Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Travaux des commissions > Journal des débats de la Commission de l'économie et du travail

Recherche avancée dans la section Travaux parlementaires

La date de début doit précéder la date de fin.

Liens Ignorer la navigationJournal des débats de la Commission de l'économie et du travail

Version préliminaire

41e législature, 1re session
(20 mai 2014 au 23 août 2018)

Cette version du Journal des débats est une version préliminaire : elle peut donc contenir des erreurs. La version finale du Journal est publiée dans un délai de 2 à 4 mois suivant la date de la séance de la commission.

Pour en savoir plus sur le Journal des débats et ses différentes versions

Le mardi 1 mai 2018 - Vol. 44 N° 156

Ministère du Tourisme


Aller directement au contenu du Journal des débats


 

Journal des débats

10 h (version non révisée)

(Dix heures quatre minutes)

La Présidente (Mme Richard) : Donc, ayant constaté le quorum, je déclare la séance de la Commission de l'économie et du travail ouverte. Je demande à toutes les personnes présentes dans la salle de bien vouloir éteindre la sonnerie de leurs appareils électroniques. Mme la ministre, les personnes qui vous accompagnent, chers collègues membres de la commission, je veux vous souhaiter une bonne journée. Et la commission est réunie afin de procéder à l'étude des crédits budgétaires du portefeuille Tourisme pour l'exercice financier 2018‑2019. Une enveloppe de deux heures est allouée pour l'étude de ces crédits. Mme la secrétaire, y a-t-il des remplacements?

La Secrétaire : Oui, Mme la Présidente. Mme Vallières (Richmond) remplace M. Giguère (Saint-Maurice); M. Huot (Vanier-Les Rivières) remplace M. Hardy (Saint-François); M. Plante (Maskinongé) remplace Mme Sauvé (Fabre); M. Cousineau (Bertrand) remplace M. Leclair (Beauharnois); et Mme D'Amours (Mirabel) remplace M. Lamontagne (Johnson).

La Présidente (Mme Richard) : Merci. Nous allons procéder à une discussion d'ordre général par blocs d'environ 20 minutes, incluant les questions et les réponses. La mise aux voix de ces crédits sera effectuée à la fin du temps qui est alloué pour les échanges. Puisque nous avons débuté nos travaux à 10 h 04 minutes et qu'une période de quatre heures doit être entièrement consacrée à l'étude de ces crédits cet avant-midi, y a-t-il un consentement pour poursuivre jusqu'à 12 h 04?

Des voix : Consentement.

La Présidente (Mme Richard) : Deux heures, oui. Excusez-moi. Vous avez tout à fait raison. On va le corriger ici...

La Présidente (Mme Richard) : ...quatre minutes et qu'une période de quatre heures doit être entièrement consacrée à l'étude de ces crédits cet avant-midi, y a-t-il un consentement pour poursuivre jusqu'à midi quatre minutes?

Des voix : Consentement.

La Présidente (Mme Richard) : Deux heures. Oui, excusez-moi. Vous avez tout à fait raison, on va le corriger ici. Donc, merci, nous finirons quelques minutes dépassé midi.

Je suis maintenant prête à reconnaître une première intervention de la part de l'opposition officielle pour un premier bloc d'échanges. M. le député de Terrebonne, bonne journée, bonjour, bienvenue et vous pouvez commencer.

M. Traversy : Merci, Mme la Présidente. Écoute, si ce n'était de l'attention de mes collègues autour de la table, on aurait gagné une heure de plus de crédits...

Une voix : Deux heures.

M. Traversy : Ou deux heures de plus, en fait, même au Tourisme, ce qui aurait, je pense, une bonne chose pour les fins de la cause. Mais j'accepte le temps qui nous est imparti.

J'aimerais saluer la ministre du Tourisme, les collègues qui l'accompagnent, M. St-Pierre, les gens, évidemment, du ministère du Tourisme et de l'ensemble des fonctionnaires, qui sont derrière; saluer également nos collègues du gouvernement; saluer nos gens de la deuxième opposition, la députée de Mirabel.

Alors, Mme la Présidente, j'aimerais commencer cette étude de crédits en demandant des nouvelles à la ministre, parce que ça fait longtemps qu'on ne s'est pas parlé les yeux dans les yeux, de façon aussi intime, et j'aimerais voir avec elle la mise à jour de certaines promesses qu'elle a annoncé au cours des dernières années et des derniers mois, et voir où on en est rendus sur des dossiers qui touchent plusieurs domaines et plusieurs secteurs de l'industrie touristique, à commencer notamment par les Airbnb.

Donc, vous vous rappellerez, Mme la Présidente, que la ministre du Tourisme nous avait promis d'essayer de légiférer en la matière et j'ai cru comprendre, au cours des derniers mois, qu'elle a déposé certaines pistes de solution dans le cadre du projet de loi n° 150, projet de loi qui n'est toujours pas appelé. Il reste quelques semaines à la session parlementaire, je voulais voir, donc, du côté du gouvernement si, dans les cartons du parti au pouvoir, il y avait une volonté de vouloir appeler rapidement ce projet et de discuter, évidemment, de la question des Airbnb rapidement.

La Présidente (Mme Richard) : Merci. Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, bonjour. Vous me permettrez, M. le député de Terrebonne, si je peux me permettre, saluer les gens qui sont avec moi, prendre... Je vais prendre... Je vais essayer de faire ça vite, mais, évidemment...

À ma droite, il y a le sous-ministre, M. Patrick Dubé; Nathalie Camden, la sous-ministre adjointe, ou associée, je ne sais jamais, là... Alors, je voudrais saluer tous les gens qui sont derrière moi : alors, M. Sylvain Bernier, Nancy Bolduc, François Côté, François Belzile, Christian Desbiens, Evelyne Gagné, Linda MacKay. Alors, tous ces gens-là ont passé beaucoup d'heures à préparer les crédits.

Vous le savez, Mme la Présidente, cet exercice-là, pour nos gens qui travaillent pour nous, les fonctionnaires, c'est un exercice qui est rigoureux, qui demande beaucoup de temps, beaucoup d'énergie. Alors, je voudrais les remercier, dans un premier temps, d'être parmi nous et d'être des personnes ressources qui vont assurément être efficaces, là, pour répondre... nous aider à répondre à nos questions, mais également saluer Pierre-Michel Bouchard, qui est ici, qui est le directeur général du Centre des congrès de Québec; M. Raymond Larivée, directeur général du Palais des congrès de Montréal, et M. Michel Labrecque, qui est le directeur général de la Régie des installations olympiques.

Alors, saluer mes collègues du côté ministériel, saluer les collègues de l'opposition, alors les députés de Terrebonne et de Mirabel. Évidemment, mon équipe au cabinet, avec Matthieu, qui est mon chef de cabinet.

Alors, ça me fait plaisir de répondre à la question du député de Terrebonne sur... C'est... Oui, c'est ça, de Terrebonne, excusez-moi, sur le dossier de l'hébergement touristique. Alors, on se rappellera que ce dossier-là, il remonte... je vais essayer d'y aller assez... de façon assez concise, là. Alors, il y a eu la loi n° 67 qui était là, qui a été en parfait accord avec tous les partis de l'Assemblée nationale, a été voté. On était un des premiers endroits sur la planète à réglementer et à vouloir encadrer l'hébergement touristique, avec, évidemment, la cohabitation de l'hébergement collaboratif, qui prend de plus en plus d'espace.

Alors, la loi n° 67 nous avait donné... on s'était dotés d'inspecteurs, d'enquêteurs, de procureurs et après un an de mise en place de cette loi-là, on s'est rapidement aperçu que, bon, le ministère du Tourisme n'avait pas ni l'expertise, ni les connaissances, ni toute l'expérience qui étaient requises pour bien faire ce genre de travail là. Ça fait que dans un premier temps, ce qu'on a souhaité faire, et c'est à l'intérieur du projet de loi n° 150, comme le disait le député, donc, c'est... on va transférer tout le pouvoir d'inspection, d'enquêteurs, de procureurs à Revenu Québec. Revenu Québec qui, tout le monde comprend ça au Québec, a cette expertise-là, les connaissances, les façons de faire. Il va mettre des enquêteurs, une équipe de 25 enquêteurs-inspecteurs totalement dédiés au dossier de l'hébergement.

• (10 h 10) •

Alors, ce qu'on attend, c'est... et, on le souhaite, que le ministre des Finances puisse passer sa loi d'ici la fin de la session parlementaire. Évidemment, c'est un projet de loi qui est volumineux, mais le ministre de Finances est parfaitement conscient que ça, ça fait partie des priorités à l'intérieur de son projet de loi. Alors, nous, on suit ça de très près...

Mme Boulet : ...alors ce qu'on attend, c'est, et on le souhaite, que le ministre des Finances puisse passer sa loi d'ici la fin de la session parlementaire. Évidemment, c'est un projet de loi qui est volumineux, mais le ministre des Finances est parfaitement conscient que ça, ça fait partie des priorités à l'intérieur de son projet de loi. Alors, nous, on suit ça de très près et on va s'assurer que cette portion-là de la loi soit adoptée d'ici la fin de la session parlementaire.

La Présidente (Mme Richard) : Merci. M. le député.

M. Traversy : Merci, Mme la Présidente. Écoutez, le temps presse évidemment, il nous file entre les doigts comme de l'eau, alors il faut que la ministre évidemment use de sa persuasion pour s'arranger à ce que nous puissions en discuter rapidement. Je sais qu'il y a toute une priorisation au niveau des projets de loi qui sont être appelés dans les prochaines semaines. Alors, là-dessus, je fais confiance à son doigté pour essayer mettre au-dessus de la pile cette priorité.

J'ai regardé un peu, dans les différentes statistiques que nous avons, au niveau des hébergements enregistrés, donc pour les résidences de tourisme. Au 31 mars 2018, Mme la Présidente, on en chiffrait environ 5 893, qui étaient enregistrés donc au ministère du Tourisme pour donc de l'hébergement. Et, à ce chiffre, seulement 226 étaient classifiés à Montréal, et donc près de 6 000 hébergements recensés, seulement 226 à Montréal, qui est pourtant, la métropole, on en compte près de trois fois plus enregistrés à Québec.

Est-ce que la ministre et son ministère y voient un certain signal d'alarme? Qu'est-ce qui se passe à Montréal pour que si peu soit classifié?

La Présidente (Mme Richard) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Bien, écoutez, je vais répondre la même chose que je viens d'y répondre. Alors, je suis parfaitement consciente de cette dynamique-là, et c'est dans ce sens-là qu'on va tout mettre en oeuvre pour que la loi qui est présentée par le ministre des Finances soit déposée et soit rendue... soit votée par l'Assemblée nationale d'ici la fin de la session parlementaire. On est profondément convaincus que, si on transfère ces responsabilités-là à Revenu Québec, qu'on sera vraiment, mais vraiment plus efficaces que ce qu'on est capable de faire aujourd'hui en termes d'intervention.

Alors, ça, on est profondément convaincus. Et je lui donne ma parole au collègue que je discute avec mon collègue des finances, puis je vais m'assurer, là, qu'on soit capable de procéder à ces dispositions-là d'ici la fin de la session.

La Présidente (Mme Richard) : M. le député.

M. Traversy : Merci, Mme la Présidente. Et vos paroles sont enregistrées, Mme la ministre, donc c'est bien dit, c'est bien dit, et c'est noté.

J'aimerais donc lui parler également d'un autre dossier qui touche à la fois le secteur de l'hôtellerie, mais également le secteur de la restauration et l'industrie touristique dans son ensemble, qui est le problème de la main-d'oeuvre. Alors, le tourisme, vous le savez, c'est un dossier qui est très transversal, qui touche à plusieurs aspects de la société québécoise.

Je voulais voir, du côté du ministère du Tourisme, si certaines pistes de réflexion avaient été finalement sélectionnées pour essayer de pallier à ce manque de main-d'oeuvre. Je sais que des comités avaient été mis en place par la ministre pour réfléchir à des pistes de solution, je voulais voir où on en était rendu dans cette problématique.

La Présidente (Mme Richard) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, le collègue veut que je donne des réponses courtes, mais celles-ci, il va falloir qu'on en parle un peu plus longuement parce que ce n'est pas un problème, tout le monde le sait, là, le problème de la main-d'oeuvre sur le marché du travail, d'une façon générale, c'est une problématique autant au niveau de la relève, que de la rétention. Alors, avec des taux de chômage qui sont relativement bas, on sait que l'industrie touristique a encore plus de difficultés, des fois, parce qu'on la voit comme étant une industrie saisonnière. Donc, le défi de recruter, de retenir, faire de la rétention est d'autant plus grand.

L'industrie touristique, Mme la Présidente, c'est 375 000 emplois au Québec, donc c'est près de 10 % de tous les emplois. Alors, pour montrer à quel point cette industrie-là, elle crée des emplois, elle crée de la richesse dans toutes les régions, alors... mais on est très conscient, et tous les partenaires sont venus nous rencontrer pour nous dire : Il faut mettre en valeur, il faut valoriser ce type d'emploi là pour que les jeunes aient un intérêt à les prendre et mieux connaître également ce que sont ces emplois-là parce, parmi ces emplois-là, il y a des emplois qui sont bien rémunérés. Alors, comment on peut leur donner une vitrine qui soit équivalente à ce qu'il représente, ce genre d'emploi là, alors c'est important.

Alors, on était bien conscients de ça. Alors, on a fait partie également du Rendez-vous national sur la main-d'oeuvre, qui a été mise en place par mon collègue le ministre François Blais, qui est le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Et on a annoncé huit mesures, lors des assises du tourisme d'avril 2017, représentant un investissement de 3 millions de dollars d'ici 2020. Alors, ces huit mesures représentent environ plusieurs... c'est des ententes qui sont signées, des ententes avec notamment avec le CQRHT, avec l'ITHQ, des mesures qui sont en cours d'élaboration. Et il y a vraiment des conventions signées avec l'Alliance de l'industrie touristique du Québec. Il y a des activités de valorisation, alors on est en train de faire ça. On a également un portrait des définitions des avantages sociaux les plus susceptibles de répondre aux besoins, alors, ça aussi, et on a également une mise en oeuvre du plan d'action découlant du...

Mme Boulet : …cours d'élaboration. Et il y a vraiment des conventions signées avec l'Alliance de l'industrie touristique du Québec. Il y a des activités de valorisation. Alors, on est en train de faire ça. On a également un portrait et des définitions des avantages sociaux les plus susceptibles de répondre aux besoins. Alors, ça aussi. Et on a également une mise en oeuvre du plan d'action découlant du portrait. On est en attente de la réalisation de ce portrait-là.

Il y a une entente, également, une convention qui est signée avec le Mouvement québécois de la qualité. Le ministère… le MQQ accompagnera… c'est le ministère…

Une voix :

Mme Boulet : O.K. C'est le mouvement québécois, O.K… accompagnera des entreprises touristiques pour une douzaine de jours, sur 15 mois, afin d'améliorer leurs performances organisationnelles. Il y a le recrutement des entreprises qui est en cours, et il y a une cohorte, qui sera formée de huit entreprises, qui démarrera sous peu.

Alors, on a mis des choses en place. Je ne peux pas dire au député que, demain matin, ça va répondre aux problèmes, mais il y a une question de faire connaître ces emplois-là, de valoriser ces emplois-là. Il y a une question également d'avoir avec les… avec tous les spécialistes, d'aller chercher des…

La Présidente (Mme Richard) : Si vous permettez, Mme la ministre, M. le député me fait signe qu'il ait des réponses plus brèves, si on veut maximiser les échanges.

M. Traversy : Merci, Mme la Présidente. La ministre du Tourisme est toujours très concise, hein? C'est sa réputation. D'ailleurs, on… se reverront, d'ailleurs, au niveau des Assises du tourisme. Donc, elle a, je pense, la réputation d'avoir la passion de son dossier et elle prend le temps qu'il faut, généralement, pour l'expliquer. Je pense que, là-dessus, il faut lui donner.

Alors, dans les pistes de valorisation, de motivation et de mise en place de plans d'action, certaines propositions plus concrètes, plus claires avaient été suggérées par l'ITHQ, par l'Association des restaurateurs du Québec, par l'Alliance de l'industrie touristique et par, évidemment, le regroupement de l'association de l'hôtellerie du Québec, notamment trois pistes de solution, celle de réviser un calendrier scolaire au niveau collégial, celle de réfléchir à l'opportunité de mieux partager les pourboires et celle aussi d'allonger la durée normale de la semaine de travail de 47 heures. Donc, c'est des pistes de solution qui sont amenées par les gens du milieu du tourisme. Est-ce que certaines d'entre elles ont été retenues par le ministère? Est-ce qu'elle a donné suite à ces pistes de réflexion?

La Présidente (Mme Richard) : Merci, M. le député. Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, effectivement, le calendrier scolaire, ça fait longtemps qu'on en parle. Il y a même déjà eu, à l'époque, je dirais, il y a peut-être une dizaine d'années, si je ne me trompe pas, des essais, des projets pilotes dans certaines régions, voir si on décalait le… Quand on parle de calendrier scolaire, il y a deux éléments. Premièrement, si on commençait les cégeps… Et les études collégiales débutent à peu près à la mi-août, mi du mois d'août. Alors, ça a déjà été essayé, de retarder cette entrée-là, pour faire en sorte que les étudiants demeurent plus longtemps sur le marché du travail dans la saison estivale, qui est une saison très occupée. Alors, ça, ça a déjà été essayé. Malheureusement, à l'époque, Mme la Présidente, ça n'a pas été concluant. On s'est aperçu que les étudiants cessaient pareil de travailler à la même date, à peu près le 15 août, puis ils prenaient plutôt une semaine, ou 10 jours, ou deux semaines de vacances avant de débuter l'école. Alors, ça n'avait pas été concluant.

Maintenant, moi, je crois qu'il faut ramener ce sujet-là sur la table parce que c'est important. Ça pourrait changer toute la donne, considérant également que la saison estivale se déplace de plus en plus au mois de septembre. Il fait beau de plus en plus tard dans l'été. Donc, on retrouve beaucoup de touristes sur nos terrasses, dans les restaurants en plein mois de septembre, je dirais même, jusqu'au mois d'octobre. Donc, ce phénomène-là, il est important, et ça mérite qu'on s'y attarde, et qu'on essaie de trouver des pistes de solution.

Pour ce qui est du partage de pourboires, la semaine de 47 heures, c'est tous des éléments qui sont en train d'être analysés par les comités qui ont été formés suite à la stratégie nationale sur la main-d'oeuvre. Donc, les comités travaillent actuellement à trouver des pistes, des avenues. Vous comprendrez que tous ces dossiers-là ne relèvent pas nécessairement du ministère du Tourisme. Notamment, les pourboires, ce n'est pas nous qui pouvons légiférer là-dessus. Sur les calendriers scolaires, évidemment, ça relève davantage de la ministre de l'Éducation supérieure. Donc, il y a des choses à négocier avec les syndicats.

Donc, toutes ces choses-là sont de bonnes idées. Elles méritent d'être brassées, d'être regardées de plus près. Mais évidemment, pour l'instant, je n'ai pas de réponse. Mais je suis convaincue qu'il y a là des avenues intéressantes à regarder pour trouver des solutions.

La Présidente (Mme Richard) : Merci. M. le député.

M. Traversy : Merci, Mme la Présidente. Donc, on est toujours en réflexion de ce côté.

Au niveau, toujours, très transversal… Vous le savez, vous touchez à toutes sortes de secteurs de la société québécoise, et c'est la beauté du ministère du Tourisme. Vous représentez le gouvernement dans sa plus belle diversité. Et à cet égard, j'aimerais vous parler des besoins, toujours, de main-d'oeuvre, mais dans les défis que certains vous ont amenés comme solutions, c'est-à-dire de recruter davantage de main-d'oeuvre étrangère, notamment dans certains secteurs d'emploi, comme l'hébergement ou encore la restauration. Est-ce qu'avec votre collègue du ministère de l'Emploi et celle de l'Immigration vous avez trouvé des solutions à cet égard pour essayer d'augmenter le nombre de postes à… d'augmenter… en fait… de combler le nombre de postes vacants qui sont dans l'industrie du tourisme dans ces secteurs?

• (10 h 20) •

La Présidente (Mme Richard) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Il y aurait deux éléments, si vous…

M. Traversy : …est-ce qu'avec votre collègue du ministère de l'Emploi et celle de l'Iimmigration, vous avez trouvé des solutions à cet égard pour essayer d'augmenter le nombre de postes… d'augmenter, en fait… de combler le nombre de postes vacants qui sont dans l'industrie du tourisme dans ce secteur?

La Présidente (Mme Richard) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Il y aurait deux éléments, si vous me permettez. En fait, selon Emploi-Québec, là, la réponse au besoin de main-d'œuvre au Québec, là, tous secteurs confondus, on évalue que les jeunes pourront prendre 56°% des emplois; les personnes en chômage, 7%; la future population immigrante, 21°%; et la hausse du taux d'activité des 15-64%, 11%; et les 65 ans et plus, 6%

.       Alors, moi, je pense que c'est l'ensemble de l'oeuvre qui va nous aider parce qu'il y a des personnes, oui, il y a les immigrants qui arrivent, il y a les jeunes, mais une personne également qui est une personne âgée, là, puis sans aucune discrimination, je pense que les gens de 65 ans pourraient être très bien mis à contribution dans notre industrie à nous. Alors, des gens qui ont une expérience, qui ont des connaissances et qui sont capables de prendre souvent du travail à temps partiel ou du travail saisonnier et… Alors, ça, c'est un élément important, je pense que tout le monde fait partie de la solution, dans un premier temps.

Maintenant, oui, on travaille autant avec le ministre de l'Immigration qu'avec le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Ça fait partie des discussions qui sont en cours dans les comités : comment peut-on faire un meilleur maillage, une meilleure adéquation en entre les immigrants qui arrivent chez nous et entre les besoins du marché de l'industrie touristique.

La Présidente (Mme Richard) : M. le député.

M. Traversy : Merci, Mme la Présidente. Donc, beaucoup de discussions beaucoup de réflexions, beaucoup de comités de travail, j'ai hâte de voir les actions qui vont être posées par le ministère du Tourisme à cet égard. Donc, je vois que du coin de l'œil, il me reste une minute?

Mme Richard : 1 min 57 s.

M. Traversy : Je la reporterais sur mon prochain bloc.

La Présidente (Mme Richard) : Parfait, merci. Nous allons maintenant du côté du gouvernement et je reconnais Mme la députée de Charlevoix—Côte-de-Beaupré. Vous avez la parole.

Mme Simard : Merci, Mme la Présidente. Alors, je vais profiter du moment pour saluer d'abord ma collègue, de même que son chef de cabinet, les sous-ministres présents parmi nous. En fait, tous les accompagnateurs qui participent à cet exercice de crédits aujourd'hui de même que mes collègues de l'Assemblée nationale. Il me fait plaisir de parler, donc, dans le cadre de cet exercice de crédits, d'autant que je représente une circonscription reconnue, évidemment, comme étant un lieu touristique important, mais avec le chapeau également, d'adjointe parlementaire de la ministre du Tourisme, privilège que m'a donné le premier ministre et que je reconnais et savoure chaque jour. Alors, quand il s'agit de parler de tourisme, je ne peux qu'exprimer ma grande fierté de représenter une circonscription dont le territoire présente un potentiel touristique reconnu et fleurissant. Qu'on soit friands de culture, de patrimoine, qu'on recherche une expérience humaine, authentique et hospitalière, la diversité des attraits touristiques, ou plus spécifiquement la grande variété des activités culturelles ou de plein air qu'on peut y pratiquer, les visiteurs qui sillonnent les routes de la Côte-de-Beaupré jusqu'à Charlevoix, en prenant soin de s'arrêter sur l' Île d'Orléans, donc, et L'Isle-aux-Coudres peuvent y vivre une expérience inoubliable. Les beautés naturelles, le charme et la proximité du Saint-Laurent plaisent normalement autant aux touristes qu'aux gens qui résident chez nous.

Vous me permettrez d'ailleurs de vous présente brièvement les territoires qui composent ma circonscription, qui contribuent chacun à leur façon à rehausser l'offre touristique globale du Québec qui se veut certainement riche, diversifiée et attractive, comme se plaît souvent à le dire ma collègue et ministre également.

Partant de la chute Montmorency, donc, jusqu'à Baie-Sainte-Catherine, la porte d'entrée de la Capitale-Nationale, sans oublier Sagard situé aux limites du Bas-Saguenay et Saint-Louis-de-Gonzague-du-Cap-Tourmente une municipalité de paroisse comptant cinq habitants uniquement.

Les régions de Charlevoix et de la Côte-de-Beaupré de même que de l'Île d'Orléans comptent 27 municipalités et quelques territoires non organisés. Alors, j'ai le privilège de parcourir plus de 250 kilomètres dans ma circonscription et à chaque moment de voir, donc, de nouvelles municipalités aussi charmantes les unes que les autres pour des raisons très souvent différentes. La région de la Côte-de-Beaupré est une région unique pour son histoire et sa villégiature. Et donc la Côte-de-Beaupré permet la découverte d'attraits touristiques patrimoniaux et naturels exceptionnels, qui permettent de faire un véritable retour aux sources, en plus de satisfaire, entre autres, les amateurs de plein air, et particulièrement de sports de glisse et, encore, de vélo.

Terre mémoire de l'Amérique française, de sites patrimoniaux exceptionnels et protégés, l'île d'Orléans, pour sa part, propose une expérience culturelle unique et un riche terroir, jouissant d'une forte notoriété due à la quantité et à la qualité, également, de ses produits, confirmant le savoir-faire de l'île d'Orléans. Elle compte 173 entreprises agricoles et agroalimentaires et 265 producteurs. D'ailleurs, j'ai eu l'occasion à maintes reprises d'aller à l'île d'Orléans et de faire quelques annonces avec ma collègue ministre également.

Ses productions de pommes, de fraises, d'asperges, de lavande, de pommes de terre, de cassis et autres petits fruits sont connues. L'île d'Orléans jouit donc d'une popularité accrue en saison estivale et lors de périodes d'autocueillette. Cependant…

Mme Simard : ...à l'île d'Orléans et de faire quelques annonces avec ma collègue ministre également. Ces productions de pommes, de fraises, d'asperges, de lavande, de pommes de terre, de cassis et autres petits fruits, sont connues. L'île d'Orléans jouit donc d'une popularité accrue en saison estivale et lors de périodes d'autocueillette. Cependant, l'agrotourisme constitue un réel produit d'appel pour l'île et est en demande croissante. J'assistais hier, justement, à un exercice de mobilisation à l'île d'Orléans, où on se questionnait sur le territoire pour que l'île d'Orléans soit de plus en plus attractive, qu'on puisse aller chercher justement une reconnaissance au niveau de tous les produits du terroir qui s'y trouvent, et le milieu est mobilisé, le milieu croit énormément en son potentiel, et ses produits du terroir sont donc aussi séduisants que ses produits dérivés d'alcool.

Pour ce qui est de Charlevoix, donc le berceau de la villégiature, Charlevoix est une région hospitalière au paysage grandiose, bien sûr, entre fleuve et montagnes, qui envoûte peintres, artistes, poètes, écrivains et visiteurs et qui allie en parfaite harmonie donc la dualité nature et culture. Les visiteurs s'y rendent tant pour la beauté de ses paysages que pour y pratiquer le tourisme de nature et d'aventure, le tourisme hivernal et le tourisme événementiel, entre autres, durant Le Festif!, un festival de musique, qui connaît une croissance impressionnante, qui a reçu de nombreuses mentions donc d'honneur, des hommages, au cours des dernières années, un festival soutenu par le ministère du Tourisme via son programme Festivals et événements, entre autres. Et l'île aux Coudres, l'observation des mammifères marins, la présence de deux parcs nationaux, des montages de ski, bien sûr, dont le Massif de Petite-Rivière-Saint-François, qui deviendra le premier Club Med hivernal en Amérique du Nord, feront partie donc de la destination de Charlevoix.

Autre fait intéressant, puisque l'on parle de tourisme aujourd'hui, c'est dans ma circonscription que l'on rencontre le plus grand nombre de villages membres de l'Association des plus beaux villages du Québec et où également le plus grand nombre d'entreprises membres du réseau des économusées du Québec, et je vais prendre le temps de les nommer, parce que les économusées sont importants. D'ailleurs, le programme du PSSDT a permis... permettra bientôt donc la mise sur pied d'un autre économusée, alors on parle de l'économusée de la sculpture sur bois, l'Atelier Paré, sur la Côte-de-Beaupré; l'économusée de la licoristerie, chez Cassis Monna et filles, que toutes et tous ici connaissons certainement; l'économusée de la forge, La Forge à Pique-Assault donc; l'économusée du cidrier, Cidrerie Verger Pedneault, une entreprise dont nous sommes très fiers, située à l'Isle-aux-Coudres; celui de la fromagerie, donc de la Laiterie Charlevoix; l'économusée de la meunerie, également située à l'île aux Coudres; et celui du papier, donc à La Papeterie Saint-Gilles. Vous me permettrez un moment. Alors... et bientôt on aura l'économusée, comme je le mentonnais, de la huilière, qui verra le jour au Centre de l'émeu de Charlevoix, à Saint-Urbain, bénéficiant du soutien financier du ministère du Tourisme via ses programmes de soutien aux stratégies de développement touristique, le volet 2, donc Tourisme événementiel, le PSSDT, et l'entente de partenariat régional en tourisme, les EPRT, qui font des miracles en région pour nos entreprises.

Alors, je pourrais présenter, évidemment, de nombreux autres projets qui ont vu le jour grâce à l'appui de notre gouvernement et plus précisément du ministère du Tourisme, mais je vais me concentrer, en ce qui concerne les Programme de soutien aux stratégies de développement touristique sur justement l'économusée de la huilière. D'abord, c'est un projet de près de 1 million de dollars, et le Centre de l'émeu est un centre agricole intégré de production naturelle de l'émeu. Pour l'avoir visité à plusieurs reprises, je dois vous dire que c'est impressionnant de voir d'abord qu'il y a, dans Charlevoix, plus de 300 émeus. Il s'agit d'une des plus grandes fermes du genre au Canada. Mme Raymonde Tremblay, qui est la propriétaire donc, a voulu relever la ferme familiale et en a fait donc le Centre de l'émeu. Il y a donc, dans ce projet, l'objectif d'implanter le concept d'économusée de la huilière au Centre de l'émeu, permettant une opération à l'année, donc permettant la création d'emplois au-delà de la saison touristique que l'on connaît habituellement, de doter l'entreprise d'un nouveau bâtiment d'accueil lui permettant d'offrir un circuit de visite, selon le concept économusée, qui propose une expérience en six étapes, de bonifier les outils d'interprétation ainsi qu'offrir une visite extérieure du site.

• (10 h 30) •

Alors, comme je le disais tout à l'heure, je pourrais nommer d'autres projets qui ont vu le jour grâce à l'appui de notre gouvernement, et plus particulièrement du ministère du Tourisme, et qui s'est doté d'ailleurs d'un plan d'investissement en tourisme 2017-2020 afin de favoriser le développement d'une offre touristique originale complémentaire, respectueuse du développement durable et répondant à la demande des marchés cibles du ministère, puis stimuler l'économie des régions par la création d'emplois, l'augmentation du nombre de visiteurs et l'accroissement des recettes touristiques. Et pour cause, je vais vous parler d'un plan...


 
 

10 h 30 (version non révisée)

Mme Simard : ...complémentaire, respectueuse du développement durable et répondant à la demande des marchés cibles du ministère puis stimuler l'économie des régions par la création d'emplois, l'augmentation du nombre de visiteurs et l'accroissement des recettes touristiques, et pour cause. Je vais vous parler un peu du Plan d'investissement en tourisme, puisque le tourisme est un secteur économique important. On a souvent tendance à l'oublier ou encore à diminuer son impact dans notre économie, mais le secteur du tourisme est de toute évidence un secteur économique important qui se développe rapidement également, et ce, à l'échelle planétaire. En 2016, là, c'est plus de 1 milliard de touristes internationaux qui ont sillonné le monde. La concurrence est vive au niveau mondial, mais le gouvernement du Québec est définitivement déterminé à ce que notre industrie touristique tire sa juste part de ce marché en croissance. Pour ce faire, il mise sur la coordination et la collaboration de tous les partenaires de l'industrie touristique — il y en a présents parmi nous aujourd'hui — et je vous dirais que la ministre elle-même est très motivée à faire en sorte que l'industrie touristique prenne sa place, on l'a vu de par les investissements gouvernementaux des dernières années.

Donc, la performance touristique du Québec repose sur plusieurs facteurs comme le taux de change, le prix de l'essence, mais également le marketing touristique et une offre de calibre international. C'est pourquoi le ministère et ses partenaires de l'industrie touristique doivent agir sur les fronts où il est possible de le faire, comme le développement de l'offre touristique et sa mise en marché. Le tourisme est un levier économique important pour le Québec, ayant généré 14,1 milliards de recettes touristiques en 2016, dont 4,2 milliards provenant des clientèles hors Québec. Les secteurs touristiques de nature et aventure, événementiel, hivernal, nordique et maritime représentent les cinq créneaux d'activité prioritaires pour le Québec. D'ailleurs, dans le discours sur le budget 2016‑2017, le gouvernement du Québec a annoncé qu'une enveloppe de 40 millions sur quatre ans était rendue disponible pour soutenir la mise en oeuvre de trois stratégies de développement touristique, soit la Stratégie de mise en valeur du tourisme hivernal, Stratégie de mise en valeur du tourisme événementiel et la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique. Par ailleurs, le ministère dispose déjà d'un programme similaire visant le soutien à la mise en oeuvre de la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique. Vu leurs similitudes et dans un but de simplifier et de cohérence, il apparaît opportun d'intégrer le PSMVT au nouveau programme. C'est ce plan, donc, de 70 millions que j'ai eu l'opportunité, donc, d'annoncer avec ma collègue ministre, qui se décline de la sorte : 40 millions pour les infrastructures, installations et équipements touristiques en tourisme hivernal, tourisme événementiel, tourisme d'aventure, et dont le tourisme autochtone, l'agrotourisme et le tourisme gourmand; 9 millions de la Société du Plan Nord dédiés au tourisme au nord du 49e parallèle; la reconduction d'une enveloppe de 9 millions pour le volet tourisme de la Stratégie maritime; et 12 millions pour les ententes de partenariat régionales en tourisme.

Je vais faire ne serait-ce qu'une parenthèse pour les ententes de partenariat régionales en tourisme, puisque j'ai un collègue qui en parlera plus en détail. Mais ce sont des ententes qui ont pour but, donc, d'allier le ministère du Tourisme avec les associations touristiques régionales. Chez nous, dans Charlevoix, les EPRT ont permis la réalisation de plus de 10 projets, 10 projets tous plus intéressants les uns que les autres, que l'on parle d'aider une pourvoirie ou encore d'aider un organisme à faire des études de faisabilité, à pouvoir mettre sur pied éventuellement un musée ou encore une entreprise à croître, comme c'est le cas pour Repère boréal, une entreprise que l'on a visitée, ma collègue et moi-même, dans Charlevoix. Alors, les EPRT sont de toute évidence fort importantes pour nos entreprises et permettre la réalisation de rêves, dans certains cas, et même de pouvoir répondre à la demande touristique, qui est croissante dans la plupart des régions du Québec.

J'aimerais maintenant qu'on puisse parler du Programme de soutien aux stratégies de développement touristique, donc davantage du PSSDT. Tout à l'heure, je mentionnais que le programme, donc, comprend cinq volets : la Stratégie de mise en valeur du tourisme hivernal; ensuite, la Stratégie de mise en valeur du tourisme événementiel; la Stratégie de mise en valeur du tourisme de nature et d'aventure; la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique; et la Stratégie touristique québécoise au nord du 49e parallèle. Alors, pour chacune de ces stratégies, donc de ces axes prioritaires, il y a évidemment des objectifs spécifiques. Si, par exemple, on pense à celle concernant le tourisme hivernal, bien, il est identifié différentes zones, donc, pour répondre à la Stratégie de tourisme hivernal, comme par exemple l'Outaouais, Laurentides, Lanaudière et Mauricie, qui constituent la zone A; la zone B, de Montréal; la zone C, des Cantons-de-l'Est; la zone D, de Québec, Charlevoix et le Saguenay—Lac-Saint-Jean, et...

Mme Simard : ...hivernal, bien il est identifié différentes zones, donc, pour répondre à la stratégie de tourisme hivernal, comme par exemple l'Outaouais, Laurentides, Lanaudière et Mauricie, qui constituent la zone a; la zone b de Montréal; la zone c des Cantons-de-l'Est; la zone d de Québec, Charlevoix et Saguenay—Lac-Saint-Jean; et la zone e de Gaspésie. Les objectifs spécifiques, donc, de la Stratégie de mise en valeur du tourisme hivernal sont de renforcer la compétitivité du tourisme hivernal québécois par le développement et la croissance de produits prioritaires, soient le ski alpin et les stations de montagne, la motoneige, les parcs nationaux et les festivals et les événements; d'améliorer la diversification de l'offre touristique québécoise en matière de tourisme hivernal en renforçant une offre multiactivités par des projets structurants.

Si on pense à la Stratégie de mise en valeur du tourisme événementiel maintenant, les objectifs spécifiques sont de renforcer la compétitivité et viser la croissance des produits identifiés à la Stratégie de mise en valeur du tourisme événementiel; d'augmenter également l'achalandage en soutenant la structuration de l'offre autour des routes et des circuits touristiques.

En ce qui concerne la Stratégie de mise en valeur du tourisme de nature et d'aventure — et vous me permettrez une pause — , donc, les objectifs spécifiques sont de renforcer le développement et le renouvellement des produits identifiés dans la Stratégie de mise en valeur du tourisme de nature et d'aventure, de même que d'accroître la collaboration et les partenariats d'affaires entre les parcs nationaux ou les chefs de file de la villégiature en milieu naturel avec des entreprises performantes offrant des produits identifiés dans la stratégie.

Maintenant, il y a aussi la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique, comme je le mentionnais. Alors, les objectifs spécifiques, c'est de toute évidence de hausser l'attractivité des 10 pôles du Saint-Laurent identifiés à la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique 2014‑2020. On parle de Montréal, de Trois-Rivières, de Québec, du parc marin du Saguenay—Saint-Laurent, du Saguenay—Lac-Saint-Jean, de Baie-Comeau, de Sept-Îles, de Havre-Saint-Pierre, de Gaspé, des Îles-de-la-Madeleine également. De renforcer la compétitivité toujours et viser la croissance des produits prioritaires, donc, des croisières internationales. Et je me permettrai bien évidemment une parenthèse : Vous savez à quel point, pour plusieurs d'entre vous, je tiens à l'industrie des croisières dans le Saint-Laurent, pour avoir moi-même participé, donc, au développement de la stratégie des croisières dans le Saint-Laurent, avoir été responsable, de 2003, donc, à 2014, année de mon élection, des études de retombées économiques et des études de satisfaction dans l'ensemble des ports du Québec et avoir eu le privilège de voir arriver les navires dans la plupart de ces ports, je dois vous dire que l'industrie des croisières dans le Saint-Laurent se porte bien. Et il est vraiment apprécié par les régions, donc, de recevoir ces navires de capacité impressionnante qui viennent laisser des retombées économiques importantes dans nos régions.

Maintenant, il y a aussi les croisières fluviales et maritimes. Dans Charlevoix par exemple, on voit des initiatives, il y a des gens qui souhaitent pouvoir réaliser leur projet de croisière fluviale sur le Saint-Laurent. L'utilisation du Saint-Laurent pourrait être maximisée encore, et c'est un souhait, donc, du gouvernement. Il y a les croisières excursions, observation des mammifères marins, et je me permettrai à ce moment-ci de souligner qu'un des projets réalisés, donc, dans Charlevoix avec une entreprise, donc, partenaire, un citoyen corporatif important, AML, consiste à justement renouveler la flotte des navires permettant l'observation des mammifères marins, donc, les excursions aux baleines.

Ensuite, il y a les sites naturels et patrimoniaux, donc, le nautisme, les festivals et événements. Festivals et événements très importants d'ailleurs dans l'ensemble des régions du Québec. Et c'est une aide conséquente et significative qui a été accordée via le programme du festivals et événements. Dans Charlevoix—Côte-de-Beaupré uniquement, sept festivals et événements ont bénéficié, donc, de cette aide. Et augmenter évidemment aussi l'achalandage en soutenant la structuration de l'offre des routes et des circuits touristiques liant les pôles du Saint-Laurent.

Et pour ce qui est de la Stratégie touristique québécoise au nord du 49e parallèle maintenant, les objectifs spécifiques sont d'accroître la capacité et la qualité de l'hébergement, de diversifier les activités des pourvoiries afin d'attirer une nouvelle clientèle, d'augmenter les infrastructures et les attraits touristiques, d'augmenter l'achalandage en soutenant la structuration de l'offre et d'accroître le développement et le renforcement de l'expertise en région. Mme la Présidente, pourriez-vous me dire combien de temps il reste s'il vous plaît?

La Présidente (Mme Richard) : Il vous reste 2 minutes.

Mme Simard : Alors, écoutez, avec tous ces éléments, donc, toutes ces aides disponibles, je vais simplement inviter en deux minutes ma collègue ministre à nous faire part de ses commentaires, finalement, sur justement les aides que nous avons maintenant et dont peuvent bénéficier les entreprises et les organismes du milieu.

• (10 h 40) •

La Présidente (Mme Richard) : Merci beaucoup, Mme la députée. Oui.

Mme Boulet : Merci, Mme la Présidente, et je remercie ma collègue...

Mme Simard : ...aides disponibles. Je vais simplement inviter, en deux minutes, ma collègue ministre à nous faire part de ses commentaires, finalement, sur justement les aides que nous avons maintenant et dont peuvent bénéficier les entreprises et les organismes du milieu.

La Présidente (Mme Richard) : Merci beaucoup, Mme la députée. Oui.

Mme Boulet : Merci, Mme la Présidente. Et je remercie ma collègue Caroline Simard, là, la députée de Charlevoix, mais qui est aussi mon adjointe parlementaire et qui a travaillé très fort pour notamment la stratégie d'accueil, qui a été déployée... c'est à l'automne dernier, et qui va travailler également sur la stratégie de tourisme d'affaires, alors, parce qu'elle est issue de ce secteur d'activités là, donc elle a une expertise qui est profitable et qui va être mises à contribution dans l'élaboration de cette stratégie-là.

Alors, moi, je suis très fière, Mme la Présidente, parce qu'au cours des deux dernières années le gouvernement a mis beaucoup d'argent à la disposition de l'industrie touristique. Et je dis souvent : On est privilégiés, mais, en même temps, on a bénéficié d'une conjoncture, mais on a un momentum à saisir qui est important, les partenaires privés sont au rendez-vous, les partenaires, les promoteurs, les entreprises sont des gens avec beaucoup de talent, sont visionnaires, sont audacieux, et on a beaucoup de projets. Alors, il y a beaucoup d'initiatives qui ont été présentées dans le cadre des stratégies, dans le cadre de l'EPRT, alors... dans le cadre de tous les programmes dont on dispose actuellement. Alors, le gouvernement, avec les chiffres dont... l'industrie est capable de démontrer qu'elle est un moteur économique important, qu'elle se retrouve dans toutes les régions du Québec, qu'elle crée de la richesse, qu'elle crée des emplois. Alors, avec ces chiffres à l'appui là, le gouvernement n'avait pas le choix d'être un partenaire financier pour soutenir toutes ces initiatives-là. Alors, je pense que ça a été bénéfique à tous les points de vue.

La Présidente (Mme Richard) : Merci. Nous allons maintenant du côté du deuxième groupe d'opposition. Mme la députée de Mirabel, vous avez la parole pour débuter vos échanges.

Mme D'Amours : Merci, Mme la Présidente. À mon tour de saluer Mme la ministre et tous les gens qui l'accompagnent, ainsi que mes collègues du gouvernement et de la deuxième opposition.

M. Traversy : La première. Première...

Mme D'Amours : La première opposition, pardon. Excuse-moi. Merci, Excuse-moi. Quel beau lapsus.

Cette année...

Des voix : ...

La Présidente (Mme Richard) : Allez-y, Mme la députée.

Mme D'Amours : Merci.

M. Traversy : ...

La Présidente (Mme Richard) : M. le député de Terrebonne, s'il vous plaît!

Mme D'Amours : Cette année, le budget du ministère sera de 185 millions, contre 171 millions en 2017‑2018. Toutefois, les crédits votés l'an passé étaient de 147 millions. Donc, moi, j'aimerais savoir : comment se fait-il que les dépenses du ministère de 2017‑2018 ont largement excédé les crédits votés?

La Présidente (Mme Richard) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, Mme la Présidente... alors la différence entre les deux, là, évidemment, j'ai toute la liste ici, là, mais c'est suite au budget, aux argents qu'on a eus dans le discours du budget et suite au budget, également, donc il y a eu des bonifications importantes des sommes d'argent sur différents programmes... en fait, le PSSDT qui a été bonifié de façon substantielle. Alors, c'est ce qui explique la différence entre les crédits et les budgets qu'on a eus. Alors, il y a eu... j'ai toute la liste ici, détaillée, on pourra la fournir à la députée, ça va nous faire plaisir. Donc, on va... essentiellement, c'est l'enveloppe de dépenses qui est passée de 59 millions à 90 millions de dollars, parce qu'il y a eu des ajouts, des bonifications au niveau de nos programmes, et le principal ajout, c'est au PSSDT. Mais ça me fera plaisir de donner toute la fiche détaillée avec... Et on a chaque poste, évidemment, la Régie des installations olympiques, le Centre des congrès, le Palais des congrès, alors chaque... également chaque société d'État est inscrite, et j'ai la déclinaison des montants d'argent qui ont été ajoutés en fonction des nouveaux... des ajouts qui ont été faits dans les programmes, je pourrai donner la feuille à la députée, ça me fera plaisir, avec tous les détails.

La Présidente (Mme Richard) : Oui, allez-y.

Mme D'Amours : Est-ce que la ministre peut aussi nous fournir les revenus du ministère?

Mme Boulet : Les revenus du ministère? Bien sûr qu'on peut vous fournir ça.

Mme D'Amours : À jour. Oui?

Mme Boulet : Bien oui, tout à fait, on va vous fournir ça, ça nous fait plaisir.

Mme D'Amours : Est-ce que... en fait, je vais aller aussi concernant les organismes relevant le ministère. Vous en avez deux qui sont déficitaires. Il y a la Régie des installations olympiques, qui... un déficit de 3 millions, et le Centre des congrès, qui a un déficit aussi de 2 millions. Pourquoi est-ce que ces sociétés d'État sont toujours en déficit?

Mme Boulet : Vous me permettez que j'invite les directeurs généraux à venir vous exprimer leur réalité? Parce que je pense qu'ils ne sont pas là pour faire de l'argent, ils sont là pour mener une mission gouvernementale qui est structurante pour l'industrie touristique. Alors, je pense qu'ils seraient très heureux de venir vous commenter... est-ce qu'il y a des raisons précises, particulières. Alors, Michel puis...

La Présidente (Mme Richard) : Merci, Mme la ministre, nous allons demander... Bonjour, bienvenue à l'Assemblée nationale — excusez-moi — on va demander quand même de vous identifier et de dire votre fonction. Et, avec le consentement des parlementaires…

Des voix : Consentement.

La Présidente (Mme Richard) : Oui, j'ai consentement. Parfait...

La Présidente (Mme Richard) : …merci, Mme la ministre, nous allons demander... Bonjour, bienvenue à l'Assemblée nationale — excusez-moi — on va demander quand même de vous identifier et de dire votre fonction. Et, avec le consentement des parlementaires… Oui, j'ai consentement, parfait.

M. Labrecque (Michel) : Oui, bonjour. Michel Labrecque, président-directeur général du Parc olympique. Quelle année de référence, madame? Parce que, sur l'année 2016‑2017, on a un excédent de revenus de 200 000 $ au rapport annuel; sur l'année précédente, le déficit est de 1,4 million; et, sur l'année 2014‑2015, l'excédent des produits sur les charges est de 2,1 millions.

La Présidente (Mme Richard) : Mme la députée.

Mme D'Amours : En fait, je veux juste… Moi, j'ai le… Le concentré de ce que j'ai comme information sur les années… Je ne peux pas vous les donner, parce que j'ai juste le concentré, mais je peux… C'est les deux dernières années, qu'on m'indique.

M. Labrecque (Michel) : On voit les deux dernières années au rapport annuel qui vient d'être déposé par la ministre à l'Assemblée nationale. Vous remarquerez que, pour l'année 2000… Je prends 2014‑2015, là, puis je vais remonter. Un excédent de produits sur les charges de 2,1 millions, donc un surplus. En 2015‑2016, un excédent de dépenses ou de charges sur les produits de 1,4 million. Et l'année dernière qui s'est terminée, un excédent de produits de 200 000 $. C'est le rapport qui a été déposé à l'Assemblée nationale.

La Présidente (Mme Richard) : Mme la députée.

Mme D'Amours : La société de Montréal?

M. Labrecque (Michel) : Le Parc olympique.

Mme D'Amours : Le Parc olympique? On n'a pas les mêmes…

M. Labrecque (Michel) : Oui, la Régie des installations olympiques de Montréal.

Mme D'Amours : Parce que la régie des installations, si je regarde, là, le budget 2018‑2019…

M. Labrecque (Michel) : Le prochain budget, celui en devenir, où il y a un déficit anticipé, donc, présentement, de moins 3 millions de dollars. Et je peux vous expliquer les raisons principales. Vous savez, on est dans des cycles événementiels. Donc, en tenant compte des événements qu'on tient au parc, en tenant compte des performances, par exemple, comme l'Impact de Montréal, lorsqu'il fait une bonne performance en fin d'année, on a des revenus, donc on est très tributaires des performances des équipes sportives ou des promoteurs. Notre budget est très sensible de ce point de vue là. Même si on fait beaucoup de développement pour attirer les nouveaux promoteurs, qui plus est, comme vous le savez, à partir du mois de novembre, compte tenu de l'état de la toiture, c'est extrêmement difficile d'attirer de nouveaux promoteurs, parce qu'il y a un grand risque d'annuler les événements. Mais, bonne nouvelle, le gouvernement nous a autorisés à remplacer la toiture. La ministre a mené de main de maître ce dossier-là. Mais c'est vrai que, pour l'année qui s'en vient, nous anticipons présentement un déficit de moins 3 millions. Je vous dirais, en vous rassurant, que les dernières années, en fin d'année, on arrive toujours au voisinage d'un équilibre, mais c'est difficile.

Mme D'Amours : Vu que vous êtes présents, on a eu des migrants qui ont été logés temporairement dans vos installations.

M. Labrecque (Michel) : Oui, des demandeurs d'asile.

Mme D'Amours : Exactement. Est-ce que vous êtes capables de chiffrer comment ça a coûté à votre organisme de loger ces gens-là temporairement? Est-ce qu'il y a une facture qui a été donnée?

M. Labrecque (Michel) : Oui. L'ensemble… Oui, c'est le ministère, bien sûr, de la Santé qui a assumé les frais de l'hébergement que nous avons fait de façon… Bien évidemment, nous, on a répondu à une demande qui a été faite du gouvernement, qui a assumé les frais de location, d'hébergement, de lit, de nettoyage… Les repas n'étaient pas fournis par nous, c'était un concessionnaire.

La Présidente (Mme Richard) : M. Labrecque, je vais juste vous demander peut-être des réponses un petit peu plus courtes pour permettre de maximiser le temps d'échange pour le deuxième groupe d'opposition.

M. Labrecque (Michel) : Le chiffre pourra vous être fourni exactement quant aux revenus.

Mme D'Amours : J'apprécierais, Mme la Présidente, d'avoir les chiffres.

Donc, j'irais à une autre question parce que je vais manquer de temps. On a… J'ai rencontré M. Daveau, qui avait un projet pour l'ambassade culturelle des Premières Nations. Et, bon, quand il m'a présenté son projet…

Une voix :

Mme D'Amours : Oui, M. Dave Laveau. Est-ce que… Bon, j'imagine qu'il vous l'a présenté aussi? Parce qu'il attend une réponse du ministre… du ministère… du Québec. Parce qu'il a tout fait les démarches. Au fédéral, ça fonctionne. Les nations ont toutes signé une entente. Elles ont le terrain. Montréal est prête. Il manque juste Québec. Moi, j'aimerais savoir… Parce que c'est un projet, quand même, d'une grande importance pour l'histoire du Québec, pour les nations du Québec, alors j'aimerais avoir votre appui là-dessus ou… Avez-vous des nouvelles à nous donner sur ce projet?

• (10 h 50) •

Mme Boulet : Bon, en fait, Mme la Présidente, ça me fait plaisir de parler du legs autochtone, le dossier du legs autochtone. Et, oui, j'ai rencontré M. Laveau à plusieurs reprises sur ce dossier-là…

Mme D'Amours : ...du Québec. Alors, j'aimerais avoir votre appui là-dessus ou avez-vous des nouvelles à nous donner sur ce projet?

Mme Boulet : Bon, en fait, Mme la Présidente, ça me fait plaisir de parler du legs autochtone, le dossier du legs autochtone. Eh oui, j'ai rencontré M. Laveau à plusieurs reprises sur ce dossier-là. Évidemment, vous comprendrez que c'est un projet d'envergure. Minimalement, c'est une cinquantaine de millions. Mais, 50 millions, on peut penser que ça peut être un peu plus que ça. Ça ne concerne pas seulement que le ministère du Tourisme, ça interpelle également le ministre au Secrétariat aux affaires autochtones, la ministre de la Culture, le ministre des Affaires municipales, la ministre du Tourisme. Alors, sur... bien, écoutez, moi, je suis en accord avec le projet, c'est un merveilleux projet, une vitrine extraordinaire pour les autochtones, et ça serait dans le centre-ville, là, de la métropole.

De défi qu'il a, c'est qu'il reste certaines ficelles à attacher, notamment un le montage financier pour construire l'infrastructure. Mais leur défi principal, c'est d'assurer les coûts d'opération par la suite. Alors, qui sera au rendez-vous? Est-ce qu'ils ont un fonds de prévision qui va permettre de... les fonds de roulement, là, finalement, pour le personnel, pour l'entretien du bâtiment? Pour toutes ces choses-là, il leur reste encore des choses à attacher. Alors, je vous dirais que le gouvernement du Québec est d'accord avec le produit, est d'accord avec le projet. Maintenant, il faut que le promoteur nous fasse la démonstration qu'un coup que la construction sera faite, qu'on pourra assurer la pérennité de l'infrastructure et qu'on puisse assurer la survie également, l'entretien, la survie et les emplois qui y seront associés. Alors, ça demeure ça leur principal enjeu.

La Présidente (Mme Richard) : Peut-être des réponses plus courtes, Mme la ministre, parce que je sais que le temps file. Mme la députée.

Mme D'Amours : Bien, en fait, je voulais intervenir parce que mon collègue qui est responsable des Affaires autochtones avec le ministre, et mon collègue a posé la question, et le ministre semblait ne pas être au courant... En fait, il était au courant du dossier, mais il disait qu'il fallait attendre que les nations soient toutes d'accord puis qu'il y ait un traité, on va l'appeler comme ça, un traité de signé entre eux, et ça a été fait. Tout est fait, puis là je me demande : Est-ce que vous avez fait des démarches avec le fédéral? Vous, le provincial est-ce que vous avez fait des démarches avec le fédéral? Parce que le dossier, à ce qu'il paraît, il est complet. Si ça a été accepté au fédéral, pourquoi nous, ici, ça bloque?

Mme Boulet : Alors, mon collègue des Affaires autochtones a répondu également sur le montage financier, e. Et le ministre des Finances a eu des pourparlers avec le fédéral. Évidemment, ça fait partie également aux Affaires municipales, dans ces négociations avec les priorités de la métropole. Quand le fédéral transfère des sommes d'argent à la métropole, alors la métropole, elle veut la ville, donc la mairesse décide d'investir sur quel projet. Alors ça, c'est toutes des choses qui doivent être précisées. Mais le défi et l'enjeu, nous, qu'on leur a demandé spécifiquement, c'est : Dave, est-ce que vous êtes capables de nous faire la démonstration qu'un coup que l'infrastructure soit construite, comment on va assurer la pérennité et l'opérationnalité de cette infrastructure-là?

Alors, vous comprenez que, quand on donne des chiffres, qu'on a des prévisions, il faut que, les prévisions, elles soient conservatrices. On ne peut pas avoir des prévisions optimistes en termes d'achalandage. Alors, c'est le défi et l'analyse que les gens, chez nous, ont faits au ministère du Tourisme pour s'assurer qu'on ne construit pas quelque chose qui après aura de la difficulté à être ouvert puis à proposer des choses intéressantes aux touristes qui viendront chez nous.

La Présidente (Mme Richard) : Merci. Mme la députée

Mme D'Amours : Merci. Je vais vous parler des contrats du Centre des congrès du Québec. Vous savez que nous avions... mon collègue avait fait des demandes d'accès à l'information, puis qu'on avait découvert qu'il n'y avait pas nécessairement, je vous dirais, de contrats qui passaient par un processus d'appel. On a envoyé une lettre à la Vérificatrice générale qui est datée du 7 février. Mais, entre temps, parce que c'était quand même assez aberrant, hein? C'est de l'argent des contribuables. Puis, pour avoir une transparence, ça prend des mesures pour avoir un processus d'appel d'offres, en tout cas, raisonnable. Qu'est-ce que la ministre a fait pour... depuis ce temps pour soumettre... tu sais, parce que je sais que vous avez fait la demande et qu'il y avait eu un refus. Alors, j'aimerais savoir quelle a été votre démarche après ça.

La Présidente (Mme Richard) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, ça me fait plaisir, Mme la Présidente, d'autant plus que j'avais répondu à cette question-là à l'Assemblée nationale. Alors, le règlement sur les contrats de concession du gouvernement normalement ne s'applique pas aux sociétés, soit la à la Société du Centre des congrès, au Palais des congrès, et à la Régie des installations olympiques. Mais comme le dit la collègue, et elle a raison, ces sociétés d'État là sont financées. Ces contrats-là ne coûtent pas d'argent aux sociétés d'État, alors c'est pour ça que ça ne s'applique pas dans le règlement.

Maintenant, comme les sociétés d'État sont financées par de l'argent public année après année, alors le principe...

Mme Boulet : ...des installations olympiques. Mais comme le dit la collègue, et elle a raison, ces sociétés d'État là sont financées. Ces contrats-là ne coûtent pas d'argent aux sociétés d'État, alors c'est pour ça que ça ne s'applique pas dans le règlement.

Maintenant, comme les sociétés d'État sont financées par de l'argent public année après année, alors le principe de la transparence était pour moi fondamental. J'ai demandé et j'ai même écrit le 6 novembre 2017, j'ai écrit aux trois P.D.G. afin de les informer — et je peux lire, là : «Il serait souhaitable, lors du renouvellement de ce type d'entente ou de toute autre entente de concession, de procéder à un appel d'offres afin d'offrir la possibilité à un concessionnaire potentiel qualifié de participer au processus d'appel d'offres et ainsi permettre à votre société d'optimiser le montant des redevances obtenues tout en renforçant la confiance du public dans les processus utilisés pour l'attribution du contrat.»

Le 8 février 2018, j'ai écrit une directive qui est encore venue renforcir ma première lettre : «Considérant que la majorité de votre budget... le budget de votre société est constitué d'une subvention provenant des crédits du ministère du Tourisme votés par l'Assemblée nationale, et afin de respecter l'esprit de la loi et de favoriser le maintien de la confiance du public quant au processus contractuel, j'enjoins votre société à appliquer le règlement.»

Alors, c'est une question de transparence et de confiance du public. Les sociétés, les trois, pourraient venir ici vous préciser que même tout ce qui était en processus a été arrêté et va aller en appel d'offres. Alors, tous les contrats de concession dorénavant vont procéder par appel d'offres. Même ceux qui étaient en processus ou en préparation ont été arrêtés et vont aller en processus d'appel d'offres.

La Présidente (Mme Richard) : Mme la députée.

Mme D'Amours : Est-ce qu'on pourrait avoir des preuves de ça? Est-ce qu'on pourrait vraiment mettre ça en arrière de nous puis d'avoir un... Est-ce que les appels d'offres sont déjà envoyés?

Mme Boulet : ...l'appel d'offres est déjà envoyé.

Mme D'Amours : Envoyé.

Mme Boulet : Et c'est public. Pour l'instant, assurément qu'ils sont...

(Consultation)

Mme Boulet : Ils sont en préparation de l'appel d'offres. Mais c'est public.

Mme D'Amours : Québec aussi?

Mme Boulet : Oui, c'est Québec. M. Bouchard est de Québec, là. Est-ce que vous voulez qu'il vienne vous parler, madame, si vous le souhaitez?

Mme D'Amours : Non. Pas du tout. Pas du tout.

Mme Boulet : Mais c'est en préparation.

Mme D'Amours : Parfait.

Mme Boulet : C'est complexe, là. Ce n'est pas des petits contrats, c'est d'une grande complexité. Alors, il faut bien préciser les choses pour ne pas que les gens soumissionnent puis que... ils ont mal compris, ils ont mal saisi la portée ou l'ampleur du contrat. Donc, je sais qu'à Québec on se fait accompagner par des spécialistes qui vont les aider à structurer l'appel d'offres pour qu'il soit... qu'il corresponde réellement aux besoins de l'entreprise.

Mme D'Amours : Est-ce qu'il y a un échéancier pour...

Mme Boulet : Oui. Il y a des dates pour quand l'appel d'offres va être lancé. Je n'ai pas le calendrier, mais on peut vous fournir ça. Alors, quand l'appel d'offres va être rendu public : le délai qu'ils auront pour déposer des propositions, après ça, la procédure d'analyse, puis quand le contrat sera attribué.

Mme D'Amours : Mais, moi, je veux savoir... En fait, l'organisme qui est là présentement, qui gère ça, a déjà travaillé avec des appels d'offres. D'ailleurs, elle avait... il y a longtemps. Ça fait que donc là il n'y en a pas eu du tout, puis là, bien, vous dites qu'ils ont besoin d'accompagnement pour instaurer un processus pour aller en appel d'offres.

Mme Boulet : Non. La compagnie qui était déjà là, elle, elle n'a pas procédé par appel d'offres, mais le Centre des congrès, lui, n'en avait pas fait, d'appel d'offres, sur ce genre de contrat là. Alors, là il est en train de définir ses besoins sur papier quand... dans un processus d'appel d'offres. Alors, c'est là-dessus qu'il se fait accompagner pour monter sa grille, ses exigences, ça représente quoi en termes de travail, combien d'employés, combien d'événements sont tenus, c'est quand les horaires le soir, la fin de semaine, combien de semaines par année. Alors, il est après définir les besoins de son organisation. Alors, pour monter un appel d'offres, il faut qu'il soit le plus précis possible parce que les soumissionnaires qui appliquent dessus, il faut qu'ils appliquent sur quelque chose qu'ils comprennent bien, parce que ce n'est pas le même prix quand on ne comprend pas bien les affaires. Alors, il faut bien définir les besoins de l'organisation. C'est ce qu'ils sont après faire. Ils sont après se faire accompagner pour ça et pour que quand ils déposeront l'appel d'offres, les soumissionnaires sauront parfaitement bien, avec une lecture fine des besoins de l'organisation.

Mme D'Amours : Vous avez envoyé une lettre, vous dites, le 6...

Mme Boulet : Le 6 novembre et le 8 février 2018.

Mme D'Amours : 8 février. Depuis...

Mme Boulet : Excusez-moi, Mme la Présidente, là. Je ne devrais pas... Excusez-moi.

Mme D'Amours : Moi, j'aimerais savoir, depuis ce temps, le travail... quel a été le travail effectué et à quel moment on va... l'organisme va pouvoir déposer un projet. Parce que c'est bien beau de mettre une structure puis d'être en étude, mais il faut avoir aussi combien d'années ça va prendre, combien de mois, combien d'années. Puis pendant ce temps-là, les gens, il faut qu'ils mangent, l'autre côté, là.

• (11 heures) •

Mme Boulet : ...Mme la Présidente, alors le contrat qui est en cours se poursuit, et l'objectif, je vais laisser parler M. Bouchard, mais l'objectif, c'est d'aller en début d'année, parce qu'évidemment la période des fêtes est une période très, très achalandée. Ce n'est peut-être pas le meilleur — excusez-moi l'anglicisme — timing pour un nouveau concessionnaire de venir débarquer au Centre des congrès puis d'être prêt. Alors, dès le début de l'année, l'appel d'offres va...


 
 

11 h (version non révisée)

Mme Boulet : ...l'objectif, je vais laisser parler M. Bouchard, mais l'objectif, c'est d'aller en début d'année parce qu'évidemment la période des fêtes est une période très, très achalandée. Ce n'est peut-être pas le meilleur, excusez-moi l'anglicisme, timing pour un nouveau concessionnaire de venir débarquer au Centre des congrès puis d'être prêt. Alors, dès le début de l'année, l'appel d'offres va permettre que... Mais je vais laisser M. Bouchard vous donner des précisions sur les étapes à venir quand l'appel d'offres sera lancé, quand il sera prêt et quelle sera la période de dépôt des soumissionnaires.

La Présidente (Mme Richard) : Merci, Mme la ministre, M. la députée.

Mme D'Amours : Moi, je veux juste des dates. Ça fait que j'aimerais que vous soyez très bref dans vos...

La Présidente (Mme Richard) : M. Bouchard, si vous pouvez être bref, vous identifier puis...

M. Bouchard (Pierre-Michel) : Pierre-Michel Bouchard, P.D.G. Société du centre des congrès. Les dates, madame, c'est... de toute façon, on n'y était pas allé parce que c'était à l'origine du centre, il y a 20 ans. Maintenant, on n'avait pas d'obligation légale. Maintenant, suite à la demande de Mme Boulet, nous allons préparer un appel d'intérêt. On s'est fait aider par les gens des Services partagés pour dire : On va faire un appel d'intérêts parce que ce n'est pas un contrat, faire plus de hors-d'oeuvre, là, c'est un contrat de gérer une cuisine au complet avec des équipements qui valent plusieurs millions. Donc, ça prend du personnel, des fois, 300 serveurs, à pointe à tel endroit. Il faut que cette compagnie doit avoir ça.

La Présidente (Mme Richard) : Excusez, M. Bouchard, mais le temps, il file puis les parlementaires, je dois protéger leur temps. Allez-y, Mme la députée.

Mme D'Amours : Je suis désolée, je ne voudrais pas avoir l'air impolie, mais je veux vraiment des dates. Quand ça va être fonctionnel, votre système, parce que je l'entends, là, que c'est... vous n'êtes pas obligé, que c'est une loi. Mais pour la transparence, puis pour les fonds des citoyens, donc...

M. Bouchard (Pierre-Michel) : Nous prévoyons faire l'appel d'intérêts pour que le plus de soumissionnaires possible au Québec puissent venir à une journée d'information, connaître l'ampleur sur quoi ils vont soumissionner, et on pense faire ça dans la dernière quinzaine d'août, d'être prêts dans la dernière quinzaine d'août pour envoyer en début septembre l'appel d'offres tel quel, statuer sur l'appel d'offres en octobre et après ça, s'assurer d'une transition harmonieuse et on sert 15 000 repas dans le temps des fêtes. Donc, il n'y a pas une compagnie qui peut obtenir 25 permis d'alcool et trouver 350 employés comme ça. Il faut que la transition, si on changeait de soumissionnaire, doit absolument se faire de façon harmonieuse pour ne pas perdre nos revenus. Ça devrait être en janvier, la date fixe pour le changement...

La Présidente (Mme Richard) : Mme la députée.

Mme D'Amours : Merci, M. Bouchard. Merci. J'aimerais terminer... Il me reste combien de temps, madame...?

La Présidente (Mme Richard) : Il vous reste 2 min 45 s.

Mme D'Amours : J'aimerais terminer sur un sujet que je... j'ai déjà rencontré Mme la ministre au BAN. Puis on avait parlé de plan stratégique. On avait discuté sur le dernier plan stratégique qui avait... En fait, ça faisait 10 ans qu'il n'y en avait plus, ça n'avait pas été renouvelé. Ça, c'est en 2016. Donc, je suis allée voir pour le plan stratégique, parce que vous nous aviez mentionné, Mme la ministre, qu'on aurait un plan stratégique. Et là, je m'aperçois que, bon, on a un plan stratégique 2017‑2020 qui est en ligne, puis quand on le regarde, ce plan stratégique là, moi, je n'ai pas trouvé d'année de référence. On parle de pourcentage, mais on ne sait pas sur quoi c'est basé. Vous parlez d'alliance tourisme, mais pourtant qui ont les mêmes objectifs, quand on voit la vision, puis la mission, d'alliance tourisme, c'est la même chose que le ministère, mais, vous, vous le définissez comme tourisme d'agrément puis l'alliance, là, je vous dis, elle se définit comme partenaire de réussite de l'industrie du Québec. Donc, ce n'est pas juste de l'agrément. Quand je regarde ce plan-là, j'ai plutôt l'impression que l'industrie... c'est l'industrie qui vous aide à exister, le ministère.

Je sais que ce n'est pas ça. Mais quand on le regarde, là, le plan, quand je suis un entrepreneur en tourisme, et que je vois ce plan-là, ça ne me tire pas vers le haut. On a l'impression que c'est flou qu'il n'y a pas d'objectif, on a des montants, mais on n'a pas d'objectif, on a des programmes, mais on n'a pas d'objectif. Alors dans ce plan stratégique là, 2017‑2020, je m'aurais attendu à plus parce qu'il y a, en 2016, vous nous aviez dit : Après 10 ans, qu'il n'y avait pas de plan stratégique au ministère, que vous en élaboreriez un et c'est celui-là qu'on a aujourd'hui. Alors, je suis un peu déçue pour l'industrie touristique parce que c'est flou. Alors, j'aimerais savoir à quand un plan stratégique qui va avoir des années de référence puis des pourcentages, oui, mais on va se baser sur quoi pour être capable d'évaluer que le ministère a bien performé.

La Présidente (Mme Richard) : Merci, Mme la députée de Mirabel, il vous reste...

Mme Boulet : Mme la Présidente, alors je ne sais pas si la collègue députée s'est rendue à la fin du document, mais à mon avis, ça ne peut pas être plus clair que ça, Mme la présidente. Alors, à la fin, on a un tableau, un secteur touristique dynamique, on a quatre orientations : Assurer une mise en marché touristique efficace du Québec. Alors, l'alliance, elle ne fait que ça, la promotion et la mise en marché du Québec hors Québec et à l'international. Elle est dotée d'un budget de 108 millions de dollars jusqu'en 2020. On a ici...

Mme Boulet : … la Présidente. Alors, à la fin, on a un tableau : Un secteur touristique dynamique. On a quatre orientations.

Assurer une mise en marché touristique efficace du Québec. Alors, l'alliance, elle ne fait que ça, la promotion et la mise en marché du Québec, hors Québec et à l'international. Elle est dotée d'un budget de 108 millions de dollars jusqu'en 2020. On a ici les objectifs avec les cibles à chaque année et les pourcentages d'atteinte de cibles pour chaque année. Et j'ai ça pour l'orientation 1.

L'orientation 2 : Favoriser un environnement propice à l'investissement en tourisme. Il n'y a jamais un gouvernement qui a mis autant d'argent dans le tourisme que nous depuis les deux dernières années.

Orientation 3 : Faire une Québec une destination d'excellence en matière d'accueil et d'hébergement touristique. Alors, là aussi, dans le dossier de l'hébergement collaboratif, Dieu sait qu'il y a eu des pas.

Et il y a des années, comme… Contrairement à ce que dit la collègue, il y a des années, il y a des cibles pour chacune des années, pas rien que pour l'atteinte finale, pour 2017‑2018, 2018‑2019, 2019‑2020, dans chacun des objectifs de chacune des orientations.

Alors, sincèrement, si ça, ce n'est pas clair… Je pense que les partenaires de l'industrie, eux autres, trouvent qu'on s'en va à la bonne place puis qu'on a la bonne façon de le travailler.

La Présidente (Mme Richard) : Merci, Mme la ministre. J'ai pris sur le temps du gouvernement pour que vous puissiez répondre à Mme la députée de Mirabel.

Juste avant de vous donner la parole, M. le député, Mme la ministre, vous êtes engagée à faire parvenir des documents à la demande de la députée de Mirabel. Donc, peut-être faire parvenir à la commission du secrétariat au niveau des revenus du ministère du Tourisme. Il y avait aussi au niveau du coût d'hébergement avec les rangs au Stade olympique; également, le calendrier d'appels d'offres pour le Centre des congrès de Québec. Je comprends que… bon. Donc, quand la commission le recevra, Mme la députée de Mirabel et les autres membres de la commission, nous vous le distribuerons. M. le député de Maskinongé, vous avez la parole.

M. Plante : Merci beaucoup, Mme la Présidente. Mme la Présidente, ayant un peu partagé mon temps avec la ministre, j'aimerais savoir combien de temps il nous reste pour ce bloc.

La Présidente (Mme Richard) : Il vous reste 18 min 40 s.

M. Plante : Merci beaucoup, Mme la Présidente. Alors, tout d'abord, vous saluer. Saluer mes collègues du gouvernement. Saluer le député de Terrebonne, bien sûr, et la députée de Mirabel, et ma collègue la ministre du Tourisme.

Et je dois vous avouer, Mme la Présidente, ça… il se pourrait que, pendant mon intervention, on devienne un peu chauvins en vous parlant du développement de la Mauricie, et je suis convaincu que la ministre sera totalement en accord avec moi que c'est la plus belle région du Québec. Parce que, vous savez, Mme la Présidente, on ne pourrait se dissocier de la Mauricie, Mme la ministre et moi. Alors, pour vous dire que ça va me faire un plaisir de vous parler des différentes actions, mais aussi… Ma collègue m'écrit l'Estrie sur un papier. C'est une belle région aussi, mais on va préférer la Mauricie pour le moment de mon intervention, Mme la Présidente.

Mais vous dire à quel point je suis fier. Et, depuis octobre dernier, j'ai le privilège d'occuper la fonction d'adjoint parlementaire du premier ministre pour les régions, donc, parler de développement régional avec différents ministères. Et quel privilège d'être aujourd'hui à l'étude des crédits du ministère du Tourisme, qui est un moteur, une locomotive indispensable au développement de l'ensemble des régions du Québec. Et vous-même, qui êtes une députée d'une région rurale, allez totalement être en accord avec moi que le tourisme, l'industrie touristique est pour nous une locomotive extraordinaire qui permet à chacune de nos régions du Québec de se démarquer, mais aussi de créer des emplois.

Moi, je n'en parlerai jamais assez, Mme la Présidente, vous dire à quel point présentement, dans les différentes régions du Québec… mais je vais vous parler de la celle que je connais le mieux, qui est la Mauricie… mais à quel point aujourd'hui on crée des emplois dans différents secteurs, mais on crée des emplois aussi dans l'industrie touristique, qui nous permet de se développer et d'atteindre… moi, je vous dirais, en Mauricie, le plus bas taux de chômage depuis les 30 dernières années, ce qui est tout de même assez exceptionnel, Mme la Présidente.

Vous dire que l'augmentation aussi du nombre de visiteurs et l'accroissement des recettes touristiques sont extraordinaires dans plusieurs régions. Et on va se le dire, entre vous et moi, Mme la Présidente, que la stratégie, effectivement, j'ai entendu la ministre répondre à ma collègue de Mirabel tantôt, il n'y a pas un gouvernement qui a mis autant d'argent en tourisme que notre gouvernement depuis les deux dernières années. Et ça, Mme la Présidente, c'est assez exceptionnel.

Et je vous dirais, par la même occasion, que je suis heureux d'entendre ma collègue la ministre du Tourisme. Parce que, vous savez, quand qu'un dossier va bien, il est moins souvent sur la sellette. Quand qu'un dossier fonctionne bien, quand qu'un gouvernement fait son travail, bien, il y a moins de questions à la période de questions, il y a moins… parce que le dossier va bien. Et effectivement l'industrie touristique va bien.

• (11 h 10) •

Et je vais vous parler plus précisément des ententes de partenariat régional en tourisme, donc 2016‑2020. On le sait tous, ces ententes-là permettent aux ATR, donc aux Associations touristiques régionales et à d'autres partenaires régionaux de réaliser des projets de développement concrets, concrets dans chacune des régions. Et on en parlait hier à l'étude des crédits du ministre des Affaires municipales, volet Régions. Mais moi, je vous dirais, le développement à l'image des régions, le développement des régions par les régions est une vision de notre gouvernement et le ministère du Tourisme n'y échappe pas. Moi, je vous dirais, ces ententes de partenariat régional là permettent non seulement de faire lever des projets, donc, de créer des projets, créer de l'emploi, mais nous permettent aussi d'avoir une vision plus locale d'analyse des projets et plus territoriale. Donc, les projets sont analysés à l'image des gens de la région propre, que ce soit la Mauricie, l'Estrie ou…

M. Plante : ...et le ministère du Tourisme n'y échappe pas. Moi, je vous dirais : Ces ententes de partenariat régional là permettent non seulement de faire lever des projets, donc de créer des projets, créer de l'emploi, mais nous permettent aussi d'avoir une vision plus locale d'analyse des projets et plus territoriale. Donc, les projets sont analysés à l'image des gens de la région propre, que ce soit la Mauricie, l'Estrie ou les autres régions du Québec, permettent justement de faire des analyses concrètes qui répondent aux besoins.

On le sait, les critères d'admissibilité peuvent toucher plusieurs personnes, mais il y a des gens admissibles, tant au niveau des OBNL ou OSBL, les entreprises bien sûr, les coopératives, les municipalités aussi, Mme la Présidente, les communautés et nations autochtones reconnues par l'Assemblée nationale, et bien sûr tous regroupements de ces clientèles sont aussi admissibles.

Moi, je vous dirais, dans la région de la Mauricie, on est chanceux. Notre ATR fait un très, très bon travail. On a vu divers projets à travers les années avoir du financement, mais non seulement avec du financement, mais susciter l'intérêt de nouveaux promoteurs, parce qu'il y avait du financement disponible... Mme la Présidente. Vous dire que c'est pour moi un plaisir, aujourd'hui, surtout de vous dire que l'industrie touristique dans des régions comme la Mauricie est non seulement essentielle, mais est surtout, Mme la Présidente, quelque chose qui nous permet de se distinguer, de dire que la Mauricie est une des plus belles régions du Québec, mais d'attirer les touristes de partout dans le monde. Et on en est très, très fiers.

Alors, j'aurai deux brèves questions pour cette première intervention, Mme la ministre. Madame... M. le Président... alors, bonjour. Alors, on a un nouveau Président! Alors, bonjour, M. le Président. Alors, ma première question à Mme la ministre sera : quelle est sa vision, ou quelles sont les raisons d'être des associations touristiques régionales? Parce qu'on sait qu'elles sont essentielles, qu'elles font un bon travail.

Et en deuxième sous-question, ça va être : Est-ce qu'elle peut nous donner quelques exemples de projets soutenus par, justement, les EPRT? On le sait, il y a eu quelques annonces qu'on a vues, mais il y a des projets soutenus, et c'est sûr que j'aimerais qu'elle nous parle de quelques projets qui ont été soutenus dans la région de la Mauricie, et je suis sûr qu'elle va être d'accord avec moi, ce sont tous d'excellents projets. Alors, merci, M. le Président.

Le Président (M. Cousineau) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, merci, M. le Président. Alors, écoutez, ça me fait plaisir de parler des EPRT, parce que nos ATR, vous savez, les ministères, peu importe que ce soit l'Environnement, le Transport, l'Éducation, ils ont des directions régionales de leur ministère, alors qu'au Tourisme ce sont nos ATR qui sont un peu les bureaux régionaux du... de... qui représentent la ministre. Ce sont les ATR, alors ce sont nos partenaires dans toutes les régions du Québec. Et vous dire que ces gens-là sont disponibles, accessibles, sont présents sur le terrain, et c'est la première ligne du tourisme.

Alors, le tourisme, c'est une industrie, c'est un moteur économique exceptionnel dans toutes les régions du Québec. Et moi, je vous le dis de façon bien, bien réaliste : en Mauricie, heureusement qu'on a eu le tourisme pour diversifier notre économie, une économie qui était basée sur la grande entreprise depuis des décennies. Et, quand la grande entreprise a décidé de se retirer, de fermer ses portes, on perdait nos emplois à coups de 100, 200 emplois, 300, 600 emplois. Alors, c'était catastrophique comme situation.

Alors, on a été chanceux, privilégiés, en ce sens que, dans nos régions, on retrouve plein de trésors pour l'industrie touristique. Alors, je dis : C'est un vaste terrain de jeu pour l'industrie touristique. Alors, on a des paysages magnifiques, on a des forêts, on peut offrir de la chasse, de la pêche, des randonnées, on a des lacs. Alors, on a un terrain de jeu, et je regarde ma collègue de Charlevoix et c'est la même affaire.

Alors, les touristes qui débarquent, en grande partie, à Montréal viennent voir des milieux plus urbains, mais nous, en région, on peut les séduire avec plein de choses, avec du tourisme d'aventure, de nature et d'aventure, du... on a de l'événementiel qui s'est développé également beaucoup, de façon particulière, dans les régions. Et cet événementiel-là, vous le savez, tous les collègues de la députation nous parlent des événements qu'ils ont dans leurs comtés, à quel point c'est structurant, à quel point ça amène du tourisme, des visiteurs, ça occupe l'hébergement. Les auberges, les hôtels sont pleins, les restaurants sont pleins.

À quel point cette dynamique-là, elle est importante, elle crée une vitrine et elle permet aux communautés d'être vivantes, d'être dynamiques et de se positionner. Alors, ce tourisme-là, il est important. Maintenant, les EPRT, c'est une formule qui a été développée avec le ministère. Donc, on appelle ça des ententes régionales... ententes de partenariat régional en tourisme, dans lesquelles on a annoncé 12 millions de dollars, donc de 2016 à 2020, donc sur quatre ans; 3 millions de dollars par année à peu près.

Mais ce qu'il y a d'intéressant avec les EPRT, c'est que, pour chaque dollar investi par le ministère, l'ATR ou le milieu en met au moins un. Ça peut être plus que ça. D'ailleurs, dans l'année 1, les ATR ont mis 3 millions de dollars... c'est-à-dire, nous, le ministère, on a mis 3 millions de dollars et les ATR en ont mis 4 millions de dollars. Et, juste pour la première année de cette entente-là, qu'on vient de conclure, il y a eu 139 projets qui ont été soutenus pour un total d'aide financière de près de 7 millions de dollars. Et comme je vous disais, c'est 3 millions du ministère et à peu près...

Mme Boulet : ...c'est-à-dire, nous, le ministère, on a mis 3 millions de dollars, et les ATR en ont mis 4 millions de dollars. Et juste pour la première année de cette entente-là qu'on vient de conclure, il y a eu 139 projets qui ont été soutenus pour un total d'aide financière de près de 7 millions de dollars. Et, comme je vous disais, c'est 3 millions du ministère et à peu près 4 millions du milieu des ATR, donc... mais ça a généré des investissements totaux à la hauteur de 130 millions de dollars.

Alors, moi, ça, je trouve très intéressant, et on avait même demandé aux ATR de mettre un minimum de 10 % de ces enveloppes-là sur le programme Festivals et événements, parce que vous savez, on a tous des petits festivals et événements dans mon milieu, qui ne sont pas capables de s'inscrire dans le programme parce qu'ils n'ont pas l'achalandage, ils n'ont pas les revenus, ils n'ont pas les touristes. Alors, j'avais demandé, moi, dans le cadre de ces ententes-là, donner au moins 10 % de votre budget pour soutenir, les petits, petits événements dans vos milieux. Écoutez, on a dépassé largement le 10 %. Donc, les ATR ont été à l'écoute, ils ont investi 1,3 million de dollars dans leurs petits événements partout dans les régions du Québec. Alors, ils ont été en support.

Alors, moi, ces ententes-là, je trouve ça très intéressant parce que nos promoteurs qui ont des initiatives, souvent, il leur manque toujours un petit montant pour compléter le montage financier. Et je vous le rappelle, ce sont des subventions, ces sommes d'argent là. Alors, ça vient aider les promoteurs à compléter leur montage financier et à permettre à de belles initiatives touristiques de voir le jour. Alors, moi, comme ministre du Tourisme, je trouve ça très stimulant. D'ailleurs, ce genre d'entente de partenariat sera renouvelé dans le cadre du développement de la Stratégie numérique. On va également aller travailler avec les ATR pour rejoindre nos petites PME dans nos régions du Québec.

Alors, les ATR, moi, je tiens à saluer aujourd'hui tous les gens qui travaillent dans nos ATR, les directeurs généraux, les comités, également leur conseil d'administration avec leur président, parce que, sincèrement, ils font un boulot exceptionnel, ils sont totalement dédiés. Et, si l'industrie performe aussi bien actuellement, c'est qu'on a su étendre nos tentacules, et que tout le monde travaille avec des objectifs communs. Tout le monde travaille à faire progresser le Québec, mais à faire en sorte que notre destination touristique atteigne de nouveaux sommets. Alors, ça, c'est intéressant, et on travaille en étroite collaboration avec chacun d'eux.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, Mme la ministre. Alors, oui, M. le député de Maskinongé, il vous reste 8 min 17 s.

M. Plante : Merci beaucoup, M. le Président. Alors, j'écoutais avec attention la réponse de ma collègue la ministre, et tous lui reconnaîtront sa passion et son dévouement pour l'industrie touristique, mais, moi, je vous dirais, son dévouement pour l'ensemble des régions du Québec. Et vous avez effleuré le deuxième sujet que je voulais aborder avec vous et vous en avez parlé parce que c'est un sujet d'importance, en tout cas, chez nous comme chez vous, mais comme dans beaucoup d'autres circonscriptions du Québec, je vous dirais, c'est les festivals, événements.

On sait, on en a de tout type, tout genre, qui attire diverses clientèles. On peut parler, tant du Festival de la galette de sarrasin de Louiseville, que je vais vous parler avec plaisir et passion, qui va célébrer un anniversaire important cette année, mais ça peut aussi être des festivals plus ciblés avec des publics aussi comme le festival de la chasse, exemple, Mme la ministre, qui est dans votre circonscription, je crois.

Alors, vous dire à quel point, l'an dernier, vous avez rendu ces gens heureux en ayant, pour une première fois, une modification importante au programme des festivals et événements, et on comprendra tous que, le programme des festivals, événements est souvent le levier ou, du moins, la bougie d'allumage pour ces événements, ces organismes à but non lucratif qui sont souvent à bout de bras par des bénévoles, etc. Et comment planifier annuellement, d'année en année, une programmation qui va attirer les nouveaux touristes, les visiteurs parce qu'on sait que le succès d'un événement, c'est de savoir, oui, pour perdurer, il faut savoir se renouveler, se renouveler sur les bons principes. Et, moi, je vous dirais, l'aide financière du ministère du Tourisme est donc essentielle à ce moment-là. Et le programme, on le sait, comprend trois différents volets, soit le Festival, événements, tourisme majeur; le Festival, événements, tourisme d'envergure; le volet n° 3, c'est Innovation et opportunités qui est, à mon opinion, un nouveau volet qui a été grâce aux investissements faits l'an dernier, Mme la ministre.

• (11 h 20) •

Vous dire qu'une autre mesure, dans la modification de ce programme-là, qui a été vraiment, vraiment appréciée, ça a été la bonification pour les festivals en périphérie ou en région éloignée. On le sait, le Québec est grand, le Québec est diversifié et une région périphérique est peut-être parfois plus près pour attirer du tourisme. On parle, exemple, en Mauricie, on est à 1 h 30 min, 1 h 30 min, quand on est au sud, entre Montréal et Québec, mais quand on va plus au nord dans des régions, on peut parler de l'Abitibi-Témiscamingue, ou même, M. le Président, mon collègue des Îles serait fier, mais je pourrais vous parler des Îles-de-la-Madeleine, qui sont des régions plus éloignées où le déplacement est beaucoup plus coûteux et nous coûte, M. le Président, pour aller à ces événements-là. Donc, grâce à la modification du programme, c'est un 10 % pour les régions périphériques et un 20 % pour les régions considérées comme éloignées. Et ça, je vous dirais que ça a été une demande historique des festivals, événements en région, en région de partout au Québec, M. le Président.

Vous dire que...

M. Plante : ...pour aller à ces événements-là. Donc, grâce à la modification du programme, c'est un 10 % pour les régions périphériques et un 20 % pour les régions considérées comme éloignées, et ça, je vous dirais que ça a été une demande historique des festivals et événements en région, en régions de partout au Québec, M. le Président.

Vous dire que la... Aussi, une autre modification, ce sera pour les événements hors saison, donc, d'octobre à mai. On sait qu'organiser un événement en hiver, ça crée des contraintes plus difficiles. Non seulement au niveau de l'attraction des gens, mais au niveau des coûts aussi de l'événement. Donc, il y a des coûts qui sont plus onéreux que quand tu fais le festival en été, et il y a aussi la problématique... Tantôt, mon collègue de Terrebonne vous a abordé sur la main-d'oeuvre ou les étudiants qui pourraient modifier les sessions, etc., mais il y a aussi les bénévoles, disponibilité en hiver ou en été, c'est un peu différent, la saison des vacances, etc. Donc, ça peut être plus difficile, pour un événement, de trouver des bénévoles pour la bonne marche de leur événement.

Vous dire, M. le Président, que c'est avec grande fierté que j'étais en compagnie de la ministre lors de l'annonce de la modification des programmes qui s'est tenue à Trois-Rivières, et je vais vous dire, M. le Président, tous les intervenants, tous, sans contredit, étaient non seulement heureux, mais étaient surtout fiers que le gouvernement modifie et bonifie cette enveloppe-là, parce que c'était quelque chose d'essentiel. Puis, quand je vous dis... «une demande historique», on dit souvent ça, hein, que ce soit à la période de questions ou que ce soit certains collègues qui répondent en disant : Oui, oui, c'est une demande historique, on a répondu. Mais là je dois vous avouer que c'était vraiment avec passion. Et aucun... que ce soit un plus petit festival, au plus gros événement, tous étaient heureux et félicitaient la ministre et le gouvernement d'avoir justement fait cette transition-là et écouté leurs demandes. Alors, j'en ai parlé beaucoup, mais j'aimerais que la ministre nous explique et nous parle surtout du volet 3, donc Innovation, opportunités, parce que je sais que c'est un volet qu'elle tient à coeur, qu'elle s'est tenue pour aller chercher le financement, et j'aimerais, M. le Président, qu'elle nous parle de ce volet-là, qui est marquant pour l'ensemble de nos événements.

Le Président (M. Cousineau) : C'est clair que, si vous lui laissez du temps, elle va vous en parler. Il reste 3 min 37 s.

M. Plante : Oui, oui.

Des voix : Ha, ha, ha!

Le Président (M. Cousineau) : Il reste 3 min 30 s.

Mme Boulet : 3 minutes, c'est un peu bref, mais très heureuse de parler des festivals et événements, parce que Dieu sait qu'on est une région où ce secteur de l'industrie touristique est en grande, grande croissance, en grande effervescence. Il y avait 15 millions de dollars, dans cette enveloppe-là, on soutenait, à peu près, annuellement, 125 événements, et il y avait un moratoire depuis plusieurs années, donc on n'était pas en mesure d'en accueillir de nouveaux. Et, dans ceux qu'on accompagnait, il y en avait à peu près la moitié qu'on n'accompagnait pas à la hauteur de ce à quoi ils avaient droit, ça fait qu'il fallait assurément bonifier l'enveloppe.

Alors, on est allés chercher 7 millions de dollars de plus par année, donc une augmentation de 46 %, ce qui est assez exceptionnel, dans le cadre des programmes qu'on a au gouvernement, d'une seule année, d'augmenter de 46 %. Et les résultats sont que, cette année, on va soutenir 221 événements, alors c'est presque le double de ce qu'on était capables d'accueillir, à l'époque, et, comme le collègue disait, là, on a tenu compte, et c'était demandé... Parce que, vous savez, un festival, un événement, dans une région, n'a pas la même capacité d'aller chercher des sous, des partenaires financiers, des commanditaires, parce que, bon, les grandes entreprises ne sont pas nécessairement présentes, c'est toujours les mêmes personnes qui se font solliciter, alors ça devient un peu pénible. Alors, on a mis des bonifications à l'égard des événements qui se tiennent hors saison. Donc, c'est plus difficile, tout le monde en convient, de tenir un événement l'hiver que de le tenir en plein mois d'août. Alors, ça, c'était important pour nous, de stimuler ça, parce qu'on veut que le tourisme fonctionne 12 mois par année. Alors, il faut qu'il y ait des gens, des promoteurs qui créent des événements, qui créent cette dynamique-là en plein hiver.

Donc, on a bonifié l'aide qu'on leur a donnée, les événements qui sont l'hiver, les événements qui sont dans les régions éloignées, les régions périphériques. On a dit également qu'on était pour payer les études, parce que, souvent, on leur donnait 10 000 $, mais on leur demandait 5 000 $ pour payer des études. Alors là, on paie les études pour les petits et les moyens événements, alors ça, c'est important, c'est un bon coup de main. On a été en mesure également de signer des ententes triennales avec les plus performants d'entre eux et on a mis un volet d'aide à la croissance. Parce que nos gros événements, eux autres, étaient tous plafonnés, et le défi, bien, on veut dire... c'est vrai que vous êtes bons, mais il faut toujours être meilleurs, il faut toujours aller plus loin, innover, il faut toujours se moderniser, alors il y a une aide à la croissance. Alors, les événements qui sont grands, bien, s'ils continuent de grandir, en termes d'augmentation, de croissance d'achalandage, on était d'accord pour les aider de façon supplémentaire.

Le volet 3, là où il était très intéressant, c'est que, vous savez, les événements, des fois, ils arrivent à leur cinquième anniversaire, leur 10e anniversaire, où, tout court, ça va moins bien, puis ils s'aperçoivent que, pour ne pas laisser tomber, bien, ils doivent faire des changements importants, ils doivent apporter des nouveaux projets, des nouveaux programmes, ils doivent inviter... faire des choses particulières dans leur événement pour donner un second souffle, des fois, ou pour fêter un événement en particulier. Alors, le volet 3, il vient en soutien aux volets 1 et 2, qui est du financement annuel qu'on leur donne, en fonction évidemment de leurs chiffres et de leurs résultats. Mais le volet 3 vient accompagner des projets particuliers qui ne sont pas nécessairement récurrents à chaque...

Mme Boulet : ...donner un second souffle des fois ou pour fêter un événement en particulier. Alors, le volet 3, il vient en soutien aux volets 1 et 2, qui est du financement annuel qu'on leur donne en fonction évidemment de leurs chiffres et de leurs résultats. Mais le volet 3 vient accompagner des projets particuliers qui ne sont pas nécessairement récurrents à chaque année, mais qui viennent de façon ponctuelle soit pour une année anniversaire, soit pour une restructuration, soit pour une réorientation d'un événement. Alors, on vient en support pour les aider. Donc, ça vient compléter le montage financier et l'aide qu'on leur apporte. Et ça, je pense que, pour bien des éléments, ça a été décisionnel dans la poursuite de leurs activités.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, Mme la ministre. Alors, je passerais maintenant la parole au député de Terrebonne de l'opposition officielle pour 18 min 53 s.

M. Traversy : Merci beaucoup, M. le Président. Et de rappeler par la même occasion que le Parti québécois est l'opposition officielle. J'invite la députée Mirabel à la prudence, et elle se voit déjà au gouvernement. Entre le lièvre et la tortue, c'est la tortue qui l'emporte à la fin des Fables de La Fontaine, et tant que ça grouille, c'est que ce n'est pas mort. Alors, vous allez voir que l'avenir dure longtemps.

M. le Président, j'aimerais donc poser la question à la ministre du gouvernement sur la question du cannabis. Mme la ministre, le 1er juillet prochain, la légalisation du cannabis sera en vigueur sur le territoire québécois. Évidemment que plusieurs personnes se posent des questions sur l'harmonisation que cela va avoir avec nos événements touristiques. Donc, les municipalités sont en train de réfléchir à la façon dont les gens vont pouvoir consommer sur leur territoire. Le gouvernement du Québec est en train de légiférer sur la question ici même à l'Assemblée nationale. J'aimerais savoir de la ministre : Quelle est un peu sa vision des développements événementiels touristiques et de la consommation du cannabis? Est-ce que, dans nos événements touristiques, les gens vont pouvoir consommer librement? Est-ce qu'il y aura une directive de la part de Québec? Est-ce que ce sera du cas par cas pour les organisateurs des événements ou pour les municipalités? Peut-elle nous éclairer sur l'avenir et sur cette question.

Le Président (M. Cousineau) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Évidemment, ce dossier-là relève davantage de... la mise en place, les consultations, tout ça relève davantage du ministère de la Santé. Tout ce que je peux dire sur le cannabis, la démonstration parce que, quand tout ça est arrivé, puis qu'on a vu que le fédéral allait de l'avant, puis qu'il nous imposait cette... j'ai demandé au ministère de regarder partout sur la planète, partout où il y avait ce droit-là, où on avait le droit de consommer du cannabis, quel a été l'impact, quelle a été la réaction dans les événements ou dans le tourisme en général? Est-ce que le tourisme a débarqué davantage notamment en Californie parce que le cannabis était légalisé? Et ce qu'on m'a dit, c'est que les premiers mois, puis là, à l'époque, c'étaient les premiers à faire ça sur l'ensemble de la planète ou presque. Alors, les premiers mois, il y a eu des changements, donc une augmentation un peu de l'achalandage touristique. Les gens allaient là pour ça. Mais qu'après ça, ça s'est régularisé, puis on n'a pas vu d'impact sur... Cette législation-là, est-ce que c'était bénéfique pour le tourisme, est-ce que ça nous amenait un avantage? Et là il n'y a pas d'avantage concurrentiel parce que ça sera à la grandeur du Canada où le cannabis sera légalisé. Alors, à cet égard-là, on ne croit pas que ça va devenir un argument de vente pour inciter des touristes à venir chez nous. On ne croit pas.Mais, par conséquent, je comprends également qu'il y a un encadrement qui devra être fait, un encadrement rigoureux, puis ça, j'ai... c'est au ministère de la Sécurité publique, au ministère de la Santé...

Une voix : La CSST.

Mme Boulet : Hein? La CSST et tout ça, là. Il y aura un encadrement qui devra être fait. Moi, pour moi, ça s'ajoute à tout le volet sécurité lors de la tenue de nos événements. Alors, ça sera une affaire de plus, et je pense qu'il y aura peut-être lieu, à ce moment-là, de donner une formation aux regroupements des événements qu'on a au Québec, soit le FEQ ou soit le REMI. Peut-être qu'il y aura lieu de leur donner un accompagnement et une formation à l'égard d'est-ce qu'il y a des procédures particulières qu'on devrait suivre, est-ce qu'il y a des éléments de sécurité qui devraient être considérés. Alors, je pense que ça sera des discussions qu'on aura avec eux.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, Mme la ministre. M. le député de Terrebonne.

M. Traversy : Merci beaucoup, M. le Président. Alors, j'entends de la ministre qu'il n'y aura pas du tourisme de l'herbe au Québec. Donc, il n'y aura pas un produit, comment je pourrais dire, attractif qui va créer un nouveau volet de l'industrie touristique. Je l'entends très bien. Et par contre, moi, ma question c'était plus au niveau des événements. Donc, là, je comprends que la ministre veut former davantage les organisateurs ou les municipalités qui soutiennent des grands événements. J'aimerais qu'elle puisse préciser davantage sa pensée. Lorsqu'elle parle de sécurité, de formation, est-ce qu'elle envisage des «friend pot zone» à l'intérieur de certains événements ou des endroits où on peut consommer ou non du cannabis dans certaines de nos activités touristiques. Je veux juste avoir un peu plus de précisions là-dessus.

• (11 h 30) •

Mme Boulet : Bien vous savez, comme je le disais, M. le Président, il y a déjà des discussions entre le REMI, la SATQ puis la FEQ, là. Ces gens-là sont déjà très conscients. Ça va devenir légal, alors comment on contrôle quelque chose de légal? Je vous dirais que c'est dans l'abus. Est-ce que l'abus peut amener à des dérapes...


 
 

11 h 30 (version non révisée)

M. Traversy : ...je veux juste avoir un peu plus de précisions là-dessus.

Mme Boulet : Bien vous savez, comme je le disais, M. le Président, il y a déjà des discussions entre le REMI, la SATQ puis la FEQ, là. Ces gens-là sont déjà très conscients. Ça va devenir légal, alors comment on contrôle quelque chose de légal? Je vous dirais que c'est dans l'abus. Est-ce que l'abus peut amener à des dérapes? Alors, c'est ça qu'il faudra voir, mais c'est comme tous les éléments à considérer, comme quand il y a de l'abus de boisson. Alors, comment ces événements-là doivent se comporter, quelles sont les mesures de sécurité, parce que c'est plus difficile... Quelqu'un en état d'ébriété, c'est peut-être plus facile à identifier, à tout le moins à détecter, en tout cas quand ils sont au volant des véhicules ou des choses comme ça, que quelqu'un qui a consommé. Maintenant, étant donné que ça deviendra une matière qui peut être consommée de façon légale, là où j'en ai, moi, où je me dis qu'il y aura peut-être certaines précautions à prendre, et on est déjà en discussion avec les organisations qui regroupent ces événements-là. Quels seront les éléments plus distinctifs, ou qui seront plus problématiques qu'on devra considérer, et comment ces éléments-là vont devoir être encadrés?

Vous savez, quand quelque chose est nouveau, il y a beaucoup d'adaptation qu'il faut faire, hein? Alors, j'imagine qu'on va devoir vivre, et moduler, et adapter l'encadrement de ces pratiques-là dans la tenue... dans le cadre de nos grands événements. Ce n'est pas comme dans le quotidien, parce que là, il y a des foules importantes. Alors, il ne faut pas qu'il y ait de dérives, de dérapes. Alors, j'imagine qu'on va constater des choses, et en cours de chemin, il y aura certainement des améliorations qui devront être apportées par les événements, un encadrement plus rigoureux ou un suivi plus particulier de l'évolution de ce dossier-là.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, Mme la ministre. M. le député de Terrebonne. Il vous reste...

M. Traversy : Merci, M. le Président. Donc, je comprends qu'il va y avoir un suivi à cet égard, évidemment un encadrement ou une réflexion sur la question.

J'aimerais emmener la ministre maintenant un peu plus dans le coin des croisières et du tourisme maritime. Alors, j'aimerais lui parler des baleines noires, rapidement. Alors, les baleines noires qui sont une espèce en voie de disparition, M. le Président. Il en reste environ... 500 environ sur la planète.

Une voix :...

M. Traversy : Et voilà, et donc, et donc, en gros, là-dessus, j'aimerais donc savoir de la ministre, cette espèce en voie de disparition, évidemment pour laquelle nous saluons les efforts de préservation pour la biodiversité sur notre territoire, a quand même certaines conséquences sur l'industrie touristique, notamment des régions de la Gaspésie et de la Côte-Nord. Donc, certains bateaux de croisières, certaines escales sont annulées. Je regarde notamment dans le coin de Sept-Îles, M. le Président, dont la députée de Duplessis, qui siégeait à votre place il y a quelques minutes, donc, je vois que dans son coin de pays, c'est près de 7 000 touristes de moins qui fréquentent les attractions touristiques de Sept-Îles. Il y a beaucoup, donc, de bateaux de croisière qui décident de ne plus accoster à certains ports. Il y a donc des conséquences économiques majeures, notamment aussi dans le port de Gaspé où on dit que plus de six escales ont été annulées pour justement des raisons en lien avec la préservation des baleines noires.

Est-ce que du côté du ministère du Tourisme il y a des mesures ou des réflexions pour essayer d'atténuer les impacts de pertes économiques que cette mesure entraîne?

Le Président (M. Cousineau) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, merci, M. le Président. Alors, le dossier des baleines noires, évidemment, c'est un dossier sensible au Québec, parce que c'est une décision fédérale, alors, je tiens à le rappeler. Évidemment, c'est une espèce en voie d'extinction, et le gouvernement fédéral a ordonné aux navires de 20 mètres ou plus de ralentir leur vitesse à 10 noeuds, environ 19 kilomètres par heure, lorsqu'ils naviguent dans la partie ouest du golfe du Saint-Laurent allant de la côte nord du Québec au nord de l'Île-du-Prince-Édouard. Alors, on comprend que les croisières qui débarquent... on a neuf points de chute de nos croisières, qui sont Gaspé, Saguenay, Québec, Sept-Îles, Baie-Comeau, Havre-Saint-Pierre et les Îles-de-la-Madeleine, alors cette... en fait, cette interdiction de circuler là où on a aperçu des baleines noires, alors, a nui. Il y a des croisières qui ont décidé tout simplement de canceller leur visite, de canceller leur venue chez nous. Et ça a apporté des inconvénients, des pertes en revenus autonomes, notamment à Gaspé, à Saguenay et à Baie-Comeau. Mais l'endroit où on est le plus touchés par cette restriction-là, évidemment, c'est à l'escale de Gaspé.

Alors, on a fait... on a mis en place, et le gouvernement, ce qu'on fait, nous, actuellement, étant donné que c'est une directive qui... ou une interdiction qui relève du gouvernement fédéral, il y a un comité interministériel provincial qui a été mis en place par le Secrétariat aux affaires maritimes et il y a un comité fédéral-provincial qui se réunit de façon téléphonique une fois par semaine. Alors, on a cherché des solutions, des pistes, des avenues, des alternatives qui pourraient faire en sorte de conjuguer et de faire attention à préserver cette espèce animale, mais en même temps de permettre... est-ce que, bon, le fleuve est large, alors est-ce qu'on pouvait définir un corridor? Et c'est ce que le fédéral a proposé dernièrement. Je ne sais pas si le collègue a vu, mais il y a un corridor qui a été proposé par le gouvernement fédéral, je ne sais pas si le collègue de...

Mme Boulet : …à préserver cette espèce d'animal, mais en même temps de permettre… est-ce que… bon, le fleuve est large, alors est-ce qu'on pouvait définir un corridor? Et c'est ce que le fédéral a proposé dernièrement. Je ne sais pas si le collègue a vu, mais il y a un corridor qui a été proposé par le gouvernement fédéral. Je ne sais pas si le collègue de Terrebonne l'a vu, mais il y a un corridor…

Une voix :

Mme Boulet : Est-ce que… Je ne sais pas si le collègue a vu, mais il y a un corridor que le fédéral vient de rendre disponible, accessible aux croisiéristes, parce que sur ce corridor-là, à l'heure actuelle, on n'a pas vu de baleines. Évidemment, le fédéral dit : Le jour où je verrai des baleines, il faudra repenser. Mais, à l'heure actuelle, le fédéral a donné le O.K. pour que les croisiéristes, les croisières, les bateaux puissent circuler sur ce corridor-là.        Alors, ce n'est pas la solution idéale, M. le Président. On aimerait mieux qu'il y ait la levée de l'interdiction, mais ça semble impensable à l'heure actuelle, selon l'état de ce qu'on connaît sur l'espèce en voie de disparition. Mais René Trépanier, qui est directeur général de l'Association des croisières du Saint-Laurent, s'est dit satisfait de cette mesure-là. L'impact sera assurément moins grand cette année sur les pertes de revenus. Donc, on va voir ce que ça va donner cette année.

L'enjeu demeure l'imprévisibilité. Comme je vous le disais, si jamais on voyait des baleines, si on en observait, parce qu'ils sont observés au quotidien, alors, si on en voyait, il y aurait un enjeu. Mais là tout le monde s'entend pour dire que ça va nous permettre un bon départ. Ça va permettre peut-être de modérer les pertes, de diminuer les pertes de revenus. Alors, c'est une solution qui n'est pas parfaite, mais qui nous permet une voie de passage.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, Mme la ministre. M. le député de Terrebonne, il vous reste huit minutes.

M. Traversy : Merci beaucoup, M. le Président. Une voie de passage, sans jeu de mots, évidemment. Alors, là-dessus, ce qu'on aimerait lancer comme rappel à la ministre du Tourisme, c'est de voir à la fin de l'exercice si, évidemment, il y a des impacts économiques dans certaines régions du Québec, et si des mesures d'atténuation peut être mis en place pour essayer, évidemment, d'amenuiser les conséquences que cette préservation tout à fait justifiée occasionne pour plusieurs communautés à travers le Québec.

J'aimerais également parler à la ministre d'un autre dossier, soit celui à l'intérieur du budget des investissements dans des projets touristiques majeurs. Alors, à l'intérieur du budget du gouvernement du Québec, M. le Président, on prévoit, dans le plan économique du Québec, près de 30 millions de dollars pour appuyer la concrétisation de projets et d'investissements majeurs. C'est une bonne nouvelle. Vous voyez, des fois, je suis capable d'être positif. Mais il est marqué que les détails de ces investissements sera annoncé éventuellement par la ministre du Tourisme.

Alors, ma question, M. le Président, c'est : De quelle façon ce fonds va-t-il être géré? Est-ce que la ministre se donne une marge de manoeuvre de 30 millions de dollars pour se promener cet été, à quelques semaines de la campagne électorale, partout à travers le Québec pour le distribuer? Comment voit-elle, donc, l'étalement de ce 30 millions? Et qui pourra en bénéficier? Alors, voici donc un peu les questions que j'avais à cet égard.

Le Président (M. Cousineau) : Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, M. le Président, je suis très heureuse d'en parler, parce que l'argent est tout dépensé, là… est tout investi. Investi, alors… et c'est sur deux projets majeurs que c'est allé, qu'on a annoncés dernièrement.

Alors, c'est 12 millions pour un projet de 24 millions pour assurer la mise en oeuvre de la première phase du plan de développement de la fondation du Parc Safari. Alors, je vous rappelle que le Parc Safari, c'est l'attrait touristique le plus important en Montérégie. On a 240 000 visiteurs par année, dont 20 % viennent du hors Québec, ce qui est un chiffre impressionnant. Les attraits touristiques au Québec, normalement, ils atteignent un taux de 7 % de touristes hors Québec. Au Parc Safari, vous comprenez que c'est collé sur les frontières, évidemment, c'est facilitant. Mais c'est tout de même 20 % des visiteurs qui proviennent de… qui sont des hors Québec, donc, des touristes qui nous amènent de l'argent neuf. Alors, ça, c'est important. C'est 270 emplois qui sont associés aux travaux de construction et 76 emplois additionnels, qui seront créés au niveau du site du Parc Safari. Alors, essentiellement, c'est le réaménagement pour la construction d'installations zoologiques, en particulier celle constituant le parcours du Parc Safari Aventure et de nouvelles infrastructures récréatives.

• (11 h 40) •

Et le 18 millions de dollars, c'est pour soutenir un projet de 41 millions de dollars, c'est la mise en oeuvre de la première phase du plan de développement de la Société zoologique de Granby, mieux connue sous le nom de zoo de Granby. Donc, le zoo, c'est le troisième attrait touristique le plus fréquenté du Québec, alors ce n'est quand même pas peu dire. Alors, on sait que le premier attrait touristique au Québec, c'est La Ronde. Le deuxième, c'est le Village Vacances Valcartier. Et le troisième, on arrive à peu près à égalité, on a le Biodôme puis le zoo de Granby. Alors, c'est tout de même très important dans cette région-là. 965 000 visiteurs, là, près du million de visiteurs, qui franchissent les portes d'entrée du zoo de Granby. Alors, vous comprenez qu'en plein cœur de la ville de Granby ça a un impact qui est considérable. Alors, c'est une augmentation… le projet vise la poursuite de la croissance, et on prévoit une augmentation de 28 % de son achalandage. Et c'est quelque 400 emplois qui sont associés aux travaux de construction et 40 emplois additionnels qui seront…

Mme Boulet : ...Granby, alors vous comprenez qu'en plein coeur de la ville de Granby ça a un impact qui est considérable. Alors, c'est une augmentation... le projet vise la poursuite de la croissance, et on prévoit une augmentation de 28 % de son achalandage, et c'est quelque 400 emplois qui sont associés aux travaux de construction et 40 emplois additionnels qui seront créés, à terme. Donc, c'étaient deux projets qui nous avaient été présentés, qui étaient encore plus importants, en termes d'investissements, mais on a demandé au promoteur de les phaser. Évidemment, on voulait être capables de les soutenir, de les accompagner dans leurs démarches, parce que ce sont des projets structurants. Alors, les projets ont été phasés, et on a été en mesure de faire ces deux annonces là, qui ont été de très belles nouvelles, de très belles annonces, respectivement, dans chacune des deux régions.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, Mme la ministre. Alors, M. le député de Terrebonne, il vous reste 3 min 52 s, 51, 50.

M. Traversy : Merci, M. le Président. On va faire ça vite, à vous écouter, c'est presque un décompte à la Fort Boyard. O.K. Alors, là-dessus, j'aimerais donc, Mme la ministre, vous poser la question suivante : Au niveau de l'association du secteur de l'hôtellerie, vous savez qu'un des enjeux qui touchent beaucoup ce secteur de l'hôtellerie, c'est la fin de la parité tarifaire dans le secteur hôtelier, donc c'est toute la question qui touche notamment les sites Internet Booking et Expedia, donc qui touchent le fédéral, évidemment.

Et donc plusieurs actions ont été faites un peu partout à travers le monde, on a vu des pays, donc, légiférer sur la question, notamment en France, avec la loi Macron, on a vu également certaines mesures être appliquées en Australie, d'autres en Allemagne. Et on voulait voir, donc, de votre côté, Mme la ministre, si vous appuyez, donc, l'association de l'hôtellerie du Québec pour la fin de la parité tarifaire au Canada, à l'instar de la loi Macron, en France, et si vous faites des représentations auprès de votre homologue fédéral pour tenter de le convaincre à cette solution.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, M. le député de Terrebonne. Mme la ministre.

Mme Boulet : Alors, M. le Président... alors on est tout à fait en accord avec la démarche qui est faite. Actuellement, les hôteliers qui concluent une entente, d'abord, ils le savent quand ils... ce n'est pas une excuse, là, mais, quand ils prennent ce partenariat-là, ils sont tout à fait conscients de l'obligation de, ils ne peuvent pas afficher un prix inférieur à ce qu'il y a sur le site qui est en ligne.

Par contre, on est d'accord avec leur démarche, et ce dossier-là relève davantage du Bureau de la concurrence, donc un dossier fédéral, mais on a eu des échanges avec le fédéral et on est d'accord avec ça. Si ce dossier-là pouvait progresser, je pense que ce serait au grand bénéfice de nos hôteliers, au Québec, alors on ne peut qu'appuyer cette démarche-là, et d'avoir les mêmes objectifs qu'eux et la même finalité que ces gens-là. Alors, on est tout à fait en accord avec leur démarche.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, Mme la ministre. M. le député de Terrebonne.

M. Traversy : Il me reste combien de secondes, M. le Président?

Le Président (M. Cousineau) : Alors, il vous reste 1 min 51 s.

M. Traversy : Alors, comme le veut la tradition, M. le Président, ma dernière question ira à M. Labrecque, de la régie des jeux olympiques. Donc, j'aimerais donc savoir, de M. Labrecque, de façon officielle, à quelle date, selon lui, le toit du stade sera rénové et opérationnel au Québec. Nous voulons une estimation précise.

Mme Boulet : 2023.

M. Labrecque (Michel) : La ministre a bien répondu : le dossier d'affaires devra être déposé, selon l'échéancier actuel, à l'automne 2019, et, ensuite de ça, appel d'offres international pour un démantèlement, remontage et opération, 2023.

M. Traversy : Vous mettez vos sièges en jeu, là-dessus, là, je comprends bien, là, c'est solide.

M. Labrecque (Michel) : À ce moment-ci, c'est l'échéancier que nous avons.

M. Traversy : C'est enregistré, donc, M. le Président, merci beaucoup pour le temps qui m'a été accordé

Le Président (M. Cousineau) : Alors, merci, M. le député de Terrebonne. Nous allons maintenant passer à la section pour le gouvernement, la partie ministérielle, pour 18 min 30 s. M. le député de Jean-Lesage.

M. Drolet : Merci beaucoup, M. le Président. Salutations à la ministre, salutations naturellement à son équipe et naturellement à son ministère, salutations aux collègues des oppositions.

Mme la ministre, le secteur de l'agrotourisme et du tourisme gourmand du Québec est en forte croissance et son importance touristique n'est plus à prouver. D'activité complémentaire, au départ, proposée par quelques producteurs et transformateurs pour diversifier leurs revenus, les entreprises offrent maintenant une réelle expérience touristique en agrotourisme. En moins d'une décennie, ce secteur a littéralement explosé, passant d'un secteur secondaire à un véritable produit d'appel.

Le Québec s'est bien positionné, dans cette tendance lourde. Tenez, justement, il y a à peine un mois, la Chaire du tourisme Transat de l'UQAM publiait son rapport sur le développement de l'agrotourisme. Ce rapport dresse le portrait d'une tendance qui n'est pas prête de perdre de la vitesse, tant au Canada que partout ailleurs dans le monde. L'agrotourisme, c'est ce type d'activité touristique où les producteurs agricoles entrent en relation directe avec le touriste ou des excursionnistes, afin de leur faire découvrir le milieu agricole et leurs productions. Le tourisme gourmand, c'est ce type d'activité touristique qui consiste à découvrir un territoire à travers des expériences culinaires distinctives en mettant en valeur le savoir-faire des artisans.

Ensemble, l'agrotourisme et le tourisme gourmand comptent pour près de 6 % des entreprises...

M. Drolet : ...et leurs productions. Le tourisme gourmand, c'est ce type d'activité touristique qui consiste à découvrir un territoire à travers des expériences culinaires distinctives en mettant en valeur le savoir-faire des artisans.

Ensemble l'agrotourisme et le tourisme gourmand comptent pour près de 6 % des entreprises touristiques au Québec, ce sont près de 2 000 entreprises réparties sur l'ensemble du territoire québécois et qui représentent un important levier économique pour toutes les régions du Québec. De ces entreprises, 73 % proposent la vente de produits sur place; 43 % font de la restauration; 54 % proposent des activités récréatives et éducatives. En tant qu'adjoint parlementaire du ministre délégué aux PME, à l'allégement réglementaire et au Développement économique et régional, permettez-moi de poursuivre avec quelques chiffres. 72 % de ces entreprises, pour la plupart des PME, ont observé une croissance de leur achalandage de plus de 12 % au cours des trois dernières années; 78 % de ces entreprises ont observé une croissance de leur chiffre d'affaires de plus de 13 % au cours de cette même période.

Il va de soi que pour qu'une croissance si impressionnante ait lieu, ce n'est pas uniquement une question de tendance, il faut que cet élan chez les entrepreneurs puisse être supporté pour créer cet effet de levier et de contamination entrepreneuriale dans le secteur d'activité. Notre gouvernement a répondu présent d'appuyer les initiatives dans toutes les régions du Québec. Plusieurs sont prêts sûrement à en commenter, de nos collègues ici présents. Prenons, par exemple, Bordeaux fête le vin à Québec, événement pour lequel le ministère du Tourisme a octroyé une aide financière de 50 000 $, montant bonifié de 15 000 $ par le Secrétariat de la Capitale-Nationale. Cette complémentarité des programmes d'appui des différents ministères et organismes, on la retrouve dans bon nombre de mesures gouvernementales. Par exemple, le ministre de la Sécurité publique a déposé, mon collègue, en février, le projet de loi n° 170, qui vise à moderniser le régime de permis d'alcool. Vous savez que j'en ai été très, très, très présent, ma chère collègue, parce que j'ai été partie mise de cette initiative. Cette pièce législative, lorsqu'elle sera adoptée et sanctionnée, aura un impact significatif sur la quasi-totalité des entreprises du secteur touristique.

Vous savez, M. le Président, mon équipe et moi, comme je viens de le dire, on a travaillé fort sur ce dossier, plus de 30 groupes d'intervention dans l'industrie, que ce soient les événements, la restauration, l'industrie des bars et des événements, comme je viens de le dire, et aussi toutes les distilleries, vignerons et tout ce qui touche à l'industrie alcoolique, on a réussi à faire un projet de loi, je pense, qui tient la route et qui faisait en sorte... je vais vous donner quelques notes d'ailleurs là-dessus, mais les événements, j'en parlerai un petit peu plus tard aussi, sont très satisfaits de cette initiative-là de notre projet. En effet, le projet de loi propose notamment de permettre la présence de familles sur les terrasses d'un bar jusqu'à 23 heures plutôt que 20 heures; d'autoriser la consommation des boissons alcooliques dans les aires communes d'un lieu d'hébergement; de rendre possible la vente de l'alcool sans repas complet dans un restaurant. Vous savez, c'est à titre d'exemple, c'est, de ce temps-là, parlé par l'industrie des bars, comprenez bien une chose, là, ce n'est pas de faire en sorte qu'on augmente la consommation dans les restaurants, c'est de faire en sorte au contraire qu'on complémente le fait que maintenant la nouvelle modernisation des restaurants fait en sorte que vous pouvez arrêter, rencontrer un collègue qui est en train de manger, puis vous, vous venez de manger à côté, vous pouvez justement l'accompagner pour prendre un verre de vin, alors il n'y a aucun problème avec ça, il ne faut quand même pas mettre non plus trop de problématiques à cela; de créer un permis accessoire pour remplacer le permis de réunion, jusqu'à présent utilisé pour des activités et événements qui vont bien au-delà des activités de groupe ponctuelles, comme le Festival d'été de Québec, par exemple, le Festival de jazz de Montréal et tout autre gros festival; de créer une option traiteur afin que les entrepreneurs puissent en toute légalité offrir des services de restauration et d'excursion; de moduler les frais de permis sur une base saisonnière plutôt qu'annuelle pour les entreprises dont les activités sont limitées à une courte période de l'année. Ça, ça touche tous les collègues de l'Assemblée, là, tous les collègues des régions qui ont, naturellement, des commerces comme ça et qui avaient eu l'obligation de payer un permis pour l'année. Quand ils opèrent seulement une demi-année, c'est un petit peu frustrant. Alors, je pense que ça, c'est une très grosse avancée.

Imaginez l'impact pour toutes petites et moyennes entreprises partout au Québec et ces mesures s'additionnent aux autres déjà mises de l'avant ou en cours d'élaboration, dont, entre autres, on a annoncé — vous souvenez-vous? — en juin 2017, le permis unique d'alcool par type d'établissement, des sanctions administratives pécuniaires pour certains manquements, l'autorisation de vendre sur les sites de production. Je reviens juste sur le permis unique, madame la... M. le Président, excusez-moi, je m'adresse aussi à Mme la ministre, mais vous comprendrez que tous, tous, tous les établissements avaient à payer plusieurs permis pour des raisons de... un local à l'intérieur, au rez-de-chaussée, en haut, sur la terrasse. Maintenant, c'est un permis unique. Alors, vous imaginez à quel point... parlez-en à tous vos restaurateurs de vos comtés, vous allez voir à quel point ces gens-là sont satisfaits de cette situation-là.

• (11 h 50) •

Les sanctions administratives pécuniaires. Encore une fois, pour des banalités, très souvent, par rapport à des visites de la RACJ ou des...

M. Drolet : ...au rez-de-chaussée, en haut, sur la terrasse. Maintenant, c'est un permis unique. Alors, vous imaginez à quel point... Parlez-en à tous vos restaurateurs de vos comtés, vous allez voir à quel point ces gens-là sont satisfaits de cette situation-là.

Les sanctions administratives pécuniaires. Encore une fois, pour des banalités, très souvent par rapport à des visites de la RACJ ou des policiers, très souvent les gens avaient une perte de temps pour une mouche ou quoi que ce soit, qui est très souvent, malheureusement... Oui, c'est contraignant, mais on ne fait pas... on ne perd pas notre permis de conduire parce qu'on passe sur un stop. Il y a quand même une cumulation. Après ça, s'il y a de l'exagération, là il y aura sanction administrative pécuniaire.

Et prenons… en tout cas, du moins, pour ce qui est de l'autorisation de vendre sur des sites de production, prenons cette dernière mesure : elle fait en sorte qu'une entreprise florissante, comme dans le comté de ma collègue de Charlevoix, Cassis Monna et filles, une PME de l'île d'Orléans qui gagne concours après concours sur la scène internationale pour ses produits, puisse investir son offre de services en vendant des produits sur son site de production. De plus, si le projet de loi n° 170, que je viens de parler, est adopté, les propriétaires pourront obtenir un permis afin d'accueillir des mariages, pour ne donner qu'un exemple, et offrir sur leur site enchanteur comme toile de fond pour des événements ponctuels.

Puis… mon collègue de Maskinongé a posé la question à la ministre, tout à l'heure, en parlant des événements. Vous savez, moi, je parle du projet de loi n° 170, ça semble être un petit peu en dehors du dossier de ce matin, mais vous comprenez que le projet de loi n° 170 ça touche aussi les événements. Alors, les événements, dans leur mémoire, quand ils sont venus nous rencontrer, toutes les affaires qu'ils pouvaient vivre concernant leurs opérations, c'est incroyable : de un, très souvent, de ne pas avoir de réponses très, très faciles avec la RACJ parce que, naturellement, le service à la clientèle était un petit peu défaillant; avoir un permis à la dernière journée presque d'avant l'ouverture, qui était à peu près aberrant quand on sait très bien qu'un événement comme le Festival d'été de Québec, qui a 50 ans, ou le festival de jazz, ils ont tout le temps les mêmes dates ou à peu près les mêmes affaires, alors c'était absolument une chose... en tout cas, du moins, pour eux autres, très, très difficile et aussi dans toutes leurs autres situations telles que les demandes de permis, parce qu'il y a aussi là aussi des permis qui sont différents l'un de l'autre, alors là, on leur facilite la vie en leur donnant qu'une seule possibilité de permis maintenant.

Alors, tout ça fait partie, en fait, des améliorations du projet de loi n° 170, mais qui fait partie de votre… dans votre cour à vous par rapport aux événements, vous en avez parlé beaucoup tantôt, Mme la ministre, l'importance qu'ils ont. On sait tous l'importance des événements dans nos comtés respectifs, que ce soit dans les petites ou grandes villes, on sait quelle importance il a.

Alors, vous voyez, de travailler en silo, notre gouvernement fait avancer le Québec. Alors, Mme la ministre, les événements tels… comme la Fête des vendanges de Magog-Orford, dans les Cantons-de-l'Est, avec des projets comme la place publique multifonctionnelle du village de Val-David, dans les Laurentides, avec l'explosion du nombre de microdistilleries dans la région du Bas-Saint-Laurent, comment voyez-vous les implications, nouvelles dispositions législatives sur le tourisme en région et dans les grands centres urbains? Et je vous reviendrai avec une autre petite question complémentaire par la suite.

Mme Boulet : Alors, M. le Président, ça me fait plaisir de répondre au collègue puis de parler un peu d'agrotourisme ou de tourisme gourmand. Puis je regarde le président, parce que le président m'invite à chaque année à l'Oktobierfest, à Sainte-Adèle, et c'est extraordinaire. Et moi, je dis souvent, je dois être une passionnée de la fine cuisine, puis de goûter, puis une bonne épicurienne, alors, écoutez, je pense sincèrement que ça fait toute la différence dans l'expérience touristique qu'on offre à nos gens de pouvoir goûter le Québec. Les gens aiment goûter le Québec. Et même si on leur offre une expérience extraordinaire de nature et d'aventure, une promenade, du rafting ou peu importe, quand ils terminent leur journée, ils aiment découvrir tous les petits trésors qu'on a dans chacune de nos régions, parce que chaque région a développé des espèces de créneaux, de forces, alors… et c'est extraordinaire de voir ça.

Une région qui est davantage… qui est en avance sur les autres, c'est les Cantons-de-l'Est. Alors, les Cantons-de-l'Est, sincèrement, en termes de tourisme gourmand et d'agrotourisme ont toujours été des précurseurs. Et moi, je pense qu'on a tous intérêt, partout au Québec, parce que ça fait partie de l'expérience touristique. Les gens veulent goûter le Québec, ils veulent dire : Wow! J'ai passé une journée inoubliable puis après je suis allé manger à tel endroit ou tel endroit, va voir, on a goûté telle chose. Alors, ça, je pense que ça fait partie de l'expérience que nos touristes veulent vivre. Les touristes d'aujourd'hui, ce n'est pas les mêmes qu'il y a… c'est les mêmes, peut-être les mêmes personnes, mais ils ne veulent pas vivre les mêmes expériences qu'il y a 10 ans ou il y a 20 ans. Ils veulent triper le Québec, et ça, je pense que ça fait partie.

Et moi, j'ai toujours dit que le touriste de nature et d'aventure et l'agrotourisme ou le tourisme gourmand sont les deux secteurs touristiques les plus en expansion partout sur la planète, partout. Alors, pour moi, c'est important d'y investir. Et vous savez, c'est quand même 1 800 entreprises… sur les 32 000 entreprises touristiques, il y en a 1 800 qui sont en lien avec l'agrotourisme et le tourisme gourmand, c'est près de 200 millions de retombées économiques et des emplois, des emplois un peu partout. On a juste à penser à Monna Cassis, là, qu'on a à l'île d'Orléans, quel exemple extraordinaire, deux jeunes femmes exceptionnelles, deux soeurs, qui ont pris la relève…

Mme Boulet : ...qui sont en lien avec l'agrotourisme et le tourisme gourmand, c'est près de 200 millions de retombées économiques et des emplois, des emplois un peu partout. On a juste à penser à Monna Cassis, là, qu'on a à l'île d'Orléans, quel exemple extraordinaire, deux jeunes femmes exceptionnelles, deux soeurs, qui ont pris la relève du père et qui se promènent partout. D'ailleurs, moi, je les avais rencontrées dans les Cantons-de-l'Est quand j'étais allée faire une tournée avec un collègue. Et c'est ce qu'on veut voir au Québec, on veut voir des succès comme ça, on veut voir de la relève, on veut voir des produits nouveaux. On veut cette vitrine-là parce que c'est cette vitrine-là qui donne toute la saveur et la couleur au Québec.

Alors, moi, je ne peux qu'encourager ces initiatives-là, et on a intégré l'agrotourisme dans nos stratégies, ce qui n'avait jamais été fait. Alors, dans nos PSSDT, là, ce qu'on appelle le Programme de soutien aux stratégies de développement touristique, ainsi que dans le PADAT, les projets, en lien avec l'agrotourisme et le tourisme gourmand, sont dorénavant acceptés. Alors, on est allé annoncer chez Monna Cassis et filles. Alors, je pense que ce sont de belles, belles opportunités que ces entreprises ont. Et je pense et je suis profondément convaincue qu'il y a un maillage à faire entre le ministère du Tourisme et le ministère de l'Agriculture pour structurer davantage et de façon plus efficace encore le développement de ce secteur touristique.

Le Président (M. Cousineau) : Et je profite, avant de repasser la parole au député de Jean-Lesage, je profite aussi de l'occasion pour vous réinviter à Val-David, à Val-David, pour les marchés d'été de Val-David, c'est extraordinaire, le samedi, de 9 heures à 13 heures, tous les samedis de l'été. Voilà.

Mme Boulet : D'ailleurs, ils étaient dans le programme de stratégies de développement touristique, c'est un projet qu'on accompagnait, effectivement.

Le Président (M. Cousineau) : Et je vais vous accompagner. M. le député.

M. Drolet : ...c'est vrai parce qu'on en a tous dans tout. Moi, je suis quelqu'un de Québec, mais, naturellement, pour toutes les régions du Québec, on a la chance d'aller vous visiter, on voit à quel point l'importance que ça a. Mais je reviens sur Monna et filles... et fils... et filles, oui, pardon, et c'est incroyable de voir surtout, surtout dans mon rôle d'adjoint parlementaire aux PME, mais à quel point elles sont audacieuses. Mais on parle de tourisme, mais, en même temps, il y a quand même là-dedans... il y a des risques de relève. Et, quand on parle de relève entrepreneuriale, ça fait partie aussi du sujet de l'importance que ça a, de voir cette nouvelle modulation là, ça peut donner confiance à des jeunes, ces succès. Et c'est ce que l'on voit dans les tribunes, quand on a des Fidéides ou autres qui sont mentionnés, puis tout ça, ça donne... les frissons nous en passent de voir l'importance qu'ils ont.

Alors, moi, j'invite tout ce genre de choses là en région, qui n'ont peut-être pas évolué aussi rapidement que Monna et filles, puisqu'ils ne sont pas rendus là encore, je les invite à faire... à prendre de ces exemples-là parce que c'est vraiment un exemple. Puis M. le Président vient de parler du sien, alors beaucoup de belles choses comme ça qui risquent d'être importantes. Et j'invite aussi mes collègues de l'opposition à passer le message pour le projet de loi n° 170, je vous le dis, je pense qu'il est très, très bien accueilli par les 30 quelques groupes d'intervention que l'on a rencontrés. Alors, si vous pouvez m'aider à ce que ça puisse être adopté d'ici les saisons d'été, nos régions du Québec en profiteront. Ils feront en sorte que, quelque part, on y gagnera.

Mais, moi, ce qui m'intéresse de vous poser comme question, et là je vois mes collègues de l'opposition, c'est drôle, on parle du tourisme quand on arrive dans les crédits. Parce que, moi, ça fait huit ans... excusez, 10 ans que je suis à l'Assemblée nationale, j'ai été adjoint parlementaire d'ailleurs au tout début, en 2008, du tourisme et naturellement en entrepreneuriat. Et j'ai rarement entendu, à part que, moi, qui ai posé une question plantée, à un moment donné — puis on va dire ça de même pour que le monde qui connaisse ça nous écoute — personne de l'opposition s'intéresse vraiment, vraiment à poser des questions en tourisme. J'invite mes collègues à en parler, c'est tellement important. Même, nous, en caucus, quand on se voit, on doit davantage mettre une force là-dessus pour écouter les régions comme ma collègue de Charlevoix, et tous ceux qui ne vivent que de ça.

Alors, je trouve ça vraiment désolant de voir qu'il n'y a pas vraiment de la part de l'opposition, en période de questions, une volonté de savoir, à part arrivé comme là, pour le Stade olympique, c'est sûr que, ça, c'est un gros enjeu, mais il y a autre chose que ça, des plus petites choses qui se font bien. Peut-être que ce serait intéressant de grandir davantage ensemble, puis j'aimerais ça vous entendre là-dessus, Mme la ministre.

Le Président (M. Cousineau) : Mme la ministre.

• (12 heures) •

Mme Boulet : Bien, moi, je suis d'avis que ce n'est pas parce qu'ils ne posent pas de question qu'ils ne sont pas intéressés, je pense qu'ils ont un intérêt, mais que... Certainement, le tourisme vit une période de grande effervescence, c'est un secteur qui est dynamique, c'est un secteur où il y a une concurrence par contre qui est vive. Donc, on a tous l'obligation de se démarquer de la concurrence pour demeurer des leaders dans l'industrie touristique. Et on est privilégiés, on est privilégiés parce qu'on a des partenaires, des promoteurs qui ont, présentement, le goût d'investir. Alors, c'est des gens qui sont talenteux, qui sont visionnaires, audacieux, déterminés. Donc, on a ces partenaires-là qui sont là.

On a également une industrie qui est performante, qui est innovante et durable. Et là on a beaucoup de projets. Vous savez, on a déposé le programme de PSSDT, et j'avais dit, l'année passée : Cet argent-là ne restera pas sur les tablettes, on va s'assurer d'accompagner les projets. Écoutez, pour la deuxième phase du PSSDT, on a 144 projets qui sont actuellement à l'étude dans la direction de François Côté. Alors, 144 initiatives issues des milieux. Alors là, il y a comme un momentum, ça va bien...


 
 

12 h (version non révisée)

Mme Boulet : ...cet argent ne restera pas sur les tablettes. On va s'assurer d'accompagner les projets. Et écoutez, pour la deuxième phase du PSSDT, on a 144 projets qui sont actuellement à l'étude dans la direction de François Côté. Alors, 144 initiatives issues des milieux. Alors, il y a comme un momentum, ça va bien. Maintenant, il faut en parler. Il faut donner une vitrine au tourisme pour que cette reconnaissance-là, on la propage autour de nous.

Alors, quand on parle de QuébecOriginal, il faut que ce soit une image forte. Il faut qu'on porte cette image forte là, il faut qu'on en parle et il faut que ça dépasse les murs de l'Assemblée nationale. Alors, c'est ce que l'alliance touristique va nous permettre de faire, c'était l'objectif de regrouper tout ce qu'on faisait en termes de promotion hors Québec, parce que tout le monde en faisait un peu chez eux. L'ATR en faisait, le ministère en faisait, tout le monde tirait un peu, essayait de faire de son mieux. Et, quand on se met tous ensemble, quand il y a cette cohésion-là puis cette concertation de tous les partenaires, de tous les acteurs, je pense qu'on peut être drôlement plus efficaces en termes de mise en marché. On est plus efficaces, plus représentatifs, et c'est comme ça qu'on va demeurer des leaders.

Alors, moi, j'y crois profondément. Je dis souvent, dans tous mes discours, je le dis, d'ailleurs, il faut avoir beaucoup d'ambition pour l'industrie touristique au Québec, parce qu'on est performants, parce qu'on est bons. Mais maintenant... on a fait de grandes choses, on a été proactifs, maintenant il ne faut pas s'arrêter, il ne faut pas ralentir le rythme, il faut continuer, continuer parce qu'il y a encore de nombreux défis. Mais je le sais que tous ici, vous avez un intérêt pour cette industrie-là, et là, elle va bien, c'est stimulant, c'est inspirant, et je pense que c'est le message qu'il faut porter, chacun de nous, autour de nous, et ça part de là. Mais l'industrie a besoin d'une belle vitrine, a besoin que tout le monde fasse consensus autour du même message, et je pense qu'on est déjà dans une bonne voie.

Alors, je pense que c'est plus là qu'on en est, c'est que tout et chacun réalise l'importance que ça a au Québec. C'est 15 milliards de recettes touristiques, une augmentation cette année de 7,7 % des recettes touristiques. 95 millions de visiteurs, écoutez, ce n'est pas rien, là, 95 millions, dont le tiers sont des touristes. Alors, ça, c'est des gens qui viennent nous voir chez nous, ils font virer nos restaurants, puis ils font virer nos hôtels. Écoutez, alors il faut en prendre soin, et c'est là que l'accueil de ces gens-là devient si important.

M. Drolet : ...ex-président des commerçants de Grande Allée et d'avoir eu un commerce dans la restauration, l'importance des événements, on a hâte qu'ils arrivent quand les dates sont là. Merci, M. le ministre.

Mme Boulet : Alors, bravo à tout le monde, parce que c'est vraiment une affaire de... c'est tous ensemble qu'on a réussi à se positionner. Mais maintenant il faut continuer sur cette lancée-là et profiter du momentum.

Le Président (M. Cousineau) : Merci, Mme la ministre. Alors, le temps alloué à l'étude des crédits budgétaires du portefeuille Tourisme étant presque écoulé, nous allons maintenant procéder à la mise aux voix des crédits. Le programme 1 intitulé Promotion et développement...

Des voix : ...

Le Président (M. Cousineau) : S'il vous plaît, votre attention. Alors, Promotion et développement du tourisme est-il adopté?

Des voix : Adopté sur division.

Le Président (M. Cousineau) : Adopté sur division. L'ensemble des crédits du portefeuille Tourisme pour l'exercice financier 2018‑2019 est-il adopté?

Des voix : Adopté sur division.

Le Président (M. Cousineau) : Sur division. En terminant, je dépose les réponses aux demandes de renseignements de l'opposition. La commission suspend ses travaux jusqu'après les affaires courantes, où elle procédera à l'étude des crédits budgétaires 2018‑2019 du volet Travail, du portefeuille Travail, Emploi et Solidarité sociale. Bon appétit, merci de votre présence.

(Fin de la séance à 12 h 4)


 
 

Document(s) associé(s) à la séance