Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Travaux des commissions > Journal des débats de la Commission des finances publiques

Recherche avancée dans la section Travaux parlementaires

La date de début doit précéder la date de fin.

Liens Ignorer la navigationJournal des débats de la Commission des finances publiques

Version préliminaire

42e législature, 2e session
(début : 19 octobre 2021)

Cette version du Journal des débats est une version préliminaire : elle peut donc contenir des erreurs. La version définitive du Journal, en texte continu avec table des matières, est publiée dans un délai moyen de 2 ans suivant la date de la séance.

Pour en savoir plus sur le Journal des débats et ses différentes versions

Le mardi 3 mai 2022 - Vol. 46 N° 27

Étude des crédits budgétaires du ministère des Finances, volet Société des alcools du Québec


Aller directement au contenu du Journal des débats


 

Journal des débats

16 h (version non révisée)

(Reprise à 16 h 30)

Le Président (M. Simard) : ...reprendre nos travaux. La commission est réunie afin de procéder, cette fois, à l'étude du volet SAQ des crédits budgétaires du portefeuille Finances pour l'exercice financier 2022-2023. Une enveloppe de 45 minutes est allouée à l'étude de ces crédits. Madame la secrétaire, y a-t-il des remplacements?

La Secrétaire : Aucun remplacement, M. le Président.

Le Président (M. Simard) : Comme d'habitude, nous allons procéder par blocs d'échange, et, sans plus tarder, je cède la parole au porte-parole de l'opposition officielle, le député de Robert-Baldwin.

M. Leitão : Merci beaucoup, M. le Président. Alors, bonjour, Mme Dagenais. Bienvenue. Donc, on va parler d'alcool, et puis, après ça, on parle de jeux et puis, après ça, on parle de pot, c'est... Oh, boy!

Mais allons-y avec la SAQ. Donc, comme vous savez, bien sûr, pendant la pandémie, situation anormale, les restaurateurs ont dû passer par une période difficile. Et puis, comme c'est généralement le cas, une bonne partie, bon, c'est la faute à la SAQ. C'est-à-dire que les règles qui entourent la distribution de l'alcool sont toujours aussi complexes qu'elles l'étaient. Et c'est surtout cette... puis je ne pense pas que ça soit directement la SAQ qui a une influence sur ça, mais le fait que la distribution de l'alcool doit toujours passer par un système complexe d'étampes et de... qui fait en sorte que non seulement ça ajoute du temps, mais aussi des coûts additionnels pour surtout le secteur commercial, les restaurants et autres.

Alors, est-ce que, et voilà la question, est-ce que la SAQ travaille avec la RACJ, avec le gouvernement pour essayer de simplifier les règles de distribution d'alcool? Parce que, là, nos règles de distribution d'alcool auraient besoin d'une petite mise à jour, parce que c'est toujours aussi complexe que cela a été, et ça malgré les changements qui ont été faits. Mais c'est encore complexe et ça ajoute des délais et des coûts additionnels. Alors, est-ce que c'est quelque chose que vous pouvez faire de votre côté, ou, là, on est plutôt du côté de la politique gouvernementale, donc le législateur, passer de nouveaux règlements? Comment vous voyez ça?

M. Girard (Groulx) : Avec consentement, je pense que madame Dagenais pourrait répondre à la question puisqu'elle lui est adressée.

Le Président (M. Simard) : Très bien. Donc, y a-t-il consentement pour l'intervention de madame Dagenais?

M. Leitão : Consentement.

Le Président (M. Simard) : Il y a consentement. Madame, vous êtes une habituée de vos travaux. Néanmoins, auriez-vous l'amabilité, s'il vous plaît, de vous présenter?

Mme Dagenais (Catherine) : Oui. Alors, bonjour. Catherine Dagenais, P.D.G. de la SAQ.

Le Président (M. Simard) : Nous vous écoutons.

Mme Dagenais (Catherine) : Merci. Alors, évidemment, la SAQ, on a été très sensible à la cause, en fait, des restaurateurs puis aux conséquences de la pandémie sur les restaurateurs, là, les deux dernières années. Et d'ailleurs, on a mis en place des mesures pour les supporter durant cette période-là, notamment, là, au début de la pandémie, nous avons repris, en fait, des stocks qu'ils avaient pour mieux les supporter. Et évidemment, même à la reprise des affaires, on a été... je pense qu'on a allégé les processus pour, d'une part, livrer des commandes peut-être un petit peu plus petites qu'à l'habitude, et, au niveau des termes de paiement, également. Alors, c'est sûr que la SAQ est très, très à l'écoute de cela, et on va continuer de l'être, bien entendu.

M. Leitão : Bien, merci. Bien sûr, à l'intérieur du cadre réglementaire actuel qui, lui, est assez lourd. Cette histoire de qui transporte qui, quoi, comment, est-ce que c'est quelque chose que la SAQ pense qu'on aurait avantage...


 
 

16 h 30 (version non révisée)

M. Leitão : ...Collectivement, à libéraliser un peu plus les règles de distribution d'alcool qui nous proviennent encore un peu des temps de la prohibition, quand il fallait faire attention : qui transporte une bouteille, ah, c'est compliqué.

Mme Dagenais (Catherine) : Bien, le modèle actuel, en fait, fait en sorte que la SAQ est un des plus gros acheteurs de vins et de spiritueux dans le monde, donc ça nous donne un pouvoir d'achat qui bénéficie autant aux clients, aux consommateurs, mais aussi aux restaurateurs qui ont accès à des produits inégalés... pardon, je parle avec mes mains, des produits inégalés qui ne se retrouvent pas dans aucun autre pays. Et donc, on achète... l'achat de ces produits-là est assez simple : on le reçoit chez nous et la SAQ se charge de livrer ces produits-là aux restaurateurs qui le souhaitent et pour les restaurateurs qui souhaitent s'approvisionner eux-mêmes dans nos succursales, ils peuvent le faire aussi également. Alors...

M. Leitão : O.K., très bien. Merci. Oui, tout à fait, mais là où je voulais aller, et peut-être j'aurais dû y aller plus directement, bien sûr, c'est pour les produits locaux, les produits locaux, les produits, que ce soient les vins locaux. On connaît les enjeux du commerce international, et d'ailleurs, on a dû ajuster nos règles parce que l'OMC nous avait dit qu'on ne pouvait pas faire ce qu'on voulait faire, bon. Mais pour plusieurs producteurs locaux, ils trouvent ça toujours beaucoup trop complexe, et donc, les bouteilles... et des fois, il semblerait que ce n'est pas tout le monde qui a la même compréhension des règles, et encore une fois, je ne pense pas que ça soit quelque chose que la SAQ peut régler toute seule. Mais, des fois, on dit : Ah non, ta bouteille, il faut que tu l'envoies à l'entrepôt de la SAQ, puis la SAQ fait la distribution, même si ça va être distribué dans un commerce local, donc la bouteille fait tout un détour. Et puis : Ah, non, non, non, c'est pas nécessaire de faire ça, on n'a pas besoin de physiquement prendre la bouteille... Ce qui n'a aucun sens. Mais il semble avoir encore beaucoup de confusion dans le marché en ce qui concerne la distribution de produits locaux. Et les Québécois qui ont une entreprise un peu plus grande, bon, ça a été réglé, mais les petits distributeurs... Les petits producteurs, pardon, les producteurs artisanaux, ils ne comprennent pas les règles de distribution. Alors, qu'est-ce que la SAQ peut faire pour améliorer la distribution de produits artisanaux?

Mme Dagenais (Catherine) : Oui, bien, merci de la question, parce que la vente et la distribution des produits québécois fait partie de notre plan stratégique, de notre plan d'affaires cette année, l'année passée, l'an prochain, les prochaines années assurément. On était, justement, à la rencontre... Au moment où on se parle, mon équipe est avec l'Association des distillateurs, ici à Québec, pour leur réunion annuelle. Et on travaille main dans la main avec toutes les associations, que ce soient celle des distillateurs, celle des vins ou des cidres, et on essaie de les aider, justement, pour simplifier le plus possible la distribution de leurs produits. Notamment, on offre le service d'aller là où la production se fait chercher les stocks et les amener dans nos entrepôts, c'est ce qu'on fait pour eux, et on distribue ces produits-là, bien, en fait, dans nos succursales et dans les restaurants, évidemment, là, qui les commandent pour ce qui est des distillateurs.

M. Leitão : Oui, merci. Parce qu'en effet je pense qu'il y a... On a besoin de simplifier ce processus-là. Vous avez dit tantôt que, bon, la SAQ est un gros pouvoir d'achat et, en effet, un des plus gros au monde. Maintenant, dans le contexte actuel de... Bon, d'inflation, de perturbation dans les transports en vrac de... Transports maritimes, il n'y a pas assez de bateaux, il n'y a pas assez de conteneurs, etc., et donc, ça se répercute sur le prix...

M. Leitão : ...les prix des produits. Et vous avez dit que, bon, la SAQ a un gros pouvoir d'achat. Concrètement, comment est-ce que vous avez pu tirer avantage de ce gros pouvoir d'achat pour continuer à offrir des produits à des prix raisonnables aux Québécois?

Mme Dagenais (Catherine) : Bien, alors, la SAQ ne fait pas... n'est pas différente de tous les commerces qui achètent des produits de partout dans le monde, hein? On fait affaire avec 76 pays partout dans le monde. 80 % de nos importations proviennent d'outremer. C'est certain que nos contrats de transport, malgré d'excellents contrats, on a dû, en fait, renégocier les contrats à la demande de nos fournisseurs, et les coûts de transport ont augmenté. Maintenant, c'est la tempête parfaite, hein, au niveau du transport mais aussi au niveau des changements climatiques qui ont de l'impact sur la production. On est dans un contexte inflationniste. La main-d'oeuvre est rare. Les coûts des matières sèches augmentent. La guerre de l'Ukraine aussi a de l'impact aussi, parce que l'Ukraine est un des pays producteurs de bouteilles de vin. Alors, tout ça fait en sorte que nos producteurs... Je vous en parle, on sort à peine, là, d'une négociation de prix, parce que dans les prochaines semaines, nos produits vont effectivement augmenter. Mais évidemment on a négocié produit après produit.

• (16 h 40) •

M. Leitão : Et, justement, question de prix, est-ce que c'est toujours la politique de la SAQ d'avoir des... donc, vous ajustez vos prix trois fois par année, quatre fois par année? Ou est-ce que cela se fait au besoin ou c'est toujours un moment fixe, trois fois?

Mme Dagenais (Catherine) : Il y a deux périodes de négociations prix à la hausse, qui sont en mai et en novembre. Et un producteur qui veut baisser ses prix, bien, évidemment, on l'accepte à tous les mois. On refile ça aux clients aussitôt qu'on peut. Maintenant, l'année dernière, on en a eu trois. Étant donné les frais de transport qui ont été augmentés, là, en août... en juillet ou août, autour, là, on a dû augmenter. Mais clairement, notre politique d'achat et mise en marché stipule qu'on doit obtenir les meilleurs prix au Canada, et c'est ce qu'on négocie. Et, si on n'a pas cette assurance- là...

Le Président (M. Simard) : Très bien. Malheureusement...

M. Leitão : J'y reviendrai après.

Le Président (M. Simard) : Oui, on pourra revenir, sinon votre temps sera pris au prochain bloc. Alors, je cède maintenant la parole à la députée de Mercier, qui dispose de six minutes.

Mme Ghazal : Bien, merci. Merci beaucoup, M. le Président. Bonjour, Madame... J'ai comme un blanc de mémoire tout d'un coup.

Une voix : ...

1gha Dagenais, oui, c'est ça. On se connaît. On s'était déjà rencontrés aussi sur un autre sujet, sur la crise du verre, la commission de la crise verre, dans un autre siècle, avant la pandémie, une autre ère. Puis j'ai envie de vous entendre là-dessus. Évidemment, la position, on se rappelle, de la SAQ a changé. Maintenant, vous vouliez collaborer avec toute la question de la consigne. Il y a eu des projets pilotes. Je pense que vous avez aussi participé à ces projets pilotes. Je veux savoir c'est rendu où? Est-ce que vous êtes prêts que les citoyens, les consommateurs retournent leurs bouteilles? Peut-être pour partout, je le sais. Par exemple, sur le plateau, il n'y a pas d'espace, etc. Ça, c'est en train d'être vu avec des règlements, et tout ça. Mais est-ce que vous allez être prêts pour que les gens remettent leurs bouteilles, là, très bientôt puis reçoivent la consigne dans des magasins de la SAQ? C'est quand déjà? C'est... C'est quand aussi? J'ai oublié la date aussi que ça va commencer.

Mme Dagenais (Catherine) : O.K. Alors, bien, premièrement, effectivement, la SAQ est engagée... Je m'excuse, hein, je ne suis pas les règles.

M. Girard (Groulx) : Non, non, c'est à vous. Elle vous a adressé la question. Vous répondez. Mais je ne suis pas convaincu que vous avez une date.

Mme Dagenais (Catherine) : Non, je n'allais pas parlé de date tout de suite.

Mme Ghazal : Bien oui, de le... En tout cas, oui, allez-y.

Mme Dagenais (Catherine) : Alors donc, j'allais dire que la SAQ, effectivement, on est engagés dans le projet de la consigne, puis on est fiers de faire partie de la solution. Les deux dernières années, on a travaillé main dans la main avec les parties prenantes qui sont les embouteilleurs, les épiciers, Recyc-Québec, le ministère de l'Environnement et le ministre de l'Environnement...

Mme Dagenais (Catherine) : ...également pour justement trouver une solution pour qu'elle soit simple et efficace pour les citoyens qui vont retourner les quatre matières de verre, de plastique, d'aluminium et de carton, et donc on a fait... on a participé au projet pilote l'année dernière. Un de nos pilotes était à notre succursale Dépôt de Terrebonne, et je salue l'équipe de Terrebonne, parce qu'ils ont embarqué de plain-pied dans le projet, où on a installé des machines, des gobeuses qui pouvaient reprendre toutes les matières, et donc on a appris, comme groupe, pas que la SAQ, mais comme groupe, que c'était important d'avoir des endroits, des pôles commerciaux qui vont accueillir ces... enfin, toutes ces matières-là.

Mme Ghazal : Donc, vous êtes prêts? Je veux dire, là, c'est le projet pilote. Est-ce que vous êtes prêts à les recevoir? Parce que je lisais la date, mais c'est que j'ai oublié, là, il y a une date qui est prescrite, là, dans la loi et à partir de laquelle... Mais là, elle a été retardée avec la pandémie. J'ai un peu perdu le fil de ça. Vous, est-ce que vous savez quand est-ce que vous allez... les gens vont commencer à les apporter et avoir une consigne?

Mme Dagenais (Catherine) : Bien, M. Girard l'a dit, je n'ai pas de date. Je sais que le règlement devrait être présenté à...

M. Girard (Groulx) : Le règlement n'est pas publié.

Mme Dagenais (Catherine) : C'est ça.

Mme Ghazal : C'est ça. Mais c'était supposé être... Coudon, on disait, là... Ah! c'est après, donc en... l'automne 2022, normalement?

M. Girard (Groulx) : Bien...

Mme Ghazal : Bon, bien...

M. Girard (Groulx) : ...lorsque je vous dis qu'il n'y a pas de date...

Mme Ghazal : Donc, il n'y a pas de... O.K., O.K.

M. Girard (Groulx) : Lorsqu'il y aura un règlement, il y aura une date.

Mme Ghazal : O.K., O.K. C'est juste parce que... O.K. Parce qu'au début, il y avait un engagement d'une date, puis après ça, avec la pandémie, ça a été retardé pour telle autre date, et là il va y avoir un règlement. Mais c'est juste que...

M. Girard (Groulx) : Je pense que le privilège de communiquer la date appartient au ministre de l'Environnement, mais cette date-là, elle doit être...

Mme Ghazal : Donc, les citoyens ne...

M. Girard (Groulx) : ...la plus rapprochée possible...

Mme Ghazal : Donc, on...

M. Girard (Groulx) : ...elle nous tient tous à cœur.

Mme Ghazal : Donc, on ne sait pas quand les citoyens vont pouvoir rapporter leurs bouteilles de la SAQ soit à la SAQ ou dans des endroits, là, les centres de dépôt?

Mme Dagenais (Catherine) : Non, on n'a pas de date.

Mme Ghazal : O.K. Vous disiez aussi que vous vouliez augmenter l'embouteillage par des embouteilleurs locaux pour rendre plus intéressante la réutilisation des bouteilles recyclées dans le système. Ça, vous en êtes rendus où avec ça?

Mme Dagenais (Catherine) : Bien, en fait, ça, là, c'est une belle opportunité, justement, de...

Mme Ghazal : C'est quoi, la date? Non, ce n'est pas vrai.

Mme Dagenais (Catherine) : Oui. Mais, ça, c'est tout un... c'est un gros changement pour les producteurs, mais ce que j'ai envie de dire, c'est que tout le projet de société de la consigne est très bien, mais, si au bout de tout ça la matière n'est pas recyclée, bien, on aura échoué le projet. Alors, moi, ce sur quoi on veut travailler puis ce sur quoi j'ai le contrôle, c'est de travailler avec les producteurs, avec nos fournisseurs pour augmenter le nombre de vins, de bouteilles de vin qui sont embouteillées ici au Québec, mais qui viennent de partout dans le monde. On a beaucoup de vins courants. En fait, 80 % des ventes qu'on fait sont des produits en bas de 20 $, et d'embouteiller des marques connues ici au Québec et de les vendre permettrait de créer de la valeur, de réutiliser le verre, en fait, de fondre le verre et de produire des bouteilles, et ainsi de créer un marché et de la valeur pour le verre, et de sorte que les producteurs locaux pourraient acheter leurs bouteilles de verre ici au Québec plutôt que de les acheter en Chine, en Europe ou aux États-Unis, et les embouteilleurs locaux pourraient aussi faire de même. Donc, il y aurait une masse critique de... il y aurait un beau... un marché pour ça, et c'est toute l'économie circulaire de ce qu'on parle.

Mme Ghazal : Donc, dans le fond, il n'y a pas de cible ou de combien est-ce qu'on va pouvoir le faire parce qu'on va attendre que la consigne soit là pour avoir la matière?

Mme Dagenais (Catherine) : Bien, en fait, on est déjà en action là-dessus...

Mme Ghazal : O.K.

Mme Dagenais (Catherine) : ...parce qu'on est allés en appel d'offres sur des produits embouteillés ici au Québec. Donc, il y a des producteurs qui ont répondu à l'appel, et donc...

Le Président (M. Simard) : Très bien. Encore cinq...

Mme Ghazal : Une question en cours. Très bien, merci.

Le Président (M. Simard) : Il vous restait... Je m'excuse, il vous restait cinq secondes, mais... Désolé, je vous ai coupée trop rapidement.

Je cède la parole au député de Robert-Baldwin.

M. Leitão : Merci, M. le Président. Alors, on continue, Mme Dagenais. Donc, pour l'établissement... la politique d'établissement de prix, donc, vous aviez dit que, bon, il devait y avoir maintenant, au mois de mai, une annonce, donc un ajustement des prix, et puis que la prochaine devrait être au mois de novembre. Donc, si... Bon. Vous ferez votre annonce bientôt, en tout cas au moment opportun au mois de mai, mais après ça il n'y aura pas d'autre hausse jusqu'en novembre. Donc, même si entre-temps, je ne sais pas, moi, au mois de septembre...

M. Leitão : …flotte plus, là. Si ça devient, donc, point de vue logistique, encore plus complexe, mais il n'y aura pas d'autres hausses de prix jusqu'à la hausse qui cédulée pour le mois de novembre. Est-ce que c'est bien ça, une maintenant et une autre en novembre?

Mme Dagenais (Catherine) : J'aimerais... en fait, ce que j'aimerais dire là-dessus, c'est que la SAQ n'est pas à l'abri d'une hausse additionnelle, dépendamment des circonstances économiques qui vont se produire dans les prochains mois. J'aimerais dire le contraire, mais je ne serais pas responsable de le faire. Il y a trop d'impondérables. Il y a beaucoup d'incertitude actuellement sur le marché, partout dans le monde, et la hausse des prix qui va être annoncée en mai porte sur nos produits courants, donc tous les... quand vous allez en magasin, les produits qui sont là toutes les semaines, on appelle ça des produits courants. Ce sont ces produits-là qui vont connaître une hausse. Après les produits qu'on dit, qu'on appelle de spécialité ou des produits... ce sont des lots qu'on achète et qu'on rachète, bien, le prix peut fluctuer tout au long de l'année parce que c'est en fonction des lots qui sont achetés.

M. Leitão : Très bien, merci. Et même pour les produits courants, bon, un cas de force majeure, là, il pourrait aussi y avoir une...

M. Girard (Groulx) : Mais il n'y a pas d'intention d'avoir une troisième hausse. Il y a deux hausses, deux périodes de hausse prévues. Et puis la société est consciente de cette pratique et puis elle utilise son pouvoir d'achat pour travailler dans l'intérêt de son actionnaire mais aussi de ses clients.

• (16 h 50) •

M. Leitão : Très bien. Alors, pour la SAQ, il y a non seulement le prix du produit que vous achetez, mais il y a aussi vos coûts d'opération, notamment la main-d'œuvre, et d'autres éléments aussi, bien sûr, mais surtout la main-d'œuvre. Nous sommes en pleine situation au Québec de pénurie aiguë de main-d'œuvre. Donc, j'aimerais savoir comment est-ce que la SAQ gère cette situation-là, sachant que vous employez un nombre relativement important de personnes à temps partiel et donc, voilà, c'est ça. Moi, j'ai l'impression et vous pouvez me confirmer si c'est... si ça s'avère vrai ou pas, que ce type d'emplois, à temps partiel, c'est justement le type d'emplois que beaucoup de personnes maintenant ne souhaitent pas avoir. Peut-être que dans un monde prépandémique, ces emplois à temps partiel étaient souhaitables, mais là, maintenant, c'est un peu plus difficile. Alors, est-ce que vous remarquez une difficulté à engager du personnel? Est-ce que vous allez migrer vers un type d'emploi plutôt à temps plein, ou est-ce que vous allez continuer avec beaucoup d'employés à temps partiel?

Mme Dagenais (Catherine) : Alors, bien, évidemment...

M. Leitão : Dans vos magasins, je veux dire.

Mme Dagenais (Catherine) : Donc, bien, c'est certain, la première chose que j'ai envie de dire, c'est que la SAQ a toujours un souci de performance, donc d'avoir les employés au bon moment, à la bonne place est très important pour nous. La pénurie de main-d'œuvre nous frappe comme elle frappe tout le Québec, là, j'ai l'opportunité de parler à des homologues d'autres entreprises et on n'est pas différent des autres entreprises. On réussit quand même à bien tirer notre épingle du jeu. Mais oui, certaines régions du Québec où on a une situation de plein emploi sont plus difficiles que d'autres et on manœuvre à travers ça pour garder nos employés. Je pense que la clé ici, c'est de garder les employés qu'on a, qu'ils soient temps partiel et employés réguliers. Et c'est là-dessus qu'on travaille, donc de donner, de miser sur l'expérience employé. C'est un de nos piliers, là, de notre plan.

M. Leitão : Mais présentement, vous ne... ce n'est pas un obstacle important parce que, par exemple, vos collègues, enfin, des autres entreprises, dans la restauration rapide, par exemple, eux, ils ont un énorme problème pour aller chercher des travailleurs. Et même certains magasins, des fois, certains restaurants ferment carrément parce qu'il n'y a pas assez de personnel. Vous, dans le cas de la SAQ, vous n'êtes pas rendus à...

M. Leitão : ...cette étape-là. Donc, vous avez assez de personnel... Je ne dis pas que c'est facile de gérer ça, ce n'est pas facile, mais vous avez quand même assez de personnel pour garder vos magasins toujours en opération ou, à certains endroits, ça commence à être un problème qui pourrait même mettre en difficulté le nombre d'heures d'ouverture, par exemple, parce qu'il n'y a pas assez de personnes?

Mme Dagenais (Catherine) : On n'est pas là en ce moment. En fait, la SAQ, on a des employés dans toutes nos... dans toutes les régions du Québec. Je dois dire qu'il faut user de flexibilité, tu sais, le mot "flexibilité", quand on parle à nos employés, c'est quelque chose qu'il faut mettre de l'avant et qu'il faudra continuer à mettre de l'avant dans la négociation avec nos partenaires syndicaux des différents... que ça soit dans nos entrepôts ou dans nos succursales.

M. Leitão : Très bien. Une chose aussi qui... bon, qui a eu lieu pendant la pandémie, et c'est tout à fait... enfin, pas seulement à la SAQ, je pense que beaucoup d'autres commerces ont découvert ou redécouvert la vente en ligne. Et je pense que, dans le cas de la SAQ, c'était aussi une façon de continuer à opérer. Est-ce que cela peut vous encourager à l'avenir, donc, d'avoir, donc, une présence un peu plus visible dans le marché en ligne et peut-être un peu moins dans le "brick and mortar", les magasins physiques, ou c'était juste, bon, temporaire à cause de la pandémie, et là, maintenant, vous allez revenir aux modèles plus traditionnels des magasins, bon, plus grands ou plus petits, mais des magasins physiques?

Mme Dagenais (Catherine) : Alors, la vente en ligne est une tendance qui est là pour rester pour tous les commerces de détail, la SAQ ne fait pas exception à cette tendance-là. Aujourd'hui, nos résultats de vente en ligne sont autour... tournent autour de 4 %. J'ai envie de vous partager un résultat qui, pour moi, est très... dont je suis très fière, mais dont... il va falloir continuer à l'entretenir. Léger fait un sondage, l'expérience client, à chaque année, notre expérience numérique. On est arrivés en sixième position canadienne avec une note de 90 %. C'est... Dans le commerce d'alcool, c'est nettement la meilleure expérience numérique. Alors, moi, ça me dit qu'on est sur la bonne voie.

Mais, oui, on a des projets de... en fait, de permettre, de faciliter la vente en ligne davantage, et ça va passer par l'agrandissement de notre centre de distribution pour permettre un plus grand choix de produits qui sont offerts à la clientèle et permettre des livraisons plus rapides. Parce que, présentement, on est presque à capacité, là, dans l'entrepôt, on est...

Alors, ce sont des bonnes nouvelles, ça veut dire que ça va bien. On est passés de 2 % à 4 %. En pourcentage, ce n'est pas beaucoup, mais, quand même, on a... On finit l'année, là, à 130 millions à peu près de ventes en ligne.

M. Leitão : Est-ce que vous pensez qu'un jour il serait possible d'avoir, donc, dans le cadre de la distribution en ligne, d'avoir la distribution à domicile? Est-ce qu'on pourrait y aller ou...

Mme Dagenais (Catherine) : La livraison à...

M. Leitão : Votre livraison à domicile.

Mme Dagenais (Catherine) : La livraison à domicile existe. En fait, la SAQQ a été précurseur, hein? On fait de la vente en ligne depuis l'an 2000. Et, dès l'an 2000, on livrait à domicile. Ce n'est que depuis 2015 que nous offrons la possibilité aux consommateurs de se faire livrer en succursale. Et c'est ce qui a fait, je dirais... qui a rendu plus accessible la vente en ligne parce que le consommateur n'est pas à la maison pour recevoir son colis, à part les deux dernières années, en temps de pandémie, mais, sinon, le consommateur préfère, dans 80 % des cas, venir chercher son colis à la succursale et puis poursuivre la conversation avec son conseiller.

M. Girard (Groulx) : ...est-ce que je dois comprendre... ce que vous cherchez, c'est la livraison en ligne le jour même, là.

M. Leitão : Ça serait...

M. Girard (Groulx) : On n'est pas là.

M. Leitão : On va... nos amis, entre guillemets, d'Amazon, qui peuvent faire ça, mais on n'est pas encore rendus... Mais, pour ce qui est de la livraison à domicile, et je reviens à notre conversation du début en ce qui concerne les règles concernant la distribution d'alcool...

M. Leitão : ...pour nous assurer que la personne à la maison est la personne qui a placé la commande et pas son fils?

Mme Dagenais (Catherine) : Ça, là, c'est le défi que nous avons. Et d'ailleurs, durant la pandémie, on a cessé notre entente avec Postes Canada parce qu'ils ne pouvaient garantir la signature du colis, parce que, quand le colis est livré à la maison, le colis... en fait, la personne qui reçoit doit démontrer qu'elle a 18 ans, et, si elle n'est pas... si c'est votre enfant de 16 ans, on ne laissera pas le colis. Et on paie un supplément pour s'assurer de la validation de l'âge, qui est en fait notre mission de la SAQ, c'est de faire des ventes responsables, et ça va jusqu'à la livraison à domicile.

M. Leitão : Très bien. Dernière question, parce que je vois que le temps avance, dernière question. Ça concerne aussi la vente en ligne, la distribution en ligne. Est-ce qu'on pourrait avoir un jour, M. le ministre, c'est plutôt dirigé à vous, qu'on puisse commander des produits des autres provinces, qu'on puisse commander du LCBO et que les autres puissent commander de la SQA, bien sûr?

M. Girard (Groulx) : Dans l'immédiat, non.

Le Président (M. Simard) : Alors, merci beaucoup. Je cède la parole au député de René-Lévesque, qui dispose de six minutes.

M. Ouellet : Merci beaucoup, M. le Président. Donc, à mon tour de vous saluer, M. le ministre, madame Dagenais. On va faire un copier-coller de l'année passée, madame Dagenais, si vous permettez. Je vous avais posé des questions concernant les bonis à la SAQ. Vous nous aviez effectivement annoncé, affirmé et appuyé que, malgré le fait que vos collègues de Loto-Québec et d'Hydro-Québec avaient suspendu les bonus, vous les avez maintenus. Et on n'avait pas pu obtenir les chiffres, vous nous aviez parlé de quelques millions. Là, on le sait, c'était, en 2020-2021, autour de 9,5 millions. Alors, à la question posée dans le cahier des crédits : Quels sont les bonis versés par la SAQ cette année? Information non disponible. Et on nous ramène au fait que le rapport annuel n'est pas déposé.

Ça fait que, tu sais, je ne vous blâmerai pas, là, mais je trouve ça assez ordinaire, en étude de crédits, de ne pas avoir ces informations-là parce que le rapport annuel n'est pas déposé. Alors, je ne sais pas, M. le ministre, si on peut changer le moment où les rapports annuels sont déposés. Je sais que ce n'est pas la faute de madame Dagenais, là...

• (17 heures) •

M. Girard (Groulx) : On ne peut pas... M. le député, on ne peut pas changer la fin de l'année fiscale qui est le 31 mars.

M. Ouellet : Oui, mais comment se fait-il que j'aie les autres? Je suis capable d'avoir les informations des autres sociétés, d'autres sociétés d'État, et non pas la SAQ.

M. Girard (Groulx) : Mais la Caisse de dépôt n'est pas sur une année fiscale le 31 mars, là, la Caisse de dépôt est sur une année fiscale 31 décembre.

M. Ouellet : O.K. Donc, on n'aura jamais les informations... ce que vous me dites, c'est qu'on n'aura jamais l'information aux études de crédits. Ça sera déposé en juin, après la session parlementaire, comme on le voit régulièrement.

M. Girard (Groulx) : Non, mais ce n'est pas notre intention de cacher...

M. Ouellet : Non, mais c'est ce qui se passe.

M. Girard (Groulx) : ...parce qu'il s'est fait un travail remarquable à la SAQ durant la pandémie. Puis notre rémunération est compétitive, mais elle est aussi... On a une société à vocation commerciale qui doit embaucher les bonnes personnes. C'est quand même une grosse business, la SAQ.

M. Ouellet : Je ne remets pas en question les bonis.

M. Girard (Groulx) : Alors, dès que l'information est disponible, on va la divulguer.

M. Ouellet : O.K. Donc...

M. Girard (Groulx) : Est-ce qu'on a une date pour la publication du rapport annuel?

Mme Dagenais (Catherine) : En fait, le rapport annuel, on a notre comité d'audit dans deux semaines, de mémoire, alors ils vont être déposés fin mars, là... fin mai, pardon. Mon équipe est derrière moi.

M. Ouellet : L'année passée, vous n'aviez pas les chiffres, madame Dagenais, mais vous nous aviez indiqué que ça représentait quelques millions. Alors, je me lance cette année, vers où on va aller pour les... Parce que vous devez avoir un chiffre, là. Il n'est pas validé par le conseil d'administration, je comprends ça, mais on va être dans quelles eaux, là?

Mme Dagenais (Catherine) : On va être dans les mêmes eaux que l'année dernière, autour de 9 millions.

M. Ouellet : Autour de 9 millions. Parfait.

Mme Dagenais (Catherine) : Et on parle de quelque 600 employés qui vont recevoir la rémunération variable de 9 millions. Et ça, c'est, évidemment, en fonction des atteintes des objectifs de l'entreprise, mais aussi les objectifs individuels de chacune de ces personnes-là. Alors, ça, je n'ai pas le montant précis, là.

M. Girard (Groulx) : L'ordre de grandeur?

Mme Dagenais (Catherine) : 9 millions.

M. Girard (Groulx) : Pour 600 employés. Donc...

Mme Dagenais (Catherine) : C'est 0,26 %, là, de notre chiffre d'affaires.

M. Ouellet : Bien, merci. Pour moi, ça donne une indication claire, madame Dagenais. Les ventes en ligne...

M. Girard (Groulx) : Sujet à l'approbation du conseil d'administration et des états financiers.

M. Ouellet : Oui, absolument, absolument. Il y a des règles de gouvernance, qu'on va peut-être modifier dans le projet de loi n° 4.

M. Girard (Groulx) : On pourra en parler dans le projet de loi n° 4...


 
 

17 h (version non révisée)

M. Ouellet : ...si vous me permettez une courte question, Mme Dagenais. Ventes en ligne, 2021, on était à 126 millions. 2022, c'est des chiffres préliminaires, on est à 136 millions. Donc, un bond de 10 millions. À quoi vous expliquez ça, là? Si vous me dites «il y a un contexte pandémique», peut-être, mais est-ce qu'il y a eu de la promotion faite par la SAQ? Qu'est-ce qui fait qu'on a vraiment jumpé de 10 millions cette année? Parce qu'on était moins confinés, on s'entend, là. Donc, on a aimé le service, on a aimé se faire livrer à la maison, ou vous avez diversifié les produits? Bref, quelle est la justification que vous pouvez nous donner pour l'augmentation des ventes en ligne?

Mme Dagenais (Catherine) : Bien, écoutez, plusieurs choses. La première, c'est que le consommateur... il y a des nouveaux... les consommateurs qui n'achetaient pas en ligne, qui ont découvert le site saq.com et qui l'ont adopté. Donc, ils ont continué d'acheter leurs produits. Ça, c'est d'une part. D'autre part, on offre... l'offre de produits en ligne. Entre autres, tous les produits du Québec sont disponibles en ligne, et il y a vraiment un engouement pour ces produits-là, là. Notamment, là, je pense aux prêts-à-boire, qui connaissent beaucoup de succès, tant dans nos succursales que sur le site saq.com. Donc, c'est une combinaison, là, c'est un changement du comportement du consommateur, qui suit les tendances de commerce de détail, là, partout dans le monde.

M. Ouellet : On a la liste, dans les cahiers de crédits, des 50 produits les plus vendus. Je me désole que le premier produit québécois arrive au 40ᵉ rang, à moins que je me trompe, là. C'est Bù Pinot Grigio. Et je comprends que c'est le Baileys l'Originale qui a été prisé par les Québécois, Québécoises. Donc, un café Baileys, le matin ou le soir, c'est à votre choix, mais c'est ce qui semble être le plus vendu à la SAQ. Ce qui m'amène à vous poser la question sur les majorations, Mme Dagenais. Dans nos cahiers de crédits, la marge brute par catégorie, on apprend que, pour les vins, c'est 47,6 %. Pour les spiritueux, on monte à 59,2 %. Prêts à boire, 31 %, cidres, 26 %, bières, 46 % pour un total moyen de 50,2 %. Expliquez-moi, Mme Dagenais, comment se fait-il que les spiritueux, on soit à près de 60 %? Quand je dis ça, là, c'est parce que j'ai en tête nos distilleurs, toutes nos microdistilleries un peu partout, qui aimerait vendre chez eux, à moindre coût, sans la majoration, puis là ils se rendent compte que, lorsque ça passe sur les tablettes de la SAQ, c'est dispendieux, puis ils ont... ce n'est pas qu'ils se font arnaquer, là, mais ils ont l'impression qu'ils n'en tirent pas le bénéfice.

Le Président (M. Simard) : Très bien. Malheureusement, cher collègue... Mais votre message est passé, je crois. Je cède maintenant la parole à la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré et, j'oserais ajouter, île d'Orléans. Madame, vous disposez de 7 min 12 s.

Une voix : Et on va parler de distilleries.

Mme Foster : Oui, mais je n'ai pas de problème...

Le Président (M. Simard) : Bon, à l'ordre, s'il vous plaît.

Mme Foster : Merci, M. le Président. Je n'ai pas de problème. Peut-être, de façon concise... Peut-être, si, en une minute, madame veut continuer de répondre, je n'ai pas de problème. Par la suite, j'aurai mes questions.

Mme Dagenais (Catherine) : Avec plaisir.

Le Président (M. Simard) : Mais succinctement, s'il vous plaît.

M. Girard (Groulx) : Succinctement.

Mme Dagenais (Catherine) : Oui, alors, succinctement, bien, d'abord...

Le Président (M. Simard) : Alors, merci. Non, non, je vous taquine.

Mme Dagenais (Catherine) : Les distillateurs peuvent vendre à la propriété, comme vous l'avez dit, avec... en appliquant la marge SAQ, mais en excluant la marge SAQ qui couvrirait les frais administratifs d'opération que la SAQ ne touche pas, étant donné que c'est vendu à la propriété. Donc, ils n'ont pas le même pourcentage, et là j'ai un blanc sur quel est le pourcentage qu'ils vendent à la propriété, mais il est différent.

M. Girard (Groulx) : Mais je pense que la question du député... puis là on va terminer le temps qui vise à répondre à la question de l'autre député, mais je pense que la question était plutôt sur le niveau des marges des spiritueux, pourquoi il est si élevé. Vous pourrez y répondre une autre fois.

Mme Dagenais (Catherine) : Je peux le dire vite, vite, vite, là.

M. Girard (Groulx) : Allez-y vite, vite.

Mme Dagenais (Catherine) : Bien, en une phrase, bien, en fait, c'est l'historique de la SAQ. Quand la SAQ est née en 1921, il y a 101 ans, les spiritueux étaient... en fait, ce n'était pas perçu comme... c'était dangereux de consommer ces produits-là, et la marge a été plus élevée. C'est historique.

Le Président (M. Simard) : Madame, vous disposez de 5 min 30 s.

Mme Foster : Parfait. Merci beaucoup, M. le Président.

M. Ouellet : ...

Mme Foster : De rien, M. le député de René-Lévesque. Alors, bien, moi, je voudrais m'entretenir, M. le Président, avec Mme Dagenais également. Je voudrais parler des produits du Québec. Bon, comme la majorité des produits locaux, vous savez...

Mme Foster : ...nos alcools de viticulteurs, distillateurs, cidriculteurs québécois, ils ont reçu une grande vague d'amour, entre autres, depuis la pandémie, entre autres. Les gens ont été encouragés à consommer local pour soutenir l'économie, bien sûr, du Québec. Et les Québécois ont découvert ou redécouvert, souvent avec enthousiasme, nos produits d'ici. J'ai en tête quelques belles compagnies au Québec. On pourrait en nommer tellement, mais tellement, mais j'ai en tête, entre autres, Menault, chez nous, bien sûr, à Clermont, dans Charlevoix, Pedneault, à L'Isle-aux-Coudres, et j'ai en tête aussi une belle compagnie, la distillerie Les Subversifs, qui est très connue au Québec, qui est dans le comté de mon collègue de Richelieu. Je ne sais pas, je pense qu'il n'est plus ici, mais, bref, je sais qu'on en discutait récemment, c'est une très, très belle compagnie, également. Bref, on a du choix, au niveau des produits québécois. Et à ce qu'on entend parler dans les médias, j'allais vérifier les chiffres tout à l'heure, en 2020-2021, il y a eu une hausse des ventes en litres, pour les produits québécois, de 26 %. Donc, ce n'est quand même pas à négliger.

Au cours des dernières années, la SAQ a lancé des nouvelles identifications, là, préparé au Québec, embouteillé au Québec, origine Québec, et tout ça. Au cours de la dernière année, la SAQ a continué de mettre de l'avant les produits du Québec. On sait que dans les 10 dernières années, bon, la SAQ avait été quand même quelquefois critiquée pour ne pas laisser suffisamment de place aux produits du Québec. Et c'est important d'encourager nos artisans de chez nous. Donc, je voudrais que madame Dagenais puisse me décrire un peu les efforts de la SAQ pour promouvoir les produits du Québec. C'est quoi, les prochaines initiatives de la SAQ qui vont permettre de mettre nos produits en valeur?

• (17 h 10) •

Mme Dagenais (Catherine) : Merci de la question. C'est certain que les produits du Québec, on les affectionne tous. On est tous du Québec, on est fier de les promouvoir, peu importe d'où ils viennent au Québec. J'ai eu l'opportunité, moi, d'en visiter plusieurs dans la dernière année. Ils ont besoin de nous, ils veulent travailler avec la SAQ. On a des employés aussi, d'ailleurs, que je salue, qui font un super job et qu'on forme puis qu'on va former davantage dans la prochaine année pour s'assurer d'être au goût du jour et puis d'être en mesure de promouvoir ces produits-là dans nos succursales. Donc, ce qui s'en vient dans la prochaine année, c'est une mise en marché qui est encore plus visible dans les succursales, avec un affichage, je dirais, plus évident. Parce que, parfois... Évidemment, les produits du Québec ont tellement cru dans les deux dernières années que les gens de succursale ont été habiles, je dirais, créatifs, à créer de l'espace dans nos succursales pour les vendre, mais parfois ils n'étaient pas tous visibles au même niveau. Alors, on veut travailler là-dessus dans la prochaine année.

Donc, évidemment, des campagnes médias aussi, pour supporter. D'ailleurs, dans la prochaine semaine, on a une campagne BAQ où, à l'achat de chaque produit d'ici qu'il soit origine Québec, embouteillé au Québec, préparé au Québec, on va redonner un repas aux banques alimentaires du Québec. Alors, en même temps, bien, ça, ça aide la cause, mais, en même temps, on supporte les produits du Québec. Alors, on va faire ça. Ce sont des initiatives, là, tout au long de l'année. Réviser aussi le processus d'introduction de produits, pour que ça soit encore plus rapide, là, parce qu'il y a de plus en plus de nouveautés.

Et mes collègues m'en voudraient si je ne parlais pas d'Espace Québec, qui est la section dédiée aux produits d'ici, qui met en valeur les produits, les vins du Québec, les produits 100% Québec et les autres produits sur SAQ.com, et ça, c'est depuis le début de la semaine, alors c'est tout chaud.

Le Président (M. Simard) : ...encore, chère collègue.

Mme Foster : Il me reste une minute. Rapidement, tout à l'heure, j'écoutais les échanges au sujet du centre de distribution de Montréal, l'agrandissement. J'aurais peut-être une ou deux questions là-dessus. Premièrement, est-ce que ça va engendrer des pertes d'emplois puis, deuxièmement, est-ce que vous allez privilégier des fournisseurs québécois dans la construction, dans l'agrandissement de ce centre-là?

Mme Dagenais (Catherine) : Alors, bien, quand j'ai annoncé l'agrandissement, l'année dernière, pour moi, c'était important d'annoncer qu'il n'y aurait pas de pertes d'emplois. Effectivement, il va y avoir des emplois qui vont bouger au sein de l'entreprise. Il va y avoir des nouveaux emplois qui vont répondre, en fait, au projet d'automatisation, là, du centre de distribution. Et quant au choix de l'équipementier, on y...

Mme Dagenais (Catherine) : ...on suit les processus d'appel d'offres publics. Et évidemment, c'est important de respecter ça et on verra qui...

Le Président (M. Simard) : Alors, merci, Mme Dagenais. Merci à vous tous. Nous venons donc de terminer ce bloc d'échange. Avant de suspendre, je dépose les réponses aux demandes de renseignement de l'opposition. Alors, on se retrouve dans quelques minutes.

(Suspension de la séance à 17 h 15)


 
 

Document(s) associé(s) à la séance