Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Joël Arseneau, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de santé, M. Martin Ouellet, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de finances, Mme Méganne Perry Mélançon, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie, et M. Sylvain Roy, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière d’enseignement supérieur

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Joël Arseneau, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de santé, M. Martin Ouellet, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de finances, Mme Méganne Perry Mélançon, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie, et M. Sylvain Roy, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière d’enseignement supérieur

Version finale

Le jeudi 20 février 2020, 9 h 20

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Neuf heures vingt et une minutes)

Le Modérateur : Donc, bonjour, bienvenue à ce point de presse sur les indemnités de déplacement. Vont s'adresser à vous aujourd'hui, M. Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine, Mme Véronique Martinet, qui nous vient des Îles-de-la-Madeleine également, Mme Hélène Chouinard, qui arrive de Sept-Îles, Mme Chantal Renault, qui elle aussi arrive des Îles-de-la-Madeleine, ensuite Mme Perry Mélançon, députée de Gaspé, M. Ouellet, député de René-Lévesque, et M. Roy, député de Bonaventure. M. Arseneau.

M. Arseneau : Bonjour, tout le monde. Premièrement, j'aimerais remercier les gens, les personnes qui nous accompagnent, qui ont dû laisser leurs proches à l'hôpital pour venir vous parler ce matin. Je remercie également mes collègues députés de l'Assemblée nationale qui sont présents. J'en profite pour saluer Lorraine Richard, qui est maintenant retenue à Montréal à la commission Laurent et qui serait certainement avec nous pour appuyer la demande que l'on fait aujourd'hui au gouvernement.

Alors, les personnes qui nous accompagnent sont originaires des régions du Québec. On a nommé ces régions, c'est la Côte-Nord, c'est les Îles-de-la-Madeleine, c'est la Gaspésie, il y a des gens également de l'Abitibi qui sont aux prises avec une situation similaire. On souhaite que les allocations de déplacement pour recevoir des soins dans les grands centres ou pour accompagner des proches qui sont malades soient bonifiées. Ils ont donc accepté de venir ici pour témoigner de leur réalité.

Comme on le sait, le ministère de la Santé doit faire des choix, et parmi ces choix, c'est d'offrir une gamme limitée de soins spécialisés ou surspécialisés dans les régions du Québec. Donc, plusieurs familles, de nombreuses familles doivent se déplacer, des patients, des accompagnateurs, au jour le jour, pour obtenir des soins de santé dans les grands centres, à Québec en particulier, mais également à Montréal, parfois à Rimouski.

Par contre, pour pallier cette absence de services en région, il faut indemniser les gens correctement à la hauteur des dépenses réellement encourues, que ce soit pour les déplacements, pour les frais d'hébergement et également pour les frais de repas. Or, à l'heure actuelle, on voit que ces frais qui sont déboursés, ces indemnités sont absolument dérisoires, ils ne couvrent pas, loin s'en faut, la totalité des dépenses encourues par les patients qui doivent payer de leur poche leurs soins de santé, ou d'hébergement, ou de transport.

Je vous donne ici un exemple. Quand on parle du kilométrage qui doit être parcouru par des gens de la Gaspésie, de la Côte-Nord, on parle d'une indemnité de 0,13 $ du kilomètre qui est défrayée, alors que pour les infirmières on parle de 0,44 $ du kilomètre, pour les fonctionnaires 0,47 $, et pour les médecins 0,86 $. Je pense que les chiffres parlent d'eux-mêmes. On doit revoir ces barèmes d'indemnisation. Exactement la même chose quand il est question, par exemple, des repas : on défraie 12,75 $ par jour pour les patients ou leurs accompagnateurs, alors que, dans la fonction publique en général, les sommes sont évaluées, pour les indemnisations, à 46,25 $ par jour.

Alors, ces sommes-là sont aussi versées par les CISSS, donc par les institutions régionales, ce qui est assez particulier parce qu'on fait porter le poids sur les institutions des régions qui n'ont pas eu, dans leurs paniers de services, la capacité de soigner les gens, et c'est eux qui doivent payer pour les patients, pour aller se faire soigner dans les grands centres, et ça grève de façon importante leurs budgets. Alors, ce qu'on demande, c'est que le gouvernement puisse rapatrier ces fonds-là au sein d'un budget global pour l'ensemble du Québec parce que ça crée des iniquités, les règles ne sont pas nécessairement appliquées de la même façon dans chacune des institutions. C'est une question, donc, d'équité. Les allocations doivent être bonifiées et bonifiées dès maintenant. On est en période prébudgétaire et on souhaite que le gouvernement agisse.

En plus de créer des iniquités entre les centres et les régions, créer essentiellement deux catégories de citoyens au Québec, lorsqu'il est question d'obtenir des soins de santé, c'est très grave. Et ces indemnités-là et ces frais supplémentaires à payer, ce n'est qu'une partie, évidemment, des problèmes qui sont vécus par ces gens qui vivent bien souvent des situations extrêmement anxiogènes, des situations de stress, des situations de maladies qui touchent au plus profond d'eux-mêmes des gens de leurs familles, les gens de leurs entourages. Ils doivent sacrifier, bien souvent, une partie de la famille, à la maison, pour se déplacer, bien souvent, puiser dans leurs fonds de retraite, et également sacrifier des vacances, et se priver de revenus pour venir se faire soigner ou encore pour accompagner un proche. Et il y a même des gens qui refusent de se faire soigner pour des raisons financières. C'est comme ça que c'est rendu au Québec en 2020.

Or, pour illustrer la situation vécue par des milliers de personnes au Québec, j'aimerais donner la parole à Mme Martinet, qui va illustrer, à sa façon, ce que ça veut dire de venir se faire soigner au Québec, à Québec, lorsqu'on vient d'une région. Et les autres pourront prendre la parole par la suite.

Le Modérateur : Mme Martinet.

Mme Martinet (Véronique) : Bonjour. Je me considère chanceuse, premièrement, d'avoir un revenu qui me permet d'accompagner mes parents comme troisième accompagnatrice. Toute la totalité de mes frais, c'est moi-même qui les assume parce que mon père est le premier accompagnateur de ma mère, qui doit venir à Québec, en néphrologie, plusieurs fois par année.

Dans les trois dernières années, ils ont eu au-dessus de 20 voyages, toujours dans l'espoir d'être ici un ou deux jours, mais, une seule fois, la durée du voyage a duré neuf mois. Pour le premier accompagnateur, donc — ce n'est toujours pas ma situation — pour mon père, il y a un per diem de 75 $ par jour. On arrive à l'aéroport, le tarif pour se rendre jusqu'à l'Hôtel-Dieu est de 35 $. Donc, il reste 40 $ à cette personne-là pour loger et se nourrir pour une journée.

C'est des situations qui se passent trop souvent pour les gens des Îles-de-la-Madeleine ou d'autres régions éloignées. Et on ne sait pas, quand on part des Îles-de-la-Madeleine, si ça va être pour une petite, ou une moyenne, ou une longue durée.

Mes parents se sont fait dire, lors du séjour de neuf mois, à plusieurs reprises, qu'ils devaient vendre leur propriété aux Îles-de-la-Madeleine, s'acheter une maison à Québec. On a beau dire, mais, d'une région à l'autre, les frais sont extrêmement différents. Et se déraciner des gens, quitter, moi et ma soeur, pour une période de neuf mois, ça a été extrêmement difficile pour eux. Donc, j'ai dû à plusieurs reprises, moi, venir accompagner pour le support psychologique de ces gens-là.

Ma soeur aussi a vécu une situation complètement abominable. Elle a accouché aux Îles-de-la-Madeleine d'un garçon, il y a eu des complications à l'accouchement, ça a été très difficile. L'enfant a dû être envoyé sur le jet, à Québec, pour lui sauver la vie, carrément. À ce moment-là, elle avait eu elle-même des complications durant l'accouchement et elle avait dû être hospitalisée aux Îles-de-la-Madeleine. Donc, l'accompagnateur du bébé était son père. Quand elle s'est sentie mieux quelques jours après, toujours en allaitant, en gardant son lait pour le bébé, elle a dû payer elle-même 900 $ pour un billet d'avion pour venir accompagner son propre enfant, qui était hospitalisé entre la vie et la mort, et avoir elle aussi 75 $ de per diem pour l'accompagner pendant une durée de quatre mois.

Donc, c'est sûr que certaines familles n'ont pas ma chance et doivent s'endetter de plusieurs milliers de dollars pour pouvoir tout simplement avoir accès aux services que les grands centres ont accès. C'était mon message aujourd'hui.

Le Modérateur : Merci beaucoup. Mme Renault.

Une voix : ...

Le Modérateur : Ah! Mme Chouinard, vous pouvez y aller.

Mme Chouinard (Hélène) : Oui. Bonjour. Moi, je viens de Sept-Îles. Je viens, depuis cinq ans, pour mon conjoint aussi en néphrologie. Là, depuis à peu près six mois, on a su qu'ils pouvaient nous payer un peu l'avion, des choses comme ça. Mais on les a payé de notre propre poche, ils nous donnaient à peu près... qu'on soit ici une journée ou une semaine, c'était 200 $ pour mon conjoint, nourriture, logis et tout, et 36 $ pour l'accompagnatrice. C'est vraiment minime. Heureusement qu'on... Je demandais tout le temps : Quelqu'un qui n'a pas d'argent, que c'est qu'il fait? Bien, il ne se fait pas soigner, madame.

Je m'excuse, mais je trouve que... Ce n'est pas juste pour moi. Je pense à tous les gens... Puis, à l'hôtellerie où on demeure présentement, il y a énormément de gens, c'est au moins une trentaine de personnes qui viennent de l'extérieur, des îles, de la Gaspésie, de la Côte-Nord, ça vient de partout, Saguenay—Lac-Saint-Jean aussi. Donc, c'est juste d'être... On trouve ça inéquitable parce qu'en fin de compte tout le monde paie leurs taxes pareil, donc pourquoi que nous, on doit payer en surplus un soin?

Puis c'est de la compréhension, là. Je veux dire, quand on a un rendez-vous puis il dit : Venez-vous-en à Québec... Prenez la 138 sur la Côte-Nord, vous allez comprendre que vous ne pouvez pas faire ça dans une journée. O.K.? Vous faites ça dans une journée, mais vous avez un rendez-vous, c'est trois jours : une journée pour aller, venir à Québec, une journée pour retourner à Sept-Îles. Donc, c'est trois jours. Bien, ces frais-là, là, je veux dire, on les paie de notre poche.

Puis les cas sont flagrants. Puis le cas qu'il disait de... pourquoi vous ne déménagez pas à Sept-Îles... à Québec?, c'est-à-dire, bien, c'est la même chose. Je veux dire, tu es déjà... Mon conjoint, moi, il est malade, donc c'est moi qui m'occupe, puis je suis quand même en forme, là. Mais, je veux dire, on vieillit. Donc, les gens qui n'ont pas personne, ils ne se font pas soigner. Ça fait que... Puis pourquoi que les régions se vident? C'en est une, raison. La plupart des gens quittent les régions pour des soins. Des choses comme ça, c'est inadmissible. Tu sais, je veux dire, je trouve ça... Il me semble qu'on devrait faire quelque chose. Je ne sais pas s'il y a autre chose qu'il veut... Madame...

Le Modérateur : Merci beaucoup, Mme Chouinard.

Mme Renault (Chantal) : Bonjour. Mme Renault, des Îles-de-la-Madeleine. Moi, c'est plutôt sur le côté humain de la chose. Moi, je viens d'arriver, c'est ma première fois. Mon mari a eu une hospitalisation, une opération qui devait durer cinq heures. Elle a duré 10. On devait être quatre jours; on est sur notre 10e journée. Ça n'a pas été comme on voulait. Déjà, en partant, on s'en allait dans l'inconnu. Déjà, le stress de savoir où on va, comment ça va se passer, notre famille n'est pas là, ce n'est pas facile. C'est des choses dures à vivre.

Et je pense aussi à un petit garçon des Îles-de-la-Madeleine, il a six ans. On pense à lui, on ne le connaît pas intimement, mais on pense à lui à tous les jours. Ce petit gars là était à Québec, il a une maladie grave, ses traitements se font à Philadelphie. Ce n'est pas normal qu'une communauté au complet doive se serrer les coudes... on se les serre, là, en paroles et en pensées, mais financièrement pour envoyer cet enfant-là prendre des traitements à Philadelphie. C'est inhumain. Il faut que son père, sa mère soient là, c'est un enfant. Ça fait que toute la famille déménage. Puis qu'on s'endette aussi. Il y a un monsieur qu'on connaît bien qui s'endette de 50 000 $, obligé de vendre sa propriété pour venir se faire soigner.

Une autre situation aussi. Une madame de Havre-Saint-Pierre, un traitement à avoir à Québec, un tapis roulant, tout simplement, puis elle voit son cardiologue, son cardiologue lui dit : Oh! madame, on vous envoie à Québec. Elle vient à Québec, ils règlent le problème, mais là, demain, ils la renvoient à Sept-Îles. Parce que, là, j'ai oublié de vous dire, le tapis roulant, il se trouve à Sept-Îles, là. On la déménage de Havre-Saint-Pierre à Sept-Îles, Sept-Îles—Québec, mais on la renvoie à Québec, on ne la renvoie pas à Havre-Saint-Pierre. Il y a quelque chose quelque part qui ne marche pas, là, dans la fonctionnalité de ça, là, tu sais?

Ça fait qu'on veut que les choses bougent et on veut aussi que la bureaucratie soit plus légère, plus... C'est pour ça qu'au niveau national ça serait plus facile. Ça fait que je vous remercie de notre écoute. Puis ne pensez pas juste aux coûts, pensez à l'humain aussi, qu'ils dérégionalisent nos belles provinces. Bye bye! Merci.

Le Modérateur : Parfait, merci beaucoup. M. Ouellet.

M. Ouellet : Bien, de mon côté, Baie-Comeau, la grande région de la Manicouagan a aussi ce genre d'usager qui doit se rendre du côté de Québec et s'endetter. Moi, c'est Cindy,  Cindy McCarthy, que je connais, c'est une maman fan de hockey que je rencontre à toutes les fins de semaine parce que nos enfants jouent ensemble au hockey. Cindy doit se rendre plusieurs fois du côté de Chicoutimi parce qu'elle a des problèmes respiratoires. Et, lorsqu'on fait le calcul du temps passé et du coût, ça lui coûte environ 300 $ à 350 $ pour chaque visite, et le CISSS ne rembourse que 128 $.

Cindy est la maman de quatre enfants, donc, lorsqu'elle doit s'absenter, il y a des frais de gardiennage, elle doit s'absenter pour le travail. Donc, vous avez rapidement compris que Cindy doit s'endetter pour obtenir des soins, pour pouvoir encore continuer à s'occuper de ses enfants. L'histoire de Cindy, c'est aussi l'histoire de son père qui doit l'accompagner. Les dames ont parlé tout à l'heure des accompagnateurs qui sont avec les gens. Encore une fois, ces indemnités-là ne sont pas suffisantes.

Donc, pour les gens de ma population, pour les gens de la Côte-Nord, et je vais parler aussi pour Lorraine, ce qu'on veut, ce n'est pas qu'on ait des soins spécialisés partout en région, mais, lorsque ces soins-là sont requis pour le bénéfice et pour la santé de nos citoyens, il faut cesser cette iniquité, il faut que ces gens-là puissent obtenir des soins et qu'ils arrêtent de s'endetter.  

Donc, Mme la ministre, ces femmes, aujourd'hui, et les gens... les témoignages qu'on va vous rapporter, c'est des histoires de coeur, c'est des histoires de vie. Et c'est ce qu'on demande, à votre prochain budget, d'avoir du coeur pour ces personnes-là. Question d'équité. Merci.

Le Modérateur : Merci. Mme Perry Mélançon.

Mme Perry Mélançon : Oui. Donc, à mon tour de faire témoignage un peu de cas qu'on a en circonscription. Vous savez, les gens qui viennent à nos portes, dans nos bureaux de comté, c'est souvent des gens qui sont en grande détresse, hein? C'est le dernier recours, le bureau du député. Donc, on a des cas comme ça qui se multiplient dans chacune de nos régions. Alors, c'est important pour nous, c'est un moment important, ce matin, de prendre la parole sur cet enjeu-là et de sensibiliser le gouvernement, qui se dit à l'écoute des régions, qui a même adopté une motion sur la Gaspésie et les Îles, je le rappelle.

Et, bien, j'ai un cas ici... bien, en fait, la présidente du Club des 50 ans et plus de Sainte-Anne-des-Monts, Huguette Blanchard, qui fait un témoignage. Justement, elle a fait la bataille depuis longtemps, là, de nombreuses pétitions, et il n'y a rien qui bouge. Alors, elle fait référence au fait que notre population, elle est vieillissante, alors les besoins vont aller en augmentant encore. Et c'est autant les examens, les traitements, les opérations, bref, c'est des déplacements vraiment réguliers, là, des gens qui, en plus de souffrir de maladie, ils doivent se taper la route, là, dans des conditions extrêmement difficiles. Et puis l'hiver, donc, on sait ce que ça engendre, là, d'avoir à se déplacer beaucoup.

Et je dois vous dire aussi qu'il y a toute la question du 200 kilomètres, du premier 200 kilomètres qui n'est pas couvert, qu'il n'y a pas de remboursement pour les premiers 200 kilomètres. Alors, moi, à Saint-Anne-des-Monts, justement, c'est des gens qui n'ont aucun remboursement pour leurs frais de déplacement parce qu'ils se trouvent à un peu moins de 200 kilomètres pour avoir des soins de santé à Rimouski. Alors, ça, c'est à prendre en compte aussi, là, quand il y aura une révision.

Ce qu'on demande aujourd'hui, là, c'est une bonification... bien, qu'on révise tout de suite toutes ces spécificités-là qui... Dans chacune des régions, on a des réalités différentes, alors il faut que ce soit pris en compte dans la révision de ce programme-là.

Alors, je vais céder la parole à mon collègue, qui a également des cas. Mais c'est vraiment ce qu'on demande aujourd'hui, c'est qu'il y ait une bonification mais aussi une consultation de manière large quand on va s'attaquer à la bonification du programme. Merci.

Le Modérateur : Merci beaucoup. M. Roy.

M. Roy : Écoutez, je remercie les dames d'être venues témoigner. C'est très important. Au Québec, on a un pacte fiscal, hein? On donne la moitié de notre argent en impôts. Et la moitié de notre impôt va pour le système de soins. Donc, collectivement, nous adhérons au principe qu'on donne de l'argent à l'État pour que nous ayons des services. Par contre, quand tu restes dans une région, tu es obligé de fouiller dans tes poches et d'en rajouter, c'est-à-dire de t'appauvrir pour avoir accès aux soins de santé à l'extérieur de ta région.

Bon, je ne rentrerai pas dans mon expérience personnelle. Moi, je l'ai vécu, j'ai rencontré des gens qui ne l'ont pas trouvé drôle, mais, quand tu as les moyens, tu es obligé d'avaler ta pilule, payer de tes poches pour aller chercher des soins à l'extérieur. Mais, quand tu n'as pas les moyens... Nous, on a des histoires d'horreur de gens qui ne vont pas chercher de soins à l'extérieur parce qu'ils n'ont pas d'argent pour payer l'autobus, pour payer le déplacement, pour se payer quoi que ce soit, et, écoutez, agonisent dans l'anonymat. Et ça, c'est inéquitable.

Donc, on demande au gouvernement de prendre ses responsabilités, de respecter les gens des régions pour qu'ils aient accès à des soins de manière équitable sur tout le territoire. Je sais que le CISSS de la Gaspésie a envoyé une demande de révision des per diem de déplacements et que la ministre a confirmé que c'est en étude depuis le mois de janvier. On trouve ça extrêmement lent. Et que le gouvernement prenne ses responsabilités et respecte les gens des régions au même titre qu'il respecte les gens des villes qui ont accès à des soins l'autre bord de la rue. Merci beaucoup.

Le Modérateur : Merci beaucoup. On va prendre... Il y a des questions sur un autre sujet, donc je vais libérer nos invités, je vais garder seulement les élus derrière le lutrin. Donc, vous pouvez...

M. Gagnon (Marc-André) : Bonjour, Marc-André Gagnon, Journal de Québec. Petite question... bien, surtout pour les élus de la Gaspésie, en fait, et des Îles-de-la-Madeleine. Vous avez certainement lu l'article, ce matin, concernant votre ministre régionale, Marie-Eve Proulx. Êtes-vous troublés de ce que vous avez appris?

Mme Perry Mélançon : Troublés? Bien, c'est sûr que, quand on apprend un roulement de personnel comme ça, c'est... Il y a beaucoup de questions qui viennent avec ça. Mais je pense que... sans parler nécessairement du climat de travail, dont je n'ai pas l'information, là, bon, je l'ai appris comme vous ce matin, mais c'est certain que la charge de travail d'une ministre qui est responsable de trois régions, ce qu'on déplore depuis plusieurs mois, depuis la nomination de cette ministre-là, pour nous, c'est inacceptable. Trois régions, bien, ça vient avec un poids, avec un volume de demandes qui est extrêmement difficile à gérer. Alors c'est sûr que, pour moi, s'il y a un conflit ou s'il y a un climat de travail tendu, bien, c'est aussi parce qu'il y a une charge de travail qui est trop élevée.

M. Gagnon (Marc-André) : Donc, vous demandez toujours à ce que la Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine aient une ministre qui soit entièrement dédiée, là, à votre région, c'est ça?

Mme Perry Mélançon : Bien, on profite de l'occasion, je pense, ce matin, pour réitérer notre demande d'avoir un ministre vraiment dédié uniquement à la région de la Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine. Je pense que c'est ça que les gens doivent retenir. C'est qu'au même titre que toutes les autres régions la Gasépésie et les Îles ont leurs besoins, ont de grands besoins et doivent être écoutées et entendues. Et là, en ce moment, moi, j'ai des dossiers qui ne cheminent pas du tout, du côté de la ministre régionale, et, bien, ça a été entendu dans d'autres régions également. Alors, effectivement, moi, je réitère cette demande-là ce matin.

M. Arseneau : Oui, mais, en fait, je vais juste ajouter le fait que c'est une question de reconnaissance, de respect. Et on a déjà obtenu, de la part de l'ensemble des députés de l'Assemblée nationale, une reconnaissance des particularités de la Gaspésie et des Îles. Pourquoi le gouvernement, pourquoi le premier ministre ne reconnaît-il pas qu'un ministre dédié strictement à la région... comme ça se fait pour les autres régions du Québec? C'est une question de respect, respect des réalités, respect de la population également. Et ce serait beaucoup plus efficace en termes de rendement et de travail, d'efficacité.

M. Gagnon (Marc-André) : Et chacun, de votre côté, est-ce qu'il y a des élus, localement, des élus municipaux, et tout ça, qui se sont plaints de son manque de disponibilité ou de son comportement?

Mme Perry Mélançon : Oui. Pas publiquement, mais oui, je l'ai entendu beaucoup sur le terrain, et puis élus municipaux, oui, mais également des intervenants, là. Moi, je peux vous parler d'un dossier, dossier du club de Fort-Prével, en fait, là, que... J'ai eu une rencontre avec la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, et la ministre régionale, Marie-Ève Proulx, et ça fait plus d'un an, cette rencontre-là, et on attend toujours des nouvelles. Et c'est un site historique et touristique, en Gaspésie, qui risque de fermer rapidement.

Alors, des dossiers comme ça, j'en ai plusieurs. Donc, c'est tous ces intervenants-là qui l'ont déjà interpellée sur des dossiers qui sont toujours en attente. Parce qu'on a sur le terrain, en Gaspésie—Les Îles, une employée, une ressource pour toute la région, qui travaille quatre jours-semaine à partir de chez elle. Donc, pour moi, ce n'est pas suffisant pour qu'on puisse avoir réponse à toutes les questions dans le comté.

M. Arseneau : Moi aussi, je... Sans vouloir lancer la pierre à la ministre Proulx, la charge de travail pour la responsabilité des trois régions, c'est une chose. Elle est aussi responsable du développement régional de toutes les régions du Québec. Donc, visiblement, elle est débordée. Si, en plus, il y a des problèmes de gestion de personnel, ce n'est pas surprenant que des dossiers, comme celui que ma collègue vient de présenter n'avancent pas.

Et on aussi des dossiers qui sont fort importants chez nous, aux Îles-de-la-Madeleine, concernant par exemple la mise à niveau du réseau Internet, le câble sous-marin. On est en discussions avec le gouvernement depuis plus d'un an. Ce dossier-là n'aboutit pas. Même chose pour le dossier du navire, croisière, cargo, dont on attend encore des nouvelles, et visiblement la ministre n'est pas dans le coup. Il y a un ministre, M. Fitzgibbon, qui semble être interpelé. Mais on se demande un peu aussi quelle est la responsabilité qui a été confiée par le ministre Fitzgibbon à la ministre Proulx parce qu'on ne le sent pas à l'appui de la population, dans ces dossiers-là, peut-être par manque de temps, peut-être parce que son équipe, justement, est modifiée et n'est pas encore soudée. Mais ça a des conséquences réelles et concrètes, tout à fait.

Mme Perry Mélançon : Puis ça nous porte à se demander aussi, pour le gouvernement de la CAQ, à quoi sert une ministre responsable d'une région. C'est quoi, leur vision par rapport à ça? Parce que, pour le moment, les seules fois où je vois la ministre, par communiqué ou sur le terrain, bien, c'est pour annoncer des annonces d'argent d'autres ministères. Alors, j'ai l'impression que, pour le moment, on lui confie les annonces d'argent, et c'est à peu près le seul temps où j'entends parler de Mme Proulx.

M. Arseneau : Je vous remercie

Mme Perry Mélançon : Merci.

Le Modérateur : Merci beaucoup.

(Fin à 9 h 44)