Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Jean-Baptiste Mongenais

Recherche avancée dans la section Députés

Trouver un député

Jean-Baptiste Mongenais

(1803-1887)

 

Biographie

Né à Rigaud, le 24 novembre 1803, puis baptisé le 27, dans la paroisse Sainte-Madeleine, fils de Jean-Baptiste Mongenais, cultivateur, et de Marie-Amable Charlebois. Désigné parfois sous le patronyme de Saint-Orand dit Mongenais. Signa Mongenait, puis Mongenais.

Étudia dans son village natal.

Se lança dans l'agriculture et le commerce de détail à Rigaud; mit sur pied la Mongenais et McMillan. Fut actionnaire et administrateur de la Compagnie du chemin de fer de Vaudreuil, créée en mai 1853. Se retira des affaires en 1857. L'un des fondateurs en 1850 du Collège Bourget. Juge de paix et commissaire au Tribunal des petites causes. Lieutenant dans le 2e bataillon de milice de Vaudreuil en 1831, fut promu capitaine en 1846; transféré au 4e bataillon l'année suivante, atteignit le grade de major en juillet 1865, puis celui de lieutenant-colonel le 6 février 1869.

Élu député de Vaudreuil en 1848; membre du Groupe canadien-français, puis réformiste. Réélu en 1851 et en 1854; réformiste, puis bleu. Ne s'est pas représenté en 1858. Élu dans Vaudreuil à une élection partielle le 26 novembre 1860. Réélu en 1861; mis sous la garde du sergent d'armes le 16 février 1863 pour absence injustifiée, fut libéré après avoir fourni des explications. Bleu. Bien qu'on ait annoncé sa candidature, ne s'est pas représenté en 1863. Défait dans Vaudreuil aux élections provinciales de 1875. Élu député conservateur de Vaudreuil à la Chambre des communes en 1878. Ne s'est pas représenté en 1882.

Décédé à Rigaud, le 28 mai 1887, à l'âge de 83 ans et 6 mois. Inhumé dans le nouveau cimetière de l'endroit, le 1er juin 1887.

Avait épousé dans la paroisse Sainte-Madeleine, à Rigaud, le 14 février 1825, Madeleine Cholette, fille d'Hyacinthe Cholette (Cholet) dit Laviolette, cultivateur, et de Rose-Hippolyte Saint-Julien; puis, au même endroit, le 7 octobre 1833, Marie-Henriette Saint-Denis, fille d'Amable Saint-Denis et d'Ursule Dicaire; enfin, toujours au même endroit, le 8 février 1874, Marie-Rose-Délima Roy, fille d'Adicace Roy et de Virginie Cardinal.

Date de mise à jour de la biographie : Mai 2009