National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > History > Encyclopédie du parlementarisme québécois > Député de l'arrière-ban

Recherche dans l'encyclopédie sur le parlementarisme

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W

Député de l'arrière-ban

Terme(s) anglais :
Backbencher

Définition

Un député « de l'arrière-ban » ou « d'arrière-ban » est un parlementaire qui n'occupe aucune autre fonction que celle de député.

Le terme « arrière-banc » est un calque de backbencher. Son usage persistant et fautif peut s'expliquer par l'homophonie de « ban » avec « banc », et aussi parce que les députés de l'arrière-ban siègent dans les dernières rangées de banquettes dans un parlement de type britannique.

Selon l'Office québécois de la langue française, « ban » vient du francique, une ancienne langue germanique, et signifie « proclamation ». Le ban désigne dans le langage féodal la convocation des vassaux par le suzerain et, par extension, du corps des vassaux, notamment, pour aller à la guerre.

Aujourd'hui, de ce sens est restée l'expression « convoquer le ban et l'arrière-ban », c'est-à-dire convoquer l'ensemble des membres d'un groupe ou toutes les ressources humaines possibles.

Cette expression est utilisée depuis longtemps au Parlement de Québec comme en témoignent ces exemples :

« [...] le raz de marée formidable du ressentiment populaire va déferler jusqu'à la colline du Parlement et engloutir à jamais le ban et l'arrière-ban de l'Union nationale ».
- Lionel-Alfred Ross, député de Montréal-Verdun, 5 mars 1948.

« Mais, par la suite, nous avons entendu les députés d'arrière-ban de l'opposition qui, après avoir bien critiqué, ont tous affirmé qu'ils voteraient pour la loi. »
- Antoine Rivard, député de Montmagny, 17 décembre 1953.

Pour citer cet article

« Député de l'arrière-ban », Encyclopédie du parlementarisme québécois (en ligne), Assemblée nationale du Québec, 28 août 2013.

Faites-nous part de vos commentaires à : encyclopedie@assnat.qc.ca