Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Joseph-Édouard Cauchon

Recherche avancée dans la section Députés

Trouver un député

Joseph-Édouard Cauchon

(1816-1885)

 

Biographie

Né à Québec et baptisé dans la paroisse Notre-Dame, le 31 décembre 1816, fils de Joseph-Ange Cauchon, menuisier, et de Marguerite Valée (Vallée).

Étudia au Petit Séminaire de Québec de 1830 à 1839. Fit ensuite l'apprentissage du droit à Québec. Admis au Barreau en 1843, mais n'exerça pas sa profession.

Rédacteur en chef du Canadien en 1841 et en 1842. Cofondateur le 2 décembre 1842 et propriétaire jusqu'en 1862 du Journal de Québec, dont il fut aussi rédacteur de 1842 à 1875 (sauf de 1855 à 1857 et en 1861).

Élu député de Montmorency en 1844. Réélu sans opposition en 1848. Fit partie du Groupe canadien-français. Réélu en 1851; réformiste. Déclina, en 1851, l'invitation à devenir Secrétaire adjoint de la province dans le ministère Hincks-Morin, sans siège dans le cabinet. Réélu en 1854. Membre du ministère MacNab-Taché: conseiller exécutif et commissaire des Terres de la couronne, du 27 janvier 1855 au 23 mai 1856. À son entrée au cabinet, son siège de député était devenu vacant. Réélu à une élection partielle le 12 février 1855; bleu. Prit part, en qualité de conseiller exécutif et de commissaire des Terres de la couronne, au ministère Taché-Macdonald à compter du 24 mai 1856; démissionna le 30 avril 1857. Réélu en 1858; bleu. Entré dans le ministère Cartier-Macdonald le 13 juin 1861 en tant que conseiller exécutif et commissaire des Travaux publics, en fit partie jusqu'au 23 mai 1862. Réélu en 1861 sans opposition, et en 1863; bleu. Déclaré coupable de violation des privilèges de l'Assemblée, le 1er mars 1865, après avoir injurié Alexandre Dufresne et l'avoir frappé, dut s'excuser. Son mandat de député prit fin avec l'avènement de la Confédération, le 1er juillet 1867. Maire de Québec de 1866 à 1868.

Élu sans opposition député conservateur de Montmorency à l'Assemblée législative et à la Chambre des communes en 1867. Choisi, le 4 juillet 1867, pour former le premier gouvernement provincial sous le régime de la Confédération, dut y renoncer le 11, devant le refus de Christopher Dunkin d'accepter les fonctions de trésorier de la province. Démissionna de son siège de député à la Chambre des communes le 14 novembre 1867 à la suite de sa nomination comme sénateur de la division de Stadacona le 2 novembre 1867; appuya le Parti conservateur. Fut président du Sénat du 5 novembre 1867 au 6 mai 1869 et du 26 mai 1869 au 2 juin 1872. Démissionna de son poste de sénateur le 30 juin 1872. Réélu sans opposition député provincial de Montmorency en 1871; démissionna le 10 décembre 1872. Réélu sans opposition à une élection partielle le 23 décembre 1872. Conservateur. Élu député de Québec-Centre à la Chambre des communes en 1872; appuya le Parti libéral. À la suite de l'abolition du double mandat, quitta son siège à l'Assemblée législative le 21 janvier 1874. Réélu sans opposition à la Chambre des communes en 1874; libéral. Prêta serment comme membre du Conseil privé le 7 décembre 1875. Fit partie du cabinet Mackenzie: président du Conseil privé, du 7 décembre 1875 au 7 juin 1877, puis ministre du Revenu de l'intérieur du 8 juin au 7 octobre 1877. À son entrée au ministère, son siège de député était devenu vacant. Réélu à une élection partielle le 27 décembre 1875; libéral. Accepta le poste de lieutenant-gouverneur de la province du Manitoba le 4 octobre 1877; exerça cette fonction du 2 décembre 1877 au 1er décembre 1882.

Président de la Compagnie du chemin de fer de la Rive Nord de 1870 à 1873; administrateur de la Compagnie du chemin de fer Interocéanique du Canada en 1872 et en 1873. Propriétaire de l'asile de Beauport. Fit de la spéculation foncière à Québec et à Winnipeg.

Fut lieutenant-colonel du 9e bataillon des Voltigeurs. Président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec de 1873 à 1875. Auteur de Notions élémentaires de physique, avec planches à l'usage des maisons de l'éducation, publié à Québec en 1841; Étude sur l'union projetée des provinces britanniques de l'Amérique du Nord, publié à Québec en 1858, et L'union des provinces de l'Amérique britannique du Nord, publié à Québec en 1865.

Décédé à Whitewood, dans la vallée de la Qu'Appelle (en Saskatchewan), le 23 février 1885, à l'âge de 68 ans et 1 mois. Inhumé à Saint-Boniface (Manitoba), le 2 mars 1885.

Avait épousé dans la paroisse Saint-Roch, à Québec, le 10 juillet 1844, Julie Lemieux, fille de Charles Lemieux et de Julie Gagnon; puis, dans la paroisse Saint-Colomb, à Sillery, le 26 novembre 1866, Maria Louisa Nowlan (Nolan), fille de Martin Nowlan et de Bredgit Murphy; enfin, à Chicago, le 1er février 1880, Emma Lemoine, fille de Robert Lemoine, greffier du Sénat canadien.

Beau-frère de John O'Farrell et de John Roche.

Date de mise à jour de la biographie : Décembre 2011

Archives