Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Luther Hamilton Holton

Recherche avancée dans la section Députés

Trouver un député

Luther Hamilton Holton

(1817-1880)

 

Biographie

Né à Sheffield's Corner (Soperton, en Ontario), le 22 janvier 1817, fils d'Ezra Holton, cultivateur, et d'Anner ou Anna Phillips, originaires de Brandon, au Vermont.

Étudia pendant quatre ans à la Union School de Montréal. En 1829, commença l'apprentissage des affaires dans le bureau de comptabilité d'un oncle paternel négociant à Montréal.

Entra en 1836 au service d'une entreprise d'expédition et de courtage, qui faisait notamment le commerce des marchandises et le transport des voyageurs sur le haut Saint-Laurent, le lac Ontario et le lac Érié; en devint l'un des associés en 1841 et, en mars 1845, la maison prit le nom de Hooker and Holton. En 1846, fut nommé vice-président de la Montreal Free Trade Association et élu au conseil d'administration du Bureau de commerce de Montréal, qu'il présida de 1856 à 1859 et en 1862 et en 1863, au moment où il fit partie de la Commission du havre de Montréal. L'un des fondateurs de la Banque d'épargne de la cité et du district de Montréal en 1846; siégea au conseil d'administration jusqu'en 1873, notamment à titre de président à compter de 1871. Devint l'un des vice-présidents de l'Association d'annexion de Montréal en 1849. Après 1850, investit dans les chemins de fer et se retira de la Hooker and Holton, en janvier 1854; fut l'un des fondateurs avec Alexander Tilloch Galt en 1852, puis actionnaire jusqu'en 1857, de l'entreprise de construction ferroviaire C.S. Gzowski Company, et l'un des administrateurs du Grand Tronc en 1852 et en 1853.

Représenta le quartier Sainte-Anne au conseil municipal de Montréal de mai 1850 à 1851. Élu député de la Cité de Montréal en 1854; mis sous la garde du sergent d'armes pour absence injustifiée, le 8 novembre 1854, fut libéré après avoir fourni des explications; rouge. Défait en 1858. Refusa de se porter candidat dans Montréal-Centre en 1861. Membre du ministère Brown–Dorion: conseiller exécutif du 2 au 4 août 1858 et commissaire des Travaux publics du 2 au 5 août 1858. Élu sans opposition conseiller législatif de la division de Victoria en 1862; son siège devint vacant en raison de son entrée, le 16 mai 1863, dans le ministère Macdonald–Dorion; fut conseiller exécutif et ministre des Finances jusqu'au 29 mars 1864. Défait dans Montréal–Centre mais élu dans Châteauguay en 1863; rouge, s'opposa au projet de Confédération. Son mandat prit fin avec l'avènement de la Confédération, le 1er juillet 1867. Élu député libéral de Châteauguay à la Chambre des communes en 1867. Élu député libéral de Montréal–Centre à l'Assemblée législative en 1871, démissionna le 16 janvier 1874, suite à l'abolition du double mandat. Réélu dans Châteauguay au fédéral en 1872, en 1874 et en 1878; refusa, en 1873 et en 1875, de faire partie du cabinet.

Participa à la mise sur pied, en 1842, et à la direction de la Unitarian Society de Montréal. L'un des administrateurs du Collège McGill de 1876 à 1880. Officier de milice. Membre du St. James Club et du Rideau Club.

Décédé en fonction au Russell Hall, à Ottawa, le 14 mars 1880, à l'âge de 63 ans et 1 mois. Après des obsèques célébrées dans l'église unitarienne de Montréal, Church of the Messiah, le 17 mars 1880, fut inhumé dans le cimetière du Mont-Royal.

Avait épousé à Montréal, le 27 avril 1839, sa cousine germaine Eliza Forbes, fille de William Forbes. Père d'Edward Holton, député à la Chambre des communes du Canada.

Source : DBC.

Date de mise à jour de la biographie : Avril 2009

Archives