Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Liens Ignorer la navigationCapsules historiques

Saviez-vous que...

  • C’est le 9 février 1883 qu’est signé le contrat pour la construction de la façade de l'hôtel du Parlement. Les travaux sont lancés au mois de mai suivant. Sur les plans de la porte principale figure la devise créée par Eugène-Étienne Taché, « Je me souviens ».

  • Les lumières sur le campanile de la tour principale du parlement sont installées en 1908 à l’occasion du tricentenaire de Québec. Depuis ce temps, elles brillent à toute heure du jour et de la nuit chaque fois que siège le Parlement.

  • À la fin du XIXe siècle, l’« orateur » de l’Assemblée a ses appartements à l’hôtel du Parlement. Il s’agit d’une place enviée, car c’est le lieu de rendez-vous de la haute société politique et de la bourgeoise de la capitale. L’orateur du Conseil législatif dispose lui aussi d’appartements privés dans l’édifice.

  • La Bibliothèque possède une banque de données répertoriant tous les entrepreneurs qui ont travaillé à l'hôtel du Parlement et la nature de leurs travaux de 1876 à 1909. Cette mine d’information extraordinaire doit être complétée par d’autres fouilles dans les archives pour couvrir la période allant de 1909 à 1980.

  • Un mystère entoure la présence des armoiries des Pays-Bas et de la Belgique dans le hall principal du parlement. Quelle est leur signification ? À quelle occasion ont-elles été réalisées ? Des recherches établissent qu’elles sont apparues entre 1966 et 1975, sans toutefois que l’on en sache davantage.

  • De 1890 à 1928, 16 des 22 statues sont installées sur la façade de l’hôtel du Parlement, après quoi ce projet de décoration est mis en veilleuse ? Les six derniers bronzes seront réalisés et dévoilés de 1965 à 1969.

  • Pendant la construction du parlement, le Quebec Skating Club bâtit tout près de là le Skating Rink, un imposant édifice abritant une patinoire. Eugène-Étienne Taché réclame constamment sa démolition parce qu’il est situé juste devant le parlement. Ce sera fait en 1889.

  • En 1904, la toile d’Henri Beau intitulée L’arrivée de Champlain à Québec est installée au-dessus du trône de l’orateur du Conseil législatif. Le gouvernement décide de la remplacer en 1926 par Le Conseil souverain, de Charles Huot. L’œuvre de Beau est aujourd’hui conservée au Musée national des beaux-arts du Québec.

  • À l’automne 1881, c’est le début des travaux de terrassement pour la construction de la façade de l’hôtel du Parlement. Pour réduire les coûts, le gouvernement permet à l’entrepreneur William John Piton d’utiliser des détenus de la prison de Québec payés à un salaire moindre que des ouvriers ordinaires.

  • Dès 1875, Eugène-Étienne Taché dessine les esquisses d’une bibliothèque de forme polygonale située dans la cour intérieure de l'hôtel du Parlement. C'est toutefois la « bâtisse des pouvoirs », abritant les systèmes de chauffage et d'électricité, qui sera construite dans la cour en 1912.

  • Le 20 juin 1985, le quadrilatère formé aujourd’hui par le boulevard René-Lévesque Est, l'avenue Honoré-Mercier, la Grande Allée et la rue des Parlementaires est déclaré « site historique national » en vertu de la Loi sur les biens culturels ?

  • Le Café du Parlement est inauguré le 14 décembre 1917 ? D’abord réservé aux députés, au personnel de l’Assemblée et aux journalistes, il ouvre ses portes au public en 1968. Il est renommé Le Parlementaire quatre ans plus tard.

  • En 1913, Charles Huot, peintre et illustrateur, se voit confier la tâche de créer une fresque historique pour orner le plafond de la salle de l’Assemblée. Son œuvre, intitulée Je me souviens, représente la province de Québec sous les traits d’une femme qui tend aux grands personnages de l’histoire du Québec une couronne de laurier.

  • À partir d’août 1980, le gouvernement du Québec remplace par décret les anciens noms des édifices parlementaires qui étaient désignés depuis 1938 par les lettres A, B, C, D et E.

  • La statue de Louis Jolliet (1645-1700), explorateur et découvreur du Mississipi, se trouve parmi le panthéon des personnages qui ornent la façade de l’hôtel du Parlement. Saviez-vous qu’Eugène-Étienne Taché avait un lien de parenté avec ce héros de la Nouvelle-France ?

  • En 1875, le gouvernement conservateur décide de faire construire un nouveau palais législatif ? Rappelons que le premier ministre d’alors, Charles-Eugène Boucher de Boucherville, ne siège pas à l’Assemblée parmi les députés. Il siège plutôt à la Chambre haute, en tant que conseiller législatif de la division de Montarville depuis 1867.

  • En 1885, les députés siègent d’abord dans la salle du Conseil législatif, car les travaux dans la salle de l’Assemblée ne sont pas complétés. Les conseillers législatifs, quant à eux, sont installés dans la bibliothèque avant d’occuper le « Salon rouge » en 1886.

  • De 1911 à 1926, les statues de la reine Victoria et d’Édouard VII ornent les niches situées de part et d’autre du trône du président, dans la salle de l’Assemblée législative ? Souvent critiquées, les deux statues sont retirées en janvier 1926.

  • Les dessins d’Eugène-Étienne Taché s’inspirent du style Second Empire, populaire en France depuis les travaux d’agrandissement du Louvre, réalisés entre 1848 et 1852 ?

 

C'est arrivé le...

  • 27 janvier 1887 - Dès l’ouverture de la session, le premier ministre Louis-Olivier Taillon, incertain de sa majorité après le scrutin de 1886, est renversé en Chambre par le chef de l’opposition, Honoré Mercier. Taillon n’aura gouverné que 4 jours, un record de longévité pour un premier ministre du Québec.

  • 31 janvier 1889 - La célèbre cantatrice Albani (Emma Lajeunesse), venue donner deux concerts à Québec, assiste pendant quelques instants à la séance de l’Assemblée, sur le parquet, où l’orateur a fait placer un siège spécial pour elle.

  • 7 février 1913 - Le peintre Charles Huot annonce qu’il a terminé le marouflage du Débats sur les langues. La toile est installée au-dessus du fauteuil de l’« orateur ». Cette œuvre sera dévoilée au mois de novembre suivant.

  • 27 mars 1884 - Les parlementaires siègent dans des locaux temporaires aménagés au rez-de-chaussée de l'actuel hôtel du Parlement, alors en construction. L’incendie du parlement de la côte de la Montagne force cette coûteuse solution pour permettre l’ouverture de la 3session de la 5législature.

  • 8 avril 1886 - Première séance tenue dans le Salon vert de l'Assemblée législative. Une photographie d’époque montre que les murs de la Chambre ne sont pas encore peints et que la décoration est minimaliste.

  • 19 avril 1883 - Un incendie détruit l’hôtel du Parlement de la côte de la Montagne et jette les parlementaires à la rue. Pour y remédier, on doit aménager et meubler à grands frais des chambres temporaires dans l’actuel parlement dont la construction n’est pas encore terminée.

  • 3 juin 1878 - Les tailleurs de pierres de Québec déclenchent la grève sur le chantier du parlement. Le 5, les entrepreneurs engagent des briseurs de grève de Montréal et de Trois-Rivières. Des émeutes éclatent dans Saint-Roch; l’intervention de l’armée fera deux morts et plusieurs blessés avant que le calme revienne.

  • 17 juin 1884 - Cérémonie officielle de la pose de la pierre angulaire du portique de l’entrée principale par Théodore Robitaille, lieutenant-gouverneur du Québec. Dans la cavité de la pierre, on dépose, entre autres,  une plaque commémorative, une photographie officielle de Robitaille et quelques journaux.

  • 17 juillet 1876 - L’arpenteur Henry O’Sullivan mesure la superficie du « Cricket Field » et détermine la profondeur du roc pour bâtir les fondations de l’hôtel du Parlement. Ce travail, indispensable à la préparation des plans définitifs, est la première étape de l’ouverture du chantier de construction de l’édifice.

  • 18 août 1881 - Signature du contrat pour construire les fondations de la façade de l'hôtel du Parlement.

  • 26 août 1890 - La halte dans la forêt, sculpture de Louis-Philippe Hébert, est installée devant le parlement. Avant de parvenir à Québec, cette œuvre a reçu un prix à l'Exposition universelle de Paris.

  • 1er septembre 1880 - Les travaux de construction de l'hôtel du Parlement avancent : un premier ministère, celui de l'Agriculture, emménage dans le nouvel édifice, suivi du Secrétariat de la province.

  • 11 octobre 1884 - Deux violentes explosions à la dynamite ébranlent la façade de l'hôtel du Parlement en voie de construction. D’innombrables rumeurs courent sur l’identité des auteurs de l’attentat. Une enquête est menée, mais elle est abandonnée quelques mois plus tard, faute de pistes.

  • 20 octobre 1887 - Ouverture à Québec de la première conférence interprovinciale convoquée par le premier ministre Mercier. On y discute de l’autonomie provinciale et des subventions fédérales.

  • 25 octobre 1836 - Eugène-Étienne Taché naît dans la paroisse Saint-Thomas (Montmagny). À l’âge de 13 ans, il s’initie au métier d’ingénieur civil et d’arpenteur au Upper Canada College de Toronto. Il termine son apprentissage à Québec, en 1860, auprès de Charles Baillairgé, l’architecte le plus éminent à cette époque.

  • 9 décembre 1939 - Par décret, le gouvernement du Québec adopte de nouvelles armoiries plus conformes à l’histoire et aux règles héraldiques. Elles comptent désormais trois fleurs de lys, au lieu des deux sculptées à l’origine dans la pierre du fronton de l’hôtel du Parlement.