Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Yves Bolduc, porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, Mme Hélène Daneault, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de santé, et de M. Amir Khadir, député de Mercier

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Yves Bolduc, porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, Mme Hélène Daneault, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de santé, et de M. Amir Khadir, député de Mercier

Version finale

Le mardi 23 avril 2013, 15 h 15

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Quinze heures vingt-cinq minutes)

La Modératrice: Donc, bonjour à tous. Bienvenue à cette conférence de presse. À l'occasion de la Semaine nationale du don d'organes et de tissus, Transplant Québec, Héma-Québec, la Régie de l'assurance maladie du Québec et la Chambre des notaires du Québec ont décidé de se réunir pour la première fois afin de promouvoir et de faire connaître les registres de consentement aux dons d'organes et de tissus. Donc, dans un même élan de solidarité, nous avons aujourd'hui les quatre partis politiques pour nous parler de l'importance de poser ce geste. Donc, sans plus tarder, je cède la parole au ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Réjean Hébert.

M. Hébert: Merci beaucoup. Bonjour. Je voudrais saluer d'abord mes collègues de l'Assemblée nationale: Yves Bolduc, porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé; Hélène Daneault, porte-parole de la deuxième opposition officielle en matière de santé; et Amir Khadir, porte-parole de la troisième opposition officielle en matière de santé. Nous sommes, tous les quatre, médecins alors... et très heureux d'être parmi vous aujourd'hui. Permettez-moi de saluer Me René Dussault, président du conseil d'administration de Transplant Québec, et Louis Beaulieu, directeur général de la même organisation; Dr Marc Germain, vice-président aux affaires médicales d'Héma-Québec; M. Paul Marceau, vice-président de la Régie de l'assurance maladie du Québec; et Me Nancy Chamberland, membre du conseil d'administration de la Chambre des notaires du Québec.
Alors, c'est la Semaine nationale du don d'organes et de tissus, du 21 au 28 avril, et aujourd'hui c'est une journée de sensibilisation au don d'organes et de tissus et c'est une belle occasion que nous fournit l'Assemblée nationale de souligner cette journée du consentement au don d'organes. La transplantation prolonge la vie - et on a ici des gens qui ont bénéficié de transplantations et qui peuvent avoir une deuxième vie grâce à des donneurs d'organes - et la transplantation améliore également la qualité de vie. Je peux vous dire que j'ai une belle-soeur qui a une insuffisance rénale et qui a été transplantée, et ça a vraiment changé sa vie en termes de qualité de vie.
Faute de donneurs, par contre, c'est impossible de réaliser toutes les greffes nécessaires et c'est pour ça qu'il faut faire connaître à nos proches la décision qu'on prend de donner nos organes et nos tissus. Et cette journée de sensibilisation est extrêmement importante également pour qu'on pose un geste officiel afin d'autoriser le don d'organes et de tissus.
Nous invitons toute la population à commander, à remplir les formulaires de consentement au don d'organes. On verra tout à l'heure qu'il y a deux moyens de le faire, mais c'est un geste qui est extrêmement important et c'est un geste qu'on doit combiner avec une information des proches pour que tout le monde soit au courant de notre désir et, si un événement tragique nous arrive, qu'on puisse prendre des décisions qui respectent notre volonté. Une simple signature peut sauver des vies.
Alors, on peut soit signer l'autocollant - et c'est ce que j'avais fait - au dos de la carte d'assurance maladie, alors un autocollant qui permet de pouvoir montrer clairement qu'on autorise le prélèvement d'organes et de tissus. On peut aussi, depuis 2010, signifier son consentement par un enregistrement de sa volonté au registre national des consentements au don d'organes et de tissus, qui est sous la responsabilité de la Régie de l'assurance maladie du Québec. C'est un registre qui recueille les consentements et qui facilite les démarches préalables aux prélèvements. Et je vais tout à l'heure signer ce registre-là. Et c'est données, bien sûr, qui sont confidentielles et qui sont accessibles uniquement aux personnes qui sont autorisées chez Transplant Québec et Héma-Québec. Et, troisième possibilité, on peut consigner son consentement dans un registre des consentements au don d'organes et de tissus de la Chambre des notaires du Québec lors de la rédaction du mandat en prévision d'inaptitude ou lors de la rédaction de son testament.
Un don d'organes et de tissus peut sauver huit vies et peut redonner une meilleure qualité de vie jusqu'à 15 personnes. Alors, c'est un don extrêmement important, et c'est important, donc, de signer son consentement, de le signer de l'une ou l'autre ou de l'une et l'autre des trois méthodes qui sont disponibles pour faire valoir ce consentement. En résumé, signez donc.
Je voudrais maintenant inviter Yves Bolduc, le porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, à vous adresser quelques mots.

M. Bolduc (Jean-Talon): Merci, Réjean. La dernière fois qu'on a fait une apparition comme ça, les quatre partis ensemble, c'est dans la crise du H1N1. Pour moi, la transplantation d'organes, c'est aussi important. Je rappellerai que c'est Bill Cusano, un député qui est décédé récemment, qui avait apporté ce dossier à l'Assemblée nationale parce que lui-même en avait bénéficié. Et puis on avait refait la loi, et la loi, vraiment, est beaucoup plus facile à appliquer et elle permet également aux gens qui vont faire les transplantations, aux gens du réseau de la santé, de savoir si, oui ou non, vous consentez.
Et, comme Réjean, moi, j'encourageais les gens à signer. Réjean, lui, il avait sa carte. Probablement qu'il n'a pas encore reçu sa nouvelle carte. Moi, cette année, j'ai reçu ma nouvelle carte et j'étais très fier lorsque j'ai signé. Je savais que mon nom serait dans le registre. Et tantôt on m'a confirmé que mon était dans le registre. Donc, aujourd'hui, on va faire, pour les caméras, une signature symbolique, mais moi aussi, je demande aux gens de signer. Merci beaucoup.
Je vais passer la parole à ma collègue Hélène Daneault.

Mme Daneault: Merci. Merci beaucoup. Merci à mes collègues. Je pense que c'est un moment historique aussi que les quatre partis soient là mais que les quatre soient médecins, alors... si je ne m'abuse. Alors, évidemment, je suis tout aussi convaincue que le don d'organe, c'est d'une grande importance pour l'ensemble des Québécois. On sait que récemment la demande ne cesse d'augmenter, alors c'est important que chaque Québécois signe le don d'organe et la permission de le donner.
Vous savez, on a de plus en plus de témoignages de gens, de familles qui sont endeuillés, qui nous disent que maintenant de savoir que les organes de leurs proches ont été donnés à d'autres et ont permis à d'autres patients d'améliorer leur qualité de vie... on sent de plus en plus, dans la population, que les gens maintenant en parlent et le disent, et ça aide au deuil, ça aide aux endeuillés mais ça aide aussi aux gens qui en bénéficient.
Alors, je réitère, comme mes collègues, le besoin de signer la carte. Alors, signez donc. S'il y a quelque chose que j'ai à dire à tous les Québécois: Signez donc, s'il vous plaît. Merci. Je vous cède la parole.

M. Khadir: Alors, je suis ici aussi pour insister sur l'importance de signer sa carte, de participer à ce que... en fait, à ce qui nous ressemble aussi sur le plan culturel. Je vous rappelle qu'il y a une vingtaine d'années, un de nos cinéastes les plus brillants, Denys Arcand, a réalisé un film, Jésus de Montréal, dont la fin... Si on se rappelle la fin de cette histoire, dont le personnage principal était joué par Lothaire Bluteau, lorsque celui qui jouait le rôle de Jésus dans la mise en scène qui en était faite... Je pense que c'était le chemin de la Croix qu'on mettait en scène sur le mont Royal lorsque, donc, Lothaire Bluteau périt des suites d'un malheureux accident. La conclusion de l'histoire, c'est le don de tous ses organes, en fait, non seulement alentour, c'est-à-dire au Québec, mais je pense qu'il y a un de ses organes qui est même parti à l'extérieur du Québec pour sauver des vies.
Autrement dit, il y a quelque chose dans notre propre culture qui a marqué, en tout cas, notre imagination, qui témoigne de la sensibilité des Québécois puis de l'intérêt que porte... Quand on fait des sondages auprès de l'opinion publique, une grande majorité des Québécois sont favorables à ça.
Malheureusement, on oublie parfois de signer. Trop de gens encore ont oublié de signer leurs cartes. C'est important de le faire. Je rappelle aussi qu'il y a la banque hématologique d'Héma-Québec pour les dons de moelle osseuse pour les gens qui ont besoin de transfusions pour des lignées rares, transfusions sanguines, et aussi des dons, donc, de moelle osseuse, de greffe de moelle osseuse.
Donc, que ça soit pour les tissus, que ça soit pour les organes, nous avons un devoir collectif à faire, et j'insiste que le message doit être entendu partout au Québec, en attendant peut-être une législation - je sais qu'on n'est pas d'accords sur les moyens qui soient plus efficaces pour obtenir le consentement de tout le monde -  mais qu'on aille le faire de notre propre initiative. Merci, tout le monde.

La Modératrice: Merci. Donc, avant de passer à la période de questions, je vais inviter les quatre porte-parole à faire leurs signatures symboliques du consentement.

Des voix : ...

La Modératrice: Je vais maintenant inviter les partenaires à venir signer.

Des voix : ...

La Modératrice: Est-ce qu'il y a des... Alors, nous allons passer à la période de questions des médias. Est-ce qu'il y a des questions?

M. Hébert: In this special day, we invite all the Quebeckers to sign their consent on their health insurance card or on the special registry put forward by the Régie de l'assurance maladie du Québec and also to register their consent via a mandate or the legacy at the Chambre des notaires du Québec. It's important to also inform all the family of this decision in order to facilitate the donation of the organs and tissues when there is a sudden death. Thank you.

Une voix: ...

M. Hébert: With one dead people, we can save eight lives and also improve the quality of life of at least 10 to 15 people. So, it's very important to sign this consent in order to help those people to survive or to improve their quality of life. Thank you.

La Modératrice: Pas d'autres questions? Donc, merci beaucoup. Nous allons maintenant clore la conférence de presse.

(Fin à 15 h 39)