Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Députés > Louis-Joseph Papineau

Recherche avancée dans les fiches biographiques des députés

Pour savoir qui est votre député, saisissez votre code postal ou le nom de votre circonscription (comté). Pour accéder à la fiche biographique d’un député, saisissez le nom du député ou le nom de sa circonscription.

Veuillez saisir un mot clé avant d'effectuer la recherche.
Trouver un député selon les critères suivants : OU
 

Trouver un député selon les critères suivants :

OU

Ces critères ne peuvent être combinés avec le critère « Mots clés » de la recherche avancée.

Chercher par :

Veuillez saisir un mot clé ou sélectionner une session pour obtenir des résultats.

Louis-Joseph Papineau

(1786-1871)

 

Biographie

Né à Montréal et baptisé dans la paroisse Notre-Dame, le 7 octobre 1786, fils de Joseph Papineau, arpenteur et notaire, et de Rosalie Cherrier.

Étudia au Collège Saint-Raphaël de Montréal à compter de 1796 et au Petit Séminaire de Québec, de 1802 à 1804. Fit l'apprentissage du droit chez son cousin Denis-Benjamin Viger.

Admis au Barreau en 1810, exerça sa profession d'avocat de façon intermittente. Pendant la guerre de 1812, servit en qualité d'officier de milice. Acquit de son père la seigneurie de la Petite-Nation en 1817.

Élu député de Kent en 1808. Réélu en 1809 et en 1810; appuya le Parti canadien. Élu dans Montréal-Ouest en 1814; élu orateur le 21 janvier 1815. Succéda à Pierre-Stanislas Bédard, en 1815, à la tête du Parti canadien, qui devint en 1826 le Parti patriote. Réélu en 1816, en avril 1820 et en juillet 1820. Nommé au Conseil exécutif le 28 décembre 1820; y siégea jusqu'au 25 janvier 1823. Se rendit à Londres avec John Neilson pour présenter, le 10 mai 1823, un mémoire contre le projet d'union de 1822 du Haut et du Bas-Canada; fut remplacé comme orateur de la Chambre, le 10 janvier 1823, par Joseph-Rémi Vallières de Saint-Réal.

Réélu dans Montréal-Ouest en 1824; élu orateur le 8 janvier 1825. Réélu dans Montréal-Ouest et élu sans opposition dans Surrey en 1827; réélu orateur le 20 novembre 1827 malgré le refus du gouverneur George Ramsay; opta pour la circonscription de Montréal-Ouest le 4 décembre 1828. Réélu dans Montréal-Ouest en 1830. Fit partie du comité qui prépara les 92 Résolutions, adoptées par la Chambre le 21 février 1834. Réélu dans Montréal-Ouest et élu dans Montréal en 1834; opta pour Montréal-Ouest le 3 novembre 1835.

Prit part à l'organisation du mouvement de protestation des patriotes qui fit suite aux résolutions Russell: entre autres, dirigea le Comité central et permanent du district de Montréal, réorganisé le 15 mai et chargé de coordonner l'action dans toute la province, et composa, avec Edmund Bailey O'Callaghan, le 15 novembre, le Conseil des patriotes. Quitta Montréal après que des mandats d'arrêt eurent été lancés contre lui et les autres chefs patriotes le 16 novembre 1837. À la suite des batailles de Saint-Denis, le 23 novembre, et de Saint-Charles (Saint-Charles-sur-Richelieu), le 25, quitta Saint-Hyacinthe, où il s'était réfugié, et gagna les États-Unis. Ses mandats de député et d'orateur prirent fin le 27 mars 1838, au moment de la suspension de la Constitution.

Le 8 février 1839, s'embarqua, à New York, pour Paris où il publia, en mai, dans la Revue Progrès, « Histoire de l'insurrection du Canada ». Obtint une amnistie complète et revint d'exil en 1845. S'occupa de la mise en valeur de sa seigneurie.

Élu député de Saint-Maurice en 1848; fit d'abord partie du Groupe canadien-français, mais devint rapidement indépendant de tendance libérale. Défait dans la Cité de Montréal en 1851. Élu dans Deux-Montagnes à une élection partielle le 9 juillet 1852; rouge. Ne s'est pas représenté en 1854.

Décédé dans son manoir, à Montebello, le 23 septembre 1871, à l'âge de 84 ans et 11 mois. Inhumé dans le caveau de famille, sur son domaine de Montebello, dans la paroisse Notre-Dame-de-Bonsecours, le 28 septembre 1871.

Avait épousé dans la paroisse Notre-Dame de Québec, le 29 avril 1818, Julie Bruneau, fille de Pierre Bruneau, marchand, et de Marie-Anne Robitaille.

Frère de Denis-Benjamin Papineau. Neveu d'André Papineau. Grand-père d'Henri Bourassa. Beau-frère de Jean Dessaulles. Oncle de Georges-Casimir Dessaulles. Cousin de Côme-Séraphin Cherrier (Montréal) et de Louis-Michel Viger. Neveu de Benjamin-Hyacinthe-Martin Cherrier et de Séraphin Cherrier et de Denis Viger.

Source : DBC.

Date de mise à jour de la biographie : Mai 2009

Archives