National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. Guy Ouellette, député de Chomedey, M. Monsef Derraji, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, Mme Christine St-Pierre, porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, M. Sol Zanetti, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de services sociaux, M. Joël Arseneau, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de santé, et Mme Claire Samson, députée d’Iberville

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. Guy Ouellette, député de Chomedey, M. Monsef Derraji, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, Mme Christine St-Pierre, porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, M. Sol Zanetti, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de services sociaux, M. Joël Arseneau, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de santé, et Mme Claire Samson, députée d’Iberville

Version finale

Wednesday, May 11, 2022, 11 h

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Onze heures trente-quatre minutes)

M. Ouellette : Bonjour, tout le monde. Nous venons de déposer... je viens de déposer à l'Assemblée une seconde motion pour demander un rehaussement d'investissements dans la région des Laurentides. La dernière motion avait été déposée le 6 mai 2021, et je pense qu'on devait rappeler au gouvernement que c'est une motion qui avait été adoptée à l'unanimité des membres de l'Assemblée nationale. La motion de ce matin vient d'être adoptée, encore une fois, à l'unanimité, avec le ministre de la Santé et des Services sociaux étant conjoint des deux motions.

Je suis accompagné, ce matin, de M. Marc L'Heureux, qui est le président de la Coalition Santé Laurentides, qui est à ma droite, et du Dr Simon-Pierre Landry, qui est porte-parole de la Coalition Santé Laurentides, qui vont vous entretenir. Et après, ma collègue de l'Acadie, mon collègue des Îles-de-la-Madeleine et mon collègue de Jean-Lesage vous donneront leurs points de vue. Et, par la suite, M. L'Heureux et le Dr Landry reviendront pour répondre à vos questions. Sans plus tarder, M. L'Heureux, je vous laisse la parole.

M. L'Heureux (Marc) : Bien, essentiellement, là, j'avais un texte, là, mais... Moi, je suis Marc L'Heureux. Je suis préfet de la MRC des Laurentides, président de la Coalition Santé des Laurentides, puis aussi vice-président du conseil des préfets et des élus des Laurentides. On a formé une coalition parce qu'il y a eu une demande, on a eu une demande des citoyens. On se rendait compte qu'on avait une perte au niveau de la santé, une perte de services au niveau de la santé.

Vous savez, on a eu les médecins, on a eu des regroupements de médecins, des regroupements de professionnels de la santé, on a eu des regroupements communautaires aussi, on a eu les chambres de commerce, les institutions supérieures d'enseignement aussi, de notre côté, les usagers, les citoyens. Parce qu'en réalité je représente mon groupe de préfets. On est huit territoires dans les Laurentides, et c'est 76 municipalités, 650 000 personnes. D'ailleurs, à cet effet, la population, elle a doublé depuis 30 ans. Par contre, on a les mêmes six hôpitaux ou les mêmes surfaces hospitalières depuis les 30 dernières années.

Les budgets, dans tous les services ou à peu près tous les services, on est 15 ᵉ ou 16 ᵉ par rapport aux autres régions au Québec. Donc, qu'est-ce qui arrive, c'est que, malgré peut-être des années où on augmente à droite ou à gauche, on a exagéré un écart par rapport aux autres régions. Puis même si toutes les régions ont besoin d'argent, on le sait que... Tu sais, j'ai de l'empathie pour d'autres régions aussi, là, mais si on va, de la même façon, augmenter les budgets à droite et à gauche sans régler le déficit structurel qu'on a depuis toujours, d'historique, on ne pourra jamais appliquer les fameuses... les 50 propositions que le ministre a proposées, le ministre Dubé, pour, comment dire, essayer de refondre le système de santé.

J'ai ici avec moi... on a aussi, là, avec moi, un représentant des médecins, le Dr Landry, qui pourrait vous entretenir, là, beaucoup plus sur l'aspect répartition des médecins, qui nous manque vraiment. C'est vraiment important, la répartition des médecins chez nous, parce qu'on est à 147 médecins par 100 000 habitants versus une moyenne québécoise autour de 240 par 100 000 habitants. Ça fait que, déjà là, même si on veut appliquer des propositions de refaire différemment la santé, on a un déficit structurel où on devra augmenter les fonds dans le PQI pour pouvoir investir dans nos infrastructures.

En ce moment, il y a des argents qui sont prévus, mais ils sont prévus déjà depuis 2018. Il n'y a pas d'argent qui a été ajouté. Et ces argents-là vont permettre seulement de faire la rénovation ou la mise à niveau des hôpitaux pour la moitié de nos hôpitaux, mais seulement au tiers de ce qu'ils ont besoin. Donc, encore là, si on ne monte pas sur une marche numéro un, là, on ne pourra pas appliquer les 50 propositions pour redonner plus de soins à notre population. Ça fait que c'est ça, notre engagement à la coalition. Merci.

M. Landry (Simon-Pierre) : Bonjour, tout le monde. Merci d'être là. Merci aussi à tous ceux qui ont permis de faire cette conférence de presse là, parce qu'on a été épaulés dans notre action, justement, pour venir ici vous entretenir. Ça fait qu'on est venus des Laurentides, finalement, pourquoi? Pour avoir notre juste part, ni plus ni moins.

Moi, je suis un médecin d'urgence. Je suis un médecin, aussi, de famille qui a ses 1 200 patients à Mont-Tremblant, puis qui travaille à l'hôpital de Sainte-Agathe. Ça fait 10 ans je fais ce métier-là dans la région. Ça fait 10 ans, finalement, que je vois les effets concrets du déficit d'investissements dans notre région, année après année. Ce n'est pas compliqué, le temps d'attente à l'urgence augmente à chaque année, la liste d'attente pour avoir un médecin de famille augmente à chaque année. C'est tout à fait évident que ça va arriver si vous avez juste 5 %... moins de 5 % des budgets qui vont à 7,5 % de la population, alors que la population est en croissance et qu'elle vieillit plus vite que le reste du Québec, étant donné qu'on est un centre de villégiature avec beaucoup de retraités. Donc, c'est un peu la réalité.

On a rencontré le ministre Dubé ce matin. On s'est sentis entendus. On attend maintenant les échéanciers. C'est à dire, on veut un rattrapage financier à la hauteur de notre population, on veut une accélération de la construction de l'hôpital de Saint-Jérôme. On veut aussi que le gouvernement alloue, parce que c'est le gouvernement qui décide le nombre de médecins qui vont dans quelle région, alloue des médecins en quantité suffisante dans notre territoire, au prorata de la population. Encore une fois, on ne demande pas plus que les autres régions. On veut juste, comme, se rapprocher, finalement, de la moyenne québécoise. Alors, c'est pour ça que j'étais venu témoigner ici. Et puis, bien, voilà. Je vous remercie d'être là puis de nous entendre. On attend maintenant que le ministre nous envoie une petite note. Merci.

Mme St-Pierre : Merci beaucoup. Alors, ça me fait plaisir de prendre la parole. Je suis... Mon nom est Christine St-Pierre. Je suis députée de la circonscription d'Acadie. Je suis députée responsable de la région des Laurentides. J'ai été ministre responsable de la région des Laurentides.

Alors, ce matin, c'est vraiment un cri du cœur qui est lancé par la Coalition Santé Laurentides, un cri du cœur qui fait en sorte qu'on voit un déficit de 2 milliards de dollars en infrastructures et en équipements. Il faut absolument que cet investissement-là soit accordé par le gouvernement du Québec.

Le boom démographique, il s'est accentué au cours des dernières années, de la dernière année, parce qu'il y a eu la pandémie. Beaucoup de familles ont décidé d'aller s'installer dans la région des Laurentides. Le boom démographique, il est très important, et ça nous donne une idée aussi des besoins en termes de médecins de famille. Le 1er avril dernier, les statistiques disaient que 91 451 personnes dans la région des Laurentides n'avaient pas de médecin de famille. C'est le pire ratio au Québec. Quelques mois auparavant, on parlait de 85 000 personnes. La CAQ, lorsqu'elle est arrivée au pouvoir et pendant la campagne électorale, avait permis que tous les Québécois auraient un médecin de famille. La situation empire.

La situation empire aussi en termes d'infrastructures. Avec mon collègue Gaétan Barrette, nous avions annoncé la première phase de l'agrandissement de l'hôpital de Saint-Jérôme, phase qui devait être livrée en 2023-2024. Avez-vous vu une pelletée de terre depuis quatre ans? Il y a 10 députés dans cette région-là, caquistes, dont cinq ministres, et absolument rien n'a avancé.

Un autre dossier qui m'a tenu énormément à cœur quand j'étais ministre responsable des Laurentides, je me suis battue pour qu'on fasse l'annonce, l'annonce était budgétée, c'est le centre jeunesse pour les enfants de la DPJ des Laurentides, un centre jeunesse qui allait être un endroit moderne, adapté à ces jeunes en besoin. Avez-vous vu une pelletée de terre pour le Centre jeunesse des Laurentides? La réponse est non.

Alors, ça a été non partout. C'est du vent, ce que la Coalition avenir Québec a proposé. C'est encore du vent. Tant mieux si vous avez rencontré une ministre, M. le Dr Landry, tant mieux si vous avez rencontré le ministre, mais moi, à votre place, je ne mettrais pas énormément d'espoir dans les belles paroles de la CAQ parce que ce ne sont que du vent. Et je termine en saluant mon ancien collègue Sylvain Pagé, qui était député dans une autre formation politique que la mienne, mais ensemble on se parlait, puis ensemble on faisait avancer des dossiers. Merci beaucoup.

M. Arseneau : Bonjour, tout le monde. Je vais à mon tour saluer Sylvain Pagé, l'ex-député de la région. Mais je veux surtout, aujourd'hui, signifier qu'on n'a jamais vu, ou très rarement, une coalition aussi forte provenant d'une région, où les élus se rassemblent avec les gens du domaine de la santé, du milieu économique, du milieu de l'éducation, du milieu communautaire pour demander au gouvernement d'agir, d'agir après quatre ans d'inaction, quatre ans où on a pris la région des Laurentides pour acquise et pendant laquelle les dossiers n'ont absolument pas avancé. La situation a continué de se dégrader.

On l'a dit, la population a doublé ces dernières années. En fait, on est en passe de devenir une région qui est aussi populeuse que la région de Québec, et on est lourdement sous-équipés en matière d'infrastructures de santé et également en matière de services. On a donc un déficit d'investissements important à rattraper, et le gouvernement n'a pas fait les gestes appropriés pour le faire. On avait des espoirs, pour le dernier budget, pour une révision du PQI. Aucun nouvel investissement n'a été annoncé au cours des dernières semaines. Et ça, c'est dramatique parce que, chaque mois, chaque année qu'on perd, évidemment, ce sont les citoyens qui doivent payer pour. Et on le voit dans les statistiques, par exemple, d'attente à l'urgence. C'est le pire bilan, sinon l'un des pires bilans au Québec. Même chose pour l'accès aux soins de santé, aux services d'un médecin. Et les infrastructures, elles, on l'a dit, on a annoncé des demi-mesures, donc la moitié des fonds nécessaires pour... ou le tiers des fonds nécessaires pour la moitié des établissements. C'est largement insuffisant.

Alors, encore une fois, au Parti québécois, nous voulons souligner le mouvement extraordinaire qui est créé par tous les acteurs, toutes les forces vives de la région des Laurentides. On leur signifie notre appui, et on demande au gouvernement de cesser de promettre des actions et d'agir sans délai. Merci beaucoup.

M. Zanetti : Merci. Alors, dans les Laurentides, on le sait, la population augmente vite, la population vieillit aussi, puis il y a un déficit absolument inacceptable dans la modernisation des hôpitaux.

C'est vraiment inacceptable que des gens des Laurentides doivent venir jusqu'à Québec pour se faire entendre quand ils ont tous des députés membres du gouvernement, dont cinq ministres. Trouvez-vous ça normal? Ça n'a aucun bon sens. La Coalition avenir Québec font avec les Laurentides ce qu'ils font avec bien des régions au Québec, c'est-à-dire qui s'assoient sur leurs lauriers, ils les prennent pour acquis, ils ne livrent pas la marchandise. Ils laissent des gens dans des situations terribles, des situations qui étaient connues depuis des années. Quand on leur demande pourquoi qu'ils ne font pas la job, ils disent que c'est la faute du gouvernement d'avant. Ils ne peuvent pas dire ça après quatre ans. Ça, c'était correct la première année, mais là, ça ne marche pas. C'est complètement inacceptable.

Moi, je demande, aujourd'hui, au ministre Dubé pas seulement de faire des belles promesses, mais d'allonger l'argent puis de faire en sorte que cette situation-là soit réglée. Ça n'a pas de bon sens que ça devienne encore un enjeu électoral, un problème qui a traîné à ce point-là, pour un gouvernement qui a fait croire à tout le monde qu'il serait un gouvernement des régions. Inacceptable. C'est honteux. Ça n'a aucun sens. Merci.

M. Ouellette : Bon, on va passer maintenant à la période des questions. Vous avez remarqué, derrière moi, les porte-parole de chacun des partis des oppositions officielles sont présentement en étude détaillée du projet de loi qui va abolir l'urgence sanitaire, le projet de loi n° 28. Ça fait que c'est pour ça que le député de Nelligan, le député de Rosemont et la députée d'Iberville ne sont pas avec nous ce matin. Ça fait que, s'il y a des questions pour M. L'Heureux ou le Dr Landry, ça va nous faire plaisir.

Mme Senay (Cathy) :Can I jump in and ask questions in English? For you, Mr. Ouellette. Are you the one who tabled the first motion, in May 2021, to alert... There was another motion for the Laurentians, to push the Government to increase the funding and increase the access to health care services?

M. Ouellette :As Mme St-Pierre told you earlier, I was, not raised, but I worked in Saint-Jérôme since 1986 in my other professional life. And I was the... For the Liberal party, since I'm in politics in 2007, I was the one who took care of the Laurentians. So, I know specifically the situation there. I'm still having children living there. So, I'm well aware of what's going on in the «Laurentides». So, it was normal for me to offer my help to the doctors and to those representing the coalition, to improve the budget to help the citizens there.

Mme Senay (Cathy) :Are you surprised that it didn't evolve, it didn't evolve at the pace it should have evolved in the Laurentians for health care services and access and funding?

17831 549 M. Ouellette :It needs more. It needs more. And you can see that, if you go to the Laurentians passing by Highway 15 as example, there're so many people living there, and since the last 35 years. We need to improve that, and for so long there was almost nothing doing there. And, like Mrs. St-Pierre told you, the last announcements, they were by Mr. Barrette, minister Barrette, in 2018, in 2016. I was there. And it's a long process to convince the Government to hear their citizens. And I think that being... presenting a second motion to the Government, the first one was in 2021, and I need to renew that motion this morning, it's an other sign that... there some signs there we need to do more today, especially that the Government presented a new plan suggesting that they will solve all the problems, but they're not putting the money and they're not improving the services around the areas. And, like the Dr. Landry mentioned, he's working in the field. And I think that his condition of work in Sainte-Agathe are not in the best practices all the time. So, it's a... «c'est un cri du coeur» from those representatives of the population. And, like it was mentioned earlier, there's 10 MNAs from the Government and five ministers living in the Laurentians.

Mme Senay (Cathy) : That's a shame?

M. Ouellette : They have to do something. I think that they need to be heard by the Government. And I think that the next step will be the citizens calling their office, knocking at their doors and say: Hey! what are you doing? You were supposed to be our representatives. So, you're not there just to have a freebie for four years, you need to answer those questions.

Mme Senay (Cathy) : Dr. Landry, I would like to ask you, first, how harder is your job, and since when it became harder at the hospital.

M. Landry (Simon-Pierre) : Well, it's mostly that, each year, it's getting worst. It's like, it was already difficult when I started in 2012. And I had come from B.C., I was trained there. And then I came back to Québec, and then I found that, you know, waiting times in the emergency room were catastrophic. And that was in 2012. But we're doing our best. We're sometimes getting new doctors and we're adding shifts. But the space we're working in is unbelievably not adapted to the population we need to serve. So, to answer your question, it's basically that it was difficult when I started in 2012, but it's getting more difficult by the years. And with the influx of population coming from other regions to the area because of the pandemic, well, it's getting even harder.

Mme Senay (Cathy) : You're working at the Saint-Jérôme Hospital?

M. Landry (Simon-Pierre) : I work in Sainte-Agathe. So, it's just north of Saint-Jérôme.

Mme Senay (Cathy) : OK. Is there's still the dome at Saint-Jérôme's Hospital?

M. Landry (Simon-Pierre) : To my knowledge, yes. But I don't work there, so… I work in Sainte-Agathe. So, we have, we call it «roulottes», I don't know what the term is in English, but it's, basically, we have temporary infrastructures that were supposed to be temporary. But, obviously, they are just patching the problem when we knew, about 20 years ago, that the situation would be dire. And it's like: Can we stop putting Band-Aids on the problem and actually fixing the bleeding?

Mme Senay (Cathy) : So, you have the same type of temporary infrastructures than some schools?

M. Landry (Simon-Pierre) : Exactly. It's the same idea, but we're talking about people's health, here. So, we're talking about people on stretchers in the hallways. I mean, when I was... again, when I was working in B.C., like, it would have been unbelievable to have a patient in the hallway, like an elderly patient with… requiring to be admitted to the hospital. It would have been crazy to think that they are waiting for three days in the emergency room.

Mme Senay (Cathy) : And that's in Sainte-Agathe.

M. Landry (Simon-Pierre) : But that's my reality. In Saint-Jérôme, it's even worst. So, it's like, those infrastructures were built in 1980, we're now in 2022, and it didn't change.

Mme Senay (Cathy) : So, you had the meeting with Minister Dubé and Mrs. Girault earlier today?

M. Landry (Simon-Pierre) : We did.

Mme Senay (Cathy) : Mrs. Girault said to us yesterday that she knows that there is a catchup to do. So, like, do you have hope with the meeting you had? Is Mr. Dubé promising you, like... or putting something on the table for you?

M. Landry (Simon-Pierre) : He did not. We had someone who was listening to our struggle. I think Minister Dubé is a very good minister in terms of his plan, you know, for... His new plan is good, it's good work. But, now, I cannot put into effect that plan if I don't have the money to put it into effect. So, it's like, he hears us, but when we're asking: OK, so, when is the money coming to get these things done, we don't have a date yet.

Mme Senay (Cathy) : Nothing? Nothing concrete?

M. Landry (Simon-Pierre) : No.

Mme Senay (Cathy) : And no more human resources at the same time? I mean, if you need... I think you need more infrastructures first, so money for infrastructures. Do you need also healthcare workers?

M. Landry (Simon-Pierre) : We have, for example, nurse practitioners, because there's a lack of family doctors. I work with three nurse practitioners in my clinic. So, we would like to hire more, but we don't have the funding to hire more nurses. So, it's not something... We cannot fix the whole problem by doing just one thing. We need to invest in the infrastructures, but at the same time accelerate the recruiting, and then the training of professionals. But what I would say is that, I mean, the Laurentians is a beautiful region. A lot of families want to settle there because quality of life is wonderful. So, they want to work. It's just that either, if you're a physician, you don't get the permits by the Government to work there, because you're shipped to another region or whatever, or, if you're a nurse practitioner, you do not necessarily have the funding to work. Because you have to pay their salary, it's totally normal. So, this is the issue here.

Mme Senay (Cathy) :But, Dr Landry, and that will be my last question to you, what do you say to members of your entourage or friends or families that you hear that they would like to move in the Laurentians? What do you tell them?

M. Landry (Simon-Pierre) : I tell them to keep their doctors in Montréal, yes, because it's very frustrating. I mean, every morning, I'm in my office, and I get letters of patients saying: Here's my condition, I need a family doctor. I'm super sick. And we just have to turn them away. So, the reality is, if we keep on that track, it's for sure going to be a disaster, like, things are going to worsen every year and then the wait times will get longer. And already, to get access to a family doctor, it's basically a parking lot for patients, like, they get stuck into the process. I don't see it becoming better if we do not have the money to operate or the staff to give the services. And again, we're not asking for the moon or a neurosurgical center, or we're not asking for more than other regions, we're just asking for what's given on average to the Québec citizens as a whole.

Mme Senay (Cathy) : Ma dernière question, M. L'Heureux, en français : Êtes-vous patient dans la vie, vous? Comme...

M. L'Heureux (Marc) : Moi, je suis extrêmement patient, mais je peux être convaincant aussi et tenace.

Mme Senay (Cathy) : Donc, là, c'est quoi, votre plan de match? Parce que vous n'avez pas les ressources pour accueillir... Avez-vous les ressources pour accueillir de nouvelles personnes dans votre région? Comme préfet, vous faites quoi avec ça?

M. L'Heureux (Marc) : On a les ressources... hospitalières, on n'a pas les ressources hospitalières pour accueillir plus de monde dans la région, c'est sûr. C'est même... Il y a 30 % des actes médicaux qui se font à l'extérieur de la région. Donc, calculez, là. Puis là on est en train de vouloir investir seulement au tiers de trois hôpitaux... la moitié des hôpitaux, comme je disais tantôt, ça fait que là... puis on a 30 % des actes médicaux à l'extérieur. Ça fait que, déjà, c'est assez facile, au niveau comptable, de calculer qu'on a un enjeu, là, majeur. Le gouvernement... le ministre Dubé était très à l'écoute. Il aime les chiffres. C'est un gars qui va sûrement fouiller. Je l'ai invité à aller fouiller dans son ministère, d'aller voir la réalité. On lui a appris que le bureau de projet n'était peut-être pas à 100 % pour Saint-Jérôme. Donc, ça, ça l'a accroché. Il nous a promis qu'il y avait peut-être du jeu dans ses investissements d'infrastructures. On verra. Mais on n'a pas d'échéancier, comme disait Simon. On lui a demandé l'échéancier — j'aime bien les échéanciers moi aussi — et le plan d'action. Là, il nous dit d'être patient et que quelque chose va venir. Mais je pense qu'on doit continuer notre... tu sais, dans le fond, c'est un genre de combat, ou ce ralliement-là qu'on a de la coalition. Puis il ne faut pas oublier aussi qu'on a 10 députés, hein, du côté du gouvernement, qui peuvent prendre des décisions ou forcer le gouvernement à prendre des décisions ou faire comprendre, dans le fond, au ministère. Là-dedans, il y a cinq ministres. Donc, on parle d'à peu près un quart du Conseil des ministres, on parle de 15 % de la députation à la CAQ. Moi, je pense que, si tout le monde travaille ensemble, là, on va arriver. Parce que je comprends qu'il y a un enjeu, là, global au Québec, là, pour la santé, mais il ne faudrait pas diluer notre action à cause de ça. Comme je disais à M. Dubé, il faudrait monter sur la première marche avant de commencer les 50 propositions.

Mme Senay (Cathy) : Sauf que 30 % des actes médicaux se font à l'extérieur de la région des Laurentides? Ils vont où les patients?

M. L'Heureux (Marc) : Ils vont à Laval, à Montréal, à Hawkesbury, en Montérégie.

Mme Senay (Cathy) : Puis on parle de quel genre d'actes médicaux en général, les 30 %?

M. L'Heureux (Marc) : Tous les suivis, tous les suivis qu'on n'a pas les équipements nécessaires, les scans, plusieurs... Là, le docteur pourrait vous répondre là-dessus. Mais qu'est-ce qu'il faut retenir de ça, c'est que même si les gens vont à l'extérieur, quand tu pars de Mont-Laurier, tu t'en vas... tu y vas peut-être la première fois, là, à ton suivi, mais là peut-être que la deuxième fois tu vas le manquer, ton suivi. Peut-être tu vas dire : C'est trop loin. Mais là, ça va être pire après ça, là, la personne va tomber malade pour vrai ou, en tout cas, va aggraver son cas, et là ça va coûter encore plus cher au système de santé. Là, il faut revoir... je sais que, dans les 50 propositions, c'est ça qu'ils cherchent à revoir, tous ces aspects-là, mais avant toute chose, si on n'a pas l'espace, comme disait Simon, si on n'a pas les endroits, les plateaux techniques puis la répartition des médecins ou des spécialistes de notre côté, on a beau avoir des vœux pieux, là, ça ne marchera pas. Il y a quand même une inscription comptable qui doit se faire au PQI, là.

Mme Senay (Cathy) : 30 %, c'est beaucoup, là. Je trouve que... I'm surprised about this proportion.

M. Landry (Simon-Pierre) : Do you want to do it in English «ou français»?

Mme Senay (Cathy) : Vous pouvez me l'expliquer juste en français...

M. Landry (Simon-Pierre) : En français. C'est énorme. C'est énorme. Puis, en fait, ça a souvent été une mauvaise justification pour dire : Bien, ils ont juste à aller à, ils ne disent pas Hawkesbury, mais, tu sais, c'est un peu ça aussi, à un moment donné, d'aller à Laval. Mais, encore là, tu sais, je reviens à ça, là, on parle de soins de base, on ne parle pas de soins hyperspécialisés. Il y a des choses qui vont juste se faire au CHUM, puis c'est tout à fait normal. Si vous avez un cancer très spécialisé, vous avez besoin du spécialiste au Québec pour faire ça. Mais la grande majorité des soins que les gens n'arrivent pas à avoir accès en ce moment, là, c'est : tu te fractures un poignet, ton enfant a une otite, ton père, ta mère est en perte d'autonomie, donc tu ne sais pas trop : Est-ce qu'il s'en va en CHSLD, est-ce qu'il s'en va dans une résidence? Ça te prend un médecin pour, finalement, faire une évaluation globale. Là, on parle de services de base. On ne peut pas demander à des gens qui ont 80, 85 ans de partir de Mont-Laurier pour aller se faire regarder l'oreille pour une otite potentielle qu'une infirmière praticienne spécialisée à Mont-Laurier pourrait faire pour une fraction du prix de ce que ça coûte de les déplacer vers Laval pour faire quelque chose comme ça. Ça n'a pas de sens.

Mme Senay (Cathy) : ...I can just ask you in English: For seniors that need to have basic health care, to drive all the way, it's a lot of effort for them?

M. Landry (Simon-Pierre) : It's a lot of effort, and it's not only painful for them in their wallet, but it's also decreasing their well-being and health. Because I have tons of patients, OK, who I wanted them to access some care. I was telling them: You can only have an access, in a timely fashion, if I send you to Montréal. But, for them, Montréal is like for us going to Toronto sometimes, OK? It's like, it's far, it's almost like another province, another country almost. So, then, what do they say? Well, they say: No, I'm not going to get the care I need because I just don't feel like going to Montréal. I can't do it, you know. And it's something that happens all the time. Merci.

(Fin à 12 h 5)