National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. Simon Jolin-Barrette, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de justice, et M. Mathieu Lemay, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’environnement, de développement durable, de faune et de parcs

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. Simon Jolin-Barrette, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de justice, et M. Mathieu Lemay, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’environnement, de développement durable, de faune et de parcs

Version finale

Thursday, December 8, 2016, 12 h 37

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Douze heures trente-sept minutes)

M. Jolin-Barrette : Alors, bonjour, tout le monde. Je suis accompagné de Mathieu Lemay, le député de Masson, pour faire le point sur la situation de l'aéroport de Mascouche et du fait que le Procureur général du Québec, Mme Stéphanie Vallée, n'a pas envoyé de juriste plaider la requête en injonction interlocutoire provisoire, hier, qui s'est déroulée au palais de justice dans le district de Joliette.

Vous savez, la Loi sur la qualité de l'environnement, c'est une loi provinciale. C'est la responsabilité du ministère de l'Environnement, la responsabilité du Procureur général du Québec de faire appliquer une loi provinciale. Le ministre de l'Environnement nous a dit, en Chambre tout à l'heure, que c'était un dossier important, un dossier urgent, qu'il prenait des mesures. Mais la mesure concrète à prendre dans le dossier, c'est de prendre une injonction. On laisse Mascouche prendre la requête elle-même. On laisse la municipalité de Mascouche faire appliquer une loi provinciale. Et le Procureur général, pendant ce temps-là, qui est mis en cause, est sur la ligne de touche et ne se présente pas à l'audition pour plaider des arguments en faveur de l'application de la Loi sur la qualité de l'environnement. Cette situation-là est inacceptable.

On constate que la grève des juristes a des conséquences sur la protection de l'intérêt public, sur l'application des lois québécoises provinciales. Il ne faut pas que le Procureur général abdique sa prérogative. C'est important que Mme Vallée règle le dossier avec les juristes de l'État, qui sont en grève depuis sept semaines. Ça serait un grave précédent qu'il n'y ait pas d'injonction qui se prenne par le Procureur général et que les procureurs ne plaident pas pour défendre les intérêts des Québécois, notamment pour l'application de la Loi sur la qualité de l'environnement. On parle de milieux humides, on parle d'abattage d'arbres, on parle également de cours d'eau, donc c'est une situation qui est extrêmement importante, et il ne faut pas que la ministre de la Justice abdique son rôle de plaider et d'intervenir dans les dossiers, comme elle l'a fait hier en ne présentant pas à la cour lors de l'injonction interlocutoire provisoire.

M. Bélair-Cirino (Marco) : Quels sont les impacts de l'absence de juristes hier?

M. Jolin-Barrette : Bien, écoutez, on laisse à la municipalité de Mascouche le fardeau de démontrer la nécessité de cette injonction-là pour l'application de la Loi sur la qualité de l'environnement. Normalement, lorsqu'il y a une violation à l'article 22 comme ça, ça va être le Procureur général, normalement, qui prend la requête. La ville de Mascouche peut la prendre, et elle l'a prise parce qu'elle agit de façon responsable pour protéger le territoire de la ville de Mascouche puis contre la volonté également des citoyens pour assurer la protection de l'environnement, et c'est le rôle du Procureur général. Donc, il va falloir que... La ministre de la Justice, elle laisse ses juristes à l'extérieur, elle laisse le conflit se détériorer. Elle ne fait pas preuve de leadership pour que les juristes reviennent au travail, pour donner un véritable mandat de négociation à la table. Et donc la conséquence que ça peut avoir, c'est qu'il y a des dossiers comme ceux-là où on parle de l'application d'une loi provinciale et où le Procureur général n'est pas là pour plaider le dossier.

Dans l'aéroport de Saint-Cuthbert, le Procureur général du Québec était intervenu au dossier et avait plaidé dans la cause aussi. C'est important, là, parce que le Procureur général du Québec, là, c'est lui qui s'assure que les lois québécoises soient respectées. Puis, s'il ne se présente pas à la cour pour plaider les dossiers, bien, on a un problème. Puis qu'est-ce qui cause ça? C'est parce qu'il n'y a pas d'avocats. Ils sont en grève puis les juristes de l'État sont en grève depuis sept semaines.

M. Bélair-Cirino (Marco) : Mais vous faites ce lien-là entre la grève des juristes de l'État et l'absence de procureurs qui représentent la Procureur général du Québec hier, mais est-ce que vous êtes certain? Il y a peut-être une décision stratégique qui a été prise de tout simplement laisser le champ libre à la municipalité de Mascouche.

M. Jolin-Barrette : Écoutez, les informations que nous avons sont à l'effet que c'est à cause d'un problème de ressources. Et je vous dirais, généralement, par expérience, qu'il arrive que le Procureur général ne se présente pas aux auditions, mais, quand on parle de...

Et vous avez entendu le ministre de l'Environnement, tout à l'heure, et la ministre de la Justice dire que c'était un dossier extrêmement important, un dossier sensible et un dossier urgent. Généralement, quand on invoque ces critères-là de la part de la partie gouvernementale, c'est normal que nos avocats aillent nous représenter en cour et appuient la position de la ville de Mascouche. Donc, le fait que les procureurs ne soient pas là, c'est extrêmement surprenant, et ça ne peut s'expliquer, principalement, que par la grève des juristes de l'État.

Donc, il y a des conséquences à cette grève-là. On vous a parlé de Revenu Québec, des amendes qu'on risquait de perdre, les centaines de millions de dollars qu'on risquait de perdre pour les Québécois, et là on parle que la Loi sur la qualité de l'environnement ne serait pas respectée, ne serait pas appliquée. Et là le Procureur général n'est pas au dossier, physiquement, à la cour pour appuyer la ville de Mascouche pour faire des représentations.

M. Foisy (Philippe-Vincent) : Mais est-ce que la CAQ est en faveur du nouveau mode de négociation proposé par les avocats et notaires de l'État?

M. Jolin-Barrette : Je pense que ce qui est important, c'est que les juristes puissent négocier avec l'État, avec le Conseil du trésor, et actuellement il n'y a pas de négociation qui se déroule, et surtout le gouvernement n'a pas donné de mandat de négocier à ses négociateurs. Donc, lorsque le ministre Leitão nous dit : Nous, on veut négocier, encore faut-il donner un mandat de négociation pour arriver à une conclusion d'une entente.

M. Foisy (Philippe-Vincent) : Oui, mais les juristes puis les notaires disent : La seule chose qu'on veut, c'est un nouveau mode de négociation. Le gouvernement dit : On ne veut pas vous donner ça. Donc, il n'y a pas de négociation à avoir, ultimement. Mais le gouvernement dit : On veut négocier les conditions, les avocats et notaires disent : On veut négocier la façon de négocier. Vous, accepteriez-vous la façon de négocier proposée par les avocats et notaires?

M. Jolin-Barrette : Les juristes de l'État ont déjà mis de l'eau dans leur vin, ont déjà modifié leur proposition. Je pense que, si les acteurs ne se parlent pas, ils n'arriveront pas à une entente aussi.

M. Foisy (Philippe-Vincent) : Êtes-vous en faveur du vote proposé?

M. Jolin-Barrette : Bien, écoutez, moi, je ne suis pas au fait précisément des négociations et du contenu, concrètement. Mais il y a une chose qui est claire, c'est que la grève doit se régler. On a besoin des juristes de l'État pour la mission de l'État, pour les contrats qui sont signés, pour la représentation en cour, puis, encore une fois, le gouvernement libéral laisse traîner les choses. Ça fait sept semaines, c'est assez. Il faut qu'ils puissent se réconcilier, ils puissent trouver un terrain d'entente puis il faut que la ministre de la Justice mette tous les efforts pour arriver à une entente avec les juristes de l'État.

M. Bélair-Cirino (Marco) : Disons, la priorité, c'est que le gouvernement trouve un terrain d'entente avec les juristes de l'État ou que les juristes de l'État reviennent au boulot? Est-ce que les juristes de l'État pourraient revenir au boulot par le biais d'une loi spéciale? Est-ce que ce serait dans l'intérêt du Québec? S'il n'y a pas d'accord qui peut être trouvé entre le gouvernement et le syndicat, est-ce qu'il doit y avoir une loi spéciale pour que les juristes soient de retour en janvier?

M. Jolin-Barrette : Je pense que l'intérêt de l'État commande une solution négociée.

M. Bélair-Cirino (Marco) : Sur la question des délais, le Parti québécois est revenu à la charge ce matin pour demander au gouvernement libéral et à la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, de recourir à la clause dérogatoire pour limiter les dégâts causés par l'arrêt Jordan jusqu'à temps que les mesures annoncées hier aient leurs effets. Est-ce que vous êtes également en faveur d'une adoption rapide d'une loi qui mettrait le Québec, justement, à l'abri des conséquences de Jordan?

M. Jolin-Barrette : Bien, écoutez, nous, on est ouverts. Par contre, je pense que, pour la validité de la loi, il y a quand même des questions qui seraient soulevées pour l'adoption d'une telle loi. Les constitutionnalistes ne sont pas tous sur la même page relativement à la validité de l'adoption d'une clause dérogatoire, à cause notamment du partage des compétences. Une loi comme ça serait adoptée en vertu de la compétence provinciale sur l'administration de la justice; les infractions criminelles sont de nature fédérale, hein, c'est eux qui les créent, et donc l'application de la clause dérogatoire, en fonction du partage des compétences, il y a des questions qui sont soulevées là quant à la validité de l'adoption d'une telle loi. Il faudrait vraiment étudier la question. J'espère que Mme Vallée a mandaté ses juristes qui sont disponibles pour étudier la question sur ce point-là.

M. Bélair-Cirino (Marco) : Mais, par précaution, est-ce que le gouvernement du Québec devrait demander à la Cour d'appel de tester, dans le fond, le recours à une clause dérogatoire auprès de la Cour d'appel par le biais d'une demande de renvoi, par exemple?

M. Jolin-Barrette : Vous voulez dire par une question?

M. Bélair-Cirino (Marco) : Oui.

M. Jolin-Barrette : À la Cour d'appel?

M. Bélair-Cirino (Marco) : Oui.

M. Jolin-Barrette : Mais le temps que la Cour d'appel se prononce, tout ça... Je pense que ce que ça prend, c'est des actions immédiates dès maintenant. Et l'autre élément aussi, ce que vous dites dans le fond, c'est pour éviter qu'on adopte une loi, puis qu'elle soit contestée, puis que, là, ça rajoute des délais supplémentaires aussi. Ça peut être une avenue, mais ce que je vous dis, je pense qu'il faut concentrer nos énergies sur des moyens concrets dès maintenant. Et le choix de la clause dérogatoire, oui, il peut être envisagé, mais il faut vraiment plutôt accélérer le processus pour l'embauche des ressources.

M. Bélair-Cirino (Marco) : Bien oui, O.K., ça, je comprends, mais comment on fait ça, dans la mesure où il y a un processus de désignation de juges à la Cour du Québec, notamment? Ça va prendre au bas mot trois mois, il y a une formation par la suite de quelques semaines, on ne peut pas nommer des juges dès demain matin, donc qu'est-ce qui peut être fait pour avoir des effets immédiats?

M. Jolin-Barrette : Il y a deux éléments. Exemple, Mme Vallée a annoncé l'embauche de 69 procureurs. Il y a déjà des concours de procureurs qui sont faits. Généralement, ils ont des listes. Les procureurs, ils peuvent rentrer en fonction rapidement.

Hier, je l'ai mentionné également que le temps supplémentaire devrait être autorisé. Je pense que la magistrature peut faire son effort aussi pour les heures où il y a de la cour, où ils peuvent siéger. Donc, on pourrait allonger les heures de cour immédiatement, dès maintenant. Encore faut-il que le ministère de la Justice autorise les heures supplémentaires pour les procureurs de la couronne, puis la magistrature peut faire son effort aussi là-dedans. Ça fait que moi, je vois plus des solutions pratiques comme ça que de s'embarquer dans... On n'exclut rien. Puis, si jamais c'est la décision de la ministre de la Justice d'y aller avec la clause dérogatoire, on va l'étudier. Ceci étant dit, je pense qu'on devrait prendre des actions concrètes dès maintenant, comme le temps supplémentaire, comme l'action.

Le Modérateur : Est-ce que Mylène Crête avait une question?

Mme Crête (Mylène) : Non, ça va, merci.

Le Modérateur : Parfait. Merci.

Mme Crête (Mylène) : C'est bien gentil.

M. Jolin-Barrette : Merci.

(Fin à 12 h 47)

Participants


Document(s) Related