National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Conférence de presse de M. Amir Khadir, député de Mercier

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Conférence de presse de M. Amir Khadir, député de Mercier

Bilan de la visite de la délégation Solidarité Asie-Québec

Version finale

Thursday, December 9, 2010, 9 h

Salle 1.30 (1.30), édifice Pamphile-Le May

(Neuf heures cinq minutes)

M. Khadir: Bonjour, tout le monde. Merci de vous être déplacés. Aujourd'hui, vous êtes au courant que le prestigieux journal britannique The Lancet, dans un éditorial clair, sans ambages, appelle le Canada et le Québec à abandonner l'exportation de l'amiante chrysotile. Le journal demande en fait aux pays occidentaux, aux pays exportateurs, notamment le Québec et le Canada, de mettre fin à l'hypocrisie.
Alors, Québec solidaire va avoir l'honneur aujourd'hui de présenter en Chambre un projet de loi qui est destiné à mettre fin à l'extraction et à l'exportation de l'amiante de même qu'un autre poison, à l'exploration et à l'exportation de l'uranium. Ce projet de loi va être présenté dans à peu près une heure en Chambre. Le détail va vous être acheminé.
J'ai le plaisir d'accueillir, à l'occasion du dépôt de ce projet de loi, une délégation internationale venant d'Asie, dont les membres vont vous être présentés par le Dr Yv Bonnier-Viger, qui est chef du Département de santé publique de l'Université Laval et également président de l'Association des médecins spécialistes en santé communautaire du Québec. M. Bonnier.

M. Bonnier-Viger (Yv): Alors, bonjour. Alors, évidemment, la communauté médicale canadienne et québécoise, de même que l'ensemble des intervenants en santé publique au Canada et au Québec n'ont pas attendu l'éditorial du Lancet pour se prononcer. Alors, face à un peu la surdité de nos décideurs par rapport à cette problématique relativement importante, il nous a fait plaisir de supporter la visite de nos amis de l'Asie qui vivent les problématiques de l'amiante, et c'est pour ça que nous les accompagnons aujourd'hui.
Alors, on va leur laisser le maximum de place. Le président de la... le chef de la délégation est M. Sugio Furuya, qui va présenter tour à tour les intervenants qui vont vous exposer leurs points de vue, et on va vous laisser le maximum de place pour vos questions par la suite.

M. Furuya (Sugio): Bonjour. Je m'appelle Sugio Furuya. Je suis le représentant de la Délégation de solidarité d'Asie au Québec. Je suis désolé, mais c'est tout ce que j'ai appris comme français.
So, we come here in order to ask Québec Government to stop Jeffrey Mine and ask people of Québec to put pressures on their Government to do so. Asbestos victims groups, Trade Union Movement and other grassroots organizations in Asia and other parts of the world is sending... and contributing for our visiting Québec. So, it is a reason why we named us Asian Solidarity Delegation to Québec. Also, health experts, human rights activists in Québec are voluntary supporting us. Some of them are kindly renting rooms... So, we are very pleased, and I would like to thank all those international solidarities.
As asbestos victims or persons who had worked to asbestos issues in all countries in Asia, we know the reality of asbestos in our region. Workers are still being exposed to asbestos under unsafe work, even dangerous situations, and people are increasingly killed by asbestos. We had meetings with... Trade Union Federation, Parti québécois, and press conference and public meetings at the universities in Montréal and Québec City, here. I think they are now becoming aware of tragic asbestos reality which is existing in Asia. So, next step should be an action. We hope they will show their leadership to support our demand.
So, now, I will introduce our members. You have a brief introduction to each members on page 4 and 5 in your press pad. So, please, you can refer through the introduction. First, I'd like to introduce Ms. Jeong-Rim Lee. She is a cancer patient and she is the representative of asbestos victims in Asia and world. Please.

Mme Lee (Jeong-Rim): I'm Jeong-Rim Lee. I'm from Korea. I have asbestos cancer. First symptoms of asbestos disease appeared on 20th April 2005. One year later, I was diagnosed with pleural and peritoneum mesothelioma, a fatal cancer caused by asbestos. Before I was diagnosed with malignant mesothelioma, I suffered excruciating pain. The only medicine I received was for this pain; it did not work. By August 30, 2010, I had been treated with chemotherapy 32 times. Now, my body is giving time from the harsh infusions which make me very tired, nauseous, and depressed. Asbestos destroyed my whole life.
When I first got sick, I did not know about asbestos at all. Just, I knew something used... is in the roof of the house. In the last five years, I have learned a lot about asbestos. Most of all, I have learned how it can completely destroy the life and the life of those who love someone with asbestos disease. I have suffered not only physically, but mentally. I'm only a 44-year woman with a husband, two children, and a job. For years, I trained to become a banker. I loved my job and worked very hard to be great at it, but this is all gone now.
From time to time, I ask where did the asbestos in my chest come from. 10 years ago, I lived near of this factory that produced... asbestos cement products. Maybe, it was there I inhaled asbestos fibers, not as a worker but as a resident. Two other people who live in the same apartment building, have already died from mesothelioma, the same disease I have. Just before I came here, I heard there is one more.
I show my lived apartment and near asbestos factory. This is chrisotyle asbestos factory named Ssangyong Cement. This is my school... three kilometers from asbestos factory. This is my lived apartment, only distant from factory 900 meters. In this apartment building, already two died mesothelioma patients, and me. And, near this area, one patient already died mesothelioma cancer.
I hope that people of the world can breathe fresh air and work in safe conditions. It's a basic human right to live and work in a safe environment, one which is not contaminated with deadly asbestos fiber. I don't want there are to be anymore asbestos patients like me. My whole life has been destroyed by my disease, a disease which I got because of asbestos. My children will lose their mother, my husband will lose his wife.
Please, reconsider the plans for, this time, opening Jeffrey Mine. All over the world asbestos victims are watching you. Please, stop to export asbestos from Canada. You can do it. Thank you.

M. Furuya (Sugio): Thank you, Rachel. Now, I invite our brother Anup Srivasta. He's from India and he's representing Global Asbestos Movement here. Please.

M. Srivasta (Anup): Good morning. My name is Anup Srivasta. I work with the Building and Wood Workers International. It's a global trade union federation representing more than 13 millions workers across 130 countries. And we also work very closely with the International Trade Union Confederation, representing workers across the globe, 175 million workers in 151 countries. The global trade union movement has taken a stand, and that is that asbestos needs to be banned globally.
We had come here with some hope to meet with fellow trade union colleagues. We had written to them earlier, prior to coming here, but unfortunately they did not have the courtesy to even reply. Only just one replied, out of the three. We met them yesterday, but we couldn't change their mind. They seem to be more concerned with the jobs of the 250 hard mine workers, forgetting that millions of workers in the developing countries are going to be exposed to the asbestos which is being exported from Canada. We are not against our fellow colleagues here. We want them to get jobs, but they have to get decent jobs.
Asbestos is not green. We're having the climate... the COP meeting in Cancun, where a big delegation from Québec is there. The Premier is leading the delegation. We hope, you know, better sense prevails. I would like to appeal through you all that lives of workers, it's equally important in the developing world. We want to safe jobs here; we demand that safe jobs should be there in the developing countries as well.
In the end, I would like to quote a great leader, Mahatma Ghandi. You know, when we were coming here, I saw his statue was on the way. He said: «Commerce without morality, science without humanity, and politics without principles is amongst the greatest sins mankind can ever see.» We appeal to everybody. Let's make a new initiative by not supporting the opening of the Jeffrey Mine. The whole trade union movement is watching closely the developments here, and we hope that, in the near future, there will be changes. Thank you.

M. Furuya (Sugio): Thank you. India is our number one consuming country of the Canadian asbestos, and Indonesia is number two or number three consuming country. Next speaker is from Indonesia, Mr. Muchamad Darisman. Please, come.

M. Darisman (Muchamad): ...from the place near the asbestos factory. This is something dangerous for us, and then this is the asbestos from Canada. So, I just want to say: Don't send something dangerous to our country, to Asian country. Don't export asbestos from Canada to Asia. Thank you.

M. Furuya (Sugio): Thank you, Mr. Darisman. The last speaker is Mr. Ye-Yong Choi, from Corea.

M. Choi (Ye-Yong): Hello. I'd like to show this graph. This graph shows you how much Canada, Québec exports to our neighbor nations, India, Thaïland, you know, Indonesia, Japan, South Korea. These countries mostly import chrysotile from Québec, Canada. This is why we are here from India, from Indonesia, and from Japan, and Korea.
Yesterday, we met some politicians here in Québec, Parti québécois. It is very disappointing for us not to get a very clear answer from them, even if they tried to listen to us, but they didn't show any clear position on this. We hope this is not just hypocrisy. We expect, we hope they can show their courage.
This is what I want to say. Aren't enough our deaths? If you open the new mine, when most 20 % of total global production, more, then incredibly many Asian deaths, not your deaths, will happen. Please reconsider about the new asbestos mine for our future together. Thank you.

M. Furuya (Sugio): Thank you. I'd like to thank again for making this opportunity for us. And not only us but also the whole world are keeping a watch on what decision will be make in the future. Thank you very much.

M. Bonnier-Viger (Yv): Merci beaucoup. Est-ce qu'il y a des questions qui vous viennent?

Journaliste: Oui, moi, j'en aurais une à M. Khadir. En fait, la CRE en Estrie doit remettre bientôt un avis sur la relance de la Mine Jeffrey. Je voulais avoir votre opinion là-dessus, est-ce que vous pensez que ça va être un avis éclairé dont le gouvernement va pouvoir tenir compte dans sa décision d'accorder ou pas la garantie de prêt?

M. Khadir: La CRE en?

Journaliste: ...

M. Khadir: La CRE Estrie. Je crois que c'est la CRE en Estrie que vous avez essayé de rencontrer. Malheureusement, la délégation n'a pas eu la possibilité - je ne sais pas pour quelle raison - malgré leur demande, de rencontrer la CRE pour justement exposer le point de vue, expliquer aux gens de la CRE qu'à l'échelle internationale actuellement il y a tout près de 100 000 morts par année attribuées par des autorités de santé publique, les mêmes, par exemple, qui nous font des recommandations sur la vaccination H1N1 nous disent qu'ils sont directement attribuables à l'asbestos, dont une partie importante maintenant est du chrysotile. Donc, si la CRE doit formuler une opinion éclairée, la CRE doit être ouverte d'abord à rencontrer les témoins directs des représentants des travailleurs qui sont exposés et la CRE doit certainement entendre maintenant l'appel lancé par la Société canadienne de cancer, qui demande de mettre fin à l'extraction, à la production de l'amiante chrysotile à... au Lancet, aux autorités de santé publique canadiennes et internationales. Et j'espère que la CRE va mettre ça dans la balance. La question à se poser: Jusqu'à quand nous allons exporter poison et mort?

 

Journaliste: Je ne sais pas qui peux me répondre ici parce qu'il y a une des conditions de la garantie de prêt qui est d'assurer que l'utilisation sécuritaire de l'amiante est respectée dans les pays où le produit est exporté. Alors, je ne sais pas, est-ce que... Je pensais peut-être M. Srivastara ou...

M. Khadir: Yes. In English, the question is: One of the conditions of the loan from the Québec Government to Jeffrey Mine would be that they guarantee that the conditions of use are safe. Do you have an answer about that?

Une voix: ...

Journaliste: ...independent delegates that would be sent on a timely basis to evaluate how it's respected or in force.

M. Srivasta (Anup): I think, you know, you need to understand about the, you know, mortalities. The industry back in India, you know, it's very scattered, it's not concentrated in a particular location. It's very scattered. We have a very informal kind of work force, very small, small units are functioning. And the workers we have seen, you know, they are working in very difficult conditions. They are handling asbestos with raw hands. They're cutting asbestos, you know, they're not having any protective gear. So it's... I mean, I don't know how the... You know. they are saying that this order can take place, they'll be sending inspection teams. And moreover, you know, if you'll see the international agencies, there is no threshold limit of... you know, there is no safe exposure limit for asbestos, even the chrysotile. There is no safe limit.

M. Bonnier-Viger (Yv): La manipulation de l'amiante qui arrive, qui va être transformée, finalement, en amiante-ciment, c'est un processus. Après ça, cet amiante-ciment là, il s'en va où? Il est dispersé dans toute l'Asie, où il y a des milliards de personnes qui vivent. Ce produit-là est soumis aux intempéries, il est soumis aux bris habituels, il se retrouve dans les jardins où les enfants jouent. Alors, comment est-ce qu'un inspecteur va pouvoir contrôler l'utilisation de l'amiante, même une fois qu'il a été transformé en amiante-ciment, qu'il va être brisé, scié, et... Donc, c'est absolument utopique et un peu... et effectivement, je pense, hypocrite de vouloir présenter ça de cette façon-là.

Journaliste: O.K. Puis peut-être une autre question sur... Encore là, je ne sais pas qui pourrait me répondre sur le... Il y a eu des allégations au sujet du... de soutiens privés, là, qui pourraient être autres que ceux des travailleurs que les délégués représentent. Alors, je voulais savoir... Donc, quel est le budget de la délégation? Et d'où vient le financement pour cette activité de sensibilisation au Québec, depuis quelques jours?

M. Khadir: ...dans un premier temps, je voudrais juste mentionner... La question est légitime, mais je voudrais juste soulever l'ironie et le caractère particulièrement odieux de cette allégation comme quoi la délégation peut être motivée par des intérêts mercantiles. Je pense que, quand Mme Rachel vient témoigner de son cancer, quand un représentant, hein, le représentant d'une union, de l'internationale des travailleurs, qui représente des millions de membres n'a pas besoin d'aucun lobby pour venir faire entendre la voix démocratique de son association. Mais, ceci étant dit, pourriez-vous mentionner un peu le budget, je ne pensais pas à nos hôtes de...

M. Bonnier-Viger (Yv): Oui. En fait, les organisations comme le représentant de l'union internationale, ils ont leur propre budget puis ils sont venus sur leurs propres fonds. D'autres organisations de victimes ont ramassé des fonds là-bas pour pouvoir venir, puis il y a des... Des syndicats ici et des associations de santé publique ont contribué pour compléter le financement de la venue de la délégation. Alors, il n'y a aucun lien avec éventuellement des compétiteurs quelconques de l'amiante.
D'ailleurs, quand on parle des compétiteurs de l'amiante, quand on parle dans nos pays, bien, on peut penser à des fibres synthétiques, mais, quand on parle de l'amiante-ciment, ce qui est... les matériaux de construction qu'on utilise pour faire les toits, les substituts à l'amiante sont des produits biologiques. Par exemple, les fibres biologiques qui poussent dans les pays tropicaux peuvent très bien remplacer l'amiante pour être mélangées au ciment pour faire les toits. J'ai travaillé en Guinée-Bissau, puis on a utilisé de toutes sortes de façons de mélanger des fibres avec le ciment pour lui donner une résistance qui était... peut-être pas équivalente, mais suffisamment proche de l'équivalence pour remplacer. Et ça, c'est un produit local qui est mélangé avec du ciment sur place. Donc, même du point de vue environnemental, il y a une plus-value maximum. Puis, ça, ce n'est pas un gros lobby, ça, les fabricants de fibre de bananier ou de palmier.
Donc, je pense que la question a été posée, hier à la conférence à l'Université Laval, et je pense que c'est encore pour jeter de la confusion. C'est comme ça a été mentionné, les tactiques utilisées par l'industrie de l'amiante sont exactement les tactiques qu'on a connues dans les années cinquante et soixante quand on avait à se battre contre les compagnies de tabac. Créer le doute, créer de la confusion, dire: Ah! Il y a peut-être des milliers d'études qui disent ça mais j'en ai une qui. Et la même chose: C'est les compétiteurs qui veulent nous sortir du marché.
Fondamentalement, depuis qu'on utilise l'amiante, on a d'abord vu qu'on avait des problèmes d'amiantose puis là on voit de plus en plus qu'on est face à une épidémie de mésothéliome, c'est un cancer qu'on a... on a aucun autre remède. Alors, on est face à un produit, dont on peut complètement substituer par d'autres produits beaucoup moins dangereux, qui cause des maladies. Et ces maladies-là, on n'a pas de façon de les traiter, il faut les prévenir. Et c'est une façon très simple de les prévenir, on arrête d'utiliser l'amiante.

M. Corbeil (Michel): J'aurais une question pour madame, Mme Jeong-Rym. C'est bien ça? J'aimerais ça savoir: How did the Parti québécois react to your story and to your request?

M. Khadir: Parti québécois is the party that you met yesterday afternoon. What was their reaction to your testimony and to your request?

Des voix: ...

Mme Lee (Jeong-Rim): They did ... for me not particular, not special for me.

Une voix: No mention.

Mme Lee (Jeong-Rim): No mention, yes.

M. Furuya (Sugio): There was no mention about her story.

M. Khadir: What was their reaction to the request of your delegation to stop financement?

M. Furuya (Sugio): Officially, they said the party was divided, so more discussion would be needed. It was official position. We asked a clear answer, but there was no such. answer.

M. Corbeil (Michel): M. Khadir, ce n'est pas votre habitude d'être de l'autre côté de la clôture face aux syndicats. Comment vous expliquez qu'on n'arrive pas à obtenir de rencontre avec le CSN ou la FTQ?

M. Khadir: Bien, je le déplore. Je souhaite que, dans un environnement politique où on demande aux politiciens au pouvoir de reconsidérer leur position, d'avoir le courage de remettre en question leurs pratiques passées... Pensons par exemple en matière de financement des partis, quand on remet en question leur trop grande proximité avec les entreprises privées, leur base idéologique, irrationnelle, qui fait qu'ils continuent les mêmes politiques passées en matière de financement public, partenariat public... Quand nos syndicats, la gauche sociale et politique demande au pouvoir et aux dirigeants économiques, à l'élite économique d'avoir le courage de remettre en questions leurs pratiques passées, il faut que nos syndicats démontrent ce courage-là eux-mêmes.
Alors, moi, je ne me gênerai pas de critiquer avec la plus grande clarté imaginable que nos syndicats n'ont pas le droit moralement de défendre l'industrie de l'amiante, comme ils n'ont pas le droit de défendre l'industrie de l'uranium. Ces industries-là sont des industries excessivement dangereuses, qui sont polluantes, qui sont des menaces pour la santé et qui produisent la mort, directement ou indirectement, comme l'uranium dans l'industrie du nucléaire... de l'armement nucléaire.
Donc, il est grand temps qu'on mette fin à ça puis qu'on cesse d'être piégés par la question des emplois. Ce que nos syndicats devraient demander au gouvernement, c'est de mettre en oeuvre les budgets nécessaires, les ressources nécessaires pour sortir du vieux modèle de développement où on fait n'importe quoi, on extrait n'importe quoi pourvu qu'il y ait des jobs. On doit avoir de meilleures ambitions pour notre peuple, pour nos travailleurs.

M. Nagata (Kai): We were in the town of Asbestos yesterday, and we met people in their eighties who've spent 40 years in the pit, they were working, we met people who didn't believe in the link between the type of asbestos that's mined in Asbestos and cancer, people who denied that there is health risks because they themselves feel healthy. And what they believe is that the variety of chrysotile that's found in Québec, in Thetford Mines and in Asbestos, is different in terms of a basic chemical composition or mineralogical composition from that that's linked to these deaths overseas. Can you address that? I know... either Dr. Khadir or anybody from the delegation, can you address this belief that somehow Quebec's asbestos is safer than other kinds of asbestos?

M. Furuya (Sugio): Like I say, there is no scientific consensus to distinguish Québec chrysotile from other chrysotiles. Also, there is strong scientific consensus: all kinds of asbestos, including chrysotile, can cause cancers, including mesothelioma.

M. Bonnier-Viger (Yv): Ce que je peux dire... Je peux répondre en français?

Une voix: Vas-y.

M. Bonnier-Viger (Yv): L'industrie nous dit qu'ils produisent, au Québec, du chrysotile qui est différent des amphiboles, par exemple. Première chose qu'il faut savoir, c'est que, dans l'ensemble de l'histoire de l'utilisation de l'amiante, 95 % des fibres qui ont été utilisées depuis une centaine d'années ont toujours été du chrysotile. Depuis une vingtaine d'années, 100 % du marché, c'est du chrysotile. De l'amphibole, on n'en produit plus.
Au Québec, depuis 1982... Au Québec, on produit du chrysotile paraît-il? Depuis 1982, les mésothéliomes augmentent de 3 % par année. En 2004, il y a eu 136 nouveaux cas de mésothéliomes. Si on me dit que le chrysotile puis le mésothéliome ne sont pas liés, j'aimerais bien qu'on me l'explique d'une autre façon.
Hier, on avait des géologues justement qui discutaient des différentes fibres, puis ils en arrivaient à dire: Dans le fond, on n'arrive pas à bien différencier les fibres quand on regarde avec telle et telle technique de microscopie. Le fait est que, quel que soit le mélange de fibres qu'on a, on expose des gens à ce mélange-là et on produit des maladies, et ce mélange de fibres là, on va le tirer dans les mines. Alors qu'on fasse des argumentations sur le chrysotile pur ou le chrysotile contaminé avec d'autres choses, dans les faits, ce qu'on vend, c'est un produit dangereux dont on peut très bien se passer et qui cause des maladies. C'est ça, l'affaire.

M. Nagata (Kai): Is there maybe a distinction to be drawn between conditions or safety measures at this end of production and at the other end?

M. Khadir: Yes, of course, the industry to... because... Ça va, mon anglais? Ça vous convient? There has been tremendous efforts, in the last 50 years, due to considerable struggle from the workers, to provide conditions of production in Québec, in the mines, that are as safe as possible. Of course, these conditions are, you know, light-years away from the conditions of work and their use in the Asian countries. But, as was mentioned, there is not scientifically such a notion of a threshold below which there is no risk, first. And, second, as was mentioned, while we are producing, since the last 30 years, exclusively chrysotile, and while we were producing, in the previous 100 years, 95 % of our production was chrysotile, we had and we still have mesotheliomas, and mesotheliomas scientifically are linked almost to nothing else than asbestos.
You know, there are some cancers which are very specific, they are not from different causes. We have the same, for example, in liver, which is specifically linked to hepatitis B, to a virus. So, we know that, if you have this cancer, you have that cause. And, in the case of mesothelioma, when you have mesothelioma, the cause is asbestos. So, there is no way out of this, you know? I really invite the region, Québec, and Premier to stop, you know, this, I would say, chrysotile scepticism, as we ask to Alberta and to Sarah Palin to stop on scientific and irrational climato-scepticism. It's time we show leadership.

Journaliste: Can I just finally ask for Mr. Srivasta's reaction to people in Asbestos: Well, those workers should just wear a mask? I mean, they see those pictures, they've seen the documentary on CBC, they see these photographs of kids picking through the dump in Java, and they say: Well, give them masks.

M. Srivasta (Anup): Do you think giving just masks would be a solution? This, by providing masks, we cannot ensure, you know, that there won't be cases. And, you know, if it's so safe, then why it's not being used here in Canada whereas, you know, it's being promoted as an industry, as a 100 % export... industry. If it is so safe, you know, it's a great... you know, as it's sometimes quoted as a magic mineral. If it's a magic mineral, why it's not being used here? Why it's being just sent to Asian countries? And why are we being preached that, you know, you can use it very safely in controlled conditions? That's not possible. You know, just by wearing a mask or just having your safety gear in order... cannot simply ensure... Because I have to reiterate that there is no threshold limit of exposure of asbestos.

M. Khadir: For example, just last year or so, in Québec City, workers from the Québec City public services had to work some street...

Une voix: ...à Sainte-Foy.

M. Khadir: O.K. They had to work on that and as you remember they were forced to wear astronaut type of suits. So, do you believe that millions of workers in third world countries can, in their everyday work, wear astronaut type of suits to work... to build some small houses?

Journaliste: Est-ce que je peux poser ma question en français?

M. Khadir: Oui, bien sûr.

Journaliste: ...

M. Khadir: Non, ne vous dépêchez pas, on...

Journaliste: C'est ça. Au moment de... où on discutait commission...

M. Khadir: Votre nom?

Mme Guéricolas (Pascale): Oui. Bonjour. Pascale Guéricolas, Radio France Internationale. Quand on discutait, en commission parlementaire, de la possibilité d'exporter de l'amiante et notamment de relancer la mine Jeffrey, le gouvernement laissait entendre que cette exportation pourrait être conditionnée à un certain nombre de règles d'exploitation par les pays qui achèteraient l'amiante, les pays émergents qui ont besoin... qui utilisent l'amiante, en fait, beaucoup dans leurs infrastructures, et notamment pour construire des égouts, etc. Est-ce que, s'il y avait un cahier des charges suffisamment détaillé qui obligeait les acheteurs, les clients à respecter un certain nombre de conditions pour les travailleurs, est-ce que ça pourrait être suffisant?

M. Khadir: La question a été aussi posée d'une autre façon, un peu plus tôt, avant que vous soyez des nôtres. D'abord, cette condition-là, ça a été expliqué par le représentant de la fédération des syndicats Building and Wood Workers International, qui représente des millions de travailleurs, M. Srivasta qui a clairement indiqué que l'utilisation de l'amiante était excessivement répandue dans des petites unités de travail et de production et très dispersée sur le territoire indien, qu'il connaît très bien. Il voit très difficilement la capacité pour une inspection de se faire de manière rigoureuse et fiable dans ces conditions. Premièrement.
Deuxièmement, on le répète, je viens de l'expliquer, la seule condition d'utilisation, de manipulation sécuritaire de l'amiante chrysotile, c'est dans les conditions que je vous ai expliquées, c'est-à-dire de porter une espèce d'habit qui ressemble aux habits d'astronaute. D'accord? C'est un habit scaphandre. Alors, il est difficilement imaginable que, pour construire des maisons ou de la cimenterie utilisée dans des aqueducs, dans les travaux publics à travers l'Asie, on puisse imaginer que des millions de travailleurs portent des scaphandres.
Et, de toute façon, pourquoi? Ce que le Dr Bonnier a dit, c'est: Pourquoi on s'entête à vouloir utiliser un matériau qui peut être très facilement remplaçable - et devinez quoi? - par des fibres qui sont localement disponibles, qui sont biologiques et qui feraient rouler une économie locale? Ce n'est pas comme si on avait absolument besoin de ce matériau, qu'il n'y avait aucun produit de remplacement. Les produits de remplacement sont particulièrement connus. Et on ne parle pas du PVC et de produits chimiques, on parle de produits naturels, des fibres de bananes et de?

Une voix: De palmiers.

M. Khadir: De palmiers. Alors, pourquoi? La seule raison, c'est qu'il y a des intérêts financiers en jeu et que des gouvernements comme le nôtre continuent, de manière hypocrite, à prétendre qu'il est bon et qu'il est souhaitable que ce soit utilisé.

Mme Guéricolas (Pascale): Merci.

M. Corbeil (Michel): ...une question. Qu'est-ce que ça donne, une délégation comme ça? Votre projet de loi que vous allez déposer ne devrait pas être adopté. Ça me surprendrait beaucoup. Les partis politiques n'ont pas changé de position, ils continuent d'endosser la production, l'industrie, et même les syndicats ne veulent pas se compromettre, en fait, ils veulent... continuent sur la même ligne de pensée. donc utilisation sécuritaire.

M. Khadir: J'ai la conviction que, là comme ailleurs, les élites politiques et économiques bien sûr vont opposer beaucoup de résistance, mais, comme dans le cas des gaz de schiste, il arrive un moment où la population, quand elle est informée, prend le relais et force les politiciens et les élites à bouger. Donc, notre but, le but de la délégation, c'est alerter les consciences, alerter notre population, élever le niveau de notre connaissance, mettre fin aux mensonges qui sont véhiculés par le lobby et espérer qu'à terme on puisse en arriver là et être à la hauteur de nos aspirations.
Moi, je suis sûr que les gens de La Vallée-du-Richelieu, les gens de la vallée du Saint-Laurent qui se sont soulevés actuellement contre les gaz de schiste... Pourquoi? Pas parce qu'ils sont contre des jobs ou de leur enrichissement, mais parce qu'ils savent qu'on ne peut pas le faire à tout prix, que c'est dangereux pour eux, puis ils veulent avoir des réponses. Je suis sûr que ces gens-là sont ouverts à la réalité que vivent les travailleurs dans les pays du tiers-monde, puis ils sont prêts à le comprendre, puisque eux n'ont pas d'intérêts particuliers dans cette business, que, si on demande la sécurité et la santé pour nous, on ne peut pas le refuser aux gens du tiers-monde, ce serait une attitude paternaliste, en fait, coloniale.
Merci de votre attention. Et donc je vous invite à... aux détails du projet de loi, en Chambre.
Thank you very much.

(Fin à 9 h 47)

 

Participants


Document(s) Related