Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Visiteurs > L'hôtel du Parlement et ses jardins > Les jardins de l'Assemblée

Liens Ignorer la navigationLes jardins de l'Assemblée

En vous promenant dans les jardins de l'hôtel du Parlement, vous pourrez observer différentes essences d'arbres, d'arbustes et de plantes représentant la grande variété de la flore du Québec.

Vous pourrez vous familiariser avec des aménagements de végétaux comestibles cultivés en pleine terre et hors sol, une réalisation en collaboration avec l'Université Laval et les Urbainculteurs. En plus de mettre en valeur certaines cultures emblématiques du Québec, ils vous permettront de découvrir l'agriculture urbaine, une pratique en plein essor partout dans le monde.

Pour avoir plus d'information sur les zones thématiques des jardins, écouter des balados audio, regarder des capsules vidéo sur des trucs de jardinage, et bien plus encore, allez sur la page interactive des jardins.

Bonne promenade !

 

 

Historique et présentation des jardins

L’Assemblée nationale a confié, en 1986, l’aménagement et l’entretien des terrains de l’hôtel du Parlement à des spécialistes de l’Université Laval. Cette entente, renouvelée depuis, permet à des étudiants de s’initier à l’horticulture ornementale,  sous la surveillance d’un agronome.

Sur les terrains de l’hôtel du Parlement, se trouvent deux types de plantes : les annuelles et les vivaces. La saison des annuelles débute en mai, tandis que les vivaces durent des années et fleurissent spontanément.

Iris versicolore

Iris versicolore dans les jardins de l’Assemblée
Iris versicolore

Parmi les plantes vivaces, vous pourrez observer l’iris versicolore, qui est la fleur emblématique du Québec depuis l’automne 1999. Le nom iris tire son origine de la mythologie grecque et symbolise l'arc-en-ciel. L'iris versicolore est une plante vivace qui fleurit au début de  juin et dure trois semaines. On le trouve surtout autour des marécages, car il aime bien avoir les pieds dans l'eau.

Il ne faut pas confondre l’iris versicolore avec le lys blanc, qui orne le drapeau du Québec. Le lys n’est pas notre emblème floral, car il ne pousse pas à l’état sauvage au Québec.  

 

Jardin boisé

La création du jardin boisé est issue d’un plan directeur d’aménagement de la colline Parlementaire préparé par la Commission de la capitale nationale du Québec en partenariat avec l’Assemblée nationale du Québec et la Ville de Québec. Des travaux de sylviculture, faits en 2002, rappellent les diverses essences d'arbres présentes au Québec, conformément à ce qu'avait imaginé Eugène-Étienne Taché, concepteur de l'hôtel du Parlement.  

Bouleau jaune (merisier)

Bouleau jaune dans les jardins de l’Assemblée
Bouleau jaune

Pour souligner l'importance que la population  québécoise accorde à sa forêt, le gouvernement du Québec a choisi le bouleau jaune (Betula alleghaniensis Britton) comme arbre emblématique en 1993.

Familièrement appelé « merisier », le bouleau jaune, en plus d'être l'un des bois nobles les plus connus au Québec, se distingue par la variété de ses usages et par sa valeur commerciale. De l’époque des Amérindiens jusqu'à nos jours, cet arbre a toujours fait partie du quotidien des Québécois. Ceux-ci ont appris à le travailler pour en tirer des meubles et, l'automne venu, tous admirent les couleurs de son feuillage.

 

Arbres sur le terrain de l’hôtel du Parlement

Voici des arbres qui se trouvent dans le boisé-jardin de l’Assemblée nationale :

  • Orme d’Amérique (Ulmus americana en latin)
  • Chêne rouge (Quercus rubra en latin)
  • Pommetier (Malus en latin)
  • Frêne (Fraxinus en latin)
  • Érable (Acer en latin)
  • Bouleau jaune (Betula alleghaniensis britton en latin)

 

Abeilles dans les parages

L'Assemblée a pris part au projet Miel urbain, une initiative des Urbainculteurs, en collaboration avec la Miellerie de Champlain. C'est ainsi que des ruches ont été installées sur des toits de Québec, dont celui de l'édifice Jean-Antoine Panet. Les abeilles ont butiné les fleurs des jardins de l'Assemblée et des environs. Comme il n'y a pas de pesticides ou d'insecticides en ville, cela représente un atout pour les ruches urbaines.