Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. François Legault, chef du deuxième groupe d'opposition

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. François Legault, chef du deuxième groupe d'opposition

Version finale

Le mardi 4 décembre 2012, 11 h 20

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Onze heures vingt-deux minutes)

M. Legault: Bonjour, tout le monde. Bien, d'abord, mes commentaires sur le remaniement ministériel. Yves-François Blanchet, c'est quelqu'un qui a la réputation d'avoir les gros bras. On peut se demander si ça va être quelqu'un qui va avoir le doigté pour être ministre de l'Environnement. Je pense qu'évidemment la démission de M. Breton, c'est un aveu d'échec de la part de Mme Marois. Maintenant, ce qu'il faut se demander, c'est: Est-ce que la nomination de M. Blanchet, c'est un aveu d'impuissance à trouver quelqu'un qui a l'équilibre et le doigté pour être ministre de l'Environnement? Parce que M. Blanchet nous a habitués à une partisanerie excessive. Donc, on peut se demander s'il n'a pas été nommé par Mme Marois parce qu'il a défendu, on s'en souvient tous, là, Mme Marois. Donc, c'est à lui à faire ses preuves, là, mais disons qu'on a des inquiétudes.
Je voudrais aussi réagir aux informations qu'on apprend ce matin concernant André Boisclair. Bon, d'abord, je veux être bien clair, puis je l'ai dit lors de sa nomination, je pense que la nomination de M. Boisclair comme délégué général du Québec à New York était à propos. Je pense qu'il a les qualifications pour faire ce travail, mais je pense qu'il faut dénoncer le manque de transparence. On est allé relire les documents qui ont été transmis par le gouvernement lors de sa nomination. Nulle part, on a mentionné qu'il obtenait un emploi à vie comme fonctionnaire. Je peux me demander, je pense qu'on peut se demander aussi: Est-ce que vraiment M. Boisclair a choisi de faire une carrière comme fonctionnaire? Je pense qu'il n'en a jamais parlé. Et je pense qu'encore une fois, bien, ce sont des vieilles façons de faire, qu'on avait vues avec le Parti libéral, qui se poursuivent avec le Parti québécois. Je pense que, ce matin, là, les gens qui vont travailler, là, sont vraiment choqués de voir ce qui s'est passé avec M. Boisclair.

Mme Dufresne (Julie): J'aimerais que vous nous expliquiez quelles sont vos inquiétudes quant à M. Blanchet comme ministre de l'Environnement, et si ça vous fait revoir la position de la CAQ sur la pertinence de la commission parlementaire vendredi?

M. Legault: Non. Je pense que, dans le cas de M. Breton, il a démissionné, donc ça... je pense que les libéraux n'ont pas raison de s'acharner sur M. Breton, il n'est plus ministre de l'Environnement. Par contre, dans le cas de M. Blanchet, je pense que même vous, les journalistes, vous êtes mieux de bien vous tenir parce que M. Blanchet - on l'a vu à plusieurs occasions, en tout cas, moi, je le lis sur Twitter - c'est un gars extrêmement partisan. Et, en environnement, bien il faut un équilibre, là. On parle aujourd'hui plus de développement durable, un équilibre entre le développement économique et la protection de l'environnement. Est-ce que M. Blanchet a ce doigté pour être capable de gérer un ministère aussi important? Je pense qu'on peut se poser la question.

M. Ouellet (Martin): Sur la nomination de M. Boisclair, est-ce que le fait... justement, on a évoqué, là, qu'il avait une expérience, là, quand même importante, là, qu'il avait dirigé de nombreux ministères, que sa compétence justifiait, là, le traitement qui lui a été réservé. Vous, à ce sujet-là, vous dites quoi? Il n'y a rien qui justifiait qu'on le nomme dans la fonction publique, c'est...

M. Legault: Bien, ce que je dis, là, c'est qu'il y a un manque de transparence. Je veux dire, ça fait plusieurs jours qu'on parle de cette nomination-là, il n'a jamais été question de lui donner une job de fonctionnaire à vie, là. Ce qu'on avait parlé, c'est de le nommer délégué général du Québec à New York, ce pour quoi il a les qualifications. Mais moi, j'ai des grands doutes à ce que M. Boisclair a décidé de faire une longue carrière comme fonctionnaire. Il y a eu un manque de transparence. Il y a eu un manque de transparence puis, ça, c'est inacceptable.

M. Ouellet (Martin): Alors, c'est quoi? C'est qu'on a tenté de faire une petite vite, de passer ça sous le tapis?

M. Legault: Bien, on dirait que... En tout cas, le moins qu'on puisse dire, là, c'est qu'il y a une certaine hypocrisie de la part du gouvernement de Mme Marois d'avoir sorti des documents sans mentionner qu'on lui donnait une job de sous-ministre, ce qui n'est pas habituel, là.

M. Lessard (Denis): S'il y avait eu cette transparence-là, est-ce que ça aurait rendu le fait plus acceptable ou...

M. Legault: Bien, moi, je pense qu'il faut se demander. Moi, j'aimerais bien entendre M. Boisclair. Est-ce qu'il a vraiment l'intention de faire une carrière dans la fonction publique? En tout cas, il n'y a rien nulle part qui nous justifie, là, que M. Boisclair souhaite agir comme sous-ministre pour le reste de sa carrière.

M. Lessard (Denis): En campagne électorale, vous aviez dit: On va mettre en place des gens qui sont d'accord avec nous, qui pensent comme nous. Est-ce à dire que les gens qui vont... Quand vous allez être au pouvoir, est-ce que les gens qui vont venir vous appuyer comme administrateurs d'État n'auront pas le droit à la permanence?

M. Legault: Non. Ce qu'on dit, là, c'est que ça prend des gens compétents, puis il faut être transparents. Actuellement, là, la nomination de Nicolas Girard, à mon avis, ce n'est pas quelqu'un qui a les compétences pour gérer 300 employés. Dans le cas d'André Boisclair, je crois qu'il a les compétences pour être délégué général du Québec à New York. Mais là ce qu'on veut aussi, c'est d'être transparents. Quand on offre une job à vie puis les fonds de pension du gouvernement à quelqu'un, là, qui, en tout cas, moi, ne m'a jamais mentionné qu'il voulait être fonctionnaire, c'est, pour moi, là, un manque de transparence.

M. Lessard (Denis): Mais est-ce que les sous-ministres ou sous-ministres adjoints qui viendraient avec vous n'auront pas le droit à la permanence?

M. Legault: Bien, nous, ce qu'on regardait surtout, c'étaient des personnes concernant les présidences de sociétés d'État. J'avais parlé d'Investissement Québec, d'Hydro-Québec, de la Caisse de dépôt. C'est possible, on peut amener des sous-ministres, mais il faut qu'ils aient les qualifications, il faut qu'ils aient le désir d'agir comme sous-ministre. Vous savez, sous-ministre, là, ce n'est pas un poste, là, qui montre beaucoup la personne. Il faut se poser des questions.

M. Lessard (Denis): Cela ne correspond pas à M. Boisclair, ça?

M. Legault: J'ai des doutes.

M. Laforest (Alain): M. Boisclair n'a pas les qualifications?

M. Legault: Non, je dis, ça demande... Un poste de sous-ministre, c'est un poste qui ne montre pas beaucoup la personne.

M. Dutrisac (Robert): Il n'est pas fait pour travailler dans l'ombre. C'est ce que vous dites?

M. Legault: J'ai des doutes.

M. Lessard (Denis): Mais Mme Marois a dit qu'il pourrait être dans la diplomatie québécoise pendant longtemps, au-delà du gouvernement péquiste, faire une carrière là-dedans.

M. Legault: Mais, habituellement, les délégués généraux qui sont nommés à l'étranger n'ont pas un poste de sous-ministre dans un ministère, ici, à Québec.

Mme Nadeau (Jessica): Sur le ministère de l'Environnement, vous dites, en fait, que M. Blanchet n'a pas le doigté suffisant pour occuper ce poste-là. En quoi est-ce qu'un ministre de l'Environnement doit avoir du doigté?

M. Legault: Bien, je pense que si on m'avait dit ce matin que c'était Véronique Hivon qui était ministre de l'Environnement, je pense que c'est quelqu'un qui a du doigté. Je pense que M. Blanchet a montré, depuis qu'il est en politique, qu'il est très partisan, qu'il est... Bon, on l'a surnommé le «goon». C'est quelqu'un qui a des gros bras, qui fait la leçon aux journalistes régulièrement. Est-ce que c'est la bonne personne pour gérer un dossier délicat comme l'environnement, où il faut faire la part des choses? J'ai des doutes. Mais les preuves sont à faire par lui au cours des prochaines semaines.

Mme Nadeau (Jessica): Qu'est-ce que ça signifie que ce genre de personne là, avec les gros bras, soit nommée à ce poste-là?

M. Legault: Bien, j'espère juste que ce n'est pas une nomination pour le remercier d'avoir été très partisan pour défendre Mme Marois.

M. Laforest (Alain): Mais elle n'aurait pas pu le faire avant, le remercier? Il y a quand même eu... Là, c'est parce qu'il y a une démission, c'est pour ça qu'il y a un brassage de cartes, là. J'essaie de suivre votre logique, là.

M. Legault: Oui, mais on a vu, dans les jours qui ont suivi le premier Conseil des ministres, qu'il semblait y avoir des insatisfactions en Mauricie puis dans le Centre-du-Québec.

M. Laforest (Alain): Oui, mais des gens de la population, pas au sein du Conseil des ministres, là. Donc, c'est pour rassurer...

M. Legault: Je pense que M. Blanchet aussi.

Mme Nadeau (Jessica): Sur les autres nominations, vos commentaires?

M. Legault: Bien, écoutez, Véronique Hivon revient dans son poste, je pense que c'est un bon choix. Les autres postes, bien, ce sont des personnes, là, qui sont capables d'être whip, président de caucus ou adjoint parlementaire.

Mme Montgomery (Angelica): On the André Boisclair issue, it sounds as if you're saying that if they had done this double appointment career for life out in the open, there wouldn't have been any problem with it.

M. Legault: I think that, to the opposite of Nicolas Girard at the AMT, I think that Mr. Boisclair is competent for the job in New York, but there's a major problem of disclosure. Nobody knew, before today, that he had a job for a lifetime, and I think that there's a problem of disclosure.

M. Duboyce (Tim): It's a patronage appointment, it's a blatant patronage appointment, he's the former leader of the party. So where does the coalition stand on that?

M. Legault: I think that, again, we have a party acting like old parties, like the Liberal Party did before, and I think that we should be clear that the only criteria should be competence. So, on this point, he's alright, but we have to be transparent also.

M. Duboyce (Tim): So is he getting something that a non-péquiste would not have gotten?

M. Legault: First, I would like to know if Mr. Boisclair really wants to be appointed as a civil servant for all his life. I'm not sure of that.

Mme Montgomery (Angelica): ...Yves-François Blanchet, what is it, in his character, that you feel might not make him cut out for this role?

M. Legault: The major accomplishment of Mr. Blanchet, since he's in politics, is asking to keep the Canada flag at the National Assembly. We saw him very often also discussing critics from the journalists on Twitter. He's a guy very political, and I think that to be Minister of Environment, you need to be balanced because you need to have a balance between environment and economy, and I'm not sure that he's the right guy for that. But he will have to prove us that he can do that. But one thing is clear: Mrs. Marois made an error with Mr. Breton. I hope that she will finally find somebody who can take this important responsibility.

Mme Plante (Caroline): Given your doubts on Yves-François Blanchet, shouldn't there be a parliamentary commission on the BAPE and Daniel Breton?

M. Legault: I don't think so, because Mr. Breton resigned, so we cannot again ask if the Minister of Environment is acting correctly, if he acts correctly. He's not Minister of Environment anymore.

Mme Plante (Caroline): But maybe following through with a commission like that could give us guidelines, could give us something to work with.

M. Legault: I think that only purpose of the commission was to see what he said to the BAPE. So I think that now that he's not minister anymore, it doesn't apply. Merci.

(Fin à 11 h 33)

Participants


Document(s) associé(s)