Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Amir Khadir, député de Mercier

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Amir Khadir, député de Mercier

Version finale

Le mercredi 22 février 2017, 11 h 23

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Onze heures vingt-trois minutes)

M. Khadir : Bonjour. Je voudrais simplement mentionner que nous saluons la décision du ministre Leitão. Nous reconnaissons là la force de nos aînés et la qualité du travail qui a été fait par l'opposition, c'est-à-dire mes collègues de la CAQ, et du PQ, et moi-même, hier, avec les quatre groupes représentant les aînés au Québec, notamment la FADOQ. C'est une bonne chose que le ministre ait décidé de revenir sur sa décision annoncée dans le budget 2015 et qui affectait cette année, et donc d'effacer les conséquences et les mesures qui faisaient en sorte que le crédit d'impôt de 500 $ aurait échappé à plusieurs dizaines de milliers de nos aînés parmi les plus vulnérables, les moins fortunés, avec les moindres revenus. Merci de votre attention.

M. Dion (Mathieu) : Est-ce que, comme l'explique M. Leitão, c'est parce qu'il a mal expliqué ce que c'était, finalement, qu'il en venait à un recul comme celui-là?

M. Khadir : Laissons à M. Leitão la possibilité d'une sortie, disons, honorable. Je laisse cette interprétation à lui-même. Mais, comme nous l'avons répété, tout le monde, hier, c'était une erreur qu'il fallait corriger. Cette erreur est corrigée. En démocratie, ce serait bien que les gouvernements démocratiques répondent davantage aux critiques constructives qui viennent de la part de la société et de l'opposition. Malheureusement, ça nous fait grandement défaut sur bien des sujets. J'invite, par exemple, mon collègue médecin et ministre de la Santé à être un peu plus à l'écoute, quoique, lui aussi a dû corriger le tir sur les frais accessoires, mais au prix d'une lutte acharnée de la part de groupes populaires, de la part d'avocats défendant les patients et après des questions répétées de notre part.

M. Hicks (Ryan) : Just on the seniors tax credit, does this show, to you, that the Couillard Government is out of touch?

M. Khadir : Evidently. You know, Mr. Leitão is a banker. I'm a physician, a specialist. He became a minister, I became a deputy. We have high salaries. Nor him, nor me, we don't know the reality of half of the elderly who live with less than $20,000 a year. And, unfortunately, Mr. Leitão and his Minister decided to cut a credit that represents almost six to eight weeks of, you know, grocery. So, I'm out of touch, he's out of touch. But he takes decisions without consulting, without listening, which has impact on elderly, and that is really wrong. And I'm glad that, at last, after one week, he has heard.

Le Modérateur : Merci, tout le monde.

(Fin à 11 h 26)

Participants


Document(s) associé(s)