Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Marie Montpetit, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture, et Mme Dominique Anglade, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Marie Montpetit, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture, et Mme Dominique Anglade, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie

Version finale

Le mercredi 15 mai 2019, 11 h 52

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Onze heures cinquante-deux minutes)

Mme Montpetit : Je vous remercie. Alors, je suis ici, comme porte-parole en agriculture, avec ma collègue Dominique Anglade. On est ici pour déplorer l'inaction, en fait, du gouvernement de la CAQ, l'inaction du ministre de l'Agriculture dans le dossier des compensations aux agriculteurs, aux producteurs du Québec.

Alors, on a appris la semaine dernière que, suite au dépôt du budget par le gouvernement fédéral, au mois de mars dernier, où il devait y avoir une compensation, des indemnisations de 4 milliards qui devaient être versées aux producteurs, on a appris la semaine dernière que finalement cet argent-là n'a pas été budgété et ne sera probablement pas au rendez-vous avant les prochaines élections fédérales.

On a eu l'occasion ce matin de questionner une énième fois le ministre de l'Agriculture sur les actions qu'il posait, sur la pression qu'il mettait auprès du gouvernement fédéral. Aucune réponse, pas de lettre qui a été envoyée, on a vraiment une attitude très passive du gouvernement caquiste à l'heure actuelle sur ce dossier. Ce sont des producteurs agricoles qui sont inquiets, dans toutes les régions du Québec, qui attendent les compensations pleines et entières qui leur ont été promises par le gouvernement fédéral.

On a beaucoup d'inquiétude de notre côté ici. On réitère, on souhaite que le gouvernement de la CAQ, que le ministre de l'Agriculture fasse les démarches qui conviennent auprès de son homologue au niveau du fédéral pour obtenir rapidement ces compensations, pour avoir un échéancier également. Ça fait déjà trois mois que le budget a été déposé; aucune indication quant au moment où l'argent sera versé aux producteurs et aux agriculteurs du Québec. On souhaite que le ministre du Québec fasse ce qu'il a à faire. On a vraiment l'impression qu'il a baissé les bras devant Ottawa. Et là, ce qu'on se pose comme question, c'est que pour un gouvernement qui est nationaliste, qui se dit nationaliste, il est vraiment dans une posture très attentiste.

Mme Anglade : Évidemment, d'un point de vue économique, ça a des ramifications. Vous savez que le secteur de l'agroalimentaire, c'est 500 000 personnes qui oeuvrent dans ce domaine-là, dans toutes les régions du Québec, et force est de constater qu'avec la signature des ententes on devait avoir des compensations, des compensations à hauteur de 4 milliards de dollars et on n'a pas d'indication claire.

Et les gens sont inquiets. Les gens ont raison de l'être parce qu'encore une fois ça a une incidence sur le développement économique de toutes les régions du Québec. Ne pas savoir quand est-ce qu'on va avoir les compensations, ne pas pouvoir planifier la suite des choses, lorsqu'on est propriétaire d'entreprise, c'est véritablement un enjeu.

Et donc ce que l'on demande au ministre, d'une part, au ministre de l'Agriculture, mais également au ministre de l'Économie : de parler à leurs homologues, d'avoir des discussions très claires, de nous fournir un échéancier quant au moment propice où on va recevoir l'information, où on va savoir que les gens vont pouvoir être pleinement compensés. Le 4 milliards de dollars, ça fait longtemps qu'on en parle. Maintenant, il s'agit de réellement compenser tout le secteur de l'agroalimentaire, qui est touché par les ententes.

Alors, on aimerait voir un gouvernement proactif dans ce domaine, un gouvernement qui prend ça très au sérieux. On voit ce qui se passe en matière économique, on voit les enjeux que l'on a à travers tout le Québec en matière de pénurie, en matière économique, et on a besoin d'avoir des compensations pour faire en sorte que notre économie continue à être prospère dans toutes les régions du Québec.

Une voix : Merci.

(Fin à 11 h 56)

Participants


Document(s) associé(s)