National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Isabelle Melançon, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Isabelle Melançon, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement

Version finale

Monday, January 17, 2022, 13 h 30

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Treize heures vingt-neuf minutes)

Mme Melançon : Alors, très heureuse de vous retrouver, très heureuse d'être à l'Assemblée nationale aujourd'hui pour la reprise des travaux.

Je suis excessivement fière de reprendre mon travail de législatrice, bien sûr, quoique je m'en viens travailler aujourd'hui sur un mammouth en environnement, alors qu'on aurait dû, on aurait dû faire un débat d'urgence sur les mesures sanitaires, tel que l'a demandé la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, il y a déjà quelques jours de cela.

C'est drôle, on nous disait, du côté de la CAQ, qu'il était contre-intuitif de faire un débat sur les mesures d'urgence parce que les gens étaient en télétravail. Pourtant, les écoles doivent ouvrir dans les prochaines heures. Ce devait être aujourd'hui, mais avec la température, on comprend que les écoles sont demeurées fermées. Mais, si les écoles sont ouvertes, la démocratie devrait aussi pouvoir ouvrir ses portes, on devrait pouvoir tenir un débat actuellement sur les mesures sanitaires.

Parce que rappelons-le, malgré le fait que les mesures excessivement sévères, comme par exemple fermer les commerces le dimanche, comme par exemple y avoir... mettre sur pied un couvre-feu pour l'ensemble des Québécois, malgré des mesures comme celles-là, au pays, c'est au Québec, malheureusement, que la situation est la pire. C'est la pire pour le délestage dans les hôpitaux, c'est la pire situation quant aux morts qu'on a eues aussi au Québec, et malheureusement, derrière chaque décès qui est annoncé au quotidien, il y a des familles qui sont éprouvées.

Alors, moi, ce que j'aurais souhaité aujourd'hui, c'est pouvoir faire un débat, un débat sur les tests rapides. Qu'est-ce qu'a fait le gouvernement Legault avec l'argent qui a été donné, par exemple, pour les écoles et pour la ventilation dans nos écoles? Pourquoi est-ce qu'on ne fait plus de dépistage actuellement? Les employeurs se posent bien des questions et les familles aussi. Je parlais des tests rapides tout à l'heure, bien, c'est un casse-tête pour la majorité des familles au Québec, actuellement, d'obtenir des tests rapides pour savoir qui est porteur ou non du virus de la COVID. Alors, j'aurais souhaité que nous puissions faire véritablement un débat sur cette question-là.

Et, vous le savez, j'ai déjà qualifié le gouvernement Legault d'être un «boys' club», d'être un gouvernement de mononcles. Aujourd'hui, je vais en ajouter un, qualificatif : c'est un gouvernement paternaliste. Et je le dis en ayant été chercher la définition de «paternalisme». C'est une tendance à imposer un contrôle, une domination sous couvert de protection. Alors, papa a toujours raison, et on ne peut pas remettre en question ses décisions.

C'est à l'Assemblée nationale où doit avoir lieu ce débat. C'est un débat qui doit être démocratique. Moi, j'ai été dûment élue, et c'est ici, dans les murs de l'Assemblée nationale, que nous devons avoir un véritable échange sur les mesures sanitaires. Et, pour moi, ça demeure une des priorités pour l'ensemble des Québécois qui, on le sait, là, les Québécois sont fatigués. On peut toujours remettre en cause les décisions qui ont été prises par l'actuel gouvernement et la lenteur de certaines décisions aussi qui ont été prises par le gouvernement de François Legault, rappelons-le.

Alors, heureuse d'être de retour, très malheureuse de savoir que nous n'aurons pas ce débat sur les mesures sanitaires. Et moi, je demande, encore une fois, comme l'a fait ma cheffe, Dominique Anglade, que nous puissions avoir un débat d'urgence sur les mesures sanitaires parce que les Québécois ont droit d'obtenir des réponses de ce gouvernement. Merci beaucoup.

Le Modérateur : Merci, tout le monde. Agréable journée.

Mme Melançon : Bonne journée. Bon début d'année.

(Fin à 13 h 33)

Participants


Document(s) Related