Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Histoire

Thomas Chapais

(1858-1946)

 

Né à Saint-Denis, le 23 mars 1858, fils de Jean-Charles Chapais, marchand, et d'Henriette-Georgina Dionne.

Étudia au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et à l'Université Laval à Québec. Lauréat du prix Tessier. Admis au Barreau de la province de Québec le 22 septembre 1879.

Fut secrétaire particulier du lieutenant-gouverneur Théodore Robitaille de 1879 à 1884. Dans le domaine du journalisme, fut rédacteur en chef de l'hebdomadaire Le Courrier du Canada de 1884 à 1901 et propriétaire de ce journal de 1890 à 1901. Fut également propriétaire et rédacteur du Journal des campagnes d'août 1890 à décembre 1901. Membre du comité de rédaction des Nouvelles Soirées canadiennes en 1883. Collaborateur au journal La Presse où il signa de 1897 à 1911, sous le pseudonyme d'Ignotus, la rubrique intitulée Notes et souvenirs. Auteur de la chronique mensuelle À travers les faits et les oeuvres, publiée dans la Revue canadienne de 1899 à 1922. Directeur de L'Événement. Collaborateur au Bulletin des recherches historiques, sous le pseudonyme d'Ignotus. Utilisa aussi le pseudonyme d'Archiloque. Signa également plusieurs articles pour les journaux Le Vingt-quatre juin en 1880, La Voix du patriotisme en 1889, Le Drapeau et la Kermesse. Fut collaborateur d'Arthur Doughty aux Archives nationales à Ottawa. Professeur et titulaire de la chaire d'histoire rattachée à la Faculté des arts de l'Université Laval de 1907 à 1934. Professeur émérite à la Faculté d'histoire en 1934 et en 1935.

Candidat conservateur défait dans Kamouraska aux élections fédérales de 1891. Nommé conseiller législatif de la division des Laurentides le 18 mars 1892. Leader du gouvernement au Conseil législatif en 1893 et en 1894. Assermenté ministre sans portefeuille dans le cabinet Taillon le 1er février 1893. Président du Conseil législatif du 5 avril 1895 au 12 janvier 1897. Président du Conseil exécutif dans le cabinet Flynn du 11 mai 1896 au 24 mai 1897 et commissaire de la Colonisation et des Mines du 12 janvier au 26 mai 1897. Refusa le siège de sénateur que lui offrit le premier ministre Borden en 1917. Nommé sénateur de la division de Grandville le 31 décembre 1919. Leader du gouvernement au Conseil législatif de 1936 à 1939 et de 1944 à 1946. Assermenté ministre sans portefeuille dans le cabinet Duplessis le 26 août 1936 et le 14 juillet 1938. Premier ministre intérimaire en septembre 1938. Réassermenté ministre sans portefeuille le 30 août 1944.

Docteur ès lettres de l'Université Laval en 1898. Docteur en droit honoris causa des universités Laval à Québec et à Montréal, du Collège Bishop's à Lennoxville et de l'Université Queen's à Kingston. Historien et homme de lettres, fut l'auteur des œuvres suivantes : Les Congrégations enseignantes et le brevet de capacité (1893), Discours et conférences (3 recueils: 1897, 1913 et 1935), Le Serment du roi (1901), Jean Talon, intendant de la Nouvelle-France (1904), Mélanges de polémique et d'études religieuses, politiques et littéraires (1905), Le Marquis de Montcalm, 1712-1759 (1911) qui obtint le prix Thiers de l'Académie française, Mélanges (1915), Cours d'histoire du Canada, 1760-1867 (8 volumes: de 1919 à 1923; réédités et augmentés de 1943 à 1945). Collabora à l'ouvrage intitulé Canada and its Provinces. Publia également trois ouvrages concernant d'autres intendants de la Nouvelle-France.

Membre de la Société historique du Canada. Membre de la Société royale du Canada en 1902, président de la section francophone de cette société en 1907, puis président général en 1923 et en 1924. Membre du conseil de l'Université Laval de 1920 à 1935. Président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec. Récipiendaire des titres et honneurs suivants: chevalier de la Légion d'honneur de France en 1902, commandeur de l'Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand en 1914, médaille d'or de la Société historique de Montréal en 1922, médaille d'or Tyrell de la Société royale du Canada pour son œuvre historique en 1928, Knight Bachelor (sir), titre qui lui fut décerné par George V d'Angleterre en 1935, médaille d'or du Mérite diocésain en 1945.

Décédé en fonction à Saint-Denis, le 15 juillet 1946, à l'âge de 88 ans et 3 mois. Inhumé dans le cimetière de cette paroisse, le 18 juillet 1946.

Avait épousé dans la paroisse Notre-Dame de Québec, le 10 janvier 1884, Marie-Sophie-Justine-Hectorine Langevin, fille d'Hector-Louis Langevin, avocat, et de Justine Têtu.

Petit-fils d'Amable Dionne. Neveu d'Élisée Dionne.

Mise à jour de la biographie : Avril 2012