Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Andrés Fontecilla, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de logement et d’habitation

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Andrés Fontecilla, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de logement et d’habitation

Version finale

Le vendredi 8 avril 2022, 9 h 40

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Neuf heures trente-sept minutes)

M. Fontecilla : Bonjour, mesdames messieurs. Je suis ici pour vous parler de l'interpellation de ce matin du gouvernement de la CAQ concernant la crise du logement, plus particulièrement l'inaction du gouvernement dans ce domaine.

Moi, je suis ici pour poser deux questions à la ministre de l'Habitation, Mme Andrée Laforest. Elle nous a fait deux promesses, au cours des deux dernières années. La première, c'est d'encadrer, et peut-être interdire, pourquoi pas, le phénomène de rénoviction, un véritable fléau qui affecte des milliers de ménages locataires. On a fait des consultations, on a eu des discussions, et, depuis ce temps-là, il n'y a plus rien. Qu'est-ce qui se passe avec sa promesse d'encadrer les rénovictions qui continuent à mettre à la rue des familles, partout à travers le Québec?

Deuxième question que je veux poser à la ministre, c'est : Qu'est-ce qu'elle entend faire concernant sa décision, qu'elle a dite elle-même au salon bleu et en Chambre, de mieux encadrer la clause F qui permet des augmentations complètement délirantes, abusives des loyers, des unités locatives, dans des bâtiments construits il y a moins de cinq ans? Elle s'était engagée à voir cette question-là et à agir, et pourtant on attend.

La fin de la session arrive, là, dans quelques semaines, elle aurait le temps de déposer un projet de loi pour changer le Code civil et mieux encadrer cette pratique détestable qui affecte, quotidiennement, encore cette semaine, des ménages à travers le Québec. Voilà, c'est les deux questions que j'entends poser à la ministre ce matin. Merci.

Mme Prince (Véronique) : Concernant le budget fédéral, est-ce que vous avez eu le temps de prendre connaissance un peu de ce qui était fait en matière d'habitation et de logement? Et est-ce que vous trouvez que ça compense pour cette inaction de Québec que vous dénoncez, là?

M. Fontecilla : Effectivement. Encore une fois, c'est le gouvernement fédéral qui vient agir à la place du gouvernement du Québec, là, pour tenter, tant bien que mal, là, d'aider, d'un côté, l'accès à la propriété pour les familles et, d'autre part, d'inciter à la construction de nouveaux logements, là, pour combler le grave déficit habitationnel qui affecte le Québec et l'ensemble du Canada. Et le plus étonnant, c'est que le gouvernement du Canada entend même adopter une taxe antispéculation dans le domaine immobilier, anti-flip, alors que le ministre des Finances s'est opposé mordicus, depuis plusieurs mois, à envisager même l'instauration d'une telle taxe. C'est le gouvernement fédéral qui est en train de faire la job qui devrait être faite par le gouvernement du Québec.

Mme Prince (Véronique) : Moi, j'aurais peut-être une question sur un autre sujet. Concernant le départ de Danielle McCann et Marguerite Blais, est-ce que vous trouvez que ça survient à un drôle de moment, qu'on sache qu'elles ne vont pas solliciter un autre mandat?

M. Fontecilla : Écoutez, pour moi, ce n'est pas étonnant étant donné leur bilan, là, comme ministre déléguée aux Personnes aînées et comme ministre de la Santé. C'était écrit dans le ciel que ces deux députées-là, ex-ministre et ex-ministre, n'allaient pas se représenter. Ça aurait été très étonnant. Moi, je ne suis pas étonné.

Mme Prince (Véronique) : Est-ce que vous pensez que c'est une bonne chose, qu'elles ne se représentent pas? Tu sais, est-ce que vous saluez leur travail ou, au contraire, vous dites : C'est bien qu'elles partent?

M. Fontecilla : Écoutez, je salue toujours le travail des députés et des ministres. Je pense qu'ils agissent, en général, de bonne foi. Mais il y a eu des graves manquements dans le traitement de la pandémie, surtout dans les CHSLD. Et évidemment la question, il faut la poser au gouvernement, là. Mais ces deux ministres-là, en campagne électorale, pour moi, c'est un véritable boulet pour la Coalition avenir Québec.

(Fin à 9 h 41)

Participants


Document(s) associé(s)