Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Manon Massé, cheffe du deuxième groupe d’opposition, et Mme Christine Labrie, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’éducation

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Manon Massé, cheffe du deuxième groupe d’opposition, et Mme Christine Labrie, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’éducation

Version finale

Le mardi 28 mai 2019, 10 h 30

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Dix heures trente-six minutes)

Mme Massé : Oui. Alors, bonjour, tout le monde. Bon début de semaine. Bon retour au Parlement après cette semaine de circonscription.

Écoutez, je trouvais ça important de venir ce matin vous parler de la commission spéciale entourant la DPJ. Je veux vous dire que j'ai parlé dans les dernières minutes au premier ministre. Bien sûr, il a dû reconnaître lui aussi que le départ n'était pas un très bon départ. Mais, ceci étant dit, je lui ai assuré notre volonté de faire de cette commission ce qu'elle doit être, c'est-à-dire une réelle action pour assurer la protection de nos enfants. Et, dans ce sens-là, il faut absolument que la commission soit indépendante et autonome. Et je lui ai dit que je voulais voir ça écrit pour être certain de notre coup.

Alors, dans ce sens-là, on va attendre de voir pour la suite des choses. Mais on espère que, pour les enfants du Québec, on va arriver assez rapidement à s'entendre sur les choses fondamentales.

Mme Labrie : Merci, Manon. Je voulais réagir ce matin à la nouvelle concernant le dossier des enfants autistes à la CSDM, l'école l'Étincelle. Moi, comme parent, je trouve tout à fait inacceptable d'apprendre qu'on met des enfants autistes en situation de crise dans une garde-robe pour les apaiser. Je pense qu'on peut s'attendre à mieux dans nos écoles publiques. Je ne sais pas si c'est quelque chose qui se produit dans d'autres écoles en ce moment. Mais ce que je sais, c'est que ça fait des mois qu'à l'école l'Étincelle et qu'à la CSDM on s'est adressés au ministère de l'Éducation et qu'on n'a pas de réponse. J'aimerais que le ministère de l'Éducation dépêche aujourd'hui une équipe d'urgence pour aller voir sur les lieux qu'est-ce qui se passe dans cette école-là et comment on peut faire pour améliorer le soutien à l'équipe pédagogique puis aux enfants qui vivent des épisodes de crise.

La Modératrice : Est-ce qu'il y a des questions sur le sujet?

M. Dion (Mathieu) : Bonjour. Mathieu Dion de Radio-Canada. Sur ce sujet-là, des garde-robes, qu'est-ce que le ministre a à se reprocher aujourd'hui?

Mme Labrie : De ne pas avoir donné réponse... Ça fait depuis le mois de mars que la commission scolaire s'est adressée au ministère de l'Éducation. Je pense que, visiblement, on est dans une situation de crise. En plus, l'autisme, c'est un phénomène qui est en augmentation. Il y a de plus en plus d'enfants autistes. Il y a déjà des débordements à cette école-là. Donc, ça va prendre une solution à long terme.

M. Dion (Mathieu) : A-t-il fait preuve de laxisme?

Mme Labrie : Oui. Je vais dire oui.

M. Dion (Mathieu) : Qu'est-ce qui peut être fait, à partir de maintenant, là, concrètement, là, pour s'assurer que ces enfants-là ne se retrouvent plus dans cette situation-là? Avez-vous comme un exemple tangible à donner?

Mme Labrie : Bien, on sait que, sur le terrain, ce que l'équipe de l'école demande, c'est qu'il y ait un plafond de nombre d'enfants dans l'école. Ce qu'ils voudraient, c'est pouvoir libérer un local d'apaisement par étage. En ce moment, ce n'est pas le cas. Donc, il y a des locaux d'apaisement, mais, quand il en manque, ils doivent utiliser les garde-robes. Moi, ce que je veux, c'est que le ministère se rende là sur place aujourd'hui pour visiter les lieux et voir qu'est-ce qu'ils peuvent faire rapidement. Peut-être que ça va prendre un agrandissement. Peut-être que ça va prendre une nouvelle école. Ce sera à eux de l'évaluer. Mais, clairement, il faut pouvoir offrir des lieux qui sont adéquats pour répondre aux besoins des enfants.

Mme Crête (Mylène) : Bonjour. Mylène Crête du Devoir. Je voulais savoir... Concernant la commission sur les services de protection à l'enfance, qu'est-ce qui vous a le plus irrité dans les gestes qui ont été posés par le gouvernement?

Mme Massé : Bien, écoutez, je pense que, déjà, dès la semaine dernière, on nous a signifié que... Pour nous, Québec solidaire, travailler de façon transpartisane, ça veut dire prendre ensemble les décisions après une délibération. Le premier ministre et son bureau veulent prendre les décisions concernant la présidence, les vice-présidences, le mandat. Ils nous consultent. Ils nous consultent, et, honnêtement, on chemine là-dedans. Je pense que ce qui est le plus important maintenant, là, c'est de s'assurer, comme je le disais, que la commission, à partir du moment où elle va être annoncée, va être pleinement autonome et indépendante. Et je ne vous cacherai pas que la question des ressources est aussi importante parce que c'est lourd, lorsque tu as seulement trois recherchistes, comme député, de devoir en dégager un pour une commission aussi importante qu'elle. Alors donc, il y a une préoccupation de la part des oppositions sur cette question-là.

Mme Crête (Mylène) : Pourquoi est-ce que vous craignez qu'elle ne soit pas autonome et indépendante, cette commission?

Mme Massé : En fait, c'est parce que c'est parti un peu... C'est une question de compréhension, là. C'est parti un peu de façon qui nous laissait comprendre qu'on travaillerait de façon transpartisane. Donc, dans mon livre à moi, ça veut dire de prendre les décisions ensemble et tout ça. Alors, c'est pour ça que je tiens absolument, et j'en ai informé le premier ministre, à ce que ce soit inscrit pour être certain qu'après ça, bien, les commissaires auront l'autonomie nécessaire pour réaliser le vaste mandat de cette commission.

M. Lessard (Denis) : Denis Lessard de LaPresse. Vous venez de dire : Ils nous consultent, ils nous consultent. Mais, si j'en lis le communiqué de la semaine dernière sur Mme Laurent, vous n'avez pas été consultés, pas du tout, là. La loi est arrivée comme ça, là.

Mme Massé : Bien, le premier ministre voulait se réserver le droit de nommer la présidence. Voyez-vous, là, moi, je n'en suis plus là, M. Lessard. Là où j'en suis, c'est... Cette commission-là, ça a mal été depuis une ou deux semaines. Mais maintenant il y a un mandat qui semble aller dans le sens de ce qu'on souhaite. On n'a pas de version finale. C'est dur de se prononcer. Et on souhaite qu'à partir du moment où ce soit mis sur les rails que ce soit autonome et indépendant. C'est fondamental.

M. Lessard (Denis) : ...demain, quand la commission va être annoncée, ou vous êtes en train de négocier ça?

Mme Maltais : Écoutez, je peux difficilement me prononcer à cette étape-ci. J'attends de voir, vraiment, là, la version finale du mandat et tout ça. C'est important de savoir dans quoi on s'embarque. Mais soyez assuré que, pour moi, pour nous, à Québec solidaire, il y a comme... Ce n'est pas de la frime que de dire qu'il y a une urgence qu'on s'occupe de la protection de nos enfants, hein, parce que la commission devra se poser des questions. Comment se fait-il qu'il y a des enfants qui se retrouvent dans toutes sortes de situations?

M. Lessard (Denis) : J'ai entendu dire que vous aviez une suggestion pour le poste de vice-président ou de vice-présidente. Est-ce que vous avez un nom que vous avez mis de l'avant?

Mme Massé : En fait, nous, on a fait plein de suggestions. Mais nous, on a opéré différemment. On a suggéré d'aller avec des critères avant de commencer à lancer des noms. Mais on a, finalement, le lendemain de cette réunion-là, compris que c'était déjà canné, Mme Laurent était...

M. Lessard (Denis) : Mais M. Lebon aussi, parce qu'ils ont contacté Lebon avant de vous en parler, là. Même s'il fait consensus, il n'y a pas eu de consultation sur Lebon.

Mme Massé : Bien, écoutez, comme je vous le dis, on a fait notre travail. On a suggéré. On a fait notre travail. On a étudié les documents qui nous sont amenés. Et, pour moi, ce qui est important à cette étape-ci... là, le passé, là, je ne peux plus rien faire, hein, mais, à cette étape-ci, c'est de nous assurer que les commissaires auront les coudées franches pour faire leur travail.

M. Lessard (Denis) : Parce que tout ce que vous dites, le choix ou les moyens, la nomination... bien, pas la nomination, mais l'octroi de force de personnel autour de ça semble être déterminant pour vous aussi.

Mme Massé : Absolument.

M. Lessard (Denis) : C'est comme... Si on vous donne assez de staff, bien, vous allez dire oui, là, quel que soit le mécanisme, le procédé qui a été mis en place depuis le début.

Mme Massé : Je le réaffirme, c'est mal parti, mais le gouvernement a l'opportunité maintenant de dire : Ça va bien aller. Et, moi, ce que je vous dis, c'est que ça prend de l'indépendance, de l'autonomie et, inévitablement, un peu de ressources parce que c'est lourd pour des partis comme le nôtre.

Mme Plante (Caroline) : Bonjour. Caroline Plante, LaPresse canadienne. Donc, juste pour que ce soit très clair, vous dites : On veut être consultés, non, on nous consulte aussi un peu. Pourquoi vous faites cette sortie publique, là, ce matin? Puis quel est le message que vous voulez envoyer, là, au gouvernement?

Mme Massé : Bien, il y a une différence, Mme Plante, en tout respect, entre être consulté et travailler ensemble. Jusqu'à maintenant, il y a eu quelques consultations. On a fourni des éléments, des préoccupations, des questions, etc. Mais on n'a jamais décidé, avec nos quatre... bien, en fait, nos trois collègues des autres partis, de quoi que ce soit. Alors, dans ce sens-là, ce que je viens vous dire ce matin, c'est : O.K., c'est peut-être mal parti, mais on a l'opportunité... Et c'est nécessaire parce que les enfants ont besoin de nous, comme parlementaires, et la façon de le faire, c'est d'assurer l'autonomie et l'indépendance de la commission.

Mme Plante (Caroline) : Êtes-vous d'accord avec la nomination de Mme Laurent? Êtes-vous d'accord avec cette nomination?

Mme Massé : Bien, écoutez, Mme Laurent est une femme qui a une vision du réseau de la santé. Nous, on n'y va pas à la pièce. Nous, je vous dis, on s'était basés sur des critères. C'est une équipe, hein, les trois? La présidence, vice-présidence, c'est une équipe. Les commissaires, c'est une équipe. Et c'est pour ça qu'on aurait bien aimé être partie prenante de la réflexion. Ce n'est pas une question de personnes et tout ça, c'est comment le, comme je l'appelle, trio vice-présidence, présidence va pouvoir assumer pleinement son rôle. Et voilà. Mais entendez bien qu'on veut être de la partie, là.

M. Trudeau (Jonathan) : Jonathan Trudeau, QUB Radio. Encore en fin de semaine le premier ministre, suite aux sondages, parlait d'humilité. Il disait : On doit être très, très humbles. Il le répète, là, depuis qu'il a été élu. Mais là, il y a 10, 12 jours, il y a la première rencontre. Toutes les oppositions nous disent : On lui a repassé le message qu'on veut qu'il travaille avec les gens. Force est de constater que ça n'a toujours pas été le cas. Vous qualifiez comment l'attitude du gouvernement? Est-ce que c'est de l'arrogance ou de l'inexpérience?

Mme Massé : Écoutez, sincèrement, moi, je ne souhaite pas mettre un jugement là-dessus. Ce que je dis juste, c'est : Si on veut, parce que les enfants, la situation de nos enfants l'exige, faire un bon travail pour la suite des choses, il faut absolument que cette commission-là soit autonome et indépendante parce que ce n'est pas nous, là, qui ont le pouvoir d'émettre le décret, hein, c'est le gouvernement. Alors, il faut que, dans ce décret-là, on retrouve clairement la question de l'indépendance et de l'autonomie.

M. Trudeau (Jonathan) : Vous dites que vous avez parlé au premier ministre ce matin, qu'il a reconnu que c'était mal parti. Est-ce qu'il reconnait qu'il aurait dû plus vous écouter, plus vous impliquer? Il y a un aveu de sa part?

Mme Massé : Non, mais je suis certaine que vous allez le questionner et je vous fais confiance là-dessus. Je pense que ce que M. Legault... lorsqu'on s'est parlé, sa préoccupation, c'était de comment arriver à faire en sorte que cette commission-là puisse partir, et partir sur les bonnes tracks. Alors, n'en tient qu'à lui... puisque c'est eux autres qui vont écrire le décret.

M. Cormier (François) : Mme Massé, vous avez vu les réactions à la suite de la sortie de Mme Dorion hier à propos des poils. Est-ce que ça ne nuit pas à votre crédibilité? Parce qu'il y a vraiment beaucoup de gens qui s'attaquent à la crédibilité de Québec solidaire en posant des gestes comme celui-là.

Mme Massé : Écoutez, moi-même, quand j'ai commencé à faire de la politique, on critiquait ma moustache vertement en disant que je ne serais jamais crédible. Je pense que tel n'est pas le cas 12 ans plus tard. C'est juste ça que j'ai envie de dire là-dessus.

M. Cormier (François) : Mais ça ne vous affecte pas aujourd'hui quand les gens disent ça?

Mme Massé : Écoutez, Québec solidaire... Faire de la politique, c'est de porter flan à la critique. Les députés, on se fait critiquer à tour de bras pour toutes sortes de raisons. Et je pense que Catherine participe à un mouvement qui est plus large qu'elle, et donc qu'il y a un paquet de femmes qui sont bien contentes de voir que Catherine et Manon s'assument telles qu'elles sont.

M. Dion (Mathieu) : Juste une dernière petite question sur les maternelles quatre ans, Mme Labrie. On m'explique que la CSDM essaie de se faire entendre en commission parlementaire sur le quatre ans, il y a encore de l'espace de libre, puis qu'ils ne sont pas capables d'avoir rendez-vous. Il y a des experts aussi qui aimeraient parler. Qu'est-ce que le ministre est en train de faire?

Mme Labrie : Bien, effectivement, il y a eu beaucoup de désistements aux travaux de la commission parce que les groupes ont été invités très tard. Donc, malheureusement, ils ne sont pas en mesure de se présenter. On souhaite, tous les partis de l'opposition, on demande à ce que ces désistements-là soient remplacés parce qu'il y a des gens aussi qui lèvent leur main pour dire : On veut venir s'exprimer en commission. Pour le moment, le gouvernement n'a pas du tout d'ouverture à entendre ces groupes-là. La CSDM fait partie des groupes qui souhaiteraient être entendus et qui sont disponibles à certaines plages horaires qui sont actuellement disponibles en ce moment, et, pour le moment, il n'y a pas d'ouverture de la part du gouvernement de les entendre. Et pourtant la CSDM est un groupe qui a de l'expertise par rapport aux maternelles quatre ans. Ça fait des décennies qu'ils en ont sur leur territoire. Je pense que ça vaudrait vraiment la peine d'entendre leur expertise.

Mme Plante (Caroline) : Une vraie petite dernière sur l'environnement. Ce week-end, on entendait M. Legault dire que son virage vert ou, en tout cas, sa stratégie climatique, là, ça va s'appuyer massivement sur l'hydroélectricité. Donc, son message, c'est de dire : On va utiliser l'hydroélectricité pour s'enrichir collectivement et pour réduire les GES. Est-ce que vous craignez que ça risque de déresponsabiliser les citoyens quand on entend dire : Bien, on va prendre l'hydroélectricité pour faire tout ça?

Mme Massé : Écoutez, si je comprends bien votre question, c'est sûr que d'électrifier les transports, c'est fondamental, sauf qu'en fin de semaine ce qu'on a réentendu, c'est la même recette qu'on a entendue dans les derniers mois, c'est-à-dire la ligne bleue à Montréal. Je pense, ça fait... Regarde, on n'est plus capables de l'entendre. Il faut la faire. Ceci étant dit, électrifier le transport solo, les voitures, c'est une piste, mais ce n'est pas la façon la plus efficace pour diminuer les GES, c'est le transport collectif massif partout à travers le Québec et c'est aussi de donner une alternative aux citoyens, citoyennes.

Pour ce qui est de la vente de l'électricité à l'extérieur du Québec, il me semble qu'Hydro-Québec et tout le monde qui a passé à la tête du Québec depuis 50 ans ont ça dans leurs manches, là. Ça fait partie d'une ressource qu'on a. Mais nous, ce qu'on dit, à Québec solidaire, c'est : Avant de tout vendre à l'extérieur, ce qu'il faut, c'est de s'assurer que le Québec va être électrifié en transport partout sur le territoire et pas seulement dans les deux grands centres. Mais, oui, si on peut vendre de l'électricité à l'extérieur, qu'il en soit ainsi.

Mme Plante (Caroline) : Est-ce que vous aimez qu'on s'appuie quasi uniquement sur l'hydroélectricité?

Mme Massé : Bien, on aurait aimé entendre, par exemple, le premier ministre prendre des... parce qu'on ne peut pas faire une chose et son contraire, diminuer les GES en électrifiant les transports et augmenter les GES en disant oui à un projet comme GNL Québec. Et c'est ça, c'est cette incohérence-là qui est difficile à suivre. Puis on ne croit pas que c'est le bon chemin à prendre pour atteindre les cibles exigeantes que les scientifiques nous imposent... bien, nous proposent.

La Modératrice : On va passer en anglais.

Mme Senay (Cathy) : Mrs. Massé, good morning.

Mme Massé : Good morning.

Mme Senay (Cathy) : You spoke to Premier Legault earlier this morning on this Youth Special Commission, well, to tell him that you're not happy the way the work has been done so far?

Mme Massé : Yes, you're right. I mean, the last two weeks, we're not really happy how we work on that. Of course, the Prime Minister's Office consults us.

Mme Senay (Cathy) : They ask your advice? They ask you some advice, some input?

Mme Massé : They ask, yes, OK.

Mme Senay (Cathy) : So, you give some input?

Mme Massé : So, we give some input. We propose some names. All that stuff. But the fact is he still decides. The Office of the Prime Minister decides who will be at the presidency and the vice presidency. But now the real question is what we're going to do next, you know, to let this commission come. And Québec solidaire said: This commission needs independence, to be independent and «autonome». And we want it… write it because it's not only by words, but right in the mandate.

Mme Senay (Cathy) : So, the announcement is tomorrow, as I understand.

Mme Massé : I understand the same thing.

Mme Senay (Cathy) : OK. So, what are your hopes? Because you have the impression that, like, they listen, but they don't really listen.

Mme Massé : Let's say, if, in the mandate, we see that the commission will be independent and «autonome», this is what we need, because the past is the past, but the future, we need to work with all «commissaires» and be free to do what we need to do.

Mme Johnson (Maya) : Hello.

Mme Massé : Hello, Maya.

Mme Johnson (Maya) : Mme Massé, how would you consider the progress of the study of Bill 9 on immigration? You have the Liberals saying that they just haven't been given enough time. There's only been about 27 hours for a very important bill. The Government is saying that the Liberals are just obstructing it. What's your take on it?

Mme Massé : You know, this is more a space that my leader, Gabriel Nadeau-Dubois, could answer. But let's say that, for me, it's... No, I think it's better you speak with Gabriel on that one.

Mme Johnson (Maya) : OK, sure. Est-ce que ça serait possible aujourd'hui?

Mme Massé : Thank you.

(Fin à 10 h 55)

Participants


Document(s) associé(s)