Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Alexander Tilloch Galt

Recherche avancée dans la section Députés

Trouver un député

Alexander Tilloch Galt

(1817-1893)

 

Biographie

Né à Chelsea (Londres), le 6 septembre 1817, fils de John Galt, auteur, et d'Elizabeth Tilloch.

Vint au Canada avec sa famille en 1828. Entreprit des études classiques au Séminaire anglican de Chambly, mais, par suite du renvoi de son père par les administrateurs de la Canada Company, dut retourner en Grande-Bretagne en 1830.

Nommé commis aux écritures au bureau sherbrookois de la British American Land Company, quitta son pays en 1835; y fut rappelé en 1842. D'abord choisi comme responsable du bureau londonien de la compagnie, obtint le poste de secrétaire au Canada, où il revint en 1843, puis celui de commissaire; remplit cette dernière fonction pendant 12 ans. Investit, en 1845, dans la Fabrique de coton de Sherbrooke. Fut l'un des promoteurs, puis l'organisateur principal, avec Samuel Brooks et Edward Hale (Sherbrooke), de la Compagnie du chemin à lisses du Saint-Laurent et de l'Atlantique; élu administrateur en 1845 et président du conseil en 1849. Actionnaire de la Compagnie du chemin de fer de Montréal et Kingston, reconnue légalement en 1851, et de la société ferroviaire C.S. Gzowski and Company, de 1852 à 1858. Fit de la spéculation foncière. S'engagea dans les secteurs manufacturier et minier, ainsi que dans celui des banques, entre autres la Commercial Bank of Canada, dans le Haut-Canada, et la Banque des Townships de l'Est, à Sherbrooke.

Élu sans opposition député de Sherbrooke à une élection partielle le 17 avril 1849; indépendant, de tendance modérée; appuya le mouvement annexionniste. Démissionna le 10 janvier 1850. Élu sans opposition dans la Ville de Sherbrooke à une élection partielle le 8 mars 1853. Réélu en 1854. Indépendant, de tendance libérale; appuya d'abord les réformistes puis les rouges. Réélu en 1858; indépendant, puis passa du côté des libéraux-conservateurs le 2 août 1858, mais refusa l'offre de devenir premier ministre. Fit partie du ministère Cartier-Macdonald jusqu'au 23 mai 1862: conseiller exécutif à compter du 6 août 1858 et Inspecteur général à partir du 7 août 1858. À son entrée au cabinet, son siège de député était devenu vacant. Réélu à une élection partielle le 23 août 1858. Séjourna en Grande-Bretagne, d'octobre 1858 jusqu'au début de 1859, avec George-Étienne Cartier et John Ross, pour discuter avec Londres d'un projet de fédération des colonies de l'Amérique du Nord britannique. Réélu dans la Ville de Sherbrooke en 1861 et en 1863; de tendance conservatrice. Envoyé par le gouvernement canadien à Washington, en 1861, pour discuter notamment du traité de réciprocité. Membre des ministères Taché–Macdonald et Belleau–Macdonald: conseiller exécutif du 30 mars 1864 au 6 août 1865 et du 7 août 1865 au 1er juillet 1867; ministre des Finances du 30 mars 1864 au 6 août 1865 et du 7 août 1865 au 12 août 1866, date de sa démission à ce titre. À son entrée au Conseil, son siège de député était devenu vacant. Réélu à une élection partielle le 11 avril 1864. Prit part à la conférence de Charlottetown en septembre 1864 et à celle de Québec en octobre. Fut chargé, le 24 mars 1865, avec trois autres ministres, d'entreprendre des négociations avec Londres sur le projet de Confédération. Membre de la délégation canadienne à la conférence de Londres en décembre 1866. Son mandat de député prit fin avec l'avènement de la Confédération, le 1er juillet 1867. Élu sans opposition député conservateur de la Ville de Sherbrooke à la Chambre des communes en 1867, après avoir accepté le ministère des Finances dans le cabinet Macdonald; fut ministre du 1er juillet jusqu'à sa démission le 7 novembre 1867. Ne s'est pas représenté en 1872.

Représenta le Canada aux réunions d'une commission d'arbitrage sur les pêches, à Halifax, en 1877. Séjourna en Europe et en Grande-Bretagne en 1879. Haut-commissaire du Canada à Londres, fut en fonction du 11 mai 1880 au 1er juin 1883. Fit aussi des affaires dans l'Ouest canadien: fonda diverses compagnies, dont la North-Western Coal and Navigation Company Ltd., la Compagnie des chemins de fer et de houille d'Alberta, l'Alberta Irrigation Company.

Fut reçu en audience par la reine Victoria le 27 février 1867. Fait chevalier commandeur de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-George (sir), le 5 juillet 1869, et grand-croix du même ordre, le 25 mai 1878. Obtint un diplôme honorifique en droit de l'Université d'Édimbourg en 1883. Auteur de nombreux discours et d'analyses politiques, dont Canada: 1849 to 1859 (Londres et Québec, 1860), Church and State et Civil liberty in Lower Canada (Montréal, 1876), The relations of the colonies to the Empire, present and future [...] et The future of the Dominion of Canada (Londres, 1883).

Décédé à Montréal, le 19 septembre 1893, à l'âge de 76 ans. Après des obsèques célébrées à sa résidence, fut inhumé au cimetière du Mont-Royal, le 21 septembre 1893; l'acte de sépulture est conservé dans les registres de l'église méthodiste St. James.

Avait épousé dans l'église méthodiste St. James, à Montréal, le 9 février 1848, Elliott Torrance, fille de John Torrance, marchand, et d'Elizabeth Fisher; puis, [dans la même ville], en 1851, Amy Gordon Torrance, soeur de sa première épouse.

Date de mise à jour de la biographie : Mai 2009

Archives