Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Monsef Derraji, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.
  • En direct sur le Web

Point de presse de M. Monsef Derraji, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé

Version finale

Le mercredi 1 juin 2022, 11 h 10

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Onze heures douze minutes)

M. Derraji : Oui, bonjour. Merci d'être là. Au fait, aujourd'hui, c'est le vote pour le projet de loi n° 28, donc, le projet de loi qui prolonge l'état d'urgence sanitaire.

Donc, malheureusement, le gouvernement, il n'a pas suivi un peu les recommandations de beaucoup de groupes, de lever tout simplement l'état d'urgence sanitaire et non pas le prolonger jusqu'à la fin de l'année, jusqu'au 31 décembre 2022. Donc, aujourd'hui, le gouvernement, en votant pour ce projet de loi, prolonge l'état d'urgence sanitaire. Et, aujourd'hui, le Parti libéral du Québec a voté contre le prolongement de l'état d'urgence sanitaire parce que le gouvernement va continuer à gérer en utilisant des décrets jusqu'à la fin de cette année. Donc, pendant la prochaine campagne électorale, le Québec sera, encore une fois, géré par décret, à partir d'aujourd'hui, jusqu'à la fin du 31 décembre. Et vous étiez nombreux à suivre nos débats, notamment, en ce qui concerne les contrats, les contrats gré à gré, le fait de ne pas suivre le processus des appels d'offres, le fait que le personnel du réseau de la santé souffre déjà de la pression de la pandémie. Donc, c'est pour toutes ces raisons et le non-respect d'une démocratie saine qui nous a conduits à voter contre ce projet de loi.

Ce qu'on a proposé au gouvernement, par contre, c'est utiliser notre temps précieux en tant que parlementaires pour changer la Loi sur la santé publique et pour parler des vraies affaires qui vous touchent au quotidien, notamment l'accès à un médecin de famille, notamment la situation dans les urgences, où les gens et les Québécois, maintenant, attendent plus de temps, contrairement aux résultats de 2018. Donc, malheureusement, encore une fois, le gouvernement va de l'avant avec son projet de loi. Nous avons voté contre ce projet de loi parce qu'on ne croit pas que le Québec peut et doit continuer à être géré comme en état d'urgence sanitaire.

Merci beaucoup.

(Fin à 11 h 14)

Participants


Document(s) associé(s)