National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. Mathieu Lemay, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’environnement, de développement durable, de faune et de parcs, Mme Sylvie D'Amours, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’agriculture, de pêcheries et d’alimentation, et M. Simon Jolin-Barrette, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de justice

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. Mathieu Lemay, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’environnement, de développement durable, de faune et de parcs, Mme Sylvie D'Amours, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’agriculture, de pêcheries et d’alimentation, et M. Simon Jolin-Barrette, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de justice

Version finale

Tuesday, December 6, 2016, 15 h 45

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Quinze heures quarante-cinq minutes)

M. Lemay : Bonjour à tous. Je voulais vous informer qu'il se passe quelque chose d'alarmant présentement dans mon comté, précisément à Mascouche, et on parle ici du déboisement des terres agricoles, en fait le couvert forestier qui est protégé par la Communauté métropolitaine de Montréal, et des destructions de milieux humides en ce qui concerne la construction d'un nouvel aérodrome, une construction qui a été autorisée par le ministre fédéral des Transports et pour laquelle M. Lessard, notre ministre des Transports au provincial, n'a pas jugé bon d'intervenir ni le ministre de l'Environnement.

On sait, le ministre de l'Environnement a été avisé dès mars 2016 et il y a eu une motion unanime qui a été faite le 9 novembre dernier à cet effet parce qu'il y a urgence d'agir. Présentement, c'est plus de cinq hectares qui ont déjà été déboisés, on parle d'un déboisement de deux hectares par jour, ça aurait débuté vendredi dernier, on est déjà mardi.

La problématique, c'est que le ministère de l'Environnement a fait savoir aux promoteurs qu'ils ne respectaient pas l'article 22 de la LQE, et, suite à ça, le ministère de l'Environnement n'a pas fait d'injonction pour interdire les travaux parce qu'il considère qu'il y a la grève des juristes, qu'il y a un manque d'effectifs puis il n'est pas en mesure de faire son injonction alors qu'il devrait être en mesure de le faire parce que c'est un service essentiel. Il devrait transmettre ça dès maintenant à la ministre de la Justice pour faire une injonction pour faire arrêter les travaux, arrêter la déforestation, arrêter la destruction des milieux humides.

Donc, c'est pas mal l'essentiel du message que je voulais vous apporter aujourd'hui. Il y a urgence d'agir. Je vais laisser la parole à ma collègue députée de Mirabel.

Mme D'Amours : Merci, Mathieu. Ce qui nous désole, c'est le laisser-aller complet du gouvernement dans ce dossier. Sur le site du nouvel aéroport, on retrouve des cours d'eau, des milieux humides, des corridors forestiers, certes, mais il est également question de terres agricoles dans la zone agricole.

Vous savez, la Coalition avenir Québec, l'agriculture régionale est une de nos plus grandes priorités. Malheureusement, ce n'est pas celle du gouvernement libéral. Plus que jamais, nous avons un gouvernement qui ne s'appuie pas sur notre secteur agricole, un secteur pourtant primordial au développement économique de nos régions. Nous avons ici un autre très bel exemple de ce désintéressement profond. L'enjeu est d'autant plus grand dans ce dossier que la Communauté métropolitaine de Montréal se bat pour que ce site soit protégé et reconnu comme un milieu environnemental. Ça donne une idée de l'implication des acteurs locaux. Mais ça, le gouvernement libéral n'en a aucune idée, puisqu'il a refusé de s'investir dans ce dossier.

Depuis le début, la CAQ appelle à la collaboration. Tous ont mis l'épaule à la roue, tous ont dit que ce n'est pas vrai qu'il n'y a pas, dans la région, un autre site qui ne met pas en jeu les milieux sensibles. Le gouvernement n'a jamais donné suite à nos multiples demandes. Le ministre Laurent Lessard et son collègue Pierre Paradis ont été passifs et n'ont pas été en mesure de protéger ces terres. Il est temps pour les libéraux de sortir de leur léthargie. Alors, vous comprendrez que c'est des milieux qui sont essentiels à l'agriculture. C'est souvent des zones tampons que l'on doit conserver. Et les villes, les grandes villes en ont fait état, mais le gouvernement a fait la sourde oreille. Alors, je relaisse la parole à Mathieu.

M. Lemay : Merci. Donc, en conclusion c'est vraiment important que l'ensemble des acteurs locaux soient écoutés. On parle ici des municipalités, de la MRC, du député fédéral, du député provincial. Il y a urgence d'agir. On demande au ministre des Transports de mettre ses culottes, au ministre de l'Environnement de mettre ses culottes et d'agir une fois pour toutes, de faire une injonction, de faire arrêter la déforestation qui est en cours, de protéger nos milieux humides. Est-ce qu'il y a des questions? Merci.

(Fin à 15 h 48)