Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Liens Ignorer la navigationIntroduction historique

25e législature, 1re session
(14 novembre 1956 au 21 février 1957)

Par Marc-André Robert

Le Québec, le Canada et le monde en 1956 et en 1957

En Occident, l’année 1956 s’amorce sous le signe de la coexistence pacifique entre les blocs de l’Est et de l’Ouest. Les tensions semblent s’amenuiser entre les grandes puissances. Tout au moins, le 14 février 1956, le Parti communiste de l’URSS tient son 20e congrès au cours duquel le premier secrétaire du parti, Nikita Khrouchtchev, affirme une volonté d’ouverture envers les pays capitalistes. Il y dénonce la brutalité du régime de Staline et condamne les crimes commis au nom du communisme.

En même temps, la Chine assouplit ses positions. Entamée en février par le président de la République populaire de Chine, Mao Zedong, la campagne des « Cent Fleurs » invite à la liberté d’expression en appelant les intellectuels à critiquer le gouvernement de façon à l’améliorer. Par cette phrase rendue célèbre, prononcée le 2 mai, « Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent!  », Mao souhaite établir un nouveau lien de confiance avec la population chinoise, un lien effrité depuis l’échec du premier « Grand Bond » en 19551. Ce climat d’ouverture et de paix est de courte durée. Accablé de toutes parts par les critiques et la grogne populaire, le Parti communiste chinois met un terme à la campagne des « Cent Fleurs », vers la fin du mois de mai, et sanctionne les dissidents de droite.

En Europe, le 28 juin à Poznan en Pologne, des milliers d’ouvriers se révoltent pour revendiquer de meilleures conditions de travail et réclament le départ des troupes russes du territoire. Rapidement, la manifestation s’envenime et les slogans hostiles envers l’URSS se multiplient. L’armée entre en scène et fait une dizaine de morts. La grogne monte également au sein de la population hongroise à la suite du 20e congrès du Parti communiste. Tout au long de l’année, les mouvements de grève s’accentuent et des altercations ont lieu entre les ouvriers hongrois et les soldats soviétiques. Le 4 novembre, les chars d’assaut de l’Armée rouge entrent en Hongrie et écrasent l’insurrection. Des milliers de Hongrois sont tués et blessés, d’autres tentent de fuir la menace en s’expatriant.

Cette tension entre la Russie et la Hongrie dégénère lors des Jeux olympiques de Melbourne, qui s’ouvrent le 22 novembre. Au cours de la demi-finale de water-polo opposant les deux pays, le 6 décembre, le joueur russe Valentin Propokov assène un coup à la tête du Hongrois Ervin Zador. Cet incident a tôt fait de mettre le feu aux poudres. La foule, qui soutient la Hongrie, manifeste son hostilité envers l’URSS, forçant l’intervention des forces policières. L’équipe hongroise gagne finalement la compétition et en profite pour demander l’asile politique pour le peuple hongrois. Plusieurs pays se portent garants des réfugiés, dont le Québec qui en accueille plusieurs centaines.

Un autre conflit éclate en Égypte. À la suite de la décision du président égyptien Gamal Abdel Nasser de nationaliser la Compagnie du canal de Suez, le 26 juillet, des troupes armées françaises et britanniques entrent en Égypte, le 29 octobre, et occupent le canal, exigeant le retrait des forces égyptiennes. Ce que l’on nommera plus tard la « crise de Suez » menace d’aboutir à un nouveau conflit mondial, alors que les armées respectives en viennent aux armes. La pression internationale des États-Unis et de l’URSS réussit toutefois à calmer le jeu. Un cessez-le-feu est négocié quelques jours plus tard. Le 3 novembre, le président de l’Assemblée générale des Nations unies, Lester B. Pearson, qui est également ministre des Affaires extérieures du Canada dans le gouvernement de Louis Saint-Laurent, propose la création d’une force de paix, sous l’égide de l’ONU, pour remplacer les troupes égyptiennes, françaises et britanniques au canal de Suez. Cette action politique lui vaudra le prix Nobel de la paix en 1957.

Aux États-Unis, l’année 1956 en est une d’élections. Le 6 novembre, le républicain Dwight D. Eisenhower défait facilement son adversaire démocrate Adlai Stevenson, avec 57 % des suffrages, et est réélu à la présidence pour un second mandat. Sa « popularité personnelle indéniable2 », dit-on, le prédisposait depuis longtemps à la victoire. Le Sénat et la Chambre des représentants demeurent toutefois sous le contrôle des démocrates. Peu de temps après son élection, le président républicain lance sa « doctrine Eisenhower », un plan conçu pour prévenir l’expansion du communisme au Moyen-Orient, assurant une aide militaire et financière aux pays devant lutter contre l’influence soviétique. La doctrine Eisenhower n’aura d’échos qu’en Jordanie et au Liban, et sera finalement abandonnée en 1959, ayant généré l’éclosion de fortes pressions anti-américaines au sein des pays arabes ralliés autour d’un « nationalisme nassérien désormais ouvertement hostile aux États-Unis3 ».

Au Canada, le 14 décembre, le Parti progressiste-conservateur (PCC) élit à sa tête un avocat de la Saskatchewan, John Diefenbaker, pour succéder à son chef sortant, George Drew4. Diefenbaker en était à sa troisième tentative au leadership du PCC. L’historien H. V. Nelles écrivait à propos de lui qu’il était « à la fois un personnage du passé, sorti tout droit d’une époque révolue, et un politicien moderne, taillé sur mesure pour séduire les journalistes. C’était, sur les estrades, un homme étrange mais irrésistible…5 ». L’arrivée de Diefenbaker sur la scène politique fédérale annonce le crépuscule d’un règne libéral de plus de 20 ans.

Sur le plan social, on note d’abord la pendaison de Wilbert Coffin, le 10 février. Prospecteur minier et bûcheron, Coffin est accusé du meurtre de trois chasseurs américains de passage en Gaspésie en juin 1953, puis reconnu coupable le 6 août 1954. « Sans le savoir, le Gaspésien allait devenir plus indésirable mort que vivant puisque l’affaire Coffin n’a pas tardé à s’inscrire dans les causes les plus célèbres et les plus controversées de notre histoire judiciaire », écrit l’historien Pascal Alain6. Le 8 septembre 1956, Pierre Dansereau et Pierre Elliot Trudeau fondent le mouvement Rassemblement. Ce mouvement, au sein duquel participent également André Laurendeau et Gérard Pelletier, milite en faveur d’une « véritable démocratie au Québec. Il ne s’identifie à aucun parti politique7 ». Le 12 novembre, le premier ministre du Canada Louis Saint-Laurent annonce la création d’un conseil des arts, des humanités et des sciences sociales.

Sur la scène culturelle, l’année 1956 correspond aussi aux débuts du « King » Elvis Presley au grand écran, avec la sortie du film Love me tender, le 15 novembre. La popularité du chanteur même auprès de la jeunesse québécoise inquiète et irrite bien des parents et des enseignants.

Au Québec, la première présentation télévisuelle des Belles Histoires des pays d’en haut, dérivée du populaire feuilleton radio Un homme et son péché, est diffusée le 8 octobre sur les ondes de Radio-Canada. Tout comme l’émission d’affaires publiques Point de mire, animée par René Lévesque, le 28 octobre. Dans cette émission, Lévesque, journaliste déjà connu du public pour sa participation à l’émission Carrefour et son travail de correspondant lors de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée, discute d’actualités nationales et internationales. « Lévesque, avec sa cigarette, son tableau noir et ses cartes géographiques, s’impose rapidement comme une des figures les mieux connues de la télévision québécoise8. »

Paraît également, au cours de cette année, le documentaire Les Îles-de-la-Madeleine, film touristique mettant en relief la société, la culture et l’économie de l’archipel du golfe du Saint-Laurent, réalisé par l’abbé Maurice Proulx9. On note enfin le déménagement des bureaux de l’Office national du film d’Ottawa vers Montréal.

 

Les élections générales du 20 juin 1956

Chez les unionistes, la campagne électorale s’ouvre sous le thème de l’autonomie provinciale. Le politologue Paul Cliche note cependant qu’il « s’agit d’un autonomisme plus verbal que réel, plus propice à susciter des pièces d’éloquence grandiloquentes qu’une discussion apte à jeter de la lumière sur les problèmes soulevés par les relations fédérales-provinciales10 ». Comme durant les deux élections précédentes, l’Union nationale répète le même slogan : « Les libéraux donnent aux étrangers; Duplessis donne à sa province. » Dans les circonscriptions rurales, le chef des unionistes opte pour un slogan qui rappelle les accomplissements de son gouvernement en matière d’électrification rurale : « Un vote pour l’Union nationale est un vote pour la lampe électrique tandis qu’un vote pour les libéraux, c’est un vote pour la lampe à l’huile. »

Duplessis s’affirme de plus comme un solide rempart contre le communisme. La série de pamphlets publicitaires lancés par l’Union nationale contre l’action des libéraux provinciaux et fédéraux durant la campagne en est un parfait exemple. La fameuse histoire des « œufs communistes » hante les libéraux de Georges-Émile Lapalme. Condamnant la supposée Action libérale fédérale dans l’importation des œufs de Pologne – un pays derrière le rideau de fer –, qui se veut une « concurrence provocante et injuste » auprès des cultivateurs québécois, les unionistes attaquent la politique agricole des libéraux provinciaux, qu’ils associent à celle de leurs amis d’Ottawa11.

Après plusieurs semaines, le ministre fédéral des Ressources nationales, Jean Lesage, explique que l’importation des œufs provient plutôt d’une société privée et non du gouvernement d’Ottawa. Trop tard, le mal est fait. L’Union nationale « avait déjà saturé la province de brochures et de publicités évoquant l’arrivée imminente d’une nouvelle armada communiste… », note l’historien Conrad Black12.

Chez les libéraux, le thème de la campagne est le même que celui des élections précédentes : « Justice sociale pour tous ». Dans l’opposition depuis 1944, ils appréhendent les élections, mais ont tôt fait de mobiliser leurs effectifs pour livrer bataille à l’Union nationale. Quelques libéraux, dont René Hamel, député libéral sortant dans Saint-Maurice, rassemblent les forces de l’opposition en s’alliant notamment aux créditistes. Un ralliement est même formé avec les nationalistes indépendants de gauche : Pierre Laporte se présente comme candidat dans Montréal-Laurier et René Chaloult, dans Jonquière-Kénogami13. Le Parti libéral ne présente aucun candidat contre l’Union nationale dans ces deux comtés.

Un véritable front commun se met en branle contre l’Union nationale et son chef, dès le début du mois de mai. D’emblée, les libéraux fédéraux appuient le Parti libéral provincial14. Jean Lesage, ministre fédéral des Ressources naturelles, est de ceux qui prononcent des discours en faveur des libéraux du Québec. Le chef libéral Georges-Émile Lapalme, dit-on, soulève « un enthousiasme prometteur15 » avec son programme de réformes sociales, électorales et administratives, mais doit vite se mettre sur la défensive lorsque les ministériels entrent dans la campagne, au début juin. Dès lors, les libéraux « cessent d’exposer leur programme et attaquent furieusement la "dictature duplessiste" et les "scandales du régime"16 ».

Finalement, les élections du 20 juin donnent raison aux unionistes. L’Union nationale, avec 52 % des suffrages, récolte 77 % des sièges en Chambre. Fort d’une majorité renouvelée, Duplessis semble invincible.

La stratégie de mobilisation des libéraux n’a pas la résonance escomptée auprès de la population. Malgré les 48 % de suffrages en leur faveur, les libéraux perdent trois sièges. Yvon Dupuis, député sortant dans Montréal-Sainte-Marie, et Jean-Paul Noël, député sortant dans Montréal-Jeanne-Mance, sont battus respectivement par Edgar Charbonneau et Maurice-Tréflé Custeau. Dans ses mémoires, Lapalme note qu’à « Shawinigan, [Duplessis] avertit les électeurs qu’ils n’auraient pas de pont sur le Saint-Maurice tant et aussi longtemps que René Hamel serait député de leur circonscription. Dans Verchères, il eut une attitude semblable contre Arthur Dupré17 ». Dupré est battu par l’unioniste Clodomir Ladouceur tandis que René Hamel est réélu, au grand dam de Duplessis.

Les libéraux font des gains dans Brome, où Glendon Pettes Brown défait l’unioniste Charles James Warwick Fox, et dans Bonaventure, où le jeune député Gérard D. Levesque inaugure une longue carrière parlementaire. Figure de proue chez les libéraux dans les années 1970 et 1980, Levesque sera réélu à neuf occasions jusqu’en 1993, année de son décès, et occupera, tour à tour, des postes importants tels que ministre de la Justice, de 1975 à 1976, chef de l’opposition officielle, leader parlementaire et chef intérimaire du Parti libéral, de 1976 à 1985, et ministre des Finances, de 1985 à 1993.

La déconfiture des libéraux est néanmoins lourde de conséquences. Ils perdent « la plupart de [leurs] gains de l’élection précédente dans l’est de [Montréal], les comtés de la ville et de la banlieue de Québec, ainsi que la plupart des circonscriptions à majorité ouvrière des Cantons de l’Est qu’il[s] avai[en]t conquis en 195218 ». Les deux candidats-vedettes nationalistes indépendants, Pierre Laporte et René Chaloult, ne sont pas même élus.

Peu après le scrutin, en juillet 1956, un article des abbés Gérard Dion et Louis O’Neill19, intitulé « Lendemain d’élections », entache l’image de l’Union nationale. Publié dans la revue dominicale Ad usum sacerdotum puis dans Le Devoir, l’article fait état de pratiques douteuses du gouvernement lors des élections20. Achat de votes, sélectivité des électeurs aux urnes, inscription de faux noms sur la liste électorale, etc. Les critiques sont acerbes :

En face de certains moyens qui ont été utilisés durant la récente campagne électorale et des conséquences qu’ils peuvent entraîner, c’est pour nous un devoir très grave de nous arrêter au moins quelques instants pour analyser la situation. Le déferlement de bêtise et d’immoralité dont le Québec vient d’être témoin ne peut laisser indifférent aucun catholique lucide. […] Une période électorale comme celle que nous venons de traverser s’avère un instrument terrible de démoralisation et de déchristianisation21.

 

L’Union nationale ne sait comment réagir. Duplessis préfère se tenir loin de ce débat et évite de commenter l’article.

C’est dans ce contexte que s’ouvre, le 16 novembre 1956, la 1re session de la 25e Législature à Québec. La tension est palpable entre libéraux et unionistes. Écrasé et humilié pour une quatrième fois consécutive, le Parti libéral accepte difficilement le retour au rang d’opposition. Pire encore, des dissensions divisent maintenant les libéraux. L’heure des comptes a sonné.

 

Les parlementaires

À l’ouverture de la session, on compte 72 unionistes, 20 libéraux et 1 indépendant, le député de Montréal-Sainte-Anne Frank Hanley, qui n’est indépendant que dans la forme, toujours rangé qu’il est derrière l’Union nationale. Les 93 sièges de l’Assemblée législative sont occupés. Mais, en cours de session, on note les décès de deux députés unionistes : Tancrède Labbé, député de Mégantic, décédé le 13 décembre 1956, ainsi que Joseph-Édouard Jeannotte, député de Vaudreuil-Soulanges, décédé le 3 février 1957. Duplessis souligne également les décès de deux conseillers législatifs, Gustave Lemieux22 et Wilfrid Bovey23, et Hamel déplore celui du député libéral de Québec-Ouest, Jules Savard, que la mort a ravi à la veille des élections provinciales, le 25 mai 1956.

Des anciens parlementaires sont également décédés. On note d’abord le décès de l’ancien premier ministre du Québec Adélard Godbout24, devenu sénateur le 25 juin 1949, emporté par une crise cardiaque le 18 septembre 1956. Duplessis commente : « J’ai été peiné d’apprendre la mort de l’honorable sénateur Adélard Godbout. J’ai connu M. Godbout pendant plusieurs années et, malgré des divergences d’opinions multiples et profondes, les rapports entre nous ont toujours été excellents et amicaux. » (14 novembre) Duplessis sait reconnaître le mérite d’un bon adversaire politique, et Godbout en était un. René Hamel, chef intérimaire de l’opposition, appuie la motion. Il en profite pour réhabiliter la mémoire de l’ancien premier ministre :

On sait que l’honorable Adélard Godbout a occupé le poste de premier ministre de la province de Québec dans des circonstances extrêmement difficiles. Nous étions alors en pleine guerre, l’opinion publique était fortement divisée, et le gouvernement Godbout a dû faire face à des restrictions de toutes sortes par le gouvernement du pays, notamment aux chapitres du crédit et de la main-d’œuvre. Son régime a prêté à des controverses considérables et l’histoire jugera des attitudes qu’il a prises. Mais un fait reste indéniable : le peuple perd en M. Godbout un homme d’une affabilité considérable et d’une grande sincérité.

 

Au premier jour de la session, plusieurs nouveaux venus font leur apparition en Chambre, surtout du côté des libéraux. Des 20 députés siégeant dans l’opposition, neuf seulement ont vu leur mandat renouvelé par la population aux élections de juin, dont Georges-Émile Lapalme, René Hamel et Émilien Lafrance. Duplessis avait vu juste, lui qui, au cours de la session 1955-1956, narguait sans cesse l’opposition en promettant la réélection de moins de 10 libéraux. Il ne manque pas de s’en vanter, en début de session : « C’est une vague populaire qui a submergé plusieurs candidats libéraux […]. Dans tous les coins de la province, c’est un vote de confiance non équivoque envers le gouvernement. […] J’avais donc raison de dire qu’il n’en reviendrait pas dix après les élections. » (20 novembre)

Du côté de l’Union nationale, le Cabinet change peu et comprend toujours 20 ministres. Yves Prévost, député de Montmorency, échange les Affaires municipales pour le secrétariat de la province, un poste occupé depuis 1944 par Omer Côté, député de Montréal-Saint-Jacques, mais vacant depuis sa démission, le 14 mars 1956, pour accéder au poste de juge. Soulignons qu’au cours de la session 1955-1956, Duplessis avait fait présenter une loi relevant du secrétariat provincial25 par Antoine Rivard, solliciteur général et ministre des Transports. Cet incident avait fortement contrarié Omer Côté. Lieutenant de Duplessis depuis plusieurs années, il s’était senti trahi. L’historien Robert Rumilly explique :

Quand Duplessis, en 1946, a présenté lui-même la loi créant le Fonds d’Éducation pour le sauvetage des commissions scolaires, Omer Côté a été déçu, froissé même, mais il n’était évincé, après tout, que par le premier ministre, dans une question de grande envergure. Cette fois Côté doit céder le pas à un simple collègue, et moins ancien, sur une question de portée restreinte. Le secrétaire provincial envoie sa démission de député à Maurice Tellier, président de l’Assemblée législative, et sa démission de ministre à Maurice Duplessis, chef du gouvernement26.

 

C’est Paul Dozois, ancien membre du comité exécutif du conseil municipal de Montréal, qui le remplace dans le comté de Montréal-Saint-Jacques et se voit offrir les Affaires municipales, au grand désarroi de Gérard Thibeault, député de Montréal-Mercier, qui espérait le poste, écrit Rumilly27. Sinon, parmi les ténors, Paul Sauvé conserve le Bien-être social et la Jeunesse; Laurent Barré, l’Agriculture; Onésime Gagnon, les Finances; Antonio Barrette, le Travail; et Antonio Talbot, la Voirie.

Maurice Tellier est élu à l’unanimité Orateur de la Chambre à la rentrée parlementaire. Celui-ci avait assuré l’intérim du poste d’Orateur lors de la seconde moitié de la précédente session. Il succède ainsi officiellement à Alexandre Taché qui avait démissionné de son poste, le 15 décembre 1955, à la suite de son accession à la magistrature28.

À la Chambre haute, à la suite du décès du conseiller libéral de la division de Montarville Gustave Lemieux, le 19 juillet 1956, Duplessis nomme l’unioniste Émile Lesage pour lui succéder. Candidat défait aux élections de juin dans Abitibi-Ouest, Lesage avait été député unioniste de cette circonscription de 1944 à 1952. Avec le décès du conseiller libéral de Rougemont Wilfrid Bovey, qui ne sera remplacé qu’en 1958, cette nomination a pour effet de conférer la majorité aux unionistes au Conseil législatif. On dénombre 11 libéraux, 12 unionistes et 1 siège vacant. L’Union nationale dispose alors d’un contrôle sur les deux Chambres, pour la première fois depuis son accession au pouvoir en 1936.

 

Les chefs et leur parti

Au Parti libéral, les lendemains d’élections minent le moral des troupes. Le chef libéral Georges-Émile Lapalme avait tant espéré accéder au pouvoir par le passé, mais, résigné, il accepte la décision ultime des électeurs. Dans ses mémoires, il écrit tout de même qu’il ne s’attendait pas à ce que son parti gagne les élections : « En 1956, je ne croyais pas à la victoire. C’était un bien mauvais départ pour un chef. Il ne faut pas croire à une modestie travaillée, étudiée, ni à la coquetterie de la modestie. Autour de moi on avait décelé cette incroyance que soit des mots soit des attitudes trahissaient29. » Remémorant la défaite de son parti, en cette fatale soirée du 20 juin, il poursuit :

Le courage doit-il être motivé? Pour moi, il n’y avait même plus de mirage pour le soutenir. Incapable de me juger (qui le peut?), je croyais cependant ne pas me tromper sur le jugement des autres à mon sujet. Pendant que cette seconde défaite s’étalait sur le petit écran, […] je rédigeais sur mes genoux le bulletin que j’allais lire à la télévision : j’annoncerais ma démission30.

 

Or, la grande majorité des députés libéraux s’opposent à sa démission. Paul Gérin-Lajoie, candidat défait dans Vaudreuil-Soulanges, est parmi ceux-là31. Les libéraux, de toute façon, n’ont personne de taille pour lui succéder dans l’immédiat.

Puis, à l’automne 1956, Lapalme subit une opération chirurgicale qui l’oblige à manquer la session. Il profite de sa convalescence pour aller dans le Sud et réfléchir à son avenir; il demande à René Hamel d’agir comme chef temporaire de l’opposition. Hamel, qui avait opéré le ralliement des créditistes avant les élections, est le candidat tout désigné32. Avocat de formation, il a plus de 10 ans d’expérience en politique fédérale et provinciale. Élu député du Bloc populaire à la Chambre des communes en 1945, il avait fait le saut sur la scène québécoise après sa défaite comme candidat indépendant en 1949. Député libéral à l’Assemblée législative dans Saint-Maurice depuis 1952, il fait office de ténor chez les libéraux.

Flatté par cette nomination de chef temporaire, Hamel aspire à la direction du Parti libéral. Dans ses mémoires, Lapalme écrit qu’il avait été informé du fait « que René Hamel pensait sérieusement à accepter pour de bon le poste de chef de l’opposition et si possible de chef du parti33 ». À tout le moins, il entend tirer profit de cette occasion pour mousser sa candidature auprès des membres du parti. Mais en raison de son passé politique comme député du Bloc populaire à la Chambre des communes, René Hamel ne fait pas l’unanimité au sein de son parti, ce qui donne lieu à quelques dissensions dans les rangs de l’opposition.

Dave Rochon, député libéral de Montréal-Saint-Louis, et Lionel-Alfred Ross, député libéral de Montréal-Verdun, forment le principal foyer de contestations. Sur certains projets de loi, ils votent contre leurs confrères libéraux. Duplessis ne manque pas de le souligner et d’encenser l’action des députés Rochon et Ross, contestant du coup le leadership du chef intérimaire.

Les libéraux, qui ont expulsé de leurs rangs le conseiller législatif Raoul-Ovide Grothé, le 14 novembre 1955, parce qu’il avait justement voté avec l’Union nationale, parlent maintenant d’expulser les députés Rochon et Ross34. Rendus là, ces derniers siégeront comme députés indépendants à partir du 20 juin 1957.

Duplessis comprend trop bien que le point faible des libéraux réside dans l’unité du parti. Pendant toute la session, le jeu politique du chef de l’Union nationale consiste d’ailleurs à diriger ses attaques envers René Hamel qui, supporté par quelques députés, ne se laisse pas intimider pour autant.

Qui plus est, la nouvelle session marque un retour des tensions entre Québec et Ottawa. Alors que l’on voyait s’opérer un « pacte de non-agression » entre Duplessis et le premier ministre fédéral Louis Saint-Laurent la session dernière, la question des subventions fédérales aux universités ravive le débat constitutionnel. Certains députés du Parti libéral fédéral multiplient les critiques à l’endroit de l’Union nationale, dont Jean-Paul Saint-Laurent, fils du premier ministre. L’historien Rumilly note que ce dernier « en veut à l’Union nationale dont plusieurs membres locaux l’ont combattu35 » lors de sa course à la députation dans Témiscouata.

Quant au reste, comme à chaque début de nouvelle législature depuis 1944, Duplessis se montre en grande forme, adoptant un ton badin et moqueur. Monopolisant la parole du côté des unionistes, il multiplie les points d’ordre à l’encontre des libéraux pour faire bifurquer les débats plus houleux. Le chef de l’Union nationale, confortable de sa victoire aux élections, mène la session d’une main de fer.

 

Le discours du trône

Le lieutenant-gouverneur Gaspard Fauteux36 prononce l’habituel discours inaugural de la session, qui fait état du programme législatif du gouvernement. Au lendemain de l’insurrection russe en Hongrie et de la crise ouvrière de Poznan en Pologne, il entame son discours en faisant état « des malheureux événements qui bouleversent les pays et les maintiennent dans une douloureuse insécurité ». Reflétant l’anticommunisme notoire et caractéristique de Duplessis et de l’Union nationale, il ajoute même que le gouvernement est « fier de n’avoir jamais fait de compromis avec les communistes ou leurs auxiliaires, qui sont à la source de presque toutes les difficultés internationales ».

L’éducation occupe une place centrale dans le menu législatif du gouvernement. Des « subsides remarquablement généreux » sont annoncés pour tous les paliers de l’éducation. Dans le contexte du renouvellement des subventions fédérales aux universités, Duplessis entend mener une ferme opposition aux visées centralisatrices du premier ministre libéral Louis Saint-Laurent. Le Nouvelliste confirme « que le gouvernement du Québec songe à défendre l’attitude qu’il a adoptée et qui veut que l’éducation relève exclusivement du gouvernement provincial et que l’aide fédérale est indésirable37 ».

Outre les habituels regards au développement de l’agriculture, des ressources naturelles, de la voirie et des hôpitaux, le gouvernement réitère sa volonté économique libérale « d’accorder à l’entreprise libre la place importante qui lui revient dans l’économie de la province, car l’entreprise libre est une excellente garantie de progrès durable et d’ambitions légitimes nécessaires ». Il réaffirme également son appui au patronat, désirant continuer « d’assurer le respect des droits et des employés et des employeurs, […] rappel[ant], à tous, que les droits sont toujours accompagnés de devoirs et que le travail […] demeure une obligation fondamentale ». En terminant, il manifeste son intention de poursuivre la défense de l’autonomie provinciale :

Dans un domaine important entre tous, le gouvernement réaffirme que le facteur qui assurera le mieux l’unité canadienne bien comprise, et qu’il désire sincèrement, réside dans le respect de l’autonomie provinciale et dans la fidélité, à l’esprit comme à la lettre, du pacte fédératif. […] C’est notre intime désir de coopérer à la grandeur et à la prospérité de notre cher pays, mais dans le respect des droits et prérogatives de tous et chacun.

 

Le débat sur l’adresse en réponse au discours du trône est passablement bref par rapport à l’année précédente; il ne dure que quatre jours. L’adoption survient brusquement le 22 novembre. Vincent Prince de La Presse souligne que quelques députés libéraux « étaient prêts apparemment à prolonger le débat, mais à la suite de l’hésitation à se lever de celui qui devait succéder à M. [Edgar] Turpin, le président de la Chambre a déclaré l’adresse adoptée38 ». Pareille situation a déjà été observée par le passé. Lors de la session 1952-1953, par exemple, l’adresse au discours du trône est votée subitement, le 19 novembre 1952, à la suite d’une confusion du genre.

En 1956, 14 députés prennent tout de même part au débat sur l’adresse, soit quatre ministériels, neuf libéraux et un indépendant. Le nouveau député unioniste de Québec-Est, Armand Maltais, propose l’adresse en réponse, le 15 novembre. Son maiden speech est encensé par Duplessis, qui se réjouit de voir « un homme sincère et un véritable patriote » assumer la députation du même comté que Wilfrid Laurier. Dans LAction catholique, Calixte Dumas ne tarit pas d’éloges à l’endroit de Maltais : « Son discours était remarquable par le fond et par la forme et il s’est révélé lui-même un véritable orateur. Il avait un rôle important à remplir et il ne paraissait nullement affecté par le climat – très particulier – de l’Assemblée législative, surtout quand on y fait ses premières armes.39 » Dans son discours, inspiré, Maltais insiste sur la question de l’autonomie provinciale qui, selon lui, « est au-dessus des partis et des individus. Elle est située dans cette région intouchable où se retranchent les biens les plus précieux de la nation canadienne-française ».

Quant au chef intérimaire de l’opposition, René Hamel, il critique, entre autres, le résultat des élections de juin :

Pour apprécier à sa juste valeur, la réélection de nos adversaires lors des élections du 20 juin, il faut tenir compte de deux choses : l’étendue de leur pouvoir et la valeur de leur autorité. Tout le monde sait qu’il faut faire une distinction entre le pouvoir et l’autorité. Le pouvoir peut, à certains moments, être basé sur la force, sur l’astuce, sur le vol. Nous avons vu ces faits dans les pays d’Europe et aussi dans les pays d’Amérique. Ce n’est pas notre intention de contester le pouvoir du gouvernement actuel, mais c’est mon devoir d’affirmer que son autorité n’est pas à la hauteur de son pouvoir. L’autorité repose sur la confiance, qui est elle-même basée sur la compétence, l’intégrité, l’impartialité, la justice. Pour l’apprécier, il faut tenir compte des moyens employés pour la conquérir et du nombre des citoyens qui ont refusé leur confiance au gouvernement malgré les moyens employés. (20 novembre)

 

Hamel cite l’article des abbés Dion et O’Neill, « où il est dit que les régimes totalitaires ont besoin de mythes pour conserver le pouvoir et que l’anticommunisme est une arme dont se servent parfois même les cabotins et les voyous », et donne le ton à la session. Il souligne, d’autre part, que le rapport de la commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels (commission Tremblay), remis au premier ministre en février 1956, peu de temps avant la fin de la dernière session, n’est toujours pas déposé en Chambre et s’insurge : « Pourquoi le gouvernement a-t-il jugé à propos de nous cacher ce rapport qui a peut-être coûté 400 000 $ ou 500 000 $ à la province? Est-ce parce que le rapport constitue un danger politique pour le parti d’en face? »

Selon le politologue Gérard Boismenu, Duplessis « en retarde la diffusion pendant plusieurs mois [parce que certains] chapitres, notamment sur les relations avec les municipalités et les commissions scolaires, ne lui plairaient pas40 ». Pour ne pas se commettre, le chef de l’Union nationale détourne le débat : « De notre côté, quand on se bat on se bat visière levée; quand on se fait battre, on ne braille pas... Je reproche à ceux qui ont voulu excuser leur défaite en l’attribuant à des pratiques malhonnêtes, de dénigrer leur race qui n’est sûrement pas plus vénale que les autres. » (20 novembre)

 

Les finances publiques

Pour une deuxième année consécutive, le ministre des Finances, Onésime Gagnon, dépose les comptes publics de l’année fiscale terminée le 31 mars 1956 le jour même de l’ouverture de la session. On peut y lire que les revenus de la province se sont élevés à plus de 407 millions de dollars, soit 18 millions de plus que l’état provisoire présenté en Chambre le 3 février 1956, et les dépenses ordinaires ont été de plus de 330 millions de dollars. Considérant les dépenses d’immobilisation, le surplus budgétaire global est d’un peu plus de 294 000 $.

Le 7 février 1957, Onésime Gagnon, que l’on devine dans une moins grande forme qu’à l’habitude, présente son discours sur le budget devant l’Assemblée législative. Jacques Trépanier de La Patrie remarque qu’il n’a fallu « qu’une heure environ à l’hon. Onésime Gagnon […] pour prononcer, hier après-midi, le plus important discours d’une session […] ». Il rapporte que le ministre « a lu en diagonale son intéressant papier et le premier ministre et le chef de l’opposition, qui avaient chacun en main un texte officiel complet, devaient retourner les pages rapidement pour le suivre41 ». D’ordinaire, ce dernier était pourtant, disait-on, d’une éloquence et d’un lyrisme proverbial.

Gagnon profite de sa tribune pour vilipender le gouvernement de Louis Saint-Laurent au sujet de l’empiétement du pouvoir fédéral en matière d’assurances. Il montre du doigt le contrôle inconstitutionnel exercé par le département fédéral des assurances sur les compagnies d’assurances à charte provinciale. C’est, dit-il, « avec acharnement que le surintendant fédéral des assurances ne cesse d’inciter les compagnies du Québec à s’adresser à Ottawa pour obtenir une charte fédérale ».

En matière d’éducation, Gagnon réprouve la nouvelle tentative d’ingérence du gouvernement fédéral, annoncée en marge de la Conférence nationale des universités canadiennes en novembre. S’inspirant des recommandations de la commission sur les arts, les sciences et les lettres au Canada (commission Massey), le premier ministre Saint-Laurent présentait une subvention annuelle de 16 millions de dollars destinée à être partagée entre les différentes universités du pays. Cette action a eu tôt fait de susciter le mécontentement de l’Union nationale, qui y voyait là une autre tentative d’ingérence fédérale dans les compétences provinciales. Le 19 octobre, Duplessis refusait officiellement les subventions fédérales aux universités. À la suite d’une importante manifestation des étudiants de l’Université Laval devant l’hôtel du Parlement en regard à ce refus, le gouvernement n’avait d’autre choix que d’annoncer une hausse des octrois aux universités de la province :

Si le gouvernement fédéral veut réellement aider la cause de l’éducation dans les provinces, je le répète, pourquoi ne laisse-t-il pas aux gouvernements provinciaux les sources de revenu dont ils ont besoin pour s’acquitter de leurs responsabilités? La commission Tremblay s’est énergiquement prononcée dans ce sens.

 

Pour l’année budgétaire se terminant le 31 mars 1957, Gagnon présente un état provisoire des revenus de l’ordre de 432 806 000 $ et des dépenses ordinaires de 362 819 000 $ (en comptant le service de la dette publique de 30 215 000 $). Ne considérant que les dépenses d’immobilisation, le ministre des Finances prévoit un déficit de 15 310 000 $ pour l’année 1956-1957. Mais les prévisions budgétaires ordinaires et d’immobilisation pour l’exercice financier 1957-1958 montrent des revenus de plus de 473 millions de dollars et des dépenses ordinaires anticipées de plus de 386 millions de dollars (en comptant le service de la dette publique de 31 684 000 $). Gagnon prévoit alors un surplus global de près de 2 millions de dollars.

Les secteurs de dépenses les plus importants pour l’année fiscale 1956-1957 demeurent les mêmes que ceux pour l’année précédente. La Voirie se voit attribuer 20 % du budget, la Santé 19 %, l’Instruction publique 18 % et le Bien-être social et la Jeunesse 11 %. La part d’attribution de chacun demeure également semblable, sinon une augmentation de 2 % à l’Instruction publique, qui confirme l’intérêt porté par le gouvernement à l’éducation, tel qu’énoncé dans le discours du trône.

La réplique au discours du budget est donnée par le chef de l’opposition, René Hamel, à la séance suivante, le 12 février. Hamel reproche au gouvernement ses écarts de dépenses. Il fait remarquer que pour l’année fiscale 1955-1956, alors que l’Assemblée législative avait approuvé un budget de dépenses de 331 201 660 $, l’Union nationale a dépensé près de 407 millions de dollars, soit 76 millions de plus que le montant pour lequel il avait été autorisé par la Chambre. Selon Hamel :

[L]e gouvernement a, comme par les années passées, fait preuve du plus souverain mépris envers le Parlement… C’est là un procédé, comme disait naguère l’actuel ministre des Finances, « basé sur des principes antidémocratiques ». Le gouvernement actuel a constamment démontré par ses actes qu’il est nettement antidémocratique. Le principe de base du régime démocratique, en effet, c’est qu’un gouvernement ne peut dépenser un seul sou sans que cet argent n’ait été légalement et régulièrement voté par le Parlement. (12 février)

 

Il ajoute que ces écarts de dépenses, répétés au fil des ans, se sont élevés, entre 1945 et 1956, à près de 3 milliards de dollars. « C’est malheureusement un fait notoire que, depuis qu’il est au pouvoir, le gouvernement actuel a aboli graduellement toutes les règles d’une administration saine et honnête pour y substituer la seule règle arbitraire du patronage », dit-il. Hamel y va même d’une comparaison moqueuse entre le gouvernement et les communistes :

Oui, le régime actuel a tout transformé en faveurs et privilèges qu’il dispense à sa guise. Et l’on voit ces gens-là dénoncer le socialisme et le communisme alors qu’ils ont implanté le paternalisme d’État à un degré qui frise le socialisme lequel, comme dit souvent le premier ministre, mène tout droit au communisme. Comme on le voit, leurs actes sont tout à l’opposé de leurs déclarations. (12 février)

 

Le chef de l’opposition critique également la trop grande part, selon lui, des taxes dans les revenus de la province et la trop faible part des revenus provenant des richesses naturelles. S’appuyant sur les comptes publics de 1955-1956, il mentionne que 82,18 % du revenu total provient des taxes, alors que 8,71 % provient des richesses naturelles. Il s’offusque du fait qu’en 1944-1945, ces mêmes sources représentaient respectivement 67,62 % et 11,42 % du revenu total. Pour Hamel, il s’agit là d’une preuve de l’augmentation de la taxation par l’Union nationale, depuis qu’elle est au pouvoir, et de la diminution de la valeur des ressources naturelles de la province.

Trois autres députés libéraux prendront la parole au cours du débat sur le budget, pour critiquer le gouvernement : Alcide Courcy, député d’Abitibi-Ouest; Glendon Pettes Brown, député de Brome; et Paul Earl, député de Montréal-Notre-Dame-de-Grâce. Ils interrogent le gouvernement sur l’absence de réductions d’impôts en regard à la prospérité économique dont jouit le Québec, sur la baisse des revenus des cultivateurs, ainsi que le manque de budget attribué au secteur de l’enseignement agricole. Le débat prend fin le 20 février.

 

Les débats et faits saillants de la session : affrontements et expulsions

Les débats de l’Assemblée se déroulent sur fond de contestations et d’affrontements. Les constantes joutes oratoires et les accrochages que s’échangent Duplessis et Hamel meublent une bonne partie des activités en Chambre. Il faut voir comment le premier ministre s’adresse et répond au chef intérimaire de l’opposition, avec sarcasme et dérision. En retour, si Hamel parvient à bien mobiliser ses troupes, il se heurte sans cesse à l’implacabilité et la suffisance de Duplessis. Cette première session de nouvelle législature se veut un rude test pour celui qui aspire à diriger officiellement le Parti libéral. Quelques escarmouches surviennent aussi entre le ministre du Bien-être social et de la Jeunesse, Paul Sauvé, et le député libéral de Richmond, Émilien Lafrance.

Symptomatiques de cette agitation dans le Salon vert, plusieurs expulsions surviennent au cours de la session. Émilien Lafrance, d’abord, est expulsé à deux reprises : le 31 janvier pour une période de huit jours, puis le 13 février pour une période de 30 jours. Ces expulsions – ses quatrième et cinquième en carrière – lui confèrent alors le record de l’histoire parlementaire québécoise. Lors de la session 1952-1953, il avait été expulsé à deux reprises, puis une autre fois en 1953-195442. Lafrance incarne, ni plus ni moins, le symbole de l’anti-duplessisme. L’historien Michel Lévesque écrit que le député de Richmond « a le don de soulever l’ire de Duplessis en le provoquant par ses déclarations. Fermement ancré dans ses principes et ses convictions, il possède une grande assurance en face du premier ministre, contrairement à la plupart des autres députés43 ». Le député libéral de Hull, Oswald Parent, est aussi expulsé de la Chambre le 19 février. Ensemble, ces multiples expulsions illustrent l’exaspération grandissante des libéraux et le faible degré de tolérance de Duplessis.

Au total, 231 projets de loi sont présentés à l’Assemblée législative au cours de la session. De ce nombre, 205 sont sanctionnés par le lieutenant-gouverneur.

 

Prolongation de l’impôt sur le revenu

En vertu de la Constitution de 1867, les pouvoirs de taxation étaient de juridiction provinciale. Une loi du gouvernement Godbout, en 1940, affirmait d’ailleurs ce droit, nonobstant la loi fiscale fédérale datant de la Première Guerre mondiale44. Mais, durant le second conflit mondial, le gouvernement fédéral avait demandé aux provinces de lui céder temporairement ces pouvoirs de taxation, afin de concourir à l’effort de guerre. En 1942, Godbout avait accepté de collaborer. Sauf qu’après la guerre le fédéral refusa de remettre les droits de taxation aux provinces.

En 1947, à la veille des élections, Duplessis décrétait un nouvel impôt sur le revenu des corporations, obligeant le gouvernement fédéral à réduire de 7 % son propre impôt sur les entreprises45. C’est plus tard que la loi provinciale de l’impôt sur le revenu personnel sera instaurée par le ministre des Finances, Onésime Gagnon, le 17 février 1954 et sanctionnée le 5 mars 1954.

Avec cette dernière loi, l’Assemblée législative autorisait le gouvernement à prélever un impôt sur le revenu des particuliers pour une période de trois ans. Il s’agissait alors d’une réponse au refus du gouvernement fédéral de rétrocéder les droits de taxation empruntés aux provinces pendant la guerre. Grâce à cette loi sur l’impôt des particuliers, l’Union nationale espérait forcer de nouveau la main du fédéral. Des pourparlers entre Duplessis et le premier ministre canadien Louis Saint-Laurent donnaient raison au chef des unionistes, en janvier 1955. Une entente prévoyait la réduction de l’impôt fédéral aux particuliers.

Le 15 novembre 1956, Duplessis réaffirme la détermination du gouvernement de l’Union nationale de lutter contre l’empiétement d’Ottawa sur les champs de compétence provinciale avec le bill 4 prolongeant l’application de la loi assurant à la province les revenus nécessités par ses développements :

L’honorable M. Duplessis (Trois-Rivières): Ce projet de loi est de la plus haute importance, car il constitue une affirmation des droits de la province et de son irrévocable volonté de faire respecter la Constitution canadienne, spécialement dans le domaine fiscal. […]

La Constitution stipule que la province a des droits exclusifs en matière de taxation directe et ce sont ces droits fiscaux, accessoires indispensables à l’exercice des droits constitutionnels de la province, que celle-ci veut exercer. Ce sont ces droits que nous voulons proclamer par la loi actuelle. Pour exercer ces droits, il est indispensable que nous possédions des pouvoirs fiscaux correspondants. Car les pouvoirs financiers et fiscaux sont un corollaire indispensable des pouvoirs législatifs et administratifs. (28 novembre)

 

Le bill 4 prévoit une prolongation de la loi sur l’impôt des particuliers pour une période de cinq ans, soit jusqu’en 1961.

Le chef intérimaire des libéraux, René Hamel, reconnaît l’importance de la loi, mais manifeste son opposition en regard à ce qu’il considère comme de la partisannerie politique. Croisant le fer avec Duplessis pendant plus de deux heures, soutient Henri Dutil dans Le Soleil46, Hamel reproche au gouvernement son entêtement à ne pas déposer le rapport de la commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels (commission Tremblay) devant les élus, censé fournir « aux députés les renseignements nécessaires à l’intelligence du problème et à la défense de nos droits ». Le chef intérimaire des libéraux accuse même Duplessis d’avoir « caché le rapport ». Évitant de se commettre, le premier ministre y va d’un de ses habituels points d’ordre : « Le député n’a pas droit de me prêter des motifs de cette sorte, surtout s’ils sont basés sur des faussetés. À ce moment-ci, le député n’a pas droit de discuter ce rapport. Mais ce rapport a été publié en résumé dans tous les journaux, dès sa parution. »

Hamel ne s’en laisse pas imposer. Interrompu sans cesse par l’Orateur Maurice Tellier, il fustige le gouvernement. Pour lui, si l’on veut éviter les considérations partisanes, il ne fait aucun doute qu’il est impossible de se prononcer sur ce bill « sans avoir le point de vue des experts qui ont étudié cette question fiscale ». Il refuse de voter en faveur de la loi prolongeant la loi sur l’impôt des particuliers, tant et aussi longtemps que le gouvernement ne produira pas le rapport de la commission Tremblay.

À deux reprises, soit avant les votes sur la deuxième lecture et sur les résolutions, les libéraux se retirent en guise de protestation, sous le rire généralisé des députés unionistes. La Presse rapporte que cette sortie en bloc des députés de l’opposition avant un vote est « un événement que les vétérans de la colline parlementaire disent sans précédent. Le greffier de la Chambre basse, Me Antoine Lemieux, qui occupe ces fonctions depuis 14 ans, a déclaré, pour sa part, qu’il était témoin d’un tel événement pour la première fois47 ». (Rappelons que le 11 mars 1937, les libéraux avaient fait de même lors de l’adoption de l’adresse en réponse au discours du trône.) Les députés unionistes n’hésitent pas à huer l’opposition, les qualifiant de « déserteurs ».

Le chef de l’Union nationale en profite même pour précipiter le vote sur la troisième lecture du bill, tout juste avant que les libéraux reviennent à leurs sièges après le vote sur les résolutions. La motion est ainsi adoptée sans opposition. Pris à son propre jeu, Hamel proteste avec véhémence, mais en vain.

 

Le rapport de la commission Tremblay

Le rapport de la commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels est finalement déposé par le premier ministre Duplessis, le 13 décembre 1956, sous les applaudissements unanimes des deux partis. La commission Tremblay, du nom de son commissaire le juge Thomas Tremblay, avait été créée le 12 janvier 1953, en réaction à la commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences (commission Massey), mise sur pied par le premier ministre Louis Saint-Laurent et dont le rapport avait été publié en 1951.

Le mandat premier du juge Tremblay était d’étudier la question de l’intervention du gouvernement fédéral dans la gestion de l’éducation. Elle s’intéressa également au problème de la répartition de l’impôt entre Ottawa, les provinces, les municipalités et les commissions scolaires, ainsi qu’aux problèmes constitutionnels d’ordre législatif et fiscal.

Dans son rapport, le juge Tremblay établit que la culture « est la pierre angulaire du problème politique canadien quel que soit l’angle sous lequel on l’aborde ». Dans ses recommandations, il suggère, entre autres, une nouvelle répartition des ressources fiscales, mais sans changements constitutionnels. Il réaffirme également la souveraineté du Québec en matière d’éducation et recommande l’institution d’une commission d’enquête sur l’enseignement48.

D’entrée de jeu, Hamel conteste l’authenticité du rapport :

M. Hamel (Saint-Maurice): S’agit-il du rapport original de la Commission ou d’un rapport corrigé? Je voudrais comparer avec les copies qui seront enfin distribuées.

L’honorable M. Duplessis (Trois-Rivières): On dirait que c’est devenu une obsession chez le chef de l’opposition (M. Hamel). C’est le rapport de la commission Tremblay. Le chef de l’opposition en a parlé à tort et à travers, en Chambre, en arrière du trône de l’Orateur et en dehors. Nous aurons l’occasion de revenir là-dessus. Pour le moment, je dépose le rapport de la commission Tremblay.

 

Hamel n’en démord pas. Selon lui, le document officiel a été falsifié par le gouvernement. Le 16 janvier 1957, lors de l’étude des crédits, il renchérit de plus belle :

M. Hamel (Saint-Maurice) rappelle au premier ministre que l’opposition libérale a inscrit au Feuilleton de la Chambre une motion demandant la production du rapport original.

L’honorable M. Duplessis (Trois-Rivières): Je ne sais pas ce que veut dire le député de Saint-Maurice par l’expression « rapport original ». Ce que j’ai remis au chef intérimaire de l’opposition est le rapport officiel de la commission Tremblay, bien qu’il y ait eu des modifications de détails, à la suggestion des commissaires.

M. Hamel (Saint-Maurice): Le premier ministre nous dit que le rapport a été déposé et que, par la suite, il a été corrigé. Moi je prétends qu’il a été falsifié. On m’a remis, par hasard probablement, une copie de ce rapport dont certaines pages, je cite particulièrement les pages 202, 203, 204, 205, 206 et 207 qui ont toutes été changées, et cela paraît. Le gouvernement est responsable des doutes importants qui pèsent à présent sur ce rapport. J’affirme que le geste du gouvernement en faisant corriger ce rapport diminue le prestige des commissaires et de la Commission, et également le prestige dont doit jouir un rapport de ce genre, aussi important. Si un gouvernement à Ottawa se permettait d’agir ainsi avec un rapport d’une commission fédérale, on le forcerait à démissionner.

 

En rétrospective, le rapport de la commission Tremblay, bien que délaissé par Duplessis, est perçu par les historiens comme un signe avant-coureur de la Révolution tranquille. Les libéraux de Jean Lesage reprendront d’ailleurs certaines recommandations du rapport dans leur programme électoral de 196049. L’historien Michel Sarra-Bournet note aussi que ce document a « stimulé la transformation de la société civile en groupes de pression. Ensuite, il a offert une tribune aux néo-nationalistes. Enfin, il a protégé l’autonomie provinciale et affirmé le caractère national de la province de Québec50 ».

 

Progrès scolaires

Le 15 novembre 1956, Duplessis présente le bill 5 modifiant la loi facilitant davantage les progrès scolaires dans la province. Avec cette mesure, l’Union nationale entend absorber la moitié des dettes des commissions scolaires de la province, qui s’élèvent alors à plus de 140 millions de dollars. 

Dix ans auparavant, avec sa loi de 1946 pour assurer le progrès de l’éducation au Québec (communément appelé « bill Côté », du nom du secrétaire de la province, Omer Côté, parrain du bill), le gouvernement de l’Union nationale avait déjà assumé l’entièreté des dettes des commissions scolaires, pour un montant de plus de 100 millions de dollars, par la création d’un fonds constitué à même les ressources hydroélectriques de la province51. « La loi actuelle a pour but de compléter, de perfectionner l’œuvre que nous avons commencée », de commenter Duplessis en 1956.

Bien que le débat s’envenime en deuxième lecture, le bill est adopté à l’unanimité en troisième lecture, puis sanctionné le 19 décembre.

 

Allocations aux mères nécessiteuses

Également présenté le 15 novembre, mais par le ministre du Bien-être social et de la Jeunesse, Paul Sauvé, le bill 6 concernant les allocations aux mères nécessiteuses et à leurs enfants se veut une majoration de la loi du même nom, votée en 1937. Sauvé fait preuve d’enthousiasme en présentant cette nouvelle législation :

Depuis que je préside aux destinées de ce ministère, je ne me souviens pas d’avoir présenté et expliqué une législation qui me procure autant de contentement et de plaisir. Depuis la présentation de la première loi, je ne pense pas qu’il y ait eu de mesure qui ait apporté autant de bonheur aux mères nécessiteuses. L’augmentation est d’environ 70 %. (6 décembre)

 

L’opposition libérale approuve ce bill qu’elle dit réclamer depuis plusieurs années. Elle s’en attribue même les mérites : « La critique des députés libéraux a fait en sorte que le gouvernement a pris des mesures pour corriger une situation lamentable », affirme le chef de l’opposition René Hamel. (11 décembre)

L’étude du texte de la loi, en troisième lecture, donne cependant lieu à des échanges cinglants entre Paul Sauvé et le député libéral Émilien Lafrance :

M. Lafrance (Richmond): Le ministre laisse entendre que nous sommes bien en avance devant les autres. Mais il faut voir les faits tels qu’ils sont. […] Le projet de loi ne favorise donc que les petites familles et n’accorde qu’une aide très insuffisante aux familles nombreuses. C’est une anomalie. Une mère qui n’a qu’un enfant recevra $60, soit $30 par personne, mais une mère de 7 enfants aura $78 par mois, ce qui fera une moyenne de $9.75 par personne et une mère de famille de 10 enfants aura $87, ce qui fera seulement $7.90 par personne. C’est de nature à limiter les naissances. […] Il est inquiétant de constater que depuis 10 ans, la natalité n’a augmenté que de 4 % au Québec alors qu’elle a augmenté de 7 % en Ontario et de 8 % dans l’ensemble du Canada. C’est là une des conséquences des lois antifamiliales du gouvernement. Il faudrait prévoir une allocation plus forte par enfant et une allocation graduée aussi selon l’âge des enfants.

L’honorable M. Sauvé (Deux-Montagnes): Le député est hors d’ordre. Il n’y a aucune relation entre le taux de la natalité et les allocations destinées aux mères nécessiteuses. La preuve c’est que le taux était plus élevé avant l’adoption de la loi. (11 décembre)

 

Un second bill en rapport à la question des mères nécessiteuses est présenté, le 24 janvier 1957, par Paul Sauvé : le bill 40 concernant l’assistance aux mères nécessiteuses et la commission des allocations sociales de Québec. Cette loi vise à fondre deux organismes en un : l’Office d’assistance aux mères nécessiteuses ainsi que la commission des allocations sociales.

Le bill 40 est adopté par les députés le 31 janvier et reçoit la sanction royale le 21 février.

 

Tenue d’élections conformes à la loi

Le 13 décembre, le chef intérimaire de l’opposition présente le bill 99 pour faciliter la tenue d’élections honnêtes dans la province. Hamel souhaite tirer profit de l’article des abbés Gérard Dion et Louis O’Neill pour faire état du scandale entourant les pratiques douteuses du gouvernement lors des dernières élections. Ce bill a pour but de modifier la loi modifiant la loi électorale de Québec, sanctionnée le 12 février 195352.

Le chef de l’Union nationale, quant à lui, veut éviter à tout prix un débat sur l’article en question. Habilement, lors de la deuxième lecture, Duplessis multiplie les points d’ordre aux moments où Hamel essaie de parler de la dernière campagne électorale et de la publication des deux théologiens :

L’honorable M. Duplessis (Trois-Rivières): Ce que les prétendus sociologues ont écrit n’a rien à voir avec le bill.

M. Hamel (Saint-Maurice): J’en suis à établir les conditions pour que le bill soit efficace. Je dis qu’il faut d’abord travailler à développer le civisme. Un important document a été publié. Je voudrais en souligner quelques points particuliers qui démontrent la nécessité du bill. Le bill est nécessaire parce que le climat social de la province de Québec est actuellement extrêmement dangereux.

 

Avec le soutien inconditionnel de l’Orateur, Duplessis interrompt sans cesse le débat en soulignant les écarts du chef intérimaire de l’opposition qui, en deuxième lecture, doit s’en tenir au principe du bill. Il menace même de faire appliquer l’article 74 du règlement, qui stipule que si « le député qui a la parole continue à s’éloigner de la question en discussion après y avoir été rappelé deux fois, l’orateur peut le rappeler nominativement à l’ordre53 ». Du coup, le député en question se voit retirer son droit de parole pour le reste de la séance et, s’il persiste, peut être expulsé de la Chambre pour une période déterminée. Hamel est muselé.

Les libéraux tentent par tous les moyens de prendre le contrôle du débat et de faire entendre leur volonté. L’exaspération les gagne. Sous les applaudissements dérisoires de la droite54, le député libéral de Richmond, Émilien Lafrance, ne parvient pas même à placer un mot et, décontenancé, quitte la Chambre. L’Union nationale étant majoritaire, le bill est rejeté en deuxième lecture, à 65 contre 15. Le Nouvelliste du 20 décembre conclut : « Comme tout le monde s’y attendait, le projet de loi de Me René Hamel, chef intérimaire de l’opposition, a pris le chemin des douches55… »

Hamel accepte le revers sans s’incliner pour autant. Le 5 février 1957, lors de la deuxième lecture du bill 39 modifiant la loi électorale de Québec, présenté par Duplessis, le chef intérimaire de l’opposition ravive le débat sur la dernière élection.

Le projet de loi 39 prévoit une majoration de 1 000 $ du salaire du président général des élections, le portant à 9 000 $, soit « sur le même pied que les sous-ministres ». Il lui permet aussi de signer la liste électorale d’une région à la place d’un réviseur, dans le cas où ce dernier n’aurait pu le faire. Le contrôle envers les officiers d’élection est également diminué. Ceux-ci « devaient jusqu’ici être domiciliés depuis au moins deux ans dans le district électoral où ils doivent agir ». Avec cette nouvelle législation, le délai n’est plus que d’un an. Ce projet de loi est adopté en troisième lecture, à 55 contre 14.

 

Élimination des taudis à Montréal : le « plan Dozois »

À Montréal, la question des logements insalubres et des taudis préoccupe la population et le conseil municipal depuis plusieurs décennies déjà. En 1952, un groupe formé de cinq associations montréalaises réclamait une étude sur ce problème; l’exécutif de la ville ordonnait alors la constitution d’un comité spécial chargé d’examiner cette question. Le 21 juin 1954, le conseil municipal votait à l’unanimité une motion adoptant le rapport du comité spécial, déposé en septembre 1954. Dans ce rapport, le comité recommandait la création d’un projet de réaménagement urbain visant à éliminer les taudis d’un secteur situé au nord de la rue Sainte-Catherine, entre les rues Saint-Dominique et Sanguinet. « Il s’agit de démolir les maisons qui s’y trouvent, de restructurer le territoire et d’y ériger un ensemble de tours et de petits immeubles d’appartements dont les logements seront destinés à une clientèle défavorisée », note l’historien Paul-André Linteau56.

Ce projet, communément appelé « plan Dozois », du nom de son principal tenant, Paul Dozois, alors conseiller municipal, recevait l’aval de Québec, le 13 mars 1956, par une offre de 1 000 000 $ en aide à son exécution. Toutefois, en raison de l’opposition du maire Jean Drapeau et du président de l’exécutif de la ville, Paul Desmarais, le projet, qui devait recevoir la caution de l’exécutif pour aller de l’avant, fut mis sur la glace.

En 1956, Paul Dozois quittait ses fonctions de conseiller municipal pour joindre les rangs de l’Union nationale. Pour mener son projet initial à terme, Dozois est d’ailleurs nommé ministre des Affaires municipales. Le nouveau ministre s’empresse alors de formuler deux projets de loi en lien avec son plan de réaménagement urbain de Montréal : les bills 27 et 58. La nomination de Dozois et ces deux bills sont une douce revanche pour le chef de l’Union nationale, car l’inimitié entre Maurice Duplessis et Jean Drapeau est bien connue. Depuis son accession à la mairie de Montréal en 1954, Drapeau avait souvent soulevé des critiques à l’endroit du gouvernement de l’Union nationale.

Le bill 27 autorisant les membres du conseil de la cité de Montréal à exécuter un projet d’élimination de taudis et de construction d’habitations salubres est présenté le 12 décembre 1956. Ce bill vise à conférer au conseil municipal de Montréal une autonomie qui lui permettra de mettre en application le plan Dozois sans nécessiter l’approbation ultime de l’exécutif de la ville.

Le chef intérimaire de l’opposition, René Hamel, essaie à deux reprises de remettre la première lecture à plus tard. Les libéraux, qui soutiennent le maire Drapeau, sont en désaccord avec ce projet de loi. Pour Hamel, il est clair que le gouvernement cherche à « passer par-dessus la tête du maire de Montréal, qui est pourtant élu par l’ensemble des électeurs. La mesure a simplement pour but de décapiter le maire de Montréal », ajoute-t-il.

Le député libéral de Richmond, Émilien Lafrance, déclare « qu’il votera contre la loi parce qu’elle est une violation flagrante de la constitution de Montréal et un sabotage de l’autonomie de la plus grande ville de la province ». Ce dernier déplore que l’Assemblée législative, qui doit être le « sanctuaire des lois », soit devenue le « carrefour des chicanes politiques ». Selon lui, il ne fait nul doute que la « pègre de Montréal est liguée contre l’administration Drapeau ». On sent que le député de Richmond est sur le point d’exploser.

Le bill 27 est adopté en troisième lecture, à 66 contre 11. Chose certaine, la question ne fait pas l’unanimité au sein des libéraux. Les députés de Westmount-Saint-Georges, John Richard Hyde, de Montréal-Saint-Louis, Dave Rochon, et de Montréal-Verdun, Lionel-Alfred Ross, se prononcent en faveur du bill, contre leurs collègues. La Presse du 19 décembre 1956 affirme : « C’est la première fois, depuis 1946, a révélé le greffier de la Chambre basse, qu’un parti d’opposition ne présente pas un front uni au cours d’un vote à l’Assemblée législative. »

Le second bill ayant trait au réaménagement urbain de la ville de Montréal est présenté par le ministre Paul Dozois, le 5 février 1957. Le bill 58 facilitant davantage l’exécution d’un projet d’élimination de taudis et de construction de logements salubres dans la cité de Montréal « a pour but d’autoriser le gouvernement à payer 1 000 000 $ pour la démolition des taudis et d’accorder une plus large part d’autonomie au conseil de la ville de Montréal », mentionne Dozois (13 février). Cette plus large part d’autonomie vise, entre autres, à rendre incontestables les résolutions prises par le conseil municipal de Montréal.

Hamel s’oppose à l’utilisation du terme « incontestable » et talonne Duplessis pour avoir des explications. En comité plénier, Émilien Lafrance fulmine : « Je ne veux pas être complice de la législation la plus mauvaise qui ait jamais été passée à l’Assemblée législative, une loi pire que la loi Dillon. » (Sanctionnée sous le gouvernement Taschereau, la « loi Dillon », modifiant la loi des élections contestées de Québec, fut présentée pour empêcher la contestation en bloc des élections de 1931.)

Lafrance est alors rappelé à l’ordre par le premier ministre qui lui demande de retirer ses paroles, mais il refuse. L’Assemblée s’agite de plus en plus. Les députés de droite lancent des cris de protestation, devant le refus du député de Richmond de se conformer à la décision du président. Ce dernier fait état de la situation à l’Orateur, qui sévit et l’expulse, pour la deuxième fois de la session. Outré, Lafrance s’exclame, au sortir de la Chambre : « Il y aura une révolution ici, prenez-en ma parole! Pauvre législature! Une semence de révolution! ». On l’entend aussi répéter des mots comme « honteux » et « geste dictatorial », rapportent les journalistes. Expulsé pour une période de 30 jours, il ne reviendra pas du reste de la session.

Le bill 58 est adopté en troisième lecture le 14 février 1957.

 

De choses et d’autres…

Le 6 décembre 1956, le député unioniste des Îles-de-la-Madeleine, Hormisdas Langlais, présente le bill 185 constituant en corporation l’École des haute études commerciales (HEC) de Montréal. Ce projet de loi prévoit la soustraction de l’École des HEC à toute influence politique. Adopté à l’unanimité en première, deuxième et troisième lecture, le bill est sanctionné le 21 février 1957.

La loi autorisant la construction d’une autoroute entre Montréal et les Laurentides est présentée le 5 février 1957, puis sanctionnée le 21 février. L’autoroute des Laurentides sera inaugurée en 1959, après la mort de Duplessis, par le premier ministre Paul Sauvé.

En conformité avec son plan de développement du « Nouveau-Québec », amorcé par la concession accordée à la compagnie Hollinger57, Duplessis fait présenter deux nouveaux projets de loi, en fin de session, par le ministre des Mines, William McOvat Cottingham, concernant l’exploitation des ressources minières du Grand Nord québécois. Les bills 62 et 63 accordent des concessions de territoire aux compagnies Oceanic Iron Ore et Atlantic Iron Ore, obligeant toutefois ces entreprises à vendre 50 % de leur production aux usines sidérurgiques du Québec. Le bail est d’une durée de trente ans. Les libéraux votent contre les deux bills, car selon Hamel, cela « ne respecte pas les deux principes fondamentaux qui doivent être à la base des concessions de nos richesses naturelles: premièrement qui est d’assurer du travail pour l’avenir; deuxièmement qui est de procurer à la province des revenus en rapport avec l’importance de la concession ». Les projets de loi sont néanmoins adoptés, à 54 contre 12.

Malgré la tension entre libéraux et unionistes, Duplessis termine la session sur une note positive. Il présente une motion pour que le chef de l’opposition, Georges-Émile Lapalme, perçoive son indemnité parlementaire, en dépit de son absence de la Chambre, durant toute la session, pour cause de maladie. Cette action en dit beaucoup sur le chef de l’Union nationale. Autant il peut se montrer impitoyable face à certains de ses adversaires politiques – René Hamel en est un bel exemple –, autant il sait manifester un respect parlementaire pour d’autres. Un « beau geste58 » salué par les journalistes, la motion est adoptée à l’unanimité.

 

Faits divers, faits cocasses…

Le débat entourant l’étude du bill 99 pour faciliter la tenue d’élections honnêtes dans la province, présenté par le chef intérimaire de l’opposition, René Hamel, le 13 décembre 1956, donne lieu à une réplique fort intéressante d’un député qui, malheureusement, n’a pas été identifié par les journalistes dans leurs comptes rendus.

En deuxième lecture, Hamel condamne le rôle des recenseurs lors des dernières élections qui, par leurs gestes, auraient truqué le résultat du scrutin :

Supposons qu’un scrutateur prenne comme tactique d’éliminer cinq ou six votes dans chaque poll. Si un énumérateur enlève des noms sur une liste électorale ou ajoute des noms fictifs, cela représente à la fin un nombre de votes considérable qui peut affecter une élection. À la dernière élection, on a trouvé dans bien des boîtes plus de bulletins que d’électeurs. C’est un fait! (19 décembre)

 

Justifiant cet état de fait, un député unioniste s’exclame alors au chef de l’opposition : « C’était l’enthousiasme! »

Autrement, le 16 janvier 1957, dans le cadre de l’étude comité plénier du bill 183 modifiant la charte de la ville d’Arvida pour accorder une pension au maire sortant, Duplessis et Hamel s’échangent quelques pointes. Hamel réclame que la loi fasse état d’un octroi statutaire à ce sujet, tandis que Duplessis préfère la méthode discrétionnaire. « Chaque cas doit être jugé séparément, selon les circonstances particulières qui prévaudront au moment où un conseil municipal voudra récompenser de cette façon un bon serviteur public », se défend le premier ministre. Et Hamel de rétorquer un jeu de mots particulièrement savoureux :

M. Hamel (Saint-Maurice): Le gouvernement ne veut pas d’un système d’octrois statutaires, parce qu’il prétend qu’il n’a pas été élu pour être statufié. Il préfère un système d’octrois « statu-toé ». En vertu de ce système, avant d’accorder un octroi il dit: « statu-toé » qui a voté pour l’Union nationale, « statu-toé » qui a voté contre l’Union nationale? Entre le régime d’octrois statutaires et le régime d’octrois "statu-toé", c’est évidemment le premier que le peuple désire, le seul qui soit digne d’un régime démocratique.

 

Critique des sources

Par Marc-André Robert

Les membres de la Tribune de la presse à Québec en 1956 et 1957

En 1956, Wilbur Atkinson, de la Gazette, est nommé président de la Tribune de la presse, succédant ainsi à Richard Daignault. Jacques Monnier, de L’Événement-Journal, est réélu à la vice-présidence pour un deuxième mandat. Henri Dutil, du Soleil et de L’Événement-Journal, est réélu secrétaire-trésorier pour une 11e fois. Vincent Prince, de La Presse, et Charles-Eugène Pelletier, du Droit et de L’Action catholique, complètent le portrait à titre de conseillers.

Les autres membres connus de la « galerie » de presse sont : Calixte Dumas, de L’Action catholique; Pierre Laporte, Jean-Marc Laliberté et Marcel Thivierge, du Devoir; Maurice Bernier, du Montréal-Matin; Fernand Renault, du Montreal Star; Jacques Trépanier, de La Patrie; Bernard Massicotte, du Progrès du Saguenay; Mark-Edmond Thivierge, de la United Press International; Adalbert Trudel, du Quebec Chronicle, du Record et du Toronto Telegraph; et finalement Jean-Pierre Fournier et Richard Daignault, de La Tribune.

Les chroniques parlementaires des quotidiens et hebdomadaires suivants ont également été consultées pour effectuer la reconstitution des débats pour la session 1956-1957 : le Joliette Journal, L’Avenir du Nord, L’Éclaireur, L’Étoile du Nord, La Bonne Parole, La Frontière, La Gazette des Campagnes, La Parole, La Réforme, La Terre de Chez Nous, La Tribune de Lévis, La Victoire de Deux-Montagnes, La Voix de l’Est, La Voix de Shawinigan, La Voix des Bois-Francs, La Voix des Milles-Iles, L’Action populaire, L’Avant-poste gaspésien, Le Bien Public, Le Bulletin des Agriculteurs, Le Clairon maskoutain, Le Courrier de Berthier, Le Courrier de Montmagny, Le Courrier de Saint-Hyacinthe, Le Dorchester, Le Guide, Le Journal de Waterloo, Le Monde Ouvrier, Le Petit Journal, Le Peuple (Montmagny), Le Progrès de l’Islet, Le Progrès du Golfe, Le Progrès du Richelieu, Le Progrès du Saguenay, Le Réveil, Le Salaberry, L’Écho de Lotbinière, L’Écho de Louiseville et du comté de Maskinongé, L’Écho des Laurentides, L’Écho du Nord, L’Étoile du Lac, L’Union des Cantons de l’Est, le Shawinigan Standard, le Sherbrooke Daily Record et le Stanstead Journal.

 

Les comptes rendus des débats59

Au cours de la session de 1956-1957, les membres de la Tribune de la presse se font un devoir de rendre compte des débats parlementaires avec impartialité. Le journaliste Pierre Laporte nuance tout de même, disant que « [p]our toutes sortes de raisons, les propriétaires de la majorité des journaux étaient, sinon sympathiques, du moins favorables à monsieur Duplessis. Leurs représentants à la Tribune des journalistes avaient officiellement ou tacitement instruction de passer par les dictats de cet homme60 ».

Il est possible d’identifier certains passages où les propos de députés sont tronqués ou encore résumés. Ceci survient parfois lorsque la Chambre est très agitée, comme à la séance du 6 décembre 1956, dans le cadre du débat sur les résolutions du bill 6, où il est rapporté que le chef intérimaire de l’opposition libérale, René Hamel, « revient quand même à la charge ». Les journalistes décrivent alors davantage l’attitude du député, non ses paroles, peut-être parce qu’ils ne parviennent pas à l’entendre clairement. Aussi, lors de débats de moindre importance ou lorsque des députés d’arrière-ban échangent sur des sujets peut-être moins « croustillants », les membres de la Tribune se contentent souvent de résumer la scène. Par exemple, le 17 janvier 1957, ceux-ci écrivent :

M. Hyde (Westmount-Saint-Georges) pose une question sur le fonctionnement du Bureau des examinateurs électriciens.

L’honorable M. Barrette (Joliette) répond aux questions du député de Westmount-Saint-Georges et donne des précisions sur le fonctionnement du Bureau des examinateurs électriciens.

 

Autre exemple, au cours de la séance du 13 février 1957, le député libéral du comté de Saint-Hyacinthe, René Saint-Pierre, que l’on n’entend pratiquement jamais de toute la session, se prononce à la suite d’une motion de son confrère libéral de Québec-Ouest, Jean-Paul Galipeault. Les courriéristes parlementaires notent alors que Saint-Pierre « fait un bref discours pour seconder la motion ».

Sinon, dans l’ensemble, le travail des membres de la Tribune de la presse est complet.

 

Le discours du budget

Dans ce qui nous apparaît comme un discours habituel sur le budget dans les débats reconstitués, les journalistes rapportent qu’Onésime Gagnon aurait délibérément tronqué son propre texte. Dans La Patrie du 8 février, Jacques Trépanier souligne que le ministre « a lu en diagonale son intéressant papier et le premier ministre et le chef de l’opposition, qui avaient chacun en main un texte officiel complet, devaient retourner les pages rapidement pour le suivre61 ». Cette version n’est cependant pas corroborée par les autres membres de la Tribune de la presse dans leur chronique respective.

Au reste, les journalistes ne semblent pas d’accord sur la longueur de ce discours : La Presse soutient qu’il aurait duré deux heures, La Tribune note qu’il comptait 18 000 mots, et La Patrie rapporte un discours d’à peine une heure et d’environ 30 000 mots. Dans ce cas-ci, cette divergence d’interprétations chez les membres de la Tribune de la presse laisse présager que leurs comptes rendus ne sont peut-être pas toujours fidèles et exhaustifs. Le discours sur le budget faisant l’objet d’une publication officielle, c’est cette version, corroborée par les reportages de la presse, qui est publiée dans la version reconstituée des débats.

 

Notes de l’introduction historique et de la critique des sources

1. Chine Informations, http://www.chine-informations.com/ (consultée le 15 juin 2009).

2. « Réélection de Dwight D. Eisenhower à la présidence des États-Unis », Perspective monde, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/ (consultée le 16 juin 2009).

3. Nicolas Vaicbourdt, « John Foster Dulles à l’heure de la première Détente. Entre leadership et multilatéralisme : les États-Unis et la guerre froide (1953-1959) », Institut Pierre Renouvin, http://ipr.univ-paris1.fr/ (consultée le 17 juin 2009).

4. George Drew (1894-1973) fut premier ministre conservateur de l’Ontario, de 1943 à 1948. À la suite de la démission de John Bracken, il fut élu à la tête du Parti progressiste-conservateur canadien qu’il dirigea jusqu’en 1956.

5. H. V. Nelles, Une brève histoire du Canada, Montréal, Fides, 2005, p. 275.

6. Pascal Alain, « Un demi-siècle plus tard – L’affaire Coffin : un doute qui persiste », Le Devoir, 10 février 2006, http://www.ledevoir.com/ (consultée le 25 juin 2009).

7. « Fondation du mouvement Rassemblement par Pierre Dansereau et Pierre Elliot Trudeau », Bilan du siècle, Université de Sherbrooke, http://bilan.usherbrooke.ca/ (consultée le 25 juin 2009).

8. « Première présentation de l’émission télévisée "Point de mire" », Bilan du siècle, Université de Sherbrooke, http://bilan.usherbrooke.ca/ (consultée le 25 juin 2009).

9. Maurice Proulx (1902-1988) est prêtre, agronome et cinéaste, pionnier du cinéma documentaire québécois. Entre 1934 et 1968, il réalise et produit près d’une cinquantaine de documentaires pour le compte des gouvernements Godbout et Duplessis. Pour plus d’informations, voir : Marc-André Robert, La société rurale québécoise dans l’après-guerre : un pont entre tradition et modernité. Le cinéma de l’abbé Maurice Proulx comme témoignage historique, 1946-1959, mémoire (histoire), Université de Sherbrooke, 2009, 100 p, et Marc-André Robert, « L’abbé Maurice Proulx : pionnier du film documentaire québécois. Portrait d’un cinéaste militant… opportuniste! », Séquences, no 262, septembre-octobre 2009. Cette nouvelle réalisation de l’abbé Proulx se veut une réponse au documentaire Îles-de-la-Madeleine, produit par Bernard Devlin à l’Office national du film en 1952. Ce film faisait voir les Madelinots d’un mauvais œil et ces derniers étaient furieux. Leur député avait alors demandé à Duplessis d’en faire produire un nouveau. C’est pour le compte de l’Office provincial de publicité que l’abbé Proulx réalise ce documentaire. Voir : BAnQ, Centre d’archives de Québec, Fonds Maurice Proulx, Rétrospective Maurice Proulx [audiovisuel].

10. Paul Cliche, Les élections provinciales dans la province de Québec, 1927-1956, mémoire (sciences politiques), Université Laval, 1960, p. 105.

11. Voir le document iconographique intitulé « Propagande de l’Union nationale lors de la campagne électorale de 1956 » dans Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert et François Ricard., Histoire du Québec contemporain, tome 2, le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1989, p. 383.

12. Conrad Black, Maurice Duplessis, Montréal, Éditions de l’homme, 1999, p. 291.

13. Le comté de Jonquière-Kénogami est nouvellement créé depuis 1954.

14. Voir : Hector Laferté, Derrière le trône : mémoires d’un parlementaire, 1939-1958, Sillery (Québec), Septentrion, 1998, p. 409.

15. Paul Cliche, Les élections provinciales dans la province de Québec, 1927-1956, mémoire (sciences politiques), Université Laval, 1960, p. 106.

16. Ibid., p. 107.

17. Georges-Émile Lapalme, Mémoires, tome 2, le vent de l’oubli, Ottawa, Léméac, 1970, p. 207.

18. Paul Cliche, Les élections provinciales dans la province de Québec, 1927-1956, mémoire (sciences politiques), Université Laval, 1960, p. 109.

19. Louis O’Neill (1925 - ), ordonné prêtre en 1950, fut professeur au Séminaire de Québec et à l’Académie de Québec. Il fut aussi professeur de philosophie sociale et d’éthique sociale à l’Université Laval et à l’Université nationale du Rwanda, en Afrique. Élu député du Parti québécois dans Chauveau en 1976, il occupe les postes de ministre des Communications et ministre des Affaires culturelles jusqu’en 1979. Il ne se représente pas aux élections de 1981, et retourne enseigner la théologie à l’Université Laval.

20. Robert Rumilly, Maurice Duplessis et son temps, tome 2 (1944-1959), Montréal, Fides, 1973, pp. 569-571.

21. Gérard Dion et Louis O’Neill, « Lendemain d’élections », Ad usum Sacerdotum, vol. 11, no 9-10, juin-juillet 1956, p. 198-203.

22. Gustave Lemieux (1864-1956) a été député libéral du comté de Gaspé, de 1912 à 1931 et Orateur suppléant, de 1922 à 1923. Il a été nommé conseiller législatif de la division de Montarville le 2 décembre 1932. Il est décédé à Montréal, le 19 juillet 1956, à l’âge de 91 ans.

23. Wilfrid Bovey (1883-1956) a été conseiller législatif libéral de 1942 à 1956 pour la division de Rougemont. Il est décédé le 11 octobre 1956 à l’âge de 72 ans. Il a écrit d’intéressantes réflexions dans son ouvrage Les Canadiens-français d’aujourd’hui, publié en 1940 et traduit en français en 1946.

24. Joseph-Adélard Godbout (1892-1956) était agronome de formation. Il fut premier ministre du Québec de juin à août 1936, puis de 1939 à 1944. Chef de l’opposition de 1944 à 1948, il est défait en 1948. Il s’éteint le 18 septembre 1956 à l’âge de 63 ans.

25. Une loi modifiant la loi des monuments historiques.

26. R. Rumilly, Maurice Duplessis…, p. 558-559.

27. Ibid., p. 571.

28. Dans Le Soleil du jeudi 15 novembre, on peut lire que « [s]uivant l’usage, l’honorable Maurice Tellier s’est laissé faire une douce violence, et ce n’est qu’après force requêtes qu’il a consenti à monter au trône qu’il occupera durant toute la durée de la présente législature ».

29. G.-É. Lapalme, Mémoires…, p. 203.

30. Ibid., p. 213.

31. Ibid., p. 214.

32. R. Rumilly, Maurice Duplessis…, p. 561.

33. G.-É. Lapalme, Mémoires…, p. 215.

34. R. Rumilly, Maurice Duplessis…, p. 588.

35. Ibid., p. 562.

36. Gaspard Fauteux (1898-1963) a occupé les fonctions de lieutenant-gouverneur de la province de Québec du 3 octobre 1950 au 14 février 1958.

37. « Forts subsides du Québec à l’éducation », Le Nouvelliste, jeudi 15 novembre 1956, p. 13.

38. Vincent Prince, « Brusque adoption du discours du trône », La Presse, vendredi 23 novembre 1956, p. 47.

39. Calixte Dumas, « Débuts de Me A. Maltais, proposeur de l’adresse; séance ajournée à mardi », L’Action catholique, vendredi 16 novembre 1956.

40. Gérard Boismenu, « Politique constitutionnelle et fédéralisme canadien : la vision de la Commission Tremblay », Bulletin d’histoire politique, vol. 16, no 1, automne 2007, p. 24.

41. Jacques Trépanier, « Nos parlementaires à l’action », La Patrie, vendredi 8 février 1957, p. 4.

42. Émilien Lafrance est expulsé de la Chambre une première fois le 28 janvier 1952, pour une seule journée, une deuxième fois le 25 février 1953, pour une période de trois jours cette fois, et une troisième fois le 2 février 1954, pour une période de 15 jours.

43. Michel Lévesque, « Le Parti libéral durant les années cinquante : un Parti miné par les dissensions internes. Le cas d’Émilien Lafrance », Georges-Émile Lapalme, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1988, p. 239.

44. Statuts du Québec, 4 George VI, chapitre 16, 1940.

45. R. Rumilly, Maurice Duplessis…, p. 481.

46. Henri Dutil, « La Province maintient l’impôt sur le revenu », Le Soleil, 29 novembre 1956, p. 3.

47. Vincent Prince, « L’Opposition sort de la Chambre à deux reprises », La Presse, 29 novembre 1956, p. 1.

48. Michel Sarra-Bournet, « La société civile devant la Commission Tremblay », Bulletin d’histoire politique, vol. 16, no 1, automne 2007, pp. 43-60.

49. Gérard Boismenu, « Politique constitutionnelle et fédéralisme canadien : la vision de la Commission Tremblay », Bulletin d’histoire politique, vol. 16, no 1, automne 2007, p. 25.

50. Michel Sarra-Bournet, « La société civile devant la Commission Tremblay », Bulletin d’histoire politique, vol. 16, no 1, automne 2007, p. 59.

51. Voir : Gilles Gallichan, « Introduction historique. 22e législature, 2e session. 13 février au 17 avril 1946 ».

52. « Chapitre 32 : Loi modifiant la Loi électorale de Québec », dans Statuts de la province de Québec : 1-2 Elizabeth II, 1952-1953, Québec (Québec), Rédempti Paradis, 1953, pp. 143-189.

53. Louis-Philippe Geoffrion, Règlement annoté de l’Assemblée législative, Québec, Assemblée législative, 1941, p. 23.

54. À l’époque, les députés applaudissaient en claquant de la main sur leurs pupitres, ce qui avait l’effet de couvrir toutes les voix.

55. Le Nouvelliste, « Le bill ‘‘des élections honnêtes’’ a été bloqué au moment de la deuxième lecture », jeudi 20 décembre 1956, p. 14.

56. Paul-André Linteau, Histoire de Montréal depuis la Confédération, Montréal, Boréal, 2000, pp. 515-516.

57. R. Rumilly, Maurice Duplessis…, p. 583.

58. « Beau geste de l’hon. Duplessis », Montréal-matin, 22 février 1957, p. 12.

59. Sur la méthodologie relative à la reconstitution des débats, voir : Gilles Gallichan : « Le Parlement "rapaillé". La méthodologie de la reconstitution des débats », Les Cahiers des Dix, no 58 (2004), p. 275-296.

60. Jocelyn Saint-Pierre (dir.), La Tribune de la presse vue par…, Québec, Assemblée nationale, 1996, p. 65.

61. Jacques Trépanier, « Nos parlementaires à l’action », La Patrie, vendredi 8 février 1957, p. 4.