National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Home > Members > Thomas-Jean-Jacques Loranger

Advanced search in biographical notices of MNAs

To find out who your MNA is, enter your postal code or the name of your electoral division. For biographical information about an MNA, enter his or her name or the name of his or her electoral division.

Enter keyword before doing search.
Find an MNA using the following criteria: OR
 

Find an MNA using the following criteria:

OR

These fields cannot be used in combination with the Keyword field in an advanced search.

Search by:

Enter keyword or select session to obtain results.

Thomas-Jean-Jacques Loranger

(1823-1885)

 

Biography

Né à Yamachiche, le 2 février 1823, fils de Joseph Loranger, cultivateur et aubergiste, et de Marie-Louise Dugal.

Étudia au Séminaire de Nicolet de 1834 à 1841. À compter de 1842, fit l'apprentissage du droit auprès d'Antoine Polette, à Trois-Rivières; reçu au Barreau en 1844.

Pratiqua sa profession à Trois-Rivières et à Nicolet avant de joindre le cabinet de Lewis Thomas Drummond, à Montréal. Nommé conseiller de la reine en 1854. L'un des substituts du procureur général devant la Cour seigneuriale créée en 1854. Publia à Montréal, en 1855, Mémoire composé de la plaidoirie de T.J.J. Loranger [...] devant la Cour seigneuriale et, en 1856, Suite du mémoire de M. Loranger contenant sa réplique [...]. Fit partie, du 28 mars 1856 au 31 janvier 1861, de la commission chargée de la refonte des statuts du Bas-Canada. En 1858, s'associa à ses deux frères avocats, dont Louis-Onésime Loranger. Collaborateur, de 1869 à 1872, de La Revue légale, publiée à Montréal et à Sorel. Cofondateur, en 1879, de la revue montréalaise La Thémis.

Élu député de Laprairie en 1854; réformiste, puis bleu. Fit partie du ministère Macdonald-Cartier à compter du 26 novembre 1857: conseiller exécutif jusqu'au 29 juillet 1858 et Secrétaire provincial du Canada jusqu'au 1er août 1858. Réélu en 1858; bleu. Réélu en 1861; indépendant.

Son siège de député devint vacant suite à sa nomination, le 28 février 1863, comme juge de la Cour supérieure; exerça ces fonctions à Beauharnois, à Saint-Jean (Saint-Jean-sur-Richelieu), puis à Sorel jusqu'à sa retraite en mai 1879. Fut ensuite professeur de droit administratif à l'Université Laval à Montréal.

Membre du premier Conseil de l'instruction publique en 1859. Président de l'Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal en 1880 et en 1884. Commandeur de l'Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand. Est aussi l'auteur de Commentaire sur le Code civil du Bas-Canada (2 vol., Montréal, 1873-1879); et de Lettres sur l'interprétation de la constitution fédérale [...] (2 vol., Québec, 1883-1884). À titre de président d'une commission chargée en 1877 de codifier les lois générales en vigueur dans la province de Québec, fit paraître à Québec, en 1878, Premier rapport des commissaires [...], puis, en 1881, Rapport de la commission de révision et refonte des statuts [...] et, en 1882, Travaux de la commission de codification des statuts sur les réformes judiciaires.

Décédé à Sainte-Pétronille, île d'Orléans, le 18 août 1885, à l'âge de 62 ans et 6 mois. Après des obsèques célébrées dans l'église Notre-Dame de Montréal, fut inhumé dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, le 21 août 1885.

Avait épousé à Montréal, le 13 mai 1850, Sarah-Angélique Truteau; puis, à Québec, le 6 juillet 1864, Zélie-Angélique Borne, arrière-petite-fille de Pierre-Ignace Aubert de Gaspé.

Source : DBC.

Date de mise à jour de la biographie : May 2009

Archives