Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Gabriel Nadeau-Dubois, chef du deuxième groupe d’opposition, et M. Alexandre Leduc, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’enseignement supérieur

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Gabriel Nadeau-Dubois, chef du deuxième groupe d’opposition, et M. Alexandre Leduc, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’enseignement supérieur

Version finale

Le vendredi 3 juin 2022, 8 h

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Huit heures deux minutes)

16  827 M. Nadeau-Dubois : Bonjour, tout le monde. Content d'être parmi vous ce matin. On apprend donc, ce matin, que Bernard Drainville va faire le saut en politique avec la Coalition avenir Québec. Pour moi, ça vient confirmer ce que François Legault nous a annoncé en fin de semaine, c'est-à-dire que François Legault a l'intention de faire une campagne électorale sur les thèmes des signes religieux et de l'immigration. François Legault veut que les signes religieux et l'immigration, ce soient les questions de l'urne à la prochaine élection québécoise, c'est plus clair que jamais.

Pendant ce temps-là, qu'est-ce qui se passe au Québec? Bien, faire l'épicerie, ça coûte 700 $ de plus par année, le prix des maisons augmente deux fois plus vite que les salaires, et il y a 5 000 bâtiments qui sont menacés par les changements climatiques au Québec. Ça, c'est ce qui se passe dans le vrai monde. Et moi, je pense que ce sont ça, les priorités des Québécois et des Québécoises : la crise du coût de la vie, la crise du logement puis la crise environnementale.

Donc, pendant que François Legault ferme les yeux et s'imagine en Louisiane, nous, à Québec solidaire, c'est sur ces thèmes-là qu'on va faire campagne, puis on va avoir des solutions pour les vraies crises auxquelles font face les Québécois et les Québécoises.

Une voix : ...

17  935 M. Leduc : Si vous permettez, merci. On voit, cette semaine, une statistique alarmante, qui est le bond de 36 % des accidents du travail chez les moins de 16 ans, les adolescents, les enfants. C'est une situation alarmante et c'est vraiment regrettable. C'est hallucinant que le ministre du Travail ne s'en préoccupe pas davantage.

Le travail des enfants, ce n'est pas la solution à la pénurie de main-d'oeuvre. Les histoires d'Oliver Twist, on les aime dans les livres, pas dans la réalité. Les jeunes de 11, 12, 13 ans, ils ne sont pas équipés intellectuellement pour confronter un patron qui voudrait leur faire faire des tâches dangereuses et qui voudrait carrément, potentiellement, les exploiter. D'autres provinces ont récemment modifié l'âge légal à 16 ans, par exemple, comme en Colombie-Britannique. Nous, on pense qu'il faut réfléchir très sérieusement à cette possibilité-là, avoir une CNESST beaucoup plus présente sur le terrain. Parce que, si cette tendance-là se solidifie, ce qui était, à la limite, un phénomène marginal à l'époque va générer encore plus d'accidents de travail. On ne peut pas se permettre ça au Québec. Le travail des enfants n'est pas la solution à la pénurie de main-d'oeuvre. Merci.

M. Bergeron (Patrice) : M. Nadeau-Dubois, êtes-vous étonné de la décision de M. Drainville, annoncée aujourd'hui ou, du moins, à confirmer, là, mais...

16  827 M. Nadeau-Dubois : Bien, moi, ce qui ne me surprend pas, c'est que, quelques jours après avoir annoncé ses couleurs, quelques jours après avoir annoncé qu'il veut faire campagne sur la laïcité et l'immigration, M. Legault va recruter le père de la charte des valeurs. C'est tout à fait cohérent avec la stratégie électorale que François Legault a annoncée en grande pompe en fin de semaine. Il veut que les questions de l'urne, ce soit la laïcité et l'immigration. Donc, le recrutement du père de la charte des valeurs, c'est tout à fait cohérent avec cette stratégie-là. Donc, en ce sens-là, non, ça ne me surprend pas.

Mme Lévesque (Fanny) : Est-ce que ça vient aussi envoyer un signal... Cette semaine, on en a entendu beaucoup parler. Est-ce que M. Legault a, en quelque sorte, un agenda caché, veut faire la souveraineté? Est-ce qu'aller chercher un ancien ministre péquiste ça vient ranimer cette hypothèse-là, à votre avis?

16  827 M. Nadeau-Dubois : Moi, les... comment dire? Le commentaire politique hypothétique sur les hypothétiques agendas peut-être cachés ou à moitié cachés, ça m'intéresse assez peu. Ce que je constate, là, c'est que François Legault a abandonné le rêve de l'indépendance. Il a abandonné ce projet de société là. Tout ce qui lui reste, c'est la survivance. C'est des luttes éternellement recommencées et éternellement défensives avec Ottawa. Ça le mène systématiquement dans des culs-de-sac. Nous, ce n'est pas ça, notre projet pour le Québec. Nous, on a un plus grand projet que ça pour le Québec. C'est bien sûr l'indépendance, mais aussi la transition écologique, la réconciliation avec les Premières Nations.

Mme Lévesque (Fanny) : Mais est-ce que ça ne vient pas, justement, aussi démontrer que peut-être la souveraineté n'est pas une priorité? Parce que, là, on a des souverainistes qui changent de parti, qui choisissent un parti qui est nationaliste et pas souverainiste. Vous le voyez comment?

16  827 M. Nadeau-Dubois : Il y a aussi des indépendantistes qui se joignent à Québec solidaire. On a recruté, par exemple, Philippe Pagé dans Richmond, qui a longtemps travaillé avec le ministre Réjean Hébert en Estrie, qui était du Parti québécois. On a recruté Shophika Vaithyanathasarma dans Marie-Victorin, on a recruté Marc-Olivier Neveu, un jeune indépendantiste des Laurentides, dans Saint-Jérôme, on a recruté Mélissa Généreux, elle-même une grande indépendantiste. Donc, il faut, je pense, arriver en 2022, puis, en 2022, le constat, c'est que le mouvement indépendantiste, il est pluriel.

Mme Lévesque (Fanny) : ...dans ce cas-ci, il quitte... dans ce cas-ci... Vous, vous allez chercher des indépendantistes, vous êtes un parti indépendantiste. Mais, dans ce cas-ci, il quitte, si on veut, pour un mouvement nationaliste.

M. Nadeau-Dubois : Ce sont leurs choix. Ils décident d'abandonner ce projet de société là, c'est leurs choix. Moi, je... Les gens doivent se présenter en politique pour qui ils veulent puis ils ont le droit de biffer certains projets de société, certains rêves qu'ils ont déjà eus. C'est leurs choix. Je n'ai pas grand-chose d'autre à dire que le fait que les gens font les choix politiques selon leurs convictions.

Nous, on a un projet qui est ambitieux pour le Québec, on a un projet de transformation du système politique québécois, un projet de transformation de la société québécoise. Et tous les gens qui veulent accomplir ce projet-là, bien, ils sont les bienvenus à Québec solidaire.

M. Poinlane (Pascal) : Est-ce que M. Drainville renie ses convictions, d'abord, si vous dites qu'on va en politique pour ses convictions?

M. Nadeau-Dubois : Oui, ça sera à lui de le dire. On va le laisser faire son annonce. Quelles sont les convictions de Bernard Drainville en 2022? À lui d'y répondre. Moi, ce qui m'intéresse, là, c'est que ça confirme, ça confirme la stratégie électorale annoncée par François Legault la fin de semaine dernière. François Legault a dit : Je veux un mandat fort pour les signes religieux et l'immigration. Moi, ce que je dis aux Québécois, Québécoises, c'est : Je veux un mandat fort pour le coût de la vie, la crise du logement et l'environnement.

M. Bossé (Olivier) : Il y a sûrement un moyen de faire les deux, parler immigration puis coût de la vie?

M. Nadeau-Dubois : Quand on met autant de poids, comme premier ministre du Québec... quand on dit : Je veux un mandat fort pour ces deux enjeux, on annonce ses couleurs, on envoie un signal. M. Legault a annoncé clairement son plan de match électoral. Ce que je vous dis, ce matin, c'est que nous aussi, on a un plan de match électoral, et il très différent.

M. Gagnon (Marc-André) : Dans le même discours, François Legault, la fin de semaine dernière, a aussi parlé de venir en aide à nouveau aux Québécois pour faire face à l'inflation. Donc, comme mon collègue le souligne, il y a moyen de faire les deux aussi.

M. Nadeau-Dubois : François Legault a dit bien des choses sur bien des sujets, mais il m'apparaît incontestable, après la semaine qu'on vient de vivre et après l'instance, et le thème de l'instance, le thème de l'instance de la CAQ, qui était la fierté, que le plan de match de François Legault, c'est de faire de l'immigration et de la laïcité les questions de l'urne. Nous, on va se battre pour que les questions de l'urne, ce soient le coût de la vie, la crise du logement puis l'environnement.

M. Gagnon (Marc-André) : ...sur le cas de Bernard Drainville, là, il y a des analystes qui le voient peut-être comme ministre responsable de la Capitale-Nationale. Est-ce que c'est une mauvaise nouvelle pour Geneviève Guilbault? Ça vous fait sourire, en tout cas.

M. Nadeau-Dubois : Bien là... Non, mais je comprends, là, il faut... Et je comprends les analystes de faire leur travail, mais il n'a même pas encore fait sa conférence de presse, et là nos amis analystes sont déjà en train d'attribuer les postes du Conseil des ministres. Ça fait qu'on va attendre qu'il fasse son annonce, on va voir dans quelle circonscription il se présente. À ma connaissance, ça n'a toujours pas été annoncé. Moi, je n'ai pas d'information sur le sujet.

Mais j'ai hâte de le voir, M. Drainville, s'il se présente pour la CAQ, défendre le projet de troisième lien. J'ai très hâte de le voir dire à quel point ce projet-là est un projet vert qui nous fait avancer dans la lutte aux changements climatiques. J'ai hâte de voir la grosseur de la tasse de Kool-Aid qu'il va boire pour vendre l'aspect écologique du troisième lien de François Legault.

Mme Côté (Claudie) : Mais, en même temps, vous, vous dites que M. Drainville revient pour parler de signes religieux. Or, on ne le sait pas. Vous faites la supposition, vous aussi?

M. Nadeau-Dubois : Un des gestes politiques les plus connus de Bernard Drainville, c'est la rédaction de la charte des valeurs. Ça, ça m'apparaît difficile à contester. Et François Legault, il y a quelques jours, a dit : Je demande un mandat fort pour les signes religieux et l'immigration. Donc, l'annonce de ce matin, ça m'apparaît être la confirmation que c'est ça, le plan de match de François Legault. Ça m'apparaît confirmé, la tendance qui se dessine depuis plusieurs jours, puis c'est une tendance lourde. François Legault veut faire une campagne sur ces sujets-là. Nous, on va travailler très fort pour imposer d'autres sujets : la crise du logement, la crise du coût de la vie puis l'environnement.

M. Bergeron (Patrice) : Vous, quand vous dites que vous voulez un mandat fort pour la crise du logement, la crise du coût de la... la crise climatique, mais vous voulez aussi un mandat fort pour l'indépendance. Vous faites les deux en même temps, non?

M. Nadeau-Dubois : Ça fait partie de notre projet de société, mais nous, défendre le français puis faire l'indépendance, on veut faire ça en unissant les Québécois et les Québécoises, pas en pointant du doigt les immigrants, pas en racontant des histoires de peur puis en disant que 7 000 immigrants qui arrivent par le regroupement familial vont nous amener à la Louisiane. Ça, ce n'est pas sérieux puis c'est le signe d'un premier ministre qui n'a pas réellement de projet de société, là, à proposer aux Québécois, Québécoises. Donc, il se replie sur une politique du pointage de doigt, où il dit : Attention, la nation est menacée par 7 000 personnes qui arrivent par le regroupement familial.

Mme Côté (Claudie) : Peut-être un mot pour François Paradis, qui ne se représente pas. Vous l'avez quand même côtoyé plusieurs années.

M. Nadeau-Dubois : À ma connaissance, son annonce officielle n'a pas été...

Mme Côté (Claudie) : Oui... je l'ai ici.

M. Nadeau-Dubois : Oui. Vous êtes tellement plus... mieux informés que moi, encore une fois...

Une voix : ...

M. Nadeau-Dubois : Moi, j'ai eu le plaisir de travailler étroitement avec François Paradis dans le cadre de mes fonctions de leader parlementaire. Puis l'Assemblée nationale, c'est une grosse machine, c'est une institution qui est parfois lente à évoluer. Et moi, je veux saluer le fait que M. Paradis a travaillé, malgré les contraintes, à faire évoluer l'institution, pas... Ça n'évolue jamais assez vite au goût de Québec solidaire, mais il a essayé, il a mis son épaule à la roue pour faire évoluer notre Parlement, avec sincérité, puis je veux le remercier pour ça.

M. Gagnon (Marc-André) : Mais vous lui avez donné de la misère, quand même, Québec solidaire, notamment avec le débat sur l'habillement de votre députée Catherine Dorion.

M. Nadeau-Dubois : Moi, je pense que ce sont... Moi, j'ai toujours eu des relations... À l'époque, j'étais leader parlementaire, j'étais au coeur de ces débats-là...

M. Gagnon (Marc-André) : Votre habillement, il le trouvait correct, vous, c'est ça?

M. Nadeau-Dubois : Non, moi, il m'a toujours dit que j'étais bien, bien correct. Non, mais j'allais dire... Nous, on a toujours eu, lui et moi, de très belles relations. Et surtout moi, j'ai toujours senti que François Paradis cherchait à trouver l'équilibre entre, oui, un respect nécessaire des règles qui sont celles du Parlement mais aussi une protection des individus. Et moi, j'ai vu François Paradis, par moments, aussi, rappeler aux autres partis que l'acharnement envers Catherine à l'époque n'était pas souhaitable. Donc, moi, j'ai trouvé qu'il s'est bien comporté à cette époque-là. Je trouve qu'il a fait preuve de nuance et d'équilibre. Puis son travail à moderniser le Parlement, malgré des contraintes énormes, énormes, c'est un travail que je veux saluer ce matin.

Mme Senay (Cathy) : Mr. Nadeau-Dubois, the fact that the CAQ is recruiting... Êtes-vous corrects ou...

M. Gagnon (Marc-André) : Oui, j'aurais peut-être une autre question.

Mme Senay (Cathy) : O.K. Bien, vas-y.

M. Gagnon (Marc-André) : Le sondage, ce matin, Léger, sur la langue française, là, de voir qu'il y a seulement 22 % des gens qui pensent que c'est suffisant, donc, le projet de loi n° 96, est-ce que ça ne vous fait pas regretter, en voyant ça, d'avoir appuyé l'adoption de ce projet de loi là?

M. Nadeau-Dubois : Oui, c'est un projet de loi qui, sur certains aspects, ne va pas assez loin. Notamment, nous, on aurait souhaité que la loi 101 s'applique aux entreprises de 10 employés et plus, pas seulement 25 employés et plus. Donc, il y a certains éléments sur lesquels nous, on serait allés plus loin. Il y a d'autres éléments qui sont injustes et qui sont inacceptables, de l'autre bord. Par exemple, la fameuse clause du six mois, on s'est engagés à la renverser, on s'est engagés à la rendre inopérante parce qu'elle est à la fois inapplicable et parce qu'elle manque de compassion envers les nouveaux arrivants. Donc, je mentirais si je disais que je suis surpris que les Québécois soient timorés quant à leur enthousiasme sur ce projet de loi là.

Mme Lévesque (Fanny) : Juste une dernière, sur la voie de passage que Mme McCann a trouvé, là, pour le projet de loi sur la liberté académique, ça vous convient, vous allez voter en faveur?

M. Leduc : On va faire un vote d'abstention, principalement sur l'article 6, qui est un précédent, à notre avis, pas du tout adéquat, qui permet à la ministre de prendre le crayon puis aller rédiger, à la place des universités, les politiques, là, internes qu'elles doivent adopter en fonction de la loi. On avait fait cette exception-là lors de la loi sur les violences à caractère sexuel en se disant que c'était une exception en raison de la gravité du sujet. Là, sur la liberté académique, c'est comme si on rajoutait ça dans la catégorie des violences à caractère sexuel. Pour nous, ça ne nous semble pas un précédent adéquat, puis on voulait s'assurer que ça ne soit pas l'unanimité à l'Assemblée nationale qui donnait le feu vert à ce précédent-là, qui vient, dans le fond, jouer dans l'autonomie universitaire, ce qui est un principe assez fort, là, bien sûr, dans le réseau au Québec.

M. Bossé (Olivier) : Moi aussi, j'en aurais une, peut-être, une autre dernière. Sur la possible illégalité du projet de tramway, vous pensez quoi de ça?

M. Nadeau-Dubois : Bien, moi, je constate qu'il y a des adversaires acharnés au projet de tramway. Mais moi, je fais confiance au maire de Québec pour mener à bien ce projet-là puis je veux assurer tous les gens de la région de Québec qui voient en ce moment monter la droite dans leur région et qui ont peur que le projet de tramway en écope qu'il y a, à Québec, une force politique, en politique québécoise, qui est là pour défendre le transport en commun, c'est Québec solidaire. Sol Zanetti va faire campagne en défendant le projet de tramway. Notre futur candidat ou candidate dans Taschereau va défendre le projet de tramway. On sera là, nous, dans la région de Québec, pour être l'opposition à la fois à la CAQ mais aussi l'alternative au Parti conservateur du Québec, qui, on le voit tous, là, monte dans la région.

M. Gagnon (Marc-André) : À vos yeux, est-ce que Me Bertrand, c'est quelqu'un qui est encore crédible?

M. Nadeau-Dubois : Ah! je n'ai pas de commentaire à faire sur la crédibilité individuelle de Me Bertrand.

Mme Morin-Martel (Florence) : Vous avez parlé plus tôt, là, de la réconciliation avec les Premières Nations. J'aimerais vous entendre, là. On a appris un accord historique entre Ottawa et les Premières Nations au sujet de l'éducation, ce matin, mais il y a plusieurs communautés qui demandent encore plus d'autodétermination, donc, par exemple, une période scolaire différente. Qu'est-ce que vous répondez?

M. Nadeau-Dubois : Bien, notre projet, à Québec solidaire, c'est de cheminer sur le chemin de la réconciliation, c'est de donner de l'autodétermination, toute leur autodétermination aux peuples autochtones du Québec. C'est pour ça qu'on présente, dans Ungava, la candidature de Maïtée Labrecque-Saganash, qui, on va travailler très fort pour que ça arrive, pourrait être la première femme autochtone de l'histoire du Québec à être élue à l'Assemblée nationale. C'est un plafond de verre qu'on veut défoncer, on est très fiers de cette candidature-là. Et ça vient montrer que, malgré les obstacles qui se dressent sur le chemin de la réconciliation entre le Québec et les Premières Nations, il y a un véhicule politique, il y a un parti au Québec qui essaie de nous faire progresser. Je suis très fier de faire partie de ce véhicule-là.

Mme Senay (Cathy) : Good morning again. I'll jump in in English. Regarding the CAQ recruiting Bernard Drainville, a former PQ minister, a sovereigntist and the father of the Québec secular values charter, that's a statement, for you?

M. Nadeau-Dubois : For me, the recruitment of Mr. Drainville is just a confirmation of what Mr. Legault announced a few days ago, which is that he wants to do a campaign on religious symbols and immigration. Québec solidaire will be there to impose other questions, other issues. We will campaign on the housing crisis, on the cost of living crisis and on the environmental crisis. I think those are the real priorities of Quebeckers, and we are going to have solutions for those everyday problems of Quebeckers.

Mme Senay (Cathy) : Do you understand what the CAQ's nationalism is?

M. Nadeau-Dubois : No.

Mme Senay (Cathy) : When Mr. Legault said yesterday: I'm a nationalist within Canada and...

M. Nadeau-Dubois : Honestly, I think no one really understands what the Coalition avenir Québec really is on that matter. Some of those ministers say they are proud Canadians. On the other hand, we all know there are also people that say that they want to do independence, but they say they want to do independence, but they are in a party that doesn't want to do it. I mean, it's very complicated, I don't understand.

Mme Senay (Cathy) : And the fact that Bernard Drainville will try to be re-elected, does that give you another clue of what nationalism... If he is, like, a strong sovereigntist...

M. Nadeau-Dubois : I hope… I strongly invite journalists to ask him the question. He, once upon a time, was someone who thought independence was a good thing for Québec. Now, he's joining a party that says they don't want to do it, sometimes. So, I hope that he's going to be asked the question.

M. Grillo (Matthew) : There is a second school board that is going to be challenging Bill 96. What do you think of that? Do you think that's right, school boards challenging the law? I mean, what are your thoughts on...

M. Nadeau-Dubois : In a democratic society, it's a right that citizens have to challenge the law in front of the courts. It's their decision. And I have honestly not a lot more comments on that matter.

Mme Senay (Cathy) : Bill 96, you know that the CAQ published a full-page ad in different newspapers, for example, the Montreal Gazette, a few days ago, and yesterday or two days ago, The Globe and Mail. We have experts at CBC that went through all the five points of the ad, and what they say is that it's not... it's misleading, what the CAQ is saying to, basically, calm down the fears and concerns of English-speaking Quebeckers. If you have experts going through your ad and saying : It's false or it's misleading, it's not exactly what's happening for health, for the OQLF, I mean, it becomes... it's a delicate... like, it's very delicate to go in that direction.

M. Nadeau-Dubois : Yes, and I understand your question, but I haven't seen the ad in question and I haven't seen the analysis you're referring to, so I will take this question in deliberate.

Mme Senay (Cathy) : Mr. Leduc, can you explain us why QS will abstain on Bill 32 on academic university freedom?

M. Leduc : There's a strong principle in the university world, which is the autonomy of universities. And this principle is rarely attacked, or changed, or... How do you say «contourné»?

Une voix : Bypassed?

M. Leduc : Bypassed, «merci». We've done it once with the sexual violences on campus law, and it was supposed to be an exception. And now what we see with article 6, more precisely, on Bill 32, is that they would want to do it again with the academic liberty bill. We do not agree that it's normal that the Minister can take the pen and rewrite complete sections of policies that university will need to write and adopt on academic liberty. We don't want to set a precedent. We don't want the National Assembly to be unanimous doing this precedent. So, in the future, we might contact... contest those other tentatives, by any other government, to go against the autonomy of university.

Mme O'Malley (Olivia) : The provincial election yesterday in Ontario had a very low voter turnout. As we head into our own election, in the fall, in Québec, what type of message do you think that sends and how can Québec not replicate those... the turnout?

M. Nadeau-Dubois : Well, one of the reasons of that low turnout, I think, it's the fact that our electoral system is broken. So, when people read the polls, they think... they tend to think that their vote doesn't matter. The solution would have been to reform that electoral system. Unfortunately, François Legault broke his word. He went back on his formal engagement to reform our electoral system.

What is the solution, now? Well, the solution is to work harder, and we are going to be working very hard to make sure that most people go and vote, we are going to work hard for young people to go vote, because we all know it's one of the categories of the electorate which tends to vote less than others. We are going to be on the ground, working with all our efforts and all our energies to make sure that most Quebeckers as possible go and vote on October 3rd.

M. Bergeron (Patrice) : ...savoir si c'est un risque, pour les prochaines élections québécoises, que le taux de participation soit très bas puis ce qui s'est passé en Ontario?

M. Nadeau-Dubois : Bien, le taux de participation faible en Ontario, une des raisons qui l'expliquent, c'est le fait que notre mode de scrutin, il est brisé et que, quand les gens voient les sondages, ils peuvent avoir tendance à penser, parce que le système fonctionne tellement mal, que leur vote ne vaut pas vraiment la peine. C'est pour ça qu'il fallait changer le mode de scrutin au Québec. Malheureusement, François Legault a brisé sa promesse, a brisé son engagement formel écrit, ce n'est quand même pas rien, de réformer le mode de scrutin.

La solution, c'est quoi? Bien, c'est de... Nous, ce qu'on va faire, ce qu'on contrôle... On va travailler tellement fort, tellement fort pour mobiliser les Québécois et les Québécoises puis surtout mobiliser les catégories de Québécois, Québécoises qui ont tendance à aller moins voter, surtout les jeunes. On va être sur les campus, notamment, pour encourager les jeunes à aller voter parce que c'est important et parce qu'il ne faut pas se laisser désespérer. Il ne faut pas se laisser désespérer par un système électoral qui fonctionne mal.

M. Bergeron (Patrice) : ...ce qui arrive, ça pourrait arriver au Québec, donc, ce même taux de participation très bas?

M. Nadeau-Dubois : Bien, il faut quand même le rappeler, là, il y a une tendance à la baisse des taux de participation, pas mal dans l'ensemble des élections, pas mal dans l'ensemble des démocraties, là. Il y a des exceptions, mais la tendance lourde, c'est à une baisse de la participation électorale. Il y a plusieurs raisons qui expliquent ça. Je ne veux pas dire que c'est seulement le mode de scrutin. Il y a plusieurs raisons qui expliquent ça. Mais une des raisons au Québec, je crois, c'est un mode de scrutin qui est brisé puis qui fait en sorte que chaque vote ne compte pas. Chaque vote ne compte pas également dans un système où il n'y a aucune représentation proportionnelle. C'est pour ça qu'il fallait changer le mode de scrutin. Nous, on va le faire si on est élus, changer le mode de scrutin. Puis, d'ici là, on va travailler de toutes nos forces pour que le plus de gens aillent voter possible. C'est important pour notre démocratie. Merci beaucoup.

M. Leduc : Bonne journée.

(Fin à 8 h 25)

Participants


Document(s) associé(s)