Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Augustin-Norbert Morin

Recherche avancée dans la section Députés

Trouver un député

Augustin-Norbert Morin

(1803-1865)

 

Biographie

Né à Saint-Michel, près de Québec, le 13 octobre 1803, fils d'Augustin Morin, cultivateur, et de Marianne Cottin dit Dugal.

Étudia au Petit Séminaire de Québec de 1815 à 1822, puis fut journaliste au Canadien. Entreprit en 1823 l'apprentissage du droit auprès de Denis-Benjamin Viger, à Montréal, où il fonda La Minerve en 1826, qu'il vendit à Ludger Duvernay l'année suivante. Admis au Barreau du Bas-Canada en 1828.

Exerça la profession d'avocat à Montréal jusqu'en 1836, puis à Québec. Collabora à La Minerve.

Élu député de Bellechasse en 1830, appuya le Parti patriote et démissionna le 18 décembre 1833. Réélu à une élection partielle le 26 janvier 1834, envoyé en Angleterre par l'Assemblée avec Denis-Benjamin Viger pour présenter et défendre les 92 Résolutions, dont il fut l'un des rédacteurs. Réélu en 1834, modéré jusqu'en 1836, puis radical. Fut le chef de l'insurrection de 1837 à Québec. Conserva son siège jusqu'à la suspension de la Constitution, le 27 mars 1838. Emprisonné pour haute trahison le 28 octobre 1839, fut libéré peu après. Élu dans Nicolet en 1841, antiunioniste, fit partie du Groupe canadien-français. Démissionna comme député le 7 janvier 1842, puis devint juge le 11 des districts de Kamouraska, de Rimouski et de Saint-Thomas. Abandonna cette charge et fut élu député de Saguenay à une élection partielle le 28 novembre 1842. Membre du ministère Baldwin-LaFontaine, conseiller exécutif et commissaire des Terres de la couronne du 15 octobre 1842 jusqu'à sa démission, le 27 novembre 1843.

Élu dans Saguenay et élu dans Bellechasse en 1844, opta pour Bellechasse le 13 décembre 1844, fit partie du Groupe canadien-français. Élu orateur suppléant de l'Assemblée le 13 avril 1846, le demeura jusqu'au 19 mai. Refusa, le 10 août 1846, l'offre de se joindre au Conseil exécutif. Réélu en 1848, fit partie à nouveau du Groupe canadien-français. Élu orateur de la Chambre le 25 février 1848, conserva cette fonction jusqu'au 27 octobre 1851. Élu dans Terrebonne en 1851, réformiste. Forma un ministère avec Francis Hincks, et fut Secrétaire provincial du 28 octobre 1851 au 30 août 1853 et commissaire des Terres de la couronne du 31 août 1853 au 10 septembre 1854. Défait dans Terrebonne, puis élu sans opposition dans les circonscriptions unies de Chicoutimi et Tadoussac en 1854, réformiste. Constitua un ministère avec Allan Napier MacNab et fut commissaire des Terres de la couronne du 11 septembre 1854 au 26 janvier 1855, date de sa démission comme ministre pour raison de santé.

Son siège de député fut déclaré vacant le 27 janvier 1855 en raison de sa nomination à titre de juge de la Cour supérieure.

Nommé conseiller de la reine en 1842. Reçut un doctorat en droit de l'Université Laval en 1854 où il était doyen de la Faculté de droit. Cofondateur du Law Reporter de Montréal. Nommé membre de la Commission de codification des lois civiles du Bas-Canada en 1859.

Décédé à Sainte-Adèle de Terrebonne, le 27 juillet 1865, à l'âge de 61 ans et 9 mois. Inhumé dans l'église Notre-Dame-du-Rosaire, à Saint-Hyacinthe, le 30 juillet 1865. Son cercueil fut transféré après 1984 au cimetière de Sainte-Rosalie.

Avait épousé dans la chapelle Saint-Louis de la cathédrale Notre-Dame de Québec, le 28 février 1843, Adèle Raymond, fille de Joseph Raymond, marchand, et de Louise Cartier.

Grand-oncle de Joseph-Octave Morin. Beau-frère de Rémi Raymond.

Source: DBC.

Date de mise à jour de la biographie : Septembre 2016

Archives