Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. François Bonnardel, ministre des Transports

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. François Bonnardel, ministre des Transports

Version finale

Le mardi 10 novembre 2020, 9 h 45

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Neuf heures quarante-trois minutes)

M. Bonnardel : Alors, bonjour, tout le monde. En débutant, je veux réitérer que la ville de Québec a besoin d'un réseau structurant pour sa ville, pour entrer dans l'aire moderne.

Maintenant, tout comme vous, j'ai lu un rapport critique hier et, encore une fois, je veux dire que, suite à ce rapport critique, le gouvernement ne donnera pas son aval à ce projet, tel que déposé, s'il n'y a pas amélioration, bonification de ce projet pour les dessertes pour les banlieues de Québec. Maintenant, qu'on me comprenne bien, on ne jette pas le bébé avec l'eau du bain. Je ne repousse pas ce projet aux calendes grecques. Ce projet doit se faire, et je souhaite très rapidement rencontrer le maire Labeaume et son équipe dans les prochains jours. Je suis prêt à prendre vos questions.

M. Lacroix (Louis) : Alors, qu'est-ce qui ne va pas? Vous faites vôtres les conclusions du BAPE? Est-ce que c'est la formule retenue? Parce que le BAPE laisse entendre que le tramway n'est peut-être pas la façon la plus efficiente de transporter des gens, notamment vers les banlieues, là.

M. Bonnardel : Bien, la colonne vertébrale, pour moi, de ce projet est critique, est importante. Le tramway est, pour cette colonne vertébrale, selon moi, le modèle le plus adéquat.

Maintenant, est-ce que ce projet doit être amélioré? Assurément, autant pour répondre aux questions du BAPE que pour répondre aux besoins du gouvernement, au désir des banlieues d'être bien desservies. Donc, dans ces circonstances, vous comprendrez, pour moi, qu'il serait important, dans les prochains jours, de rencontrer l'équipe du maire. Et je le répète, là, Québec a besoin d'un réseau structurant important pour entrer dans la modernité. On ne repousse pas ce projet aux calendes grecques, là. Donc, rapidement, je vais m'asseoir avec l'équipe du maire.

M. Lacroix (Louis) : Mais est-ce que vous avez des propositions à faire, vous? Est-ce que vous avez des idées sur lesquelles la ville de Québec pourrait travailler...

M. Bonnardel : J'ai des idées, M. Lacroix. Maintenant, bien, vous comprendrez que vous allez me laisser parler au maire, à son équipe. C'est une question de respect. Alors, dans les circonstances, je ne commencerai pas à négocier, là, devant vous, malheureusement pour vous, pour ce projet.

La Modératrice : Prochaine question. Prochaine question.

M. Bossé (Olivier) : ...réétudier le projet... pas l'étudier, mais le changer, ça ne peut pas faire autrement que le retarder.

M. Bonnardel : Bien, le retarder, vous comprendrez qu'on va faire les choses en bonne et due forme. Si cela doit prendre quelques semaines de plus, quelques mois de plus, on le fera. Maintenant, pour moi, il est important d'offrir aux gens de Québec le meilleur projet possible. Alors, oui, il y a un rapport critique, et ce projet, je le confirme, là, il ne sera pas appuyé par le gouvernement s'il n'y a pas amélioration de ce projet.

M. Bergeron (Patrice) : Mais, s'il y a meilleur projet, M. Bonnardel... si vous dites qu'il doit être amélioré du côté des banlieues, c'est sûr qu'il va coûter plus cher. Êtes-vous prêt à mettre plus d'argent sur la table?

M. Bonnardel : C'est prématuré de vous dire de quelle façon je souhaite modifier, améliorer ce projet. Donc, laissez-moi faire le travail dans les prochaines semaines, dans les prochains jours, et, par la suite, on pourra évaluer la situation.

Mme Côté-Chabot (Claudie) : Dans le cas du REM, là, les recommandations du BAPE avaient été ignorées, là. C'est quoi le problème avec le tramway? Est-ce que c'est deux poids, deux mesures? Pourquoi ce n'est pas la même situation?

M. Bonnardel : Bien, j'ai vu tout comme vous. J'étais à l'Assemblée nationale, j'ai vu tout comme vous un rapport négatif pour le REM, j'ai vu un rapport négatif pour le Train de l'Est, je vois un rapport négatif pour le BAPE... pour le tramway de Québec. Il faut prendre ce rapport, l'évaluer. On ne peut pas répondre à tout dans ce rapport, c'est impossible, là, impossible. Mais avant toute chose, on a besoin d'une colonne vertébrale forte. Quand je parle de colonne vertébrale, c'est le choix, le modèle lourd qu'est le tramway qui est pour moi le plus adéquat aujourd'hui. Maintenant, dans tout ça, on doit être capable de l'améliorer, ce projet, et l'améliorer veut dire aujourd'hui mieux desservir, comme le rapport le mentionne, les banlieues.

M. Lacroix (Louis) : Ça veut dire que c'est le tracé que vous n'aimez pas, là, en clair. Si vous dites : Le tramway, on est d'accord avec le mode de transport... mais c'est le tracé que vous n'aimez pas.

M. Bonnardel : Le tracé comme tel sera assurément discuté et revu.

M. Gagnon (Marc-André) : Mais qu'en est-il du mode? Parce qu'une des critiques du rapport du BAPE, c'est celle du mode, du tramway. Or, au même endroit où vous êtes en ce moment, pas plus tard qu'à la fin août, la vice-première ministre, qui est ministre responsable de la Capitale-Nationale, disait qu'il n'était pas question de regarder... d'y aller avec un métro parce que c'était une option qui était trop chère pour une ville de la taille de Québec. Or, là, le BAPE dit : Il faudrait peut-être reconsidérer l'option du métro et voir d'autres options que le tramway.

M. Bonnardel : Non, M. Gagnon. Autant ma collègue la vice-première ministre que moi-même, il est hors de question d'étudier le métro, là, hors de question d'étudier le métro. Pour moi, le modèle lourd que la ville propose est encore aujourd'hui le modèle adéquat pour la colonne vertébrale de ce projet. Je le répète : Est-ce qu'il doit être amélioré? Oui, pour mieux desservir les banlieues. Maintenant, encore une fois, laissez-moi le temps de parler avec l'équipe du maire.

M. Gagnon (Marc-André) : Dans son rapport, le gouvernement... pardon, le BAPE parle beaucoup de perspective régionale. C'est un des reproches qu'ils font, ils disent que ça manque de perspectives régionales. Est-ce que le bureau de projet qui a été mis sur pied par la ville de Québec, c'est encore le bon porteur de dossier? Est-ce qu'il ne faudrait pas confier le projet, à ce moment-là, à une instance qui serait justement plus régionale?

M. Bonnardel : Bien, écoutez, on est, au MTQ, partie prenante de ce bureau de projet, on y participe. On n'est pas les maîtres d'oeuvre, vous comprenez très, très bien. Maintenant, pour nous, aujourd'hui, il est important de dire à la ville avec ce rapport : Ce projet est important pour la ville de Québec, mais il n'est pas adéquat dans sa forme actuelle. Est-ce qu'on se doit de l'améliorer? C'est ce que je vous répète, oui. Et je reste persuadé qu'encore une fois la ville sera ouverte à discuter de ce projet et de l'améliorer.

M. Lacroix (Louis) : Est-ce que le projet se marie bien avec votre projet à vous de troisième lien? Là, on sait que vous avez transformé le projet et qu'il va passer sous le fleuve, arriver à peu près, bon, on comprend, là, quelque part dans le centre-ville, là. Est-ce que l'arrimage avec le projet de tramway du maire de Québec est optimal ou si c'est un des...

M. Bonnardel : Bien, vous comprendrez que le fait de revoir le projet comme tel, de l'améliorer, va nous amener à faire des choix. La ville devra faire des choix. Moi, j'ai mes idées, je vais les transmettre au maire et, par la suite, je pourrai vous dire si, oui ou non, cela modifie... ou le fait de déposer, comme je vous l'avais mentionné, dans les prochaines semaines, le projet de tunnel Québec-Lévis, ou de vous le présenter.

M. Lacroix (Louis) : ...je veux juste avoir une précision. C'est parce que ma question, c'est sur l'arrimage des deux projets. Est-ce que, dans le projet actuel, vous trouviez que ça s'arrimait bien avec votre projet à vous de troisième lien? C'est ça, ma question.

M. Bonnardel : Pour moi, ce qui a toujours été important, je vous l'ai souvent mentionné, c'était de boucler la boucle. Donc, oui, il est important que le réseau structurant puisse se connecter au tunnel Québec-Lévis. Maintenant, s'il y a changement, amélioration, bien, cela joue aussi avec le bureau de projet du tunnel Québec-Lévis. Donc, encore une fois, je souhaite faire les choses en bonne et due forme, les faire correctement. Alors, je devrai travailler avec la ville en premier lieu et, par la suite, évaluer les changements possibles sur le tunnel Québec-Lévis.

M. Bergeron (Patrice) : Vous dites que le tracé était à améliorer. Alors, qu'est-ce que vous pourriez mettre sur la table pour améliorer le tracé du tramway, actuellement?

M. Bonnardel : Bien, je le répète, en tout respect pour vous, là, je ne négocierai pas ici devant vous. J'ai mes idées. Maintenant, pour l'améliorer, je vais le faire avec l'équipe du maire de Québec dans les prochains jours, et on va être capables par la suite, je reste persuadé, de s'arrimer pour être capables d'offrir le meilleur projet aux gens de Québec.

M. Gagnon (Marc-André) :  Dans ces idées-là, là, que vous avez, est-ce qu'il y a celle de conserver le mode comme tramway ou vous regardez plutôt vers un autre mode? Juste être clair avec ça, est-ce que le projet c'est encore un projet de tramway?

M. Bonnardel : Bien, je vous le répète, aujourd'hui, pour moi, la colonne vertébrale de ce projet, c'est le tramway, c'est le tracé comme tel. Est-ce qu'il doit être revu, modifié, amélioré? Je vous dis oui. Je vous dis oui. Alors, pour être capable de rabattre les gens en périphérie sur un modèle lourd, ce projet reste pour moi, encore aujourd'hui, le plus adapté.

M. Carabin (François) : ...les améliorations à ce projet-là, M. Bonnardel, est-ce que ça va nécessiter qu'on passe par un second BAPE?

M. Bonnardel : Non, pas du tout, il n'y aura pas de second BAPE.

M. Carabin (François) : C'est terminé?

M. Bonnardel : C'est terminé.

La Modératrice : On va passer aux questions en anglais.

M. Gagnon (Marc-André) : ...sur l'enveloppe budgétaire, est-ce que vous maintenez votre financement dans son intégralité? Parce qu'encore une fois, dans le rapport du BAPE, un des constats, c'est que le fait d'avoir gelé l'enveloppe au départ, bien, ça empêche de modifier et de bonifier le projet.

M. Bonnardel : Bien, j'ai déjà répondu à votre question auparavant, M. Gagnon. Pour moi, au-delà d'un leitmotiv de la ville de Québec de respecter l'enveloppe de 3,3 milliards, c'est important encore pour moi aujourd'hui. Je suis persuadé qu'on peut offrir aux Québécois, aux gens de Québec, un bon projet pour 3,3 milliards. Est-ce qu'on peut le modifier? Assurément. L'améliorer? Oui. Maintenant, donnez-moi la chance, dans les prochaines semaines, de travailler avec l'équipe du maire et de revoir ce projet.

M. Gagnon (Marc-André) : Donc, en clair, l'enveloppe de 3,3 milliards, elle doit demeurer immuable?

M. Bonnardel : Exact.

M. Gagnon (Marc-André) : O.K. Et à la fin du rapport...

M. Bonnardel : M. Gagnon, il me reste deux minutes.

M. Gagnon (Marc-André) : Oui. Le BAPE vous demande aussi de préciser rapidement vos intentions par rapport au troisième lien parce qu'il y a un impact.

M. Bonnardel : Bien, comme j'ai mentionné à M. Lacroix, avec les négociations que nous aurons avec la ville de Québec, cela va indéniablement retarder la présentation du dépôt du projet de tunnel Québec-Lévis.

Mme Senay (Cathy) : I have a couple of questions, I think we can go over them rapidly. Why don't you just kill the project? You still have faith in the tramway and also the tunnel between Québec City and Lévis. So...

M. Bonnardel : For sure we don't want to kill this project. Québec needs a transit project as important as the «réseau structurant», but we received the BAPE table critical report yesterday. So, with that, we're not going to give an OK to the project like the «maire de Québec» as tabled. We would like to improve the project in the suburbs. So, in the next days, in the next weeks, I will talk with Mr. Labeaume, with his team, to modify and improve the project that they tabled.

Mme Senay (Cathy) : Yesterday, many people were making the parallel with the REM. The BAPE was against the REM for many things, and environmentalists were so mad the BAPE. Don't you think it's another typical scenario? Are you still basically supporting the BAPE?

M. Bonnardel : Yes, for sure, we support the BAPE. They said the same thing concerning the REM in Montréal, they said the same kind of report for the Train de l'Est, so we have the same kind of report for «le réseau structurant» in Québec. We have to take this report, evaluate this and have some answers concerning this report. And after that, like I said, we want this project for Québec, but we will have to improve this project concerning the suburbs in Québec.

Mme Senay (Cathy) : You just said that you still have to think, you don't want to discuss what are your ideas right now... but how do you make sure... Just give me like just a couple of examples, how do you make sure that the tramway, complements well the third link, and the rest of the transit projects, and the rest of the transit system for Québec?

M. Bonnardel : For sure that these two projects are important. They have to be together. So we will have, like I said, to improve «le réseau structurant». And after that, when I will be ready to table and give this new project with the maire Labeaume, we will go ahead with the presentation of the tunnel Québec-Lévis.

Mme Senay (Cathy) : The Eastern Township is becoming red on Thursday. What do you see... because it went really bad last week. Do you see the problem with travels from regions...

M. Bonnardel : It's difficult to say. We were the only region in orange zone for about six to seven weeks. I'm disappointed, but we have to say to the population that it's not a fight that we can abandon. We have to continue to fight to have a victory against COVID-19. So we have to stay together. Thank you.

La Modératrice : Merci.

(Fin à 9 h 56)

Participants


Document(s) associé(s)