Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, et ministre responsable de la région des Laurentides, et M. Yves St-Denis, député d’Argenteuil

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, et ministre responsable de la région des Laurentides, et M. Yves St-Denis, député d’Argenteuil

Version finale

Le mercredi 17 mai 2017, 13 h 45

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Quatorze heures quarante-quatre minutes)

Mme St-Pierre : Alors, bonjour à vous tous et à vous toutes. Je suis accompagnée de mon collègue Yves St-Denis qui est député d'Argenteuil. Je suis ministre responsable des Basses-Laurentides.

Nous venons d'avoir une interpellation avec l'opposition officielle, la première opposition, et également la deuxième opposition, sur la situation dans les Basses-Laurentides. Je tiens à dire que nous sommes très actifs dans la région. Plusieurs dossiers sont vraiment actifs, ont débloqué. Parlons... dans le domaine de l'éducation, nous avons fait plusieurs annonces dans le domaine de l'éducation, notamment dans le maintien des infrastructures. Nous avons aussi annoncé des agrandissements d'écoles. Nous avons également fait des annonces au cégep de Saint-Jérôme, l'université également.

Dans le domaine de la santé aussi, des investissements nouveaux ont été faits, de l'argent neuf arrive dans la région. Pour ce qui est aussi du volet économique, je pense que l'économie est au coeur du développement d'une région, au coeur du développement du Québec également. Le taux de chômage est plus bas qu'il ne l'était l'année dernière, donc le taux de chômage a baissé. Les investissements en économie sont importants. Ne pensons qu'à la CSeries de Bombardier, également Bell Helicopter qui a amené une chaîne de montage de la Louisiane dans la région de Mirabel. Aussi, pas plus tard qu'hier, nous avons annoncé 15 millions de dollars à la compagnie Nova Bus, donc beaucoup, beaucoup d'activité économique dans la région.

Maintenant, nous sommes conscients des enjeux. Il y a une population qui grandit de façon importante. On peut parler même d'un boom démographique. Alors, ça crée des enjeux sur le plan des routes, sur le plan évidemment des infrastructures routières. Alors, nous sommes très conscients de ces enjeux. Nous allons, bien sûr, les analyser très en profondeur et nous allons agir dans le bien de la population, mais toujours en maintenant nos équilibres budgétaires. Notre engagement pour le Québec a été de maintenir l'équilibre budgétaire, de l'atteindre et de le maintenir, l'équilibre budgétaire, mais nous allons bien sûr être très, très actifs pour faire en sorte qu'on puisse répondre aux besoins de la population.

Alors, mon cher collègue, je te laisse la parole pour parler de ton point de vue concernant la santé.

M. St-Denis : Bien, dans mon coin, bien, moi, je pense que... bien, on a eu une démonstration, là, d'un parti d'opposition qui veut faire des clips politiques, de la redondance. On est là, on est présents.

Moi, je voulais parler principalement de l'ajout des médecins de famille dans la région des Laurentides. Je pense que c'est exceptionnel, ce qu'on a eu comme annonce. 24 nouveaux médecins, quatre dans Argenteuil, mais 20 dans le reste des Laurentides, c'est exceptionnel. Donc, que ce soit ça, que ce soit au niveau des infrastructures routières, que ce soit au niveau du développement d'Internet haute vitesse, on le sait, on a remis des programmes en place que le PQ avait abandonnés. Alors, moi, je suis fier des réalisations de notre gouvernement.

Mme St-Pierre : Et, en terminant, on veut lancer un coup de chapeau à toute la population des Laurentides qui a été touchée par les inondations. Nous avons été sur le terrain, le premier ministre également a été sur le terrain. Nous avons vu une population qui s'est serré les coudes, des élus municipaux qui ont travaillé très, très fort jour et nuit, des gens qui ont travaillé, des pompiers. Tout le monde a travaillé très, très fort, des bénévoles qui ont fait des sacs de sable, même les députés qui en ont fait également et tout ça sans partisanerie. Alors, on a travaillé main dans la main avec les députés de la région et nous allons continuer de le faire. Nous allons continuer d'être très, très présents pour faire en sorte qu'on puisse sortir de cette situation très difficile. Merci également aux Forces armées canadiennes qui ont été vraiment, vraiment d'un grand, grand secours pour notamment protéger les infrastructures en eau potable. Leur travail a été essentiel dans la région.

Alors, moi, ça se termine, le point de presse que je voulais faire et de dire, en terminant, qu'une interpellation, bien sûr, c'est important pour faire le point sur les dossiers, mais lorsque les gens du Parti québécois nous envoient de mauvaises notes, je peux dire que, lorsqu'ils me rencontrent, ils sont toujours très... alors, ce qu'ils disent devant les caméras, ce n'est vraiment pas la même chose qu'ils disent quand ils sont en ma présence. Les commentaires sont toujours très, très positifs, et je reçois même des félicitations des députés de l'opposition concernant les dossiers et l'avancement des dossiers. Alors, merci beaucoup.

M. Croteau (Martin) : Bonjour. J'ai une question sur un autre sujet, si vous me permettez. Qu'avez-vous pensé de la sortie de M. Khadir, là, qui souhaite que le gouvernement aborde la question des négociations de paix lors de son voyage en Israël?

Mme St-Pierre : Bien, le premier ministre, tout d'abord, fait une mission en Israël et il va également aller en Cisjordanie, qui est une mission... qui est une première pour un premier ministre du Québec, de se rendre, avec des gens d'affaires, pour aller parler affaires, parler prospérité du Québec, faire avancer et faire progresser le Québec.

Donc, je pense que M. Khadir essaie de faire dévier la mission du premier ministre. Des motions concernant la situation là-bas, nous en avons déjà adopté à l'Assemblée nationale. Ce que nous prônons, ce dont nous avons toujours fait la promotion, c'est qu'il y ait un règlement de la situation négocié dans le respect des populations là-bas.

M. Croteau (Martin) : Ce que vous dites, c'est que ce n'est peut-être pas le théâtre idéal pour faire ce genre de représentation, une mission économique comme ça?

Mme St-Pierre : Une mission économique avec des gens d'affaires pour aller faire progresser les dossiers du Québec, je pense que c'est l'objectif de la mission du premier ministre. Maintenant, il aura des rencontres, il aura des discussions bilatérales, et le premier ministre est à la tête d'une mission qui est une mission qui est une première de la part d'un premier ministre du Québec, et je pense que c'est cela qu'il faut saluer.

M. Croteau (Martin) : Est-ce que ça dit quelque chose sur la délicatesse d'une telle mission diplomatique, considérant la sensibilité qu'ont certaines personnes au conflit israélo-palestinien, là, d'un côté comme de l'autre? À quel point est-ce que le premier ministre doit naviguer..

Mme St-Pierre : C'est pour ça que le Québec a toujours joué la neutralité dans ce dossier-là. On a toujours été très neutres, c'est-à-dire, dans les motions qui ont été adoptées à l'Assemblée nationale, c'est de dire à quel point le Québec prône une solution négociée et prône la paix dans cette région. C'est la façon dont nous avons toujours agi, sur le plan politique, sur cette question-là, et c'est le discours que nous allons tenir. Merci.

(Fin à 14 h 51)

Participants


Document(s) associé(s)