Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Version finale

Le mardi 28 février 2017, 14 h 20

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Quatorze heures dix-neuf minutes)

Mme Ouellet : Oui, donc, ça sera une courte déclaration. Juste vous dire que j'arrive de rencontrer les juristes de l'État qui étaient dans nos tribunes et je peux vous dire que les juristes sont amers. Ils sont blessés par l'attitude de mépris du gouvernement. Non seulement ça faisait six ans qu'ils avaient une promesse libérale de renégocier la façon de faire les conditions de travail, deux ans que la convention de travail était échue, mais quatre mois de grève. Et là on le voit, là, avec l'attitude de mépris dans la négociation, c'est un saccage de l'expertise de l'État qui est en train de s'opérer, saccage à l'expertise des juristes, et ça, c'est très triste pour l'ensemble de l'État québécois.

Et moi, j'ai été très déçue de la façon dont les choses ont été menées, parce que, d'un côté, le gouvernement invoquait certains arguments, invoquait les répercussions de la grève que lui-même a provoquée en ne faisant pas les négociations comme elles auraient dû se faire pour après ça justifier la loi spéciale sous bâillon. Donc, il invoquait sa propre turpitude pour justifier une loi spéciale. Je pense que vraiment cette loi-là, c'est une loi qui est une loi qui découle du mépris des négociations du gouvernement libéral.

M. Vigneault (Nicolas) : Tout à l'heure, vous avez dû retirer vos propos en parlant de corruption, et tout ça. Dans quelle direction vous vouliez aller?

Mme Ouellet : Bien, j'ai eu l'occasion de le dire... Et d'ailleurs les mots «corruption» et «collusion», à ma connaissance, ne sont pas antiparlementaires, ils ont été dits régulièrement au salon bleu depuis, malheureusement, quelque temps. Bien, c'est que, lorsqu'il y a eu mépris des négociations, et qu'il y a eu quatre mois de grève, et qu'il y a plus de 850 millions de contrats qui ont été réalisés, dont près de la moitié sans appel d'offres, sans validation de la part des juristes de l'État, bien, ça, clairement, ça laisse la porte ouverte à la corruption et à la collusion. C'est ça que j'ai dit. C'est la porte ouverte à la corruption et à la collusion, et je pense que c'est le cas. Et, dans la situation actuelle du gouvernement, on sort, il n'y a pas si longtemps, de la commission Charbonneau, les recommandations ne sont même pas encore toutes appliquées, moi, j'ai vécu assez directement le scandale du MTQ, les processus d'intimidation, les problèmes de processus de contrats, et qu'il y a ça en plus qui se réalise, bien, moi, je trouve ça très inquiétant pour le coût que ça risque de coûter aux contribuables québécois. Bien, merci beaucoup.

(Fin à 14 h 22)

Participants


Document(s) associé(s)