Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Lewis Thomas Drummond

Recherche avancée dans la section Députés

Trouver un député

Lewis Thomas Drummond

(1813-1882)

 

Biographie

Né à Coleraine (Irlande du Nord), le 28 mai 1813, fils de Lewis Drummond, avocat, et de Susan Harkin.

Arriva au Bas-Canada en 1825 avec sa mère devenue veuve. Étudia au Séminaire de Nicolet de 1826 à 1832, puis fit l'apprentissage du droit à Montréal, auprès de Charles Dewey Day. Admis au Barreau en 1836.

Exerça sa profession à Montréal; défendit notamment des patriotes en 1838 et représenta l'Église catholique dans la question des biens des jésuites en 1846. Nommé conseiller de la reine en 1848. Investit dans l'immobilier à Montréal, la navigation sur le Richelieu et le Saint-Laurent, et les chemins de fer; fut, en outre, administrateur de la Banque d'épargne de la cité et du district de Montréal, à partir de 1842, et l'un des fondateurs de la Garden River Mining Company, en 1847, et de la Compagnie du télégraphe des deux mondes, en 1859.

Défait aux élections municipales de Montréal en décembre 1842. Élu député de la Cité de Montréal à une élection partielle le 17 avril 1844. Défait dans la Cité de Montréal mais élu dans Portneuf en 1844; de tendance libérale, se rangea du côté du Groupe canadien-français. Élu dans Shefford en 1848; appuya le Groupe canadien-français, puis les réformistes. Fut Solliciteur général du Bas-Canada, sans siège dans le ministère La Fontaine–Baldwin, du 7 juin 1848 au 27 octobre 1851. Par suite de cette nomination, son siège de député était devenu vacant. Réélu dans Shefford à une élection partielle le 11 juillet 1848. Fit partie des ministères Hincks–Morin, MacNab–Morin et MacNab–Taché: conseiller exécutif et Procureur général du Bas-Canada du 28 octobre 1851 au 10 septembre 1854, puis du 11 septembre 1854 au 26 janvier 1855 et du 27 janvier 1855 au 23 mai 1856; fut également représentant du gouvernement au conseil d'administration du Grand Tronc du 20 novembre 1852 au 23 mai 1856. Réélu député dans Shefford en 1851, en 1854 et en 1858; appuya les réformistes, puis les bleus, mais, à partir de 1858, fut de tendance libérale. Membre du ministère Brown–Dorion: conseiller exécutif du 2 au 4 août 1858 et Procureur général du Bas-Canada du 2 au 5 août 1858. À son entrée au cabinet, son siège de député était devenu vacant. Défait dans Shefford à une élection partielle le 14 septembre 1858, mais élu dans Lotbinière à une élection partielle le 2 octobre 1858. Élu dans Rouville en 1861; rouge. Nommé, le 28 mai 1863, conseiller exécutif et commissaire des Travaux publics dans le ministère Macdonald–Dorion; en conséquence, son siège de député se trouva vacant. Défait dans Rouville et dans Jacques-Cartier en 1863, dut démissionner du cabinet le 23 juillet 1863.

Nommé juge puîné à la Cour du banc de la reine en mars 1864; cessa d'exercer ses fonctions pour raison de santé le 31 octobre 1873. S'engagea au sein de la Société Saint-Vincent-de-Paul.

Décédé à Montréal, le 24 novembre 1882, à l'âge de 69 ans et 5 mois. Inhumé dans le cimetière de la paroisse Notre-Dame, le 27 novembre 1882.

Avait épousé à Saint-Marc-sur-Richelieu, le 16 novembre 1842, Josette-Elmire Debartzch, fille héritière du seigneur Pierre-Dominique Debartzch et de Josette de Saint-Ours.

Beau-frère d'Alexandre-Édouard Kierzkowski.

Date de mise à jour de la biographie : Février 2009

Archives