L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Méganne Perry Mélançon, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière d’habitation

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.
  • En direct sur le Web

Point de presse de Mme Méganne Perry Mélançon, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière d’habitation

Version finale

Le jeudi 3 février 2022, 8 h 20

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Huit heures trente et une minutes)

La Modératrice : Bonjour. Bienvenue à ce point de presse du Parti québécois. Ce matin, notre porte-parole en matière d'habitation, Mme Méganne Perry Mélançon. Elle sera suivie du chef du Parti québécois, M. Paul St-Pierre Plamondon. La parole est à vous.

Mme Perry Mélançon : Merci, Laura. Bonjour, tout le monde. Ce matin, je me présente devant vous à titre de nouvelle porte-parole en matière d'habitation. Ça tombe bien parce que ça bouge beaucoup dans ce dossier-là, ces jours-ci, et ce matin particulièrement.

Je me suis toujours intéressée à ce dossier, même avant d'être porte-parole, donc, je remercie mon chef d'avoir entendu mon intérêt. Parce que c'est dès le jour où la ministre André Laforest a mis le pied à Gaspé pour dire qu'il n'y avait pas de crise, elle l'a dit à plusieurs endroits, à plusieurs occasions, mais, chez nous, ça a beaucoup résonné, ça a fait réagir énormément. Donc, ça m'a amenée à faire un documentaire, à aller documenter la crise du logement, aller vers les gens qui vivent le problème et également les organismes qui travaillent en matière d'habitation. Alors, j'ai déjà une bonne idée du portrait.

Et il faut dire que ça ne touche pas seulement les grands centres, les enjeux de logement, ça touche également nos régions du Québec. Alors, il faut être concerné et comprendre toutes les réalités, qui ne sont pas les mêmes partout. Mais le phénomène, par exemple, de l'itinérance cachée, bien, c'est partout, c'est partout, c'est chez nous aussi, et j'en ai, des cas comme ça, dans mon documentaire.

Alors, comme vous voyez, bien, c'est un intérêt que je porte. Tout le monde se sent vraiment mobilisé par rapport à cet enjeu. On a des soldes migratoires positifs dans plusieurs des régions du Québec. Mais, si on ne veut pas que ces données-là, ces statistiques-là deviennent des départs, dans les prochaines années, bien, il faut s'attaquer à l'enjeu de l'habitation.

Alors, ce matin, on apprenait que la ministre va déposer son nouveau programme ou va nous annoncer un nouveau programme qui remplacerait AccèsLogis, si on comprend bien. Il y a beaucoup, encore, de questionnements de la part des groupes. Je partage leurs inquiétudes, également, par rapport à comment on va administrer le nouveau programme. Est-ce qu'il y aura encore les unités qui avaient été annoncées dans AccèsLogis? Est-ce qu'elles vont être réalisées dans les prochaines années? Beaucoup de questionnements sur les modalités. Est-ce qu'on va mettre en compétition le privé avec le communautaire? Ça, c'est des grandes questions, parce que la mission première d'Accès Logis était déjà d'avoir des logements abordables pour les personnes les plus vulnérables, c'était 100 % de la mission. Alors là, si on ajoute la notion de privé, là-dedans, est-ce qu'il y aura vraiment de l'abordabilité? Est-ce que ce sera pérein, finalement, comme projet? Toutes sortes de questions que je partage. Parce que ce qu'on entendait, les échos sur le terrain, c'était plutôt qu'AccèsLogis était sous-financé du gouvernement précédent, les libéraux, mais également de la CAQ. Donc, on se serait attendu à ce qu'il y ait un renforcement du programme, qui avait déjà fait ses preuves et qui est une référence en matière de logement dans le monde.

Alors, on reste encore sur notre faim. J'ai hâte de voir ce qui va se passer avec le nouveau programme. Est-ce qu'il va vraiment remplacer AccèsLogis? Mais clairement on est inquiets et on va relayer les demandes et les inquiétudes des groupes en habitation.

Alors, maintenant, je laisse la parole à mon chef. C'est un grand préambule, mais, vraiment, ça va être important de suivre ça dans les prochaines semaines. Merci.

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Merci, Méganne. Bonjour, tout le monde. Premier sujet ce matin, les primes non payées aux infirmières. Vous vous souviendrez que les infirmières ont dit : On ne veut pas des primes, ce qu'on veut, ce sont des conditions de travail qui nous incitent à revenir dans le réseau public. Et la réponse du gouvernement, c'était : Nous, on connaît ça, on va mettre des incitatifs qui va rétablir une confiance, qui va rétablir un goût de retourner dans le réseau public. Et là on apprend que ces primes-là ne sont toujours pas payées.

Donc, je vais revenir sur le mot «incompétence», là, parce qu'on va probablement parler de caribous ce matin, on va parler de résidences de personnes âgées, on va parler de plein de dossiers dans le cadre duquel le gouvernement ne livre pas, ne s'en occupe pas. Mais ça, c'est honteux, là. Faire des représentations à un groupe dont on a tellement de besoin, en ce moment, on a besoin de la contribution de toutes les infirmières, leur promettre un versement, puis ensuite tout simplement ne pas le livrer, c'est à l'image de ce gouvernement-là. Mais je veux le dénoncer, parce que comment voulez-vous retrouver de la confiance en termes d'employés, dans notre réseau public, si les représentations principales du gouvernement, là non plus, le gouvernement n'est pas en mesure de livrer, il cafouille à nouveau?

Je veux vous parler aussi brièvement... je veux réagir au point de presse de Québec solidaire, parce que je veux vous parler de polarisation en temps de pandémie. Vous vous souviendrez qu'Éric Duhaime a toujours ridiculisé les manifestations lorsqu'elles proviennent de la gauche. Il s'est moqué de toutes les manières des carrés rouges, mais également de d'autres manifestations touchant à l'environnement. Et là on a Québec solidaire qui nous dit, ce matin : Bien, il y a les bonnes puis il y a les mauvaises manifestations, il y a les bons manifestants puis il y a les mauvais manifestants. Un discours très similaire à la droite radicale.

Le danger, en moment de pandémie, quand on est fatigué, c'est que la droite radicale et la gauche radicale s'alimentent en ne tolérant pas des discours différents de ce qu'eux-mêmes pensent. Puis, au Parti québécois, nous, on est un parti démocrate, social-démocrate, mais démocrate au sens de : Même quand on n'est pas d'accord, même quand on n'a pas de sympathie... Moi, je n'ai aucune sympathie pour l'idée de jammer Québec. J'ai une affection particulière pour le Carnaval de Québec parce que c'est mon grand-oncle puis mon grand-père qui l'ont démarré. Ça ne me tente pas de voir des restaurateurs sur Grande Allée perdre leurs ventes puis leur relance après autant de misères.

Mais ma position demeure. Il y a des gens qui veulent se faire entendre, puis ils sont prêts à se déplacer à Québec pour se faire entendre sur les mesures sanitaires, bien, on va leur demander d'être respectueux, mais on va nous-mêmes être respectueux en disant : Bien, écoutez, on va écouter ce que vous avez à dire, mais on a des appréhensions par rapport à la volonté de jammer Québec ou d'avoir une place pour un discours haineux chez certains.

Mais je reviens à la polarisation. La gauche radicale et la droite radicale ont des similarités en ce qu'elles ne tolèrent les manifestations que si ce sont leurs manifestations. Puis je pense qu'on a besoin, en ce moment, d'entendre tout le monde puis d'être ouvert, même quand on n'est foncièrement pas en accord, parce que, quand on ferme la porte à des gens qui veulent s'exprimer, bien, ils deviennent encore plus radicalisés, ils se polarisent encore davantage. Puis moi, je ne veux plus alimenter la polarisation.

Dernier point sur la polarisation. Moi, je ne suis pas un journaliste, je n'ai pas les ressources d'enquête, là. Mais regardez la prolifération des faux comptes, sur Twitter et Facebook, provenant du mouvement conservateur, là. Il y a quelque chose qui ne tient pas la route, là. Comment peut-il y avoir autant de comptes créés récemment avec des icônes qui ne sont pas des personnes et qui répètent toujours les mêmes messages? Les médias sociaux sont également une source de polarisation. Il va falloir se pencher sur qui est derrière Fier Québec, qui est derrière tous ces faux comptes qui répètent toujours qu'il y a 125 François Legault à l'Assemblée nationale.

Il y a un exercice, en ce moment, d'affaiblissement de la démocratie québécoise à travers une propagande organisée. Je ne suis pas journaliste, je n'ai pas ces pouvoirs-là de faire une enquête, mais je sonne l'alarme sur la polarisation et je demande aux autres partis, à l'Assemblée nationale, de cesser des discours qui vont amener plus de polarisation à un moment où, vraisemblablement, on a besoin de stabiliser nos choses, là, parce qu'on sent que la marmite est beaucoup plus chaude qu'elle ne l'était.

La Modératrice : On va prendre les questions. Une question, une sous-question.

M. Lacroix (Louis) : Pour vous, Québec solidaire, c'est la gauche radicale?, première des choses.

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : En disant qu'il y a des manifestations acceptables puis il y en a d'autres qui ne sont pas acceptables, c'est un discours aussi radical que celui d'Éric Duhaime, qui a toujours ridiculisé les carrés rouges puis d'autres mouvements de gauche qui, à mon avis, avaient parfaitement leur légitimité.

Je demande à tous les partis d'être démocrates, respectueux du fait qu'il y a d'autres gens, dans notre société, qui ne pensent pas pareil, puis que ce n'est pas une raison pour canceller, pour ridiculiser, pour mépriser d'autres groupes. Ça envenime la situation.

M. Lacroix (Louis) : Qui va être présent pour vous? Qui va rencontrer ces gens-là? Qui va aller voir Rambo Gauthier au Parti québécois?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Nous, on ne sera pas présents en personne. On a posé...

M. Lacroix (Louis) : ...

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Non, pas du tout. Moi, je dis : Manifestez, on va porter écoute à ce qui est dit. Mais j'ai posé des conditions, également, de civisme, compte tenu de ce qu'on a vu à Ottawa. Moi, je n'envoie pas des députés du Parti québécois ou le chef du Parti québécois à côté d'une croix gammée, oubliez ça, là. Puis, si l'idée, c'est de jammer Québec puis d'assiéger la ville de Québec, aucune chance qu'on cautionne ça. Mais, dans la mesure...

Des voix : ...

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Attendez, je veux juste... Mais, dans la mesure où les manifestations se font dans l'ordre et de manière respectueuse, je ne veux pas non plus qu'on alimente la polarisation en disant : Il y a des mauvaises manifestations. Ça a lieu ce soir ou demain, là. Bien, on demande à ces gens-là de se comporter avec civisme et respect pour les gens de Québec. La balle est dans leur cour.

Mme Côté (Claudie) : ...parce que c'est clair, pour eux, ce qu'ils s'en viennent faire ici, là. Ils le disent : On vient ici avec nos camions et on va rester aussi longtemps que nécessaire. Ça s'appelle faire un siège puis jammer la ville de Québec, non?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Bien, si vous vous souvenez du mouvement Occupy puis si vous vous souvenez des carrés rouges, il y avait, là, toujours cette réflexion-là. C'est-à-dire, une manifestation peut durer très longtemps, tant qu'elle est dans un cadre socialement acceptable. Moi, ce qui m'intéresse...

Journaliste : ...

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Non, mais ils ont le droit de demeurer aussi longtemps qu'ils le veulent. La ligne, c'est le Code criminel, le Code de la sécurité routière puis le Code civil.

Mme Prince (Véronique) : Est-ce que vous avez envoyé une directive à vos députés de ne pas se présenter à cette manifestation-là?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Bien, on en a discuté, là, je n'ai pas envoyé de directive, ce n'est pas du personnel administratif, là, mais on en a discuté. Puis on ne sera pas présents à cette manifestation-là.

On demande, dans un premier temps, compte tenu de ce qu'on a vu à Ottawa, aux manifestants de démontrer qu'ils sont capables de porter leur message sans pour autant manquer de respect ou tomber dans un discours qui est haineux. Ça, c'est le point de départ. Mais, en même temps, ne faisons pas exprès, là, pour démoniser, dévaloriser, polariser davantage, avant même que ça commence, là, ça, c'est...

M. Pilon-Larose (Hugo) : ...ce matin, M. St-Pierre Plamondon, puis, au-delà du fait que j'ai l'impression que vous dites la même chose que Québec solidaire, on ira réécouter tantôt, j'ai l'impression que c'est vous, qui voulez polariser. Vous voulez polariser Québec solidaire en les présentant comme étant la gauche extrême. Est-ce que c'est pour mieux positionner le Parti québécois comme représentant la gauche du centre?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Non, non, j'exprime un désaccord avec ce que Québec solidaire vient de dire. Il n'y a pas de bonne manifestation et de mauvaise manifestation. Duhaime a fait ça à plusieurs reprises, vis-à-vis Québec solidaire, les mauvaises manifestations, ridiculiser, mépriser, puis je ne veux pas que Québec solidaire tienne un discours qui alimente davantage la polarisation à droite.

Puis il faut se le dire, là, on est dans un environnement où la polarisation prend de plus en plus d'espace, et ça vient avec une part également, en ligne, de désinformation. Là, il faut se ressaisir puis il faut être très responsable dans ce qu'on dit.

Puis moi, je veux qu'on réitère que, si les gens veulent se déplacer de partout au Québec pour marquer leur désaccord avec les mesures sanitaires, ils ont le droit, et nous devons les entendre, mais on doit également poser des conditions. Puis c'est pour ça, là, je vous parle de... Ça commence ce soir, apparemment. Bien, on s'attend à ce que les règles soient respectées puis que ça se fasse dans l'ordre. Puis moi, je pense que c'est le bon moment pour le Parti québécois de demander ça, parce que rien n'est joué, tout se joue à partir de ce soir.

M. Pilon-Larose (Hugo) : Sur un autre sujet, j'aimerais vous entendre concernant le revers qu'a subi le ministre de la Justice concernant le bilinguisme des juges. Est-ce que vous appuyez le ministre dans sa cause?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Moi, le constat que je fais, c'est : clairement, le ministre n'a pas le tour avec les juges, là. Parce qu'il y a ce dossier-là, mais, souvenez-vous, le tribunal spécialisé, qui a été porté, pendant des années, par Véronique Hivon, qui est une idée, là, qui tombait parfaitement sous le sens, ça a été très acrimonieux et difficile avec la magistrature. Donc, je ne sais pas si c'est la technique Jolin-Barrette, là, qui crée cette situation-là, mais il me semble que ce n'est pas compliqué, là. Un juge francophone ne devrait pas être discriminé parce qu'il ne... Un avocat qui veut devenir juge ne devrait pas être discriminé parce qu'il ne maîtrise pas l'anglais. Mais notre système juridique impose une obligation à entendre un témoin, un justiciable dans la langue anglaise. Le Code civil est comme ça, notre système est comme ça. Donc, oui, ça prend des juges bilingues.

Donc, après, c'est une question d'équilibre. Ça veut dire qu'on ne demandera pas systématiquement, partout au Québec, le bilinguisme pour les juges, mais ça veut dire aussi qu'il va falloir imposer, à certains endroits, à avoir un certain nombre de juges bilingues. A priori, là, tout ça devrait s'équilibrer assez facilement. Je pense qu'on est devant soit un conflit de personnalités ou un conflit entre deux pouvoirs qui veulent chacun tracer leur ligne quant à jusqu'où un pouvoir peut aller. Mais, pratico-pratique, cette question-là devrait se régler facilement, là.

M. Pilon-Larose (Hugo) : ...est-ce qu'il y a déjà eu un avocat qui a été discriminé parce qu'il ne parlait pas anglais pour devenir juge?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : ...en tout cas, c'est un cas d'espèce, là, c'est un cas de figure, si jamais ça a déjà eu lieu.

M. Pilon-Larose (Hugo) : ...un faux débat, tout ça?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Ce n'est pas un faux débat parce que, si on demande le bilinguisme pour tous les juges au Québec, y compris en Abitibi, sur la Côte-Nord puis en Gaspésie, là, il y a quelque chose.

Je pense qu'on doit réitérer qu'un juge… un avocat unilingue francophone qui veut devenir juge ne devrait pas être discriminé pour cette raison-là. Mais, sachant que notre système requiert également des juges bilingues, bien là, à un moment donné, c'est-u juste une question de l'équilibrer? Il y a d'autres raisons, dans la relation de M. Jolin-Barrette avec la magistrature, là, qui expliquent, à mon avis, qu'on ne puisse pas s'entendre sur quelque chose qui me semble...

M. Robillard (Alexandre) :

La Modératrice : On va prendre une dernière question en français, s'il vous plaît.

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Ça va vite à matin!

M. Robillard (Alexandre) : C'est ça. Moi aussi, je trouve que ça va vite. La… Excusez-moi, là, j'ai perdu le fil.

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Je m'excuse.

M. Robillard (Alexandre) : ...d'accord, finalement, avec la décision de la Cour supérieure dans le dossier des critères de sélection des juges?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Bien là, la Cour supérieure s'est exprimée sur l'état du droit actuel. Je sais que le projet de loi n° 96, aussi, tente de modifier, justement, à quel point le ministère peut intervenir sur les questions de maîtrise de la langue. Donc, il y a un cadre juridique qui est en transformation aussi, là, ça, c'est un jugement basé sur...

M. Robillard (Alexandre) :  ...du Québec, le procureur, est-ce qu'il devrait en appeler de cette décision-là?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Bien, c'est ça, moi, je ne ferai pas de commentariat, là, sur la question juridique précise. Politiquement, par contre, n'importe qui qui est de bonne foi se rend bien compte qu'il y a moyen d'agencer le fait que...

M. Robillard (Alexandre) : Mais vous êtes satisfait de la décision de la Cour supérieure sur les pouvoirs du ministre dans la façon de déterminer les critères de sélection des juges?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Ce que je vous dis, c'est que, nous, au Parti québécois, il y a deux critères qu'on veut qui soient respectés, ils sont simples : le fait qu'on ne devrait pas être discriminé parce qu'on est francophone puis le fait qu'on devrait pouvoir desservir une clientèle en anglais devant les tribunaux. Puis les solutions, indépendamment de ce jugement-là... Parce que le jugement n'offre pas de solution pour la suite, là. Moi, ce que je veux, c'est une solution. Puis il me semble qu'il y en a une, là, c'est assez simple, si les gens se parlent. Donc, au ministre Jolin-Barrette de rétablir des relations plus constructives.

M. Robillard (Alexandre) : ...enjeu de santé publique, là, vous avez réclamé plus d'indépendance pour la Santé publique. Or, cette semaine, on a été témoin d'une intervention du cabinet du ministre Dubé, par son attachée de presse, là, dans un échange de M. Boileau avec les médias, ici, au parlement, pour l'interrompre, en fait, là. Alors, je me demandais : Ça, pour vous, est-ce que c'est un exemple du manque d'indépendance de la Santé publique vis-à-vis du politique?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Non, là, vous faites référence à sa fille?

M. Robillard (Alexandre) : Bien, oui...

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Moi, je ne veux pas faire de série d'inférences trop grandes, là, surtout quand il y a des liens familiaux là-dedans. Ça, ce n'est pas tant...

M. Robillard (Alexandre) : Je veux juste cadrer la question, là.

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Oui.

M. Robillard (Alexandre) : Il n'y a aucune référence au lien familial. Je suis vraiment sur : Vous, vous revendiquez plus d'indépendance de la Santé publique, on est dans une situation...

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Il n'y en a pas d'indépendance, là. Je veux dire...

M. Robillard (Alexandre) : O.K. Mais je veux juste savoir : Ça, pour vous, c'est un exemple du manque d'indépendance de la Santé publique?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Non, ce n'est pas ça qui était... Les exemples les plus criants, c'est le fait que, lorsque la Santé publique a dit : Moi, désormais, j'aimerais ça, faire mes points de presse seule, de manière indépendante, le premier ministre a répondu : Bien, il y a des fois qu'on va vous laisser faire, mais il y a des fois, ça va passer par moi. Puis, souvent, les annonces de santé publique qui sont faites par le PM, qui dit : Bonne nouvelle, aujourd'hui, la Santé publique nous dit que... À sa face même, là, il n'y a pas d'indépendance, puis on le sait depuis longtemps. Et, à mon avis, c'est un peu le traitement injuste qu'attendait le Dr Arruda, là. Quand tu es tout seul de scientifique ou presque dans une cellule d'experts en communication, bonne chance pour faire valoir ton point de vue, donc...

La Modératrice : Une toute dernière en français.

M. Lachance (Nicolas) : Mais, hier, la Santé publique a fait un point de presse seule. Les scientifiques étaient sur place...

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : C'est un bon pas. Moi, j'encourage.

M. Lachance (Nicolas) : Ils annoncent même qu'il pourrait y avoir une nouvelle vague d'ici la fin février. Et le PM n'était pas là, on en entend moins parler. Est-ce que ce n'est pas un problème, ça aussi?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Bien, je veux dire, les points de presse séparés du politique, là, c'est un gain parce que c'est quelque chose qu'on a demandé pendant plus d'un an. Est-ce que ça garantit l'indépendance, vu la structure du ministère qui relève du PM, vu la composition de la cellule de crise? Il ne faut pas se compter d'histoire non plus. Mais on ne se plaindra pas, s'il y a des améliorations, notamment que ces points de presse là soient séparés.

La Modératrice : On va passer en anglais.

Mme Senay (Cathy) : Mr. St-Pierre Plamondon, you're saying regarding the Superior Court's decision, that it is normal, in Québec, that citizens ask for a judge in their own language, and sometimes it's English. That's a right. But then, what do you made of the judge's decision saying that the Minister of Justice went too far? He could not interfere in the choices of judge.

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : You're not suppose to be at this point where you need the judgment to try to get things working with the judges. That's the issue, that's my point this morning.

There are two principals that are obvious. There should not be discrimination towards lawyers who only speak French and want to become a judge in Québec, and there's also a right for an English-speaking Quebecker to be heard in English before the courts. So, that means that, if you ask bilingualism to all judges across Québec, it's abusive, and if you have only judges that speak solely French, it's also problematic. So, anywhere in between is a solution.

They should be able to talk to each other and find that solution. When you're to the level where you need a judgment to tell you : You shouldn't be doing that, what's the solution now? Like, are we anywhere further? I think we have a dynamic that is problematic between Mr. Jolin-Barrette and the judges, and it's been the case with the specialized tribunals as well.

Mme Senay (Cathy) : ...the carnaval, it's the creation of your grandfather and...

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Great-uncle and grandfather. They were the owners of Manoir St-Castin — unfortunately, it's been destroyed — at Lac-Beauport. And, in the ‘50s, my grandfather was president of the Chamber of Commerce of Québec, and they were just looking to bring tourists. So, what can we do? And it's in a very Catholic or Christian Québec of the era, and the Carnaval seemed like a... In the Manoir St-Castin, there were pictures of the first versions of the Bonhomme Carnaval with my great-uncle, with my grandfather. So, like, if there's one guy who thinks that Carnaval de Québec should happen, and that we need a Carnaval de Québec because it's outside, so the measures... the COVID situation is not as problematic as it is normally...

I mean, just show respect for the rest of the population, and the population will listen much more. Because, we're all thinking about how we should be managing the COVID crisis, if it's to go again for two, three years. What's a durable, sustainable way to manage this? We're all thinking about it, and nobody has a perfect answer. So, it's OK to listen to all sorts of groups, people who want as many measures as possible, people who don't want any measures. We need to be respectful because, when we show respect to each other, well, there are more solution and less hate. And that's where we need to decide right now.

Mme Senay (Cathy) : As the leader of the PQ, what's the directive to your MNAs? Can they come, this weekend, to meet with the protesters or not?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : What we discussed is, given what we demand, we don't want hate signs, we don't want buildings or any statues to be vandalized, we don't want the city of Québec to be jammed, to be under siege, all this remains to be seen. So, we're not going to go in person, but we think that everybody should be heard, in a society. And we're better off not stigmatizing, giving a chance, saying : Please, show us that this is going to go in order, this is going to go well, we're better off doing this than to stigmatize and polarize even more by saying : You guys are like this, and we are the right people to go and do manifestations, you are not. Those kinds of speeches will just make the situation even worse.

La Modératrice : On va y aller avec une dernière question, sous-question en anglais, s'il vous plaît.

M. Brennan (Andrew) : Merci. But, from what I heard, both you and Mr. Nadeau-Dubois are both saying respecting the right to demonstrate. I guess this is a question of conviction and respecting a movement versus respecting the right to protest. Now, this movement started and has a manifesto that was written, that wants to defy democracy by going above elected officials and having the Governor General and the Senate decide, ultimately, to end all measures. That is where this movement, ultimately, and in written form, has started from. And they want to come here. So, you're talking about polarization. Is the question about standing up to conviction? Should you not be standing up for democracy as you're saying : The PQ is a social democracy party?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : We had the same situation during the «carrés rouges». Some groups within the «carrés rouges» thought : You shouldn't condemn violence, or that some illegal acts were OK in the context. And my stance on that is you're better off saying : Please, manifest in a legal way, and we will pay as much attention as possible, we will listen. You're better off doing that to have a space for everyone in our society, even though people don't agree at all, than to condemn ahead.

This manifestation, in Québec, has not occurred yet. And it's not true to say that it's a very organised and military disciplined organization. People are coming from all parts of Québec, they have all sorts of motivations. I think we should aim, right now, at asking them to be respectful and we should aim here, at the National Assembly, to hear everyone. Even when we don't agree, we should hear everyone and not condemn ahead, because it's when you stigmatize and you polarize ahead of the speech that people really become polarized.

La Modératrice : En terminant.

M. Brennan (Andrew) : Just to make sure, what's the difference between... I will not use the word «stigmatizing» for how you're talking about Québec solidaire and the Conservatives, the far right and the far left. But are you not, in essence, doing the same thing by condemning them based on what they've said and not giving them a chance to also respect other people's right to protest?

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : No, no. Criticizing another party is not a problem in a democracy, it's the name of the game. That's what we do. What I'm saying is, when Duhaime says : Some forms or some topics, some subject matters of manifestation are ridiculous, and he's done that throughout his radio career, he's playing the game of even more polarization. And what we see, this morning, when Québec solidaire says : There are manifestations that are OK, some others are not, I think it's the wrong way to go.

And this is a political debate, it's not about stigmatizing. I disagree with what Québec solidaire said this morning. And I think we should go far away from polarization and say : Whatever, if it's left, right or center, if people are willing to talk to us outside the Assemblée nationale because they disagree, they should have their space. And, in exchange, we ask that it's respectful, within the rules. And we can do that. If we all focus on that, we'll have less hate, less polarization, and more dialogue. And that's what we should be aiming right now.

La Modératrice : Merci beaucoup. Bonne journée.

M. St-Pierre Plamondon (Paul) : Merci.

(Fin à 8 h 57)

Participants


Document(s) associé(s)