que le gouvernement peut faire. À un moment donné, il va falloir qu'il s'arrête puis vraiment qu'il mette les gens qui connaissent ça, qu'il dise : Bien là, on aura une vraie politique sur le vieillissement de la population, puis comment on veut donner des services à nos aînés dans une population qui est âgée.

Je le répète souvent, moi, dans mon coin, dans le Bas-du-Fleuve, une personne sur quatre a 65 ans et plus. Puis, moi, ça fait longtemps que j'ai sonné la cloche, là. En octobre passé, on a organisé un gros forum sur le vieillissement de la population dans le Bas-Saint-Laurent, savoir comment on allait donner des services aux aînés. Cette réflexion-là, je l'ai faite chez nous parce qu'ici, à Québec, personne n'écoutait ça. Bien, moi, je l'ai faite chez nous, et je pense qu'au Québec on est dus. On est dus, on est vraiment dus pour une réflexion sur comment on va traiter les aînés puis comment on va adapter notre société au vieillissement de la population.

Mme Senay (Cathy) : M. Lebel, les militaires n'avaient pas le choix. Il fallait qu'ils documentent leur séjour, leur travail en CHSLD. Est-ce qu'il y a quelque chose d'ironique, pour vous, comme député du PQ, de voir que c'est l'armée canadienne qui en rajoute sur la situation dans les CHSLD?

M. LeBel : Je ne crois pas qu'ils en rajoutent. Ils sont témoins, ça fait qu'ils vont nous dire qu'est-ce qu'ils ont vu. Tu sais, moi, là, je ne fais pas de politique partisane là-dessus. Là, actuellement, la seule chose à quoi je pense, c'est que tout le monde qui ont des choses à dire sur le traitement de nos aînés dans les CHSLD le disent. Que ça vienne d'Ottawa, que ça vienne de partout, je m'en fous, il faut ça aide les aînés, puis il faut qu'on corrige notre situation.

M. Bellerose (Patrick) : M. Ouellet, sur le cirque, un petit commentaire?

M. Ouellet : Oui.

M. Bellerose (Patrick) : Qu'est-ce que vous pensez du fait que Québec vient en aide à des fonds milliardaires qui ont des filiales dans les îles Caïmans?

M. Ouellet : Bien, écoutez, j'ai cru comprendre que c'était une offre. Il n'y a pas de deal de fait encore. C'est la position du gouvernement du Québec. Je trouve ça un peu particulier qu'on se dépêche tout de suite à mettre une offre sur la table. On a plein de restaurateurs, plein de commerçants qui demandent l'aide de Québec. Ce sont déjà des entreprises, de la propriété québécoise, et on ne leur donne pas de nouvelles. J'entendais différents artistes aussi dire qu'ils ont besoin d'aide chez nous, le domaine du tourisme aussi.

Donc, je ne voyais pas c'était quoi, l'urgence, et quelle était la nécessité d'annoncer ça rapidement, hier, en moins de 10 minutes, avant une période de questions, pour dire : Bien, voici la position de Québec dans le Cirque du Soleil. Moi, honnêtement, là, quand on m'appelle dans mon bureau de circonscription, là, il n'y a pas personne qui me parle du Cirque du Soleil. Mais on me rappelle que, si jamais on met de l'argent dans le Cirque du Soleil… On me rappelle Bombardier, on me rappelle Rona et on me rappelle des histoires qui, malheureusement, ont coûté cher au bas de laine des Québécois.

Donc, je ne vois pas l'urgence. Je comprends que le ministre Fitzgibbon aime probablement ça jaser avec des «big shots». Mais là les «big shots», au Québec, là, ce sont tous nos entrepreneurs, dans toutes les régions du Québec, qui ont de la misère, qui ont besoin d'aide, et les programmes actuels ne répondent pas… Et c'est ça qu'on devrait sauver prioritairement. Elles sont déjà à propriété québécoise. Et, pour moi, le Cirque du Soleil viendrait à une deuxième étape.

Cela étant dit, j'ai entendu le ministre Fitzgibbon parler de son deal ce matin. Je demeure un peu perplexe quant à la volonté des actionnaires actuels de payer les créanciers actuels, c'est-à-dire ceux et celles qui n'ont pas été payés. Je n'ai pas entendu de certitude. J'ai entendu une volonté. M. Fitzgibbon faisait référence à ce que, dans ce deal-là, il n'y ait pas d'argent qui serve à payer des dettes passées. J'en conviens, mais il y a du monde qui ont été mis à pied, sans argent, et qui ont des créances pour mettre du pain, du beurre sur la table, et ça, ça serait ma première priorité si le Québec devait donner de l'argent au Cirque du Soleil.

M. Lacroix (Louis) : Mais, quand on voit, M. Ouellet, qu'il y a un milliardaire comme Guy Laliberté qui est intéressé à racheter le cirque… Est-ce qu'on est bien avisés de mettre 200 millions dans cette entreprise-là quand on connaît les moyens de M. Laliberté et de ses partenaires?

M. Ouellet : Comme je vous dis, c'est un peu particulier. On regarde, là, le gouvernement a lancé des programmes, et une de ses premières interventions va être le Cirque du Soleil. Je vais honnête avec vous, là, je ne comprends pas l'urgence. Il y a d'autres secteurs d'activité qui ont besoin d'aide. Alors, pourquoi on doit...

M. Lacroix (Louis) : ...

M. Ouellet : Bien, c'est ça, pourquoi on doit, présentement, déjà faire une offre, alors que les actionnaires ont des poches profondes? Alors, quelle est l'urgence de précipiter l'argent des Québécois dans le Cirque du Soleil? Je ne le comprends pas. C'est comme si, dans le futur, ça serait important, pour le ministre, que, tôt ou tard, ça redevienne une propriété québécoise. C'est sorti d'où, ça, présentement? Moi, là, dans le temps de la COVID, je veux sauver les entreprises qui sont présentement québécoises. Alors, de me projeter sur un potentiel rachat d'actions qui, au final, ramènerait le cirque dans le giron du Québec, à ce que je sache, ce n'est pas la priorité des Québécois et Québécoises aujourd'hui.

M. Bellerose (Patrick) : Mais il n'y a pas un risque de voir les emplois partir ailleurs si c'est racheté par un autre fonds étranger?

M. Ouellet : Bien, ça fait partie, tôt ou tard, des aléas de toute entreprise qui fait des affaires au Québec et à travers le monde. Mais 280 millions gelés, présentement, écoutez, là, les entreprises, là, ont de la misère à vivre présentement partout au Québec, ils l'auraient pris, ce 280 millions là. Et ça aurait été une certitude dans toutes les régions du Québec. Je n'ai rien contre les emplois du Cirque du Soleil, le siège social à Montréal, mais je pense que la priorité n'est pas là. Et la question des Québécois et Québécoises aujourd'hui : Pourquoi il faut aller si vite et si fort avec le cirque, alors qu'on a des entreprises qui sont fragilisées et qui risquent de fermer, tôt ou tard, pendant cette crise?

M. Lacroix (Louis) : Mais on fait souvent l'éloge des sièges sociaux québécois, tu sais, en disant… Quand RONA est partie, on a dit : Bien, voyons, ça n'a pas de bon sens d'avoir laissé partir un fleuron québécois, etc. Et là il ne faudrait pas le sauver, il ne faudrait pas investir pour sauver une marque de commerce québécoise prestigieuse qui est connue à la grandeur de la planète?

M. Ouellet : Moi, je pense que les Québécois et Québécoises s'attendent à ce qu'on sauve le plus d'entreprises possible pendant cette crise. Présentement, on en fait une priorité pour le Cirque du Soleil. C'est ça que je questionne. Ces sommes-là devraient être disponibles pour d'autres entreprises avant.

Cela étant dit, présentement, elle est détenue par des intérêts étrangers qui ont effectivement des placements dans des endroits, disons-le, un peu douteux. Alors, quelle est l'urgence de déposer une offre pour dire : Bien, si vous voulez aller dans ce sens-là, le gouvernement du Québec serait prêt à aller à ces montants-là, sous ces conditions-là? Je ne vois pas l'urgence, présentement, de sécuriser ces investissements-là, alors qu'il y a des entreprises qui ont véritablement besoin d'aide, et qui n'ont pas d'écoute présentement, et n'ont pas de subvention directe pour les aider.

Le Modérateur : Il nous reste un peu plus de temps que prévu. Est-ce qu'il y a une autre question en français, en anglais? Très bien. Alors, merci à vous deux.

M. Ouellet : Merci à vous.

(Fin à 8 h 51)

Participants


Document(s) associé(s)