L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Recherche dans l'Encyclopédie du parlementarisme québécois

  • En direct sur le Web

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W

« salon Rouge »

Définition

Appellation familière de la salle du Conseil législatif jusqu'au 22 mars 1984 en raison de la couleur de ses murs.

Historique

L'état des connaissances ne permet pas de déterminer exactement pourquoi les lords, au Royaume-Uni, siègent dans une pièce où le rouge prédomine. On sait cependant que le rouge et l'écarlate sont traditionnellement des couleurs royales et qu'au début du XVIe siècle, soit vers 1512, du tissu de cette couleur recouvre les sièges de la Chambre des lords1. Tant et bien que le rouge est devenu la couleur distinctive des Chambres hautes au Royaume-Uni et dans le Commonwealth.

La couleur rouge a été utilisée au parlement de Montréal (1844-1849). Le tableau intitulé Ouverture du Parlement du Canada-Uni dans l'édifice du marché Sainte-Anne à Montréal, peint vers 1845, montre le trône du gouverneur entouré de tissu rouge. Le tapis et les rideaux sont de la même couleur.

En 1885, le « salon Rouge » de l'hôtel du Parlement est d'abord peint en blanc quand les députés s'y installent. Pour cette seule session, les élus occupent l'endroit en attendant que leur chambre, le futur « salon Vert », soit aménagée et prête à les recevoir. Les conseillers législatifs siègent quant à eux dans la bibliothèque, alors située dans l'aile sud du nouvel édifice. Comme l'aménagement de l'ensemble n'est pas terminé, le correspondant parlementaire de L'Électeur écrit qu'on a « abusé du blanc » là où sont les élus2.

La première mention de la couleur rouge remonte à 1895. L'Électeur rapporte que les pupitres des conseillers législatifs ont été recouverts de cuir rouge pour l'ouverture de la session3. En 1900, à la même occasion, Le Soleil souligne quant à lui que la Chambre est rouge4. L'année suivante, à la suite de travaux de rafraîchissement des peintures et des boiseries des deux Chambres, le même quotidien reconfirme cette information5.

Malgré l'abolition du Conseil législatif en 1968, cette salle a conservé sa couleur rouge. Puis, le 22 mars 1984, le président Richard Guay propose qu'elle prenne désormais officiellement le nom de « salle du Conseil législatif » afin de souligner le centenaire de la première séance tenue à l'hôtel du Parlement (27 mars 1884)6.

Cette salle est maintenant utilisée par les commissions parlementaires. Le rouge convient pour la captation d'images télévisuelles. De nombreuses activités protocolaires de l'Assemblée nationale s'y tiennent également.

Pour citer cet article

« salon Rouge », Encyclopédie du parlementarisme québécois, Assemblée nationale du Québec, 7 novembre 2022.

Faites-nous part de vos commentaires à : encyclopedie@assnat.qc.ca

Pour en savoir plus

Davies, J. M. « Red and green », The Table, Vol. XXXVII, Londres, Butterworth & Co., 1969, p. 33-40.

Deschênes, Gaston. Le Parlement de Québec. Histoire, anecdotes et légendes, Québec, Multimondes, 2005, p. 220-222.

Notes

1 

J. M. Davies, « Red and green », The Table, vol. XXXVII, Londres, Butterworth & Co., 1969, p. 35.

2 

« Échos de la Chambre », L'Électeur, 10 mars 1885, p. 2.

3 

L'Électeur, 30 octobre 1895, p. 6.

4 

Le Soleil, 18 janvier 1900, p. 1.

5 

Le Soleil, 13 février 1901, p. 8.

6 

Cette annonce est faite en Chambre le 27 mars suivant, jour précis de cet anniversaire. Bureau de l'Assemblée nationale, procès-verbal de la réunion du 22 mars 1984; Débats de l'Assemblée nationale, séance du 27 mars 1984, Québec, Assemblée nationale, p. 5468.