Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Paul Gouin

Recherche avancée dans les fiches biographiques des députés

Pour savoir qui est votre député, saisissez votre code postal ou le nom de votre circonscription (comté). Pour accéder à la fiche biographique d’un député, saisissez le nom du député ou le nom de sa circonscription.

Veuillez saisir un mot clé avant d'effectuer la recherche.
Trouver un député selon les critères suivants : OU
 

Trouver un député selon les critères suivants :

OU

Ces critères ne peuvent être combinés avec le critère « Mots clés » de la recherche avancée.

Chercher par :

Veuillez saisir un mot clé ou sélectionner une session pour obtenir des résultats.

Paul Gouin

(1898-1976)

 

Biographie

Né à Montréal, dans la paroisse Saint-Jacques, le 20 mai 1898, fils de Lomer Gouin, avocat, et d'Éliza Mercier.

Fit ses études au Jardin de l'enfance à Montréal, au Séminaire de Québec, à l'Université Laval à Québec et à l'Université de Montréal. Admis au Barreau de la province de Québec le 30 août 1920. Fut lieutenant d'un régiment de chars d'assaut en Angleterre durant la Première Guerre mondiale.

Membre du cabinet des avocats Beaulieu et Gouin, puis du cabinet Cormier, Gouin et Demers. Président et directeur gérant de la maison d'édition Louis Carrier et cie ltée.

Fut l'un des fondateurs de l'Action libérale nationale, fondée le 6 juin 1934, qui s'allia par la suite avec les conservateurs de Maurice Duplessis. Cofondateur et directeur de l'hebdomadaire La Province de 1935 à 1938. Élu député de l'Action libérale nationale dans L'Assomption en 1935. Retira son appui à Maurice Duplessis le 18 juin 1936 et ne se présenta pas aux élections tenues la même année. Choisi chef de l'Action libérale nationale le 24 juillet 1938. Candidat de l'Action libérale nationale défait dans Montréal-Mercier en 1939. Cofondateur du Bloc populaire en 1942. Candidat national indépendant défait dans L'Assomption en 1944.

Propriétaire du magasin d'artisanat Beaumanoir à Montréal en 1946. Reçut un doctorat honoris causa en lettres de l'Université Laval en 1951. Membre du Conseil de la vie française en Amérique de 1951 à 1975 et président de 1955 à 1961. Conseiller technique en matière culturelle auprès du Conseil exécutif de la province de Québec. Président du Festival de Montréal et de la Société des festivals de Montréal en 1952. Officier de l'Ordre académique honneur et reçu le mérite de la Société du bon parler français en 1953. Président de la Commission des monuments historiques de la province de Québec de 1955 à 1968. Membre du Cercle universitaire et du Club de réforme. Cofondateur de la revue Vie des arts. A publié notamment Médailles anciennes (1927), Servir (1938), Manifeste de l'Action libérale nationale (1936) et Que devons-nous attendre du Bloc ? (1943).

Décédé à Montréal, le 4 décembre 1976, à l'âge de 78 ans et 7 mois. Inhumé à Montréal, dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, le 8 décembre 1976.

Avait épousé à Princeville, dans la paroisse Saint-Eusèbe, le 12 octobre 1922, Gabrielle Garneau, fille de Pierre-Ulric Garneau, médecin, et de Dorilla Brunelle.

Petit-fils d'Honoré Mercier (père).

Date de mise à jour de la biographie : Mars 2009

Archives