Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Reconnaître l'importance de la lutte contre la cyberintimidation envers les femmes

Reconnaître l'importance de la lutte contre la cyberintimidation envers les femmes

Une motion pour reconnaitre l’importance de la lutte contre la cyberintimidation envers les femmes a été déposée par le Cercle des femmes parlementaires du Québec et sa présidente, Chantal Soucy le 28 novembre dernier. Elle s'inscrit dans la foulée de la campagne de sensibilisation 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes qui se tient chaque année.

« Que l'Assemblée nationale prenne acte qu'une étude d'Amnistie internationale et d'Element AI réalisée à travers le monde révèle qu'un tweet haineux serait transmis à une femme toutes les 30 secondes. »

« Qu'elle reconnaisse que la cyberintimidation prend une forme particulière lorsqu'elle est dirigée vers les femmes en s'attaquant notamment à leur intégrité physique. »

« Qu'elle reconnaisse que l'hostilité envers les femmes freine leur engagement politique. »

« Qu'elle souligne que la lutte contre la cyberintimidation envers les femmes s'inscrit dans la campagne de sensibilisation 12 jours d'action contre la violence envers les femmes. »

« Qu'enfin, elle rappelle à l'ensemble des parlementaires qu'ils ont tous un rôle à jouer dans la lutte contre la cyberintimidation, notamment en faisant preuve de respect et de courtoisie sur les réseaux sociaux. »

Tour à tour, Chantal Soucy – députée de Saint-Hyacinthe, Paule Robitaille – députée de Bourassa-Sauvé, Christine Labrie – députée de Sherbrooke et Méganne Perry Mélançon – députée de Gaspé ont pris la parole pour dénoncer l'hostilité en ligne envers les femmes.

Cercle des femmes parlementaires du Québec

Pendant le débat sur la motion, madame Soucy a notamment mentionné qu’il est toujours possible de choisir le respect et de donner le ton à des échanges où les opinions peuvent diverger, sans toutefois tomber dans l’intimidation. Madame Soucy a aussi rappelé que l’hostilité en ligne est un frein à l’engagement politique, spécialement chez les femmes. Les candidates potentielles craignent un jour d’être victimes de cyberviolence, mais appréhendent surtout les impacts que cela pourrait avoir sur leurs proches.

Madame Paule Robitaille a mentionné à son tour qu’un tweet haineux est écrit contre une femme chaque 30 secondes, comportement bien souvent caché sous le couvert de l’anonymat qui ne peut plus être toléré. Il s’agit d’un fléau qui débute comme une fine pluie et qui se termine souvent en tempête pour la victime. La députée de Sherbrooke a fait preuve d’audace en lisant les insultes reçues par elle et ses collègues du deuxième groupe d’opposition. Madame Méganne Pery-Melançon termine la présentation de la motion en soulignant l’influence des réseaux sociaux, particulièrement auprès des jeunes adolescentes qui sont souvent en quête d’identité et qui sont plus vulnérables à la cyberintimidation.

La motion a obtenu une vaste couverture médiatique. Mesdames Soucy, Robitaille, Labrie et Perry Mélançon ont même participé à une table ronde de près de 30 minutes à l’émission de radio Pénélope sur les ondes d’Ici Radio-Canada première.

Les membres du Cercle des femmes parlementaires du Québec sont très heureuses que l'Assemblée nationale ait parlé d'une seule voix pour dénoncer ce fléau et elles espèrent que leur message sera porteur de changement.

Pour visionner la motion concernant la cyberintimidation : Reconnaître l'importance de la lutte contre la cyberintimidation envers les femmes

Pour lire l’article de monsieur Jean-Marc Salvet : Quatre députées contre l’imbécillité

Pour écouter l’émission de Pénélope McQuade concernant la motion : Députées et cyberintimidation, et la bande des 4

Pour lire l’article de Pascale Navarro dans la Presse :  Regard féministe sur 2019