Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Conférence de presse de M. Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Conférence de presse de M. Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec

Version finale

Le mardi 14 septembre 2021, 13 h 45

Salle Evelyn-Dumas (1.30), édifice Pamphile-Le May

(Treize heures quarante-sept minutes)

M. Dubé : Alors, je suis content de vous revoir ici, à l'Assemblée, content de revenir. Très, très hâte, là, dans les prochains jours, vous allez m'entendre un petit peu plus souvent, dans les prochains jours, parler pas uniquement de la COVID, mais parler aussi des enjeux que l'on a en santé. On a passé beaucoup de temps, au cours des derniers mois, sur la COVID, mais je pense qu'il est important de faire, de temps en temps, des mises à jour sur le réseau lui-même, le réseau de la santé.

Mon sujet sur la COVID ce matin, vous ne serez pas surpris, c'est sur les tests rapides. Je suis vraiment content qu'on ait pu trouver… on a eu une opinion, là, récemment, de la Santé publique qui nous permette maintenant de travailler, très clairement, avec les tests rapides. Je suis allé même visiter, avec Jean-François Roberge, une école à Montréal, parce que la Santé publique nous est arrivée avec cette recommandation-là, que dans la quatrième vague, quand on tient compte de toutes les circonstances, effectivement, les tests rapides peuvent être complémentaires à notre stratégie où la Santé publique, comme vous le savez, avait toujours privilégié les tests PCR. Mais maintenant, dans le contexte où on est, elle était confortable de faire cette recommandation-là d'utilisation des tests rapides.

Alors, je vous dirais, en gros, ce qui a été, pour moi, une très bonne nouvelle, c'est de… Ils nous ont donné un carré de sable très clair : on pouvait commencer avec une cinquantaine d'écoles, cinquantaine d'écoles dans quatre quartiers de Montréal. C'est déjà commencé depuis la semaine passée.

Puis vous me connaissez un peu, j'aime ça être sur le terrain, donc j'ai voulu aller voir. Je me suis assis, ce matin, avec une directrice d'école, avec une secrétaire, qui, elle, la secrétaire de l'école, c'est elle qui va performer les tests quand ça arrive. Il n'y en a pas beaucoup en ce moment. Il n'y a pas beaucoup de cas comme tels. Mais, moi, je voulais savoir comment ça fonctionne puis c'était pour ça que je voulais être avec le ministre Roberge aussi.

Donc, vous pourrez poser vos questions, mais, pour moi, la très bonne nouvelle, c'est qu'on a donné un défi, maintenant qu'on a l'opinion de la Santé publique, on a donné un défi à Daniel Paré de s'occuper maintenant du déploiement. Alors, c'est un gros défi parce qu'il va falloir, à terme, qu'on soit dans toutes les écoles primaires du Québec le plus rapidement possible. C'est sûr qu'on privilégie en ce moment Montréal parce que c'est là que sont principalement les éclosions. Puis on verra avec Daniel, je pense que ça sera important, avec Daniel Paré, au cours des prochains jours, prochaines semaines, de peut-être venir faire le point aussi, comment ça se déploie parce que ça va être un élément de notre stratégie qui est très important. Ça, c'est pour les tests rapides.

Le deuxième, il est un petit moins «jojo», puis je veux vous en tenir informé sur la question du réseau de santé lui-même. Bien, vous ne serez pas surpris d'entendre qu'on a des enjeux de personnel qui sont très importants et qu'on aura à faire des choix de services dans certaines régions du Québec parce qu'il nous manque de personnel. Le manque de personnel, il n'est pas uniquement dû à la COVID. Vous le savez, on avait des enjeux de personnel bien avant la COVID. Mais là c'est sûr que tout ça a été exacerbé par les 18 mois de pandémie que l'on a eus.

Et ce que je vous dirais, là, ne soyez pas surpris, je ne sais pas si ça va sortir cet après-midi ou demain, mais, par exemple, en Abitibi, un peu comme mon collègue Lionel Carmant a annoncé hier, on va avoir des endroits en Abitibi où il va falloir fermer, par exemple, une urgence pour être capable de s'assurer qu'on n'a pas de bris de service qui n'est pas planifié. C'est-à-dire que moi, j'aime beaucoup mieux qu'on soit capable de rediriger les services à certains endroits que d'avoir des services qui ne soient pas sécuritaires pour les employés ou pour les patients.

Alors, ce n'est pas de gaieté de coeur que je vous annonce ça. Ça fait longtemps qu'on le dit qu'on a un enjeu de ressources. Comme je vous dis, par exemple, en Abitibi, ce n'est pas lié à la COVID. Mais, si on ne veut pas que la même chose nous arrive, dans notre grande région de Montréal, c'est sûr qu'il va falloir suivre ça de très près. Parce que je vous ai dit, avec les cas qui augmentent, la fragilité de notre réseau de santé, il va falloir travailler ça aussi.

Donc, je voulais juste vous mentionner qu'au cours des prochains jours, prochaines semaines, on va suivre ça de très proche, mais il se peut qu'on ait à faire du délestage important de services ou de la réorganisation des services.

Alors, c'étaient mes deux points que je voulais faire, puis je vais prendre les questions, Véronique.

Mme Porter (Isabelle) : À ce sujet-là, vous parlez de l'Abitibi, mais, à ma connaissance, il y a déjà plusieurs urgences qui ont dû fermer ces derniers temps. Il y a des bris de services à La Pocatière, il y en a en Outaouais. En quoi est-ce qu'on devrait s'étonner de ce qui se passe en Abitibi, si je peux me permettre?

M. Dubé : Bien, écoutez, c'est parce qu'en Abtibiti, ce qui est un enjeu, puis qu'on va voir — puis j'apprécie votre question — c'est qu'en Abitibi ce qu'on voit, c'est que très peu de personnel tiennent à bout de bras des services. Puis là je donne l'exemple de l'urgence de Senneterre, par exemple, où on va dire : On aime bien mieux la fermer pendant certaines heures que de l'avoir pendant 24 heures avec des gens qui sont totalement épuisés. Alors, c'est un petit peu ça.

Alors, je vous donne cet exemple-là. Puis c'est ça qu'on a discuté pas plus tard que ce matin, quand je m'en venais sur Québec avec la P.D.G., avec Caroline, puis on s'est dit : Écoutez, on est bien mieux, pendant un certain temps, puis le certain temps, il n'est pas défini, là, mais d'être certain que notre personnel puisse donner des services de qualité dans une période plus restreinte puis d'expliquer à la population, en temps et lieu, de dire : Écoutez, ça, ça va se faire à partir de la semaine prochaine, puis si, en Abitibi, vous devez... puis là je donne l'exemple, mais je ne veux pas aller trop dans le détail, que Senneterre soit servie par Val-d'Or pendant quelques semaines, bien, j'aime mieux qu'on informe les gens.

Alors, c'est ça. On va peut-être le vivre en Outaouais aussi, vous avez raison. On a réussi durant l'été à tenir ça plus souvent. Mais le problème de ressources humaines, on va y travailler. On y travaille, en ce moment, mais il va falloir trouver des solutions beaucoup plus permanentes que ce qu'on est en train de faire en ce moment.

Mme Côté (Claudie) : Est-ce que ça va affecter votre plan de reprise de chirurgies, qui était déjà très ambitieux, là, qui nous a été présenté par la Dre Opatrny?

M. Dubé : Bien, justement, c'est ça qu'on ne veut pas mettre à mal. Parce que, voyez-vous, on a réussi... Je vous avais dit qu'avec le congé qu'on donnait au personnel cet été, qui était un de nos grands éléments, qu'on allait peut-être avoir une augmentation des chirurgies en attente. Ça a été le contraire, on a été capables de le garder relativement stable, on est à peu près au même niveau des listes d'attente qu'on était au début de l'été. Ça, c'est la bonne nouvelle.

Mais ce qu'on ne veut pas, justement, c'est d'avoir un personnel tellement épuisé qu'à un moment donné ça craque, puis là on ne peut plus faire les chirurgies qu'on voulait faire.

Alors, ce que je vous dis, c'est que c'est une planification, c'est une réorganisation des services qu'on va faire de façon planifiée. Mais ça va… puis c'est pour ça que je veux l'expliquer à la population aujourd'hui, on va s'assurer qu'on donne le meilleur service, mais avec les ressources qu'on a.

Mme Lévesque (Fanny) : Pour octobre 2021, vous parliez de 100 % de chirurgies et qu'on commençait déjà à reprendre le retard. Ça, est-ce que c'est encore réaliste, octobre 2021, en raison de la quatrième vague?

M. Dubé : Bien, écoutez, jusqu'à maintenant on a réussi à ne pas avoir d'augmentation. Je vous dis, dépendamment ce qui va se passer du côté COVID... Là, je vous ai donné l'exemple d'une région comme l'Abitibi, qui est en ce moment très peu affectée par la COVID. Mais, si je regarde Montréal... Puis c'est pour ça que je vous ai dit tantôt : Là, je commence à penser hors COVID. Puis je vous dis : Écoutez, à Montréal, il ne faudrait pas que ça continue, une augmentation des soins intensifs, parce qu'à chaque personne qui va aux soins intensifs, bien, j'enlève une chirurgie cardiaque non urgente, etc. Donc, je vais toujours vous donner la même réponse : Ça va dépendre de ce qu'on va vivre dans la quatrième vague. Puis c'est pour ça que j'insiste pour que les gens qui ne sont pas vaccinés aillent se faire vacciner.

M. Larin (Vincent) : Mais juste, M. Dubé, comprendre. Parce que, là, vous nous dites : Il faut apprendre à vivre avec le virus, mais vous mettez toujours ça un peu sur le cas de l'incertitude, qu'est-ce que le virus va nous amener. Mais là, dorénavant, vous nous dites, la reprise des chirurgies va dépendre de l'évolution du… Donc on ne sait plus, en fait, là, il n'y a plus d'objectif pour la reprise des chirurgies.

M. Dubé : Ah! bien, moi, j'ai toujours le même objectif, j'ai toujours le même objectif. Puis c'est pour ça que je vous dis... J'ai dit qu'on était capables, à partir du mois d'octobre, d'être capables de baisser nos listes d'attente. Ce que je vous dis aussi, c'est que j'ai un problème de personnel qui est criant. Je n'aurais jamais pensé, au début de l'été, qu'on aurait le problème de personnel qu'on a en ce moment. Ça, pour moi, c'est clair. Et c'est pour ça que je redemande aux Québécois, puis je le sais que j'insiste, mais il faut que nos Québécois aillent se faire vacciner.

Maintenant, ce qu'on va réussir à faire dans les prochaines semaines, puis c'est pour ça que je vous demande qu'on puisse vous le déposer, on va trouver toutes les façons... Le premier ministre l'a dit, il nous manque 4 000 infirmières dans notre réseau. Il faut aller en trouver qui reviennent du privé, qui reviennent des agences, qui reviennent de leur retraite. Mais, pendant ce temps-là, c'est ce personne-là qui va venir nous aider. Mais il faut qu'on prenne le temps de le faire comme il faut avec eux.

On a une chance, la convention a été signée durant l'été, la convention avec la FIIQ. Ça, pour moi, c'est une très bonne nouvelle, ce que Mme LeBel a réussi à faire. Mais les documents ne sont même pas encore finalisés, là, le détail de comment on va être capable de baisser le TSO. On le sait que, quand on va baisser le TSO, qui était un élément clé de la convention, il y a beaucoup d'infirmières qui vont vouloir revenir parce que c'est un de leurs principaux enjeux, c'était d'éliminer le TSO.

Donc, c'est tous ces éléments-là qui semblent un peu comme des balles avec lesquelles on jongle, là. Pour répondre à votre question, oui, il y a encore des incertitudes, mais on les règle une par une. Puis je suis très content que la convention soit signée.

La Modératrice : Une dernière en français. M. Dubé, je vais vous demander de faire des réponses courtes, puis ensuite on va aller aux collègues en anglais.

M. Dubé : J'essaie de les faire courtes.

Mme Lévesque (Fanny) : Bien, juste à propos de la pénurie de main-d'oeuvre. Donc, vous parlez, exemple, de l'Abitibi, là, il y a très peu de cas de COVID là-bas, donc elle est attribuable à quoi? Les ruptures de services sont attribuables à quoi?

M. Dubé : On a une compétition très forte avec l'Ontario, très, très, très forte avec l'Ontario. Il y a des...

Mme Lévesque (Fanny) : O.K. Puis dans d'autres régions...

M. Dubé : Bon, c'est ça. Alors, prenez en Abitibi, très semblable à ce qu'on vit avec l'Outaouais, des primes qui sont payées en Ontario de 10 000 $ pour venir chercher de nos infirmières. On a des enjeux très spécifiques avec l'Ouest du Québec.

Mme Lévesque (Fanny) : Est-ce qu'il y a des effets de la vaccination obligatoire déjà? Est-ce que vous le sentez qu'il y a des gens qui partent puis que ça...

M. Dubé : Pas pour le moment parce qu'on a vu quand même une progression de 2 % depuis qu'on a annoncé l'obligation vaccinale, qui est passée de 91 % à 93 %. J'ai demandé aux P.D.G. de suivre ça de très proche parce que je veux le savoir d'avance si on va avoir du manque de personnel. Mais, pour le moment, on suit ça de très, très proche.

La Modératrice : Raquel Fletcher, Global.

Mme Fletcher (Raquel) : ...the rapid testing in schools has been described as a total mess and the opposition parties are saying : You had all summer to prepare, you were unprepared, you're reacting now to increasing COVID numbers and it's not going well.

M. Dubé : Well, it's easy to say. I'll say it very clearly in English as well. We just have received the full recommendation of Public Health on that. The preference of Public Health over the last year was to go PCR all the way. We asked the Public Health to revise their statement because the fourth wave is different, and we think that the complimentary recommendation that we have to use the rapid test is doable. And, to make it practical, they started with 50 locations, 50 schools in four different regions in Montréal where we started last week. I went myself this morning, with Jean-François Roberge, to see how it will be implemented. I'm very pleased with what I saw this morning, and we had the confirmation over the weekend that Daniel Paré has accepted... he has done a tremendous job on the vaccination, he will be responsible for implementing rapid tests in the schools.

Mme Fletcher (Raquel) : ...a total mess. What do you say to them?

M. Dubé : Well, I think, if we look at vaccination, if you look at testing, it always seems to be a mess in the first few days. What I'm asking people is to just give us a few days and we'll show, with Daniel Paré, that we'll make a success of rapid tests the same way as we have done with vaccination and testing.

Mme Senay (Cathy) : Today, you mentioned the case of Abitibi, the Abitibi region, but what are you saying to Quebeckers waiting for surgery and having lots of pain as the Health Minister today?

M. Dubé : Yes, I think the positive message, but reality message that I'm giving to Quebeckers : we have been able to go through a fourth wave, especially this morning… this summer, sorry, not to increase those waiting lists. This summer, we have been able to be stable because of the external clinic that we use, and all that. 

But I'm asking Quebeckers right now to make sure they go, if they're not vaccinated yet. They're the ones... at 90%, they're the ones that are not vaccinated that are taking the spot of those people that should be in hospital to get their surgery. So, right now, the best service that we could have from those non vaccinated is to get vaccinated so we can continue to improve on our waiting list.

La Modératrice :M. Dubé va devoir quitter. Est-ce que ça va?

M. Dubé : Oui, sans ça, je vais me faire disputer. 

Mme Senay (Cathy) : ...you said that Abitibi was another reason why there was this break in service. So, I have the impression that the health sector, the health care system is so much under pressure. What's your exit strategy?

M. Dubé : That's exactly what I explained. I need to work on the reorganization of services in certain regions because the pressure is coming from other things, like pressure from Ontario that hires all people. So, I'm dealing with that and I'm dealing with COVID-19. But, on the COVID side, I'm saying to Quebeckers the non-vaccinated can make a big difference. Thank you very much.

La Modératrice : Merci beaucoup, M. Dubé

(Fin à 14 h 01)

Participants


Document(s) associé(s)