Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > André Laurendeau

Recherche avancée dans les fiches biographiques des députés

Pour savoir qui est votre député, saisissez votre code postal ou le nom de votre circonscription (comté). Pour accéder à la fiche biographique d’un député, saisissez le nom du député ou le nom de sa circonscription.

Veuillez saisir un mot clé avant d'effectuer la recherche.
Trouver un député selon les critères suivants : OU
 

Trouver un député selon les critères suivants :

OU

Ces critères ne peuvent être combinés avec le critère « Mots clés » de la recherche avancée.

Chercher par :

Veuillez saisir un mot clé ou sélectionner une session pour obtenir des résultats.

André Laurendeau

(1912-1968)

 

Biographie

Né dans la paroisse Notre-Dame de Montréal, le 21 mars 1912, fils d'Arthur Laurendeau, professeur de chant et maître de chapelle, et de Blanche Hardy, pianiste.

A étudié au Collège Sainte-Marie à Montréal, à l'Université de Montréal, ainsi qu'à la Sorbonne et à l'Institut catholique de Paris.

Collaborateur à la revue L'Action nationale de 1934 à 1937, puis directeur de 1937 à 1943. Cofondateur du mouvement Jeune-Canada en 1933. Secrétaire général de la Ligue pour la défense du Canada en 1942.

Secrétaire du Bloc populaire canadien en 1943. Choisi chef de l'aile québécoise de ce parti le 4 février 1944. Élu député du Bloc populaire dans Montréal-Laurier en 1944. Démissionna comme chef de l'aile québécoise du Bloc populaire et membre de ce parti le 6 juillet 1947. Ne s'est pas représenté en 1948.

De nouveau directeur de L'Action nationale de 1948 à 1954 et membre du conseil de direction jusqu'en 1962. Éditorialiste et rédacteur en chef adjoint du journal Le Devoir de 1947 à 1957 et rédacteur en chef de 1957 à 1968. Animateur de l'émission télévisée « Pays et merveilles » de 1952 à 1961. Chroniqueur au Magazine Maclean de 1961 à 1966. Coprésident de la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme de 1963 à 1968.

Auteur de plusieurs écrits dont: Notre nationalisme (1935), L'Abbé Lionel Groulx (1938), Actualité de Saint-François (1938), Alerte aux Canadiens français (1941), Nos écoles enseignent-elles la haine de l'anglais? (1942), Ce que nous sommes (1945), la Centralisation et la guerre (1946), Voyages au pays de l'enfance (1960), la Crise de la conscription 1942 (1962) et Une vie d'enfer (1965). Auteur également d'une pièce de théâtre, Deux femmes terribles, et de dramatiques pour la télévision, notamment : La vertu des chattes et Marie-Emma. Vice-président de la Ligue d'action nationale. Membre de la Société des écrivains canadiens, de la Société Saint-Jean-Baptiste, de la section française de la Société royale du Canada et de l'Académie canadienne-française.

Décédé à Ottawa, le 1er juin 1968, à l'âge de 56 ans et 2 mois. Inhumé à Saint-Gabriel-de-Brandon, le 5 juin 1968.

Avait épousé à Outremont, dans la paroisse Saint-Viateur, le 4 juin 1935, Ghislaine Perrault, fille d'Antonio Perrault, avocat, et de Marguerite Mousseau.

Cousin d'Aldéric Laurendeau, député à la Chambre des communes de 1945 à 1949. .

Date de mise à jour de la biographie : Avril 2009

Archives